jeudi 27 décembre 2018

État voyou. L'armée israélienne a utilisé des avions de ligne passagers comme couverture lors de l'attaque sur Damas le jour de Noël


Israël a lancé une attaque non provoquée le jour de Noël contre la Syrie. Selon des informations citées par le ministère russe de la Défense, six avions de combat F16 israéliens ont violé l'espace aérien libanais voisin et, en passant au-dessus de Sidon. Profitant de vols civils de passagers pour se protéger contre les missiles anti aériens syriens, les avions juifs ont tiré 16 bombes GBU-39 à guidage laser sur des cibles se trouvant à Damas et aux alentours, dont 14 ont été interceptées par les systèmes de défense aérienne syriens.

Des détails plus choquants ont été révélés aujourd’hui 26/12, alors que le ministère russe de la Défense a confirmé que les avions juifs se trouvaient en position de tir juste au moment où deux avions de ligne civils étaient en train de préparer leur atterrissage aux aéroports de Beyrouth et de Damas.Missiles over Damascus
En conséquence, les unités de défense militaires syriennes n'ont pas déployé leurs missiles sol-air ni leurs engins électroniques de brouillage «afin d’éviter une tragédie». Elles ont plutôt autorisé le contrôle du trafic aérien de Damas à détourner l'un de ses vols passagers vers une destination d'urgence située à Khmeimim, à Lattaquié.
L’armée israélienne était parfaitement au courant de ces vols de lignes aériennes de passagers et a donc spécifiquement choisi cette position et ce moment précis pour mener son opération aérienne contre la Syrie. Sur cette base, on peut logiquement en déduire que l’armée israélienne a mis ces vols civils en danger et que l’armée israélienne a utilisé ces vols aériens civils comme couverture pour accroître ses chances de réussir une frappe aérienne militaire.
Dans une déclaration officielle à la presse aujourd'hui, le porte-parole de la Défense russe Igor Konashenkov a déclaré:
"Les actes de provocation de l'armée de l'air israélienne ont mis en danger deux avions de passagers lorsque six de leurs F-16 ont effectué des frappes aériennes sur la Syrie depuis l'espace aérien libanais."
Si l'armée syrienne n'avait pas hésité et avait lancé ses missiles contre les agresseurs israéliens, et accidentellement touché l'un des avions de ligne que les voyous juifs utilisaient comme couverture, l'indignation "internationale" aurait été considérable, les médias occidentaux (majoritairement entre les mains juives) accusant très certainement le régime d'Assad et  "la Russie de Poutine" pour "la tragédie humanitaire". Il est possible qu'un tel incident aurait été suffisant pour contraindre de nouveau les forces américaines à rester en Syrie - annulant ainsi l'annonce faite par le président Trump la semaine dernière de retirer les troupes américaines d’occupation illégale du nord-est de la Syrie. Il n’est pas certain que c’est là le motif israélien qui a poussé Israël à prendre une décision aussi risquée, mais l’incident irréfléchi commis hier par Israël suit un schéma familier et inquiétant consistant à utiliser les avions d’autres pays comme couverture afin d’attaquer les défenses antiaériennes de la Syrie, afin de les détruire tout en dissimulant leur propre signature radar derrière des avions civils.
Israeli F35 F16
F-35 et F-16 israéliens
En septembre dernier, Israël avait exécuté une manœuvre aussi imprudente qui avait entraîné la chute d'un avion de surveillance russe Il-20, tuant les 15 membres d'équipage à bord. Les F-16 israéliens l’avaient effectivement utilisé comme couverture lors de l’attaque, ce qui avait conduit l’avion russe à être abattu par des systèmes de défense antiaériens syriens alors qu’il tentait d’atterrir à proximité de Tartous. Pour aggraver les choses, les responsables israéliens n’ont pas fourni les données de localisation correctes de leurs avions de combat. Ils ont au contraire donné de fausses informations aux officiels russes au dernier moment, affirmant que les avions à réaction allaient attaquer plusieurs «installations industrielles» dans le nord de la Syrie. Cette décision a poussé les autorités russes à condamner l'acte trompeur de "négligence criminelle", déclarant à l'époque:
"Les informations trompeuses fournies par l'officier israélien sur la zone des frappes ne permettaient pas à l'avion russe Il-20 de se déplacer rapidement vers une zone sûre."
À ce jour, Israël a refusé de reconnaître toute responsabilité pour l'attaque du jour de Noël, mais selon un reportage de Newsweek citant une source du département de la Défense des États-Unis, Israël visait les "hauts dirigeants du Hezbollah" lors des frappes aériennes.
Hannibal GENSERIC

6 commentaires:

  1. C'est horrible...cette nation élue par Satan donne vraiment envie de vraiment construire ces chambres à gaz pour de vrai et y foutre tout le haut du panier commençant par familles Rotchild..... je pleins les JUIFS, les pauvres vont encore trinquer pour leurs dieux monstrueux

    RépondreSupprimer
  2. C'est surement dû a leurs niveau de moralité !

    RépondreSupprimer
  3. Attendons que Idlib et l'est de la Syrie soient libérés. Après Bachar El Assad, Rohani et Nasrallah vont s'occuper sérieusement du problème, et je crois que ça va faire mal.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai compris pourquoi le chancelier allemand vous en finir avec eu..

    RépondreSupprimer
  5. Tant qu'il n' ya pas de réaction réciproque, ces voyous continueront leurs méfaits. La réciprocité devrait être totale: Tell Aviv pour Damas. Et les mêmes méthodes, qui empêcherait les syriens de faire autant, en se couvrant par des vols civils à "Ben Gourioun", ou ailleurs, pour bombarder Demona , par exemple....

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés.