vendredi 21 décembre 2018

Trump se retire de Syrie - Pourquoi le geste surprise maintenant?


Les néo-conservateurs de Washington sont furieux après l'annonce par Trump de son retrait de toutes les troupes américaines en Syrie. Ce n'est pas totalement vrai, bien sûr. Tout d’abord, nous devons revoir ce qui a été dit avant la décision surprise, et chercher des indices sur la raison pour laquelle Trump a actionné cette gâchette maintenant.

Sur le front du Pentagone, il semble que les militaires aient été pris au dépourvu. Le chef d'état-major adjoint, le général Dunford, a récemment affirmé qu'une "force de stabilisation" de 35 à 40.000 personnes aurait besoin d'être formée pour protéger la Syrie d'une résurgence de l'EIIL. Cela m'a fait me demander ce que les États-Unis ont fait toutes ces années, sinon de former des gens, y compris de nombreuses personnes qui se sont tournées vers les djihadistes avec armes et bagages.
Cette initiative surprise restera dans l’histoire comme le cadeau du Père Noël Trump. Essayons donc de retirer les couches de cet événement pour voir ce qui pourrait vraiment se passer à l'intérieur.
Qui savait que l'annonce allait arriver?
Il a apparemment pris tout le monde au dépourvu. La preuve en est venue quand on a demandé au Pentagone combien de temps il faudrait alors pour ramener les troupes à la maison; il fallait répéter que «nous travaillons là-dessus maintenant». Les chefs militaires n'aiment pas être aveuglés avec quelque chose comme ça.
Nous n'avons également pas entendu un mot de John Bolton ou de Nikki Haley, qui auraient normalement été à l'avant-garde pour un déménagement comme celui-ci. Trump en a pris tout le mérite, comme il le fait habituellement en particulier en déclarant «nous avons battu ISIS, nous avons gagné et nous allons à la maison comme je le disais».
L'homme aime de courtes explications simples pour tout. Il va raconter qu'il a vaincu le groupe État islamique dans son discours sur l'état de l'Union en janvier, mais il doit le partager avec les chefs d'état-major, tous assis au premier rang.
Il semble que personne au Congrès n’ait été prévenu non plus, et ils en ont informé le reste du monde rapidement. Les premiers à avoir été choisis par les honorables agents israéliens, les sénateurs Mark Rubio et Lindsey Graham. Graham ont appelé cela une "erreur de type Obama".
Rubio est allé plus loin, décrivant cette erreur comme une erreur «colossale» et une «grave erreur qui va avoir des répercussions importantes dans les mois et les années à venir».
C'est ce que font les sénateurs seniors lorsqu'un président les laisse sur le bord de la route alors qu’il procède à un changement de politique majeur. Tous les groupes de réflexion pro-guerre et pro-israéliens seront ajoutés à cette chorale de la «grosse erreur».
Israël sera livide parce qu'Assad n'aura plus les forces américaines sur ses flancs nord et ouest, ce qui lui permettra de se concentrer plus facilement sur le problème d'Idlib et d'affronter les Israéliens sur les hauteurs du Golan. Rien ne fait plus peur aux militants sionistes que la perspective de la paix.
Le récent processus de paix en Syrie a-t-il été une dernière goutte pour Trump?
Les analystes du renseignement posent toujours rapidement la question clé: pourquoi maintenant? Pourquoi Trump n’a-t-il pas attendu la fin des vacances de Noël et même son discours sur l’état de l’Union pour donner au nouveau Congrès le temps de s’orienter.
Certains pourraient penser que, alors que les démocrates menaçaient publiquement d'ouvrir un certain nombre d'enquêtes sur le placard à scandales de M. Trump, il voulait débarrasser la Syrie de son bureau. D'autres pourraient dire qu'il voulait sortir avant d'être pris dans une impasse avec une invasion turque dans le nord de la Syrie qui tuerait les soldats américains, ainsi que les problèmes que cela causerait.
Erdogan
Erdogan avait positionné sa force d'invasion sur le départ et bombardait les points forts de YPG. Trump a-t-il conclu un accord avec Erdogan sur le fait que s'il renonçait à attaquer les Kurdes et à acheter les missiles Patriot, alors il se retirerait? La rapidité du déménagement indique clairement qu'un accord a été conclu, qui devait aller publiquement rapidement pour le sceller. Nous saurons bientôt avec la montagne de post-analyses qui s'annonce au cours des prochains jours.
La semaine dernière, ’Assad a boycotté la Ligue arabe et l’ONU a franchi les premières étapes organisationnelles de la création du nouveau Comité constitutionnel syrien, les États-Unis ne jouant aucun rôle. Ils vont sûrement se battre comme chats et chiens au sujet de la nouvelle Constitution, mais ce sera un soulagement pour le peuple syrien, en particulier pour ceux qui rentrent chez eux après des années en tant que réfugiés.
Les réfugiés sont un élément croissant soutenant Assad, sachant que lui et l’armée syrienne, avec l’aide de la Russie et de l’Iran, les ont sauvés des griffes de la guerre terroriste par procuration menée par l’Occident sous le nom de la coalition. Je pense que Trump pourrait voir que toute chance d'obtenir une marionnette américaine contrôlant la Syrie était réduite à zéro.
Que signifie vraiment partir?
Ce n'est pas une question piège. L'attaché de presse de la Maison-Blanche a déclaré que les États-Unis commenceraient la transition vers la prochaine étape de leur campagne syrienne et travailleraient avec leurs alliés pour poursuivre le combat.
C’est une déclaration déroutante, sachant que la coalition américaine dirigeait bon nombre des unités de l’ISIS/EIIL/EI, qu’elle était particulièrement active dans la recherche de commandants à utiliser à l’avenir et avait envoyé des djihadistes islamistes de l’EI en Afghanistan pour attiser le chaos grandissant dans la région.
Selon des rapports publiés dans l'après-midi, 2.000 soldats rentreraient chez eux, tous les membres du département d'État étant partis dans les prochaines 24 heures, ce qui signifie qu'il n'y avait qu'un seul avion et qu'ils se trouvaient tous au même endroit. Mais le nombre réel a toujours été beaucoup plus grand.
Les opérations spéciales sont une grosse entreprise externalisée ces jours-ci. Eric Prince a négocié avec les États-Unis pour remplacer les troupes américaines en Afghanistan par ses mercenaires privés, et ce, publiquement. Et tandis que des troupes américaines rentreront chez elles, beaucoup pourraient être déplacées vers les deux nouvelles bases américaines construites juste au-delà de la frontière, sur terre irakienne, dans des positions de soutien rapprochés pour les alliés des Kurdes américains en Syrie.
L'aile aérienne de la coalition américaine ne s'en va pas et sera sur appel pour des missions de bombardement lorsqu'elle recevra l'ordre d'appuyer ce que la Maison-Blanche a appelé la phase suivante. Les 2000 soldats américains pourraient être rapidement remplacés par les troupes d’un autre membre de la coalition. Les États du Golfe soutiennent l'Etat islamique, les Frères musulmans et d'innombrables groupes d'opposition en Syrie. Nous n'avons entendu aucun d'entre eux aujourd'hui.
Où vont-ils partir
Attendez-vous à ce que les Russes annoncent un retrait des troupes en réponse au départ des États-Unis, comme ils l'avaient fait par le passé lors de la désescalade. Bien entendu, cela changerait rapidement si les États du Golfe, par exemple, déplaçaient leurs mercenaires du Yémen en Syrie dans le cadre de la fin de la guerre au Yémen.
La prochaine action militaire de la Syrie est à prévoir. Utilisera-t-il le retrait américain pour commencer à se réaffirmer sur le territoire arabe que les Kurdes ont repris avec le soutien des États-Unis? Ou Assad voudra-t-il éliminer l'épine djihadiste d'Idlib de son côté, car aucun processus politique ne peut aboutir à un vote s'il n'est pas éliminé d'Idlib?
La Russie, la Turquie et l’Iran sont les garants du processus de paix, où l’un des éléments principaux est que le territoire syrien ne doit pas devenir balkanisé par des puissances étrangères. Comme ils sont là à l'invitation de la Syrie, ils peuvent engager légalement toute force attaquant la Syrie, s'ils le souhaitent.

Source : Trump Pulls Out of Syria – Why the Surprise Move Now?







La décision de Washington de retirer les troupes US de Syrie est considérée comme une victoire pour Assad.
Dans un article écrit par l’analyste israélien Zahir Andraos, le quotidien Rai al-Youm a abordé le retrait américain du territoire syrien. Selon le journal, cette décision de Trump doit être considérée comme une victoire pour le président syrien Bachar al-Assad et constitue une sévère gifle assénée à Israël.

« La décision du président américain Donald Trump de retirer ses troupes de Syrie porte le coup de grâce à tous les objectifs d’Israël en Syrie. Israël cherchait à démembrer la Syrie, à renverser son président, à soutenir un certain nombre de groupes terroristes et à empêcher l’Iran et la Russie d’ouvrir un nouveau front pour faire face à Israël sur les hauteurs du Golan », précise le journal. Et de poursuivre : « Les dirigeants israéliens considèrent cette situation comme une menace stratégique qui ravive la mémoire du désastre qui a eu lieu en mai 2003. À cette époque, l’armée israélienne a attaqué le Liban mais a ensuite été contrainte de fuir le champ de bataille en raison de la ferme résistance du Hezbollah. »
Il est clair que l’histoire se répète. Compte tenu des relations tendues entre Moscou et Tel-Aviv depuis la destruction de l’appareil russe au-dessus de la Syrie en septembre, la marge de manœuvre d’Israël est sensiblement réduite.
En outre, comme le souligne le rédacteur en chef du journal israélien Yediot Aharonot, Shimon Shiffer, les dirigeants israéliens sont inquiets, car les États-Unis les ont abandonnés face à leurs ennemis les plus dangereux, à savoir le Hezbollah et l’Iran.
 « La décision de Trump relève de la faiblesse. Washington a trahi ses alliés, et les Kurdes syriens en premier lieu. Israël est également inquiet parce que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a essentiellement évité de s’immiscer dans la guerre de Syrie et il s’est appuyé sur les Américains pour garantir les intérêts d’Israël à la fin de la guerre, mais il semble maintenant que la Syrie soit tombée entre les mains des ennemis les plus féroces d’Israël. En dépit de cette conjoncture, personne ne prête attention aux intérêts d’Israël », a expliqué Shimon Shiffer.
Mais l’analyste politique de Haaretz Hemi Shalev estime que Trump a craché au visage d’Israël en prenant une telle décision.
En allusion à la gifle infligée par Washington à son allié le plus proche, à savoir Israël, Haaretz a écrit : « De nombreux autres médias israéliens ont également abordé la décision de Washington de commencer à retirer ses troupes de Syrie. Les chaînes de télévision israéliennes 12 et 13 ont pris cette décision comme une victoire du président syrien Bachar al-Assad et de ses alliés russo-iraniens et une calamité pour Israël, qui sera isolé dans la région », précise Haaretz.
Se référant à des sources politico-sécuritaires de haut rang à Tel-Aviv, Haaretz a indiqué : « Le départ américain sonne le glas de la zone tampon créée par les forces américaines dans la région d’al-Qaïm à la frontière irakienne, qui permettait de confiner les Unités de mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi) en Irak et le Hezbollah et les forces iraniennes en Syrie. »
Dana Weiss, un autre analyste politique israélien, a déclaré que Tel-Aviv avait perdu la main face à l’Iran en Syrie après cette décision américaine.
La chaîne 10 de la télévision israélienne a également exprimé sa déception face à la décision des États-Unis, jugeant que ce retrait constituait une gifle pour Tel-Aviv et une victoire pour l’Iran, le Hezbollah et la Russie. « Les Américains sont rentrés les mains vides de Syrie. Ils sont perdants et pas victorieux. »
Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, avait annoncé précédemment que Tel-Aviv avait été informé de la décision des États-Unis de quitter la Syrie.
« Tel-Aviv examinera les impacts de ce retrait », a-t-il réagi
Il a également parlé des menaces potentielles découlant de cette décision américaine, mais a prétendu qu’Israël savait se défendre. Cependant, le journal israélien Yediot Aharonot a révélé que Netanyahu a tout tenté pour persuader Trump de renoncer à sa décision.
Le journal israélien a posé la question suivante : « Netanyahu a-t-il oublié comment il disait que Trump était le plus grand protecteur d’Israël ? »

Les États-Unis ont-ils conclu un accord secret avec la Turquie ?


La décision du président étatsunien de retirer ses troupes de Syrie est le résultat d'un accord secret entre Washington et Ankara, a déclaré jeudi à TASS l'analyste libanais Nidal Sabi, un expert de premier plan sur le dossier syrien.
Il a déclaré qu'après une période de divergences amères entre les Etats-Unis et la Turquie, Ankara "a gagné une fois de plus leur confiance totale et va à nouveau promouvoir les intérêts étatsuniens au Moyen-Orient."
"Les politiques régionales d'Ankara et de Washington poursuivent les mêmes objectifs et visent à fragmenter la Syrie et l'Irak" a poursuivi l'expert.
Il pense que le président turc Recep Tayyip Erdogan est susceptible d'utiliser l'accord avec les États-Unis pour déplacer des groupes extrémistes, qui sont actuellement retirés de la zone de désescalade d'Idlib, vers la rive orientale de l'Euphrate.
En outre, Sabi pense que le retrait des troupes étatsuniennes deviendrait une catastrophe pour l'alliance arabo-kurde connue sous le nom de Forces démocratiques syriennes. Il s'attend à ce qu'une scission au sein de cette coalition finisse par déclencher une confrontation majeure entre les tribus arabes et les groupes kurdes de l'Est de la Syrie.
"Dans cette nouvelle situation, les groupes kurdes n'auront qu'une seule occasion d'éviter une situation où ils se retrouveront face à face avec les troupes turques : se rallier à l'Etat syrien et rejeter les plans de fédéralisation syrienne ", a déclaré l'analyste libanais.
Selon lui, une situation dans laquelle Ankara et Damas font équipe pour contrer le séparatisme kurde est totalement exclue.
"Le président syrien Bachar Asad ne conclura jamais d'accord avec Erdogan, qu'il considère comme le principal coupable de l'effusion de sang sur la terre syrienne", a déclaré Sabi, ajoutant qu'Assad "ne fait pas confiance à Erdogan, car il connaît ses liens avec les fondamentalistes des Frères musulmans [proscrits en Russie], qui étaient le principal moteur du projet dit du printemps arabe".

VOIR AUSSI :

Pourquoi les États-Unis éprouvent-ils soudain la nécessité de déguerpir de la Syrie ?

Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. Il vont ençore envoyer beaucoup de mercenaires via la petite ile Pantelleria avec des vols non identifié !

    RépondreSupprimer

Les commentaires provenant de (Unknown) ne seront pas pris en compte.