jeudi 20 décembre 2018

Ex ambassadeur US à Tunis : « La Troïka est impliquée à fond dans l’envoi de djihadistes tunisiens en Syrie »


Dans une édifiante étude faite par Jacob Walles, ancien ambassadeur américain à Tunis, le diplomate révèle que la Tunisie des temps de la Troïka, Ennahdha, Attakatol ………..( c’est-à-dire le trio Marzouki [1] , Jebali, Ben Jaafar, collaborait avec les terroristes en période supposée être de transition démocratique, en envoyant des Djihadistes tunisiens en Syrie et en Irak. C'est surtout cela, le sinistre "Printemps arabe": le triomphe des djihadistes et l'élimination physique des laïques.
Aron-et-Jacob 
D'après l'ambassadeur, 2900 Djihadistes ont été envoyés, quoiqu’on  ait tablé sur 27 mille destinés à partir.[2].  
En réalité, il y en avait beaucoup plus, car à ce jour, le flot continue. Tant que les islamistes sont au pouvoir, il y aura de plus en plus de terroristes islamistes, car ils servent de harkis à l'Impérialisme et au sionisme.
 Ils ont rejoint les rangs de Daech, Jabhat Ennosra, l’Amée islamique et d’autres groupes terroristes. Il ajoute que les pires crimes ont été commis par les Tunisiens [3], à l’instar de la torture et de l’assassinat du pilote jordanien Moadh Ksasba , brûlé vif.
Il y a eu une première période (2011-2O12) on on a permis à Ansar Achariaa et d’autres factions de s’organiser et d’envoyer au vu et au su de tout le monde des djihadistes pour combattre Bachar Al Assad.
Puis une seconde période (2012-2014) où le gouvernement s’est retrouvé confronté à un sérieux problème du fait que ces factions ont commencé à sévir à l’intérieur du pays, commençant par l’attaque contre l’ambassade américaine, puis les assassinats politiques (dont  Belaid et Brahmi).
Puis les Etats-Unis  sont partis dans une étroite collaboration avec le gouvernement de technocrates, où fut adoptée la loi anti-terroriste en 2015.
Dans sa communication, Wallas explique ce phénomène en partie par les espérances trahies de la révolution  aux yeux des jeunes.
S’en suivit des communications de premier ordre et et un débat animé aussi par un grand spécialiste Aaron Zlelin.
Vous trouverez la synthèse de ces communications en PDF dans sa version arabe.
Où en est la Tunisie dans cette galère?
La Tunisie, qui fait partie des cinq pays ayant le plus grand nombre de terroristes islamistes à l’étranger, arrive en 47e place sur les 163 pays, reculant ainsi de 6 positions par rapport à l’année dernière.
Selon une étude menée en mai 2018 par l’Institut Tunisien des Études Stratégiques (ITES), les trois-quarts des terroristes de retour des foyers de tension et écroués dans les prisons tunisiennes sont célibataires, et 90% d’entre eux ont un niveau d’enseignement moyen.
Il y a quelques années, l’ONU avait établi le nombre de 5500 ressortissants tunisiens ayant rejoint les rangs d’organisations djihadistes.
Voir aussi:
-  Les 700 Daéchiennes du "jihad sexuel" sont un danger pour la Tunisie

-  Témoignage d’une djihadette tunisienne : « On m’a promis le Paradis, alors je me suis livrée à 152 hommes »



Hannibal Genséric

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet seront supprimés.