mardi 25 décembre 2018

Avec le retour de Seif el-Islam Kadhafi, la Russie marque un peu plus son territoire en Libye

La Russie s'est affirmée comme un acteur déterminant dans le chaos libyen. Allié du maréchal Haftar, le Kremlin maintient un contact avec toutes les principales parties impliquées dans le conflit - y compris Seif al-Islam Kadhafi, qui vient d'annoncer son retour sur la scène politique via Moscou.
Jamais réapparu depuis sa libération en 2017, encore sous le coup d’une procédure de la Cour pénale internationale (CPI) qui réclame son arrestation pour crimes contre l’humanité, le fils de l’ancien guide de la Jamahiriya libyenne Seif el-Islam Kadhafi a annoncé son retour sur la scène politique dans une lettre adressée à Vladimir Poutine.

La Russie réagit à la lettre adressée par Saïf al-Islam Kadhafi à Vladimir Poutine

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov, a déclaré ce 24 décembre à l’agence Ria Novosti, que « la position de la Russie est que personne ne doit être isolé et exclu d'un rôle politique constructif », alors qu’il répondait à une information rapportée quelques jours plus tôt par Bloomberg. «Saïf al-Islam Kadhafi a le soutien de certaines tribus en Libye et cela devrait être inclus dans le processus politique», a également précisé Mikhaïl Bogdanov. Selon l’agence, Saïf al-Islam Kadhafi, fils de l’ex guide libyen, a envoyé aux responsables russes une lettre adressée à Vladimir Poutine. Dans cette lettre, le fils de Mouammar Kadhafi aurait expliqué au président russe sa stratégie pour sortir le pays du chaos et demandé un soutien politique et financier alors qu'il brigue la présidence libyenne. L’agence américaine a, par ailleurs, affirmé que des diplomates russes s’étaient entretenus avec lui par  vidéo, peu après sa libération, en juin 2017.
Le 19 mars 2018, Saïf al-Islam Kadhafi a annoncé, à travers l’un de ses porte-paroles, Aymen Bourass, sa candidature aux prochaines élections présidentielles libyenne sous la bannière du Front populaire pour la libération de la Libye (FPLL).
Toujours menacé par un mandat d’arrêt émis par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité [1], Saïf al-Islam Kadhafi avait été libéré dans le cadre d'une amnistie générale décidée par le Parlement installé à Tobrouk (reconnu par la communauté internationale), après avoir été détenu environ six ans par la brigade Abou Bakr al-Sadiq, l'un des groupes armés contrôlant le nord-ouest de la Libye. Depuis, il se serait réfugié, selon plusieurs médias, dans la capitale tunisienne. Il n'est pas apparu en public depuis sa sortie en juin 2017.
L’élection présidentielle libyenne a été reportée jusqu’au printemps 2019, au lieu du 10 décembre dernier. La tenue d’une conférence nationale en début d’année prochaine est censée mettre un terme aux crises politique et sécuritaire qui ravagent le pays depuis 2011.

Un rapport parlementaire britannique accable Sarkozy et Cameron

Cinq ans après l’intervention militaire qui a plongé la Libye dans le chaos, les parlementaires britanniques étrillent les principaux responsables de l’opération: David Cameron et Nicolas Sarkozy.
Quelles étaient les motivations de la France et du Royaume-Uni pour intervenir militairement en Libye? En 2011, il s’agit (selon Sarkozy et Cameron) d’éviter que Benghazi, ville rebelle du nord du pays, ne subisse le martyre que lui réserverait Mouammar Kadhafi. Pour les parlementaires britanniques qui ont enquêté sur la question, ni David Cameron, ni Nicolas Sarkozy n’ont agi par souci humanitaire.
Une méconnaissance totale du pays
Le premier à subir les foudres des parlementaires britanniques est David Cameron, Premier ministre au moment de l’intervention militaire. En creux, les membres de la commission d’enquête l’accusent d’avoir agi en amateur en Libye. Le rapport parlementaire dénonce ainsi “une compréhension très limitée des événements” et des responsables “qui ne se sont pas vraiment souciés de surveiller de près ce qu’il se passait”.
Plus loin dans leur rapport, les parlementaires mettent en doute la raison même pour laquelle la France et le Royaume-Uni sont intervenus en Libye: le possible massacre de Benghazi. Mais pour les auteurs du rapport, l’histoire de Kadhafi aurait pu pousser les dirigeants franco-britanniques à réfléchir autrement:
Plusieurs exemples dans le passé auraient pu indiquer la manière dont Kadhafi allait se comporter. (…) En 1980, Kadhafi a passé six mois à pacifier les rapports entre les tribus de la Cyrénaïque. Il y a fort à parier que sa réponse (au soulèvement de Benghazi, Ndlr) aurait été très prudente… La peur d’un massacre de civils a été largement exagérée note le rapport.
Les motivations françaises en question
Plus troublant encore, le rapport retranscrit une conversation avec un membre des services secrets américains, expliquant avoir discuté avec l’un de ses homologues français à propos de l’engagement français en Libye. Pour les Britanniques, la France n’est pas intervenue pour sauver Benghazi, mais pour cinq autres raisons, bien différentes:
– S’emparer d’une partie de la production de pétrole libyenne
– Augmenter l’influence française en Afrique du Nord
– Améliorer la popularité de Nicolas Sarkozy en France
– Replacer l’armée française au centre de l’échiquier stratégique mondial
– Répliquer à la volonté de Kadhafi de remplacer la France comme puissance dominante en Afrique francophone
Cinq ans plus tard, note le rapport, la Libye est au bord du gouffre. Reprenant un rapport d’Human Rights Watch, les parlementaires notent que plus de deux millions de personnes nécessitent une aide humanitaire, que 400.000 Libyens ont été déplacés de force, et que les forces militaires en présence continuent de se livrer à de multiples exactions contre les populations civiles et combattantes.
Ce que le rapport oublie de rappeler, c'est que la principale motivation de Sarkozy-le-truand, c'est de s'emparer de l'or libyen (plusieurs dizaines de milliards de dollars) , ce qui lui permet d'assurer son impunité devant les Justices française et internationale (corrompues) et d'assurer un avenir confortable pour plusieurs générations de sa descendance. Voir :Sarkozy, l’OTAN et l’or de Kadhafi 

"Selon les informations sensibles disponibles auprès de cette source, le gouvernement de Kadhafi détient 143 tonnes d’or, et une quantité similaire en argent … Cet or a été accumulé avant l’actuel soulèvement  et était destiné à être utilisé pour créer une monnaie panafricaine basée sur le Dinar-or libyen.  " Voir : Emails Clintoniens. Ben Ali, Kadhafi et Moubarak ont été "dégagés" par Washington parce qu’ils voulaient remplacer le dollar par le Dinar-or !

[1] Mis en examen pour le financement illicite de sa campagne de 2007, Nicolas Sarkozy avait  déclaré la guerre à Mouammar Kadhafi pour réduire au silence celui qui l’a aidé à accéder à l’Élysée. Les véritables motivations d’une intervention soutenue par Londres, Washington, le Qatar et l’Arabie saoudite, et dont l’onde de choc continue d’empoisonner le climat sécuritaire dans le Sahel et l’Afrique subsaharienne, sont pourtant ailleurs. La destruction de la Libye a détruit la région et causé des centaines de milliers de victimes. C’est Sarkozy qui devrait être poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l’Humanité. Voir : La chute de Sarkozy : la vengeance de Kadhafi et de la Libye
Hannibal GENSERIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet seront supprimés.