mardi 11 décembre 2018

L'Administration Trump agite le sabre contre l’Iran


Lors d’un récent discours devant l’Institut International d’études Stratégiques à Manama (Bahreïn), le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a lancé l’offensive (rhétorique) contre l’Iran. Mattis a dit:
"Les nations de même opinion ne sont pas en quête de guerre ni de conflit. Cependant, nous ne pouvons ignorer l'influence néfaste et le comportement déstabilisateur des organisations extrémistes violentes et du «régime hors la loi» iranien… Le régime iranien ne parle pas pour le peuple iranien, qui a le droit de vivre et de prospérer dans une région sûre, sécurisée et en paix…. Un régime iranien qui ignore les besoins des citoyens. Il se sent libre d’escalader et d’engager des conflits coûteux qui ne servent les intérêts de personne."

Mattis a également affirmé que "rien n'est plus emblématique des activités perverses de l'Iran au Moyen-Orient que son soutien au régime meurtrier d'Assad", un courant de réflexion soutenu par l'envoyé présidentiel américain pour la Coalition mondiale pour vaincre l'Etat islamique Brett McGurk.
À Manama, McGurk semblait signaler que le gouvernement Trump était prêt à affronter les combattants iraniens en Syrie. Selon McGurk, «personne ne les veut là-bas. Les Russes nous ont même dit qu’ils ne devraient pas être là. Nous avons pris cela en compte et déclaré que pour une Syrie stable, ces forces devaient partir. "
Encore plus, selon McGurk, " Nous ne contribuerons pas à reconstruire les zones reprises par le régime Assad avec l'aide des Iraniens et des Russes. "
Fait inquiétant, ces commentaires de Mattis et McGurk font trop clairement écho à la rhétorique de changement de régime employée par les administrations américaines successives, qui remonte au moins à la fin du chef de la famille mafieuse, George H.W. Bush [1]. Cette, rhétorique est employée par les politiciens américains pour tenter de dissimuler leurs véritables intentions (changement de régime) par le langage implicite des droits de l'homme. Dans la période qui a précédé l'une des sept guerres de changement de régime entamées par les États-Unis au cours des 25 dernières années, on peut trouver des exemples de hauts responsables du gouvernement américain qui répètent, comme un mantra, l'affirmation selon laquelle la querelle des États-Unis n'est pas avec le peuple de (insérer le nom du pays sur le point d’être envahi), c’est avec le gouvernement de (insérer le nom du pays sur le point d’être envahi).
Pour aider à comprendre le cycle actuel de sabotage par gouvernement Trump, j'ai parlé à Mme la doctoresse Trita Parsi, auteur de Losing an Enemy: Obama, l'Iran et le triomphe de la diplomatie.
James Carden: J’ai été frappé de voir à quel point le projet d’acte d’accusation de Mattis contre l’Iran à Manama reprenait l’argument invoqué par les administrations précédentes pour vendre des guerres de changement de régime. L’administration Trump est-elle en train de préparer le terrain pour un véritable conflit militaire avec Téhéran, ou s’agit-il d’un bluff ou d’une agression de la part d’une administration stratégiquement et intellectuellement superficielle?
Dr Trita Parsi: Je pense que la meilleure façon de comprendre cela est que Trump, son administration et les entités qui le poussent dans ce dossier, de Sheldon Adelson [2] à l'Arabie saoudite, à Netanyahu, conviennent finalement que l'objectif est d'affaiblir l'Iran et de redresser la balance de la puissance loin de l'Iran et vers Israël et l'Arabie Saoudite [3]. Les chemins menant à cet objectif peuvent varier, des sanctions paralysantes au changement de régime, à l’effondrement du régime, à la guerre ou à une combinaison de ces politiques.
Mais ils ont des préférences différentes. Donald Trump, je crois, ne veut ni guerre ni changement de régime. Pas par souci humanitaire, mais parce qu'il sait que la guerre et le changement de régime coûtent très cher. Je pense donc qu'ils vont se tourner vers la seule option la moins coûteuse, tout en atteignant leur objectif de modifier l'équilibre des forces dans la région: l'effondrement du régime.
Contrairement au changement de régime, une politique d'effondrement du régime est moins coûteuse, car vous ne prenez pas la responsabilité de mettre en place le prochain gouvernement en Iran. En réalité, vous ne voulez pas d’un nouveau gouvernement. Vous voulez le chaos et même la guerre civile [comme c’est le cas en Libye, en Irak et en Syrie, où la guerre « civile » est menée par des djihadistes (des mercenaires islamistes) étrangers]. Dans ce scénario, l’énergie iranienne serait consommée de manière interne et l’Iran n’aurait plus la capacité de projeter de l’énergie dans la région. En conséquence, le rapport de forces se détournerait de l’Iran vers Israël et ses valets arabes, dont l’Arabie saoudite, mais sans le coût d’une guerre ou d’un changement de régime.
Bien entendu, cela déstabiliserait une grande partie de la région et enverrait des flux massifs de réfugiés vers l'Europe. Mais cela ne semble pas préoccuper Trump ni les dirigeants de Tel-Aviv et de Riyad. [au contraire, car pour Trump l’Europe est une ennemie , et pour Israël, tous les non juifs, les goys, sont à élimine].
JC: Je veux poser des questions sur la Syrie. Lorsque l'envoyé américain, Brett McGurk, a déclaré que les États-Unis ne contribueraient pas à la reconstruction de la Syrie dans les zones libérées des terroristes par la Russie et l'Iran, et que les forces soutenues par l'Iran "doivent partir", que signale-t-il ici? Donne-t-il un aperçu à l’avance de la justification de l’administration pour une guerre plus large en Syrie si l’Iran ne «sort pas»?
TP: Je pense que le spécialiste de la Syrie Joshua Landis a expliqué ce qui se passe de mieux: la politique de Trump en Syrie n’est pas de gagner, mais de priver la Russie, l’Iran et Assad de la victoire. Pour atteindre cet objectif, les États-Unis feront tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher la reconstruction de la Syrie. Plutôt que de justifier la guerre contre l'Iran en Syrie, je pense que cela témoigne de la politique consistant à maintenir la guerre civile aussi longtemps que possible et à faire en sorte que ni Assad, ni la Russie, ni l'Iran ne puissent remporter une véritable victoire, même si cela conduit à la destruction totale de la Syrie.
The Nation
Ce groupe de réflexion pousse le changement de régime en Iran
- et la Maison Blanche est à l'écoute
JC: Reprenons le thème de l'effondrement du régime. Une telle politique - par opposition à un changement de régime - semblerait impliquer que Trump préférerait ne pas opérer un changement à Téhéran par une action militaire directe, mais plutôt tenter de déstabiliser le pays de l'intérieur. Si tel était le cas, il semblerait que des éléments anti-régime tels que le MeK, qui ont le culte du terrorisme, auraient un rôle à jouer. Vous avez écrit sur MeK, notamment dans un essai paru dans le New York Review of Books. Pour les lecteurs qui ne les connaissent pas, pouvez-vous expliquer, de manière générale, qui ils sont et comment ils sont parvenus à acquérir un lobby américain aussi puissant?
TP: Oui, à mon avis, Trump préfère atteindre ses objectifs sans entreprendre d'action militaire à cause du coût. Notez, pas en raison de préoccupations humanitaires particulières. Et cela le conduira vers l'effondrement du régime au lieu de la guerre ou d'un changement de régime, car le changement de régime est également coûteux.
Alors que le MeK est de peu d'utilité si l'objectif est de changer de régime, en raison de leur immense impopularité en Iran, le gouvernement Trump semble croire qu'il peut être utile à la chute du régime et à une guerre civile potentielle, compte tenu de la vaste expérience de cette organisation terroriste dans le pays. sabotage, terrorisme, assassinats et même des guerres régulières.
L’MeK est un culte terroriste violent qui a commencé à tuer des Américains et des responsables du régime du Shah dans les années 1960 et 1970. Ils étaient partisans de la révolution islamique, mais ont eu des problèmes avec l'ayatollah Khomeiny et ont fini par chercher refuge auprès de Saddam Hussein pendant la guerre Irak-Iran. Ils ont fini par se ranger du côté de l'Irak pendant la guerre, ce qui leur a coûté presque tout leur soutien à l'intérieur de l'Iran.
Une fois la guerre terminée, Saddam a commencé à les utiliser comme son armée personnelle d'épuration ethnique contre les chiites dans le sud de l'Irak et les Kurdes dans le nord.
Tout en luttant pour Saddam, le MeK a commencé à établir une présence très forte sur le lobbying sur Capitol Hill en accordant des fonds de campagne considérables aux membres démocrates et républicains du Congrès. Encouragés par un financement massif de l'Arabie saoudite, ils ont bien sûr défoncé une porte ouverte car leur maigre argument était que le régime en Iran était mauvais et devait être renversé. Bien qu'ils aient figuré sur la liste américaine des organisations terroristes, ils étaient toujours libres de participer à cet important effort de lobbying qui les a conduits à faire pression pour sortir de cette liste en 2012.
JC: Les sanctions constituent un autre pilier de la stratégie d'effondrement du régime. Brian Hook, représentant spécial des États-Unis pour l'Iran, a récemment déclaré: "Notre objectif reste de réduire les importations de pétrole iranien dans les pays". En attendant, la décision de l'administration d'imposer des sanctions liées au nucléaire en octobre a provoqué le tollé des Européens, qui prennent des mesures spécifiques (via un «véhicule spécial») pour contourner les efforts américains visant à isoler complètement Téhéran du système financier mondial. Il semble que les efforts pour ré-isoler l'Iran vont être plus compliqués cette fois-ci, qu'est-ce qui explique cela?
TP: L'effort a essentiellement échoué. Trump a été obligé de donner huit dérogations parce que les prix du pétrole augmenteraient s’il ne le faisait pas. Les efforts visant à amener les Saoudiens à remplacer le pétrole iranien ont échoué. La demande de pétrole pourrait baisser l’année prochaine, ce qui pourrait permettre à Trump de bloquer un peu plus de pétrole iranien, mais il ne parviendra pas à atteindre zéro ou une quantité assez faible d’exhortations iraniennes pour provoquer l’effondrement de son économie.
Cet échec a également amené Trump à perdre la guerre psychologique. S'il avait réussi, le calcul était que cela créerait la panique chez la population iranienne et lui ferait perdre confiance en la capacité du gouvernement à résister à la même tempête. Cela aurait conduit à une masse critique de personnes descendant dans les rues et réclamant l’effondrement du régime, selon le calcul.
En ne tenant pas sa promesse d’éliminer les exportations de pétrole iranien, Trump n’a pas non plus semé la panique et fait perdre confiance à la population en ce qui concerne la capacité du gouvernement à gérer les sanctions pendant des années.
Cela dit, cela ne veut pas dire qu'il ne blesse pas l'économie iranienne. Au contraire, c'est extrêmement douloureux et la population souffre énormément à cause des sanctions. Mais la douleur à elle seule ne va pas provoquer l'effondrement de l'économie ou du régime.
JC: Une vingtaine de démocrates devraient probablement participer aux primaires de la présidentielle de 2020. En tant qu'auteur d'un livre, Losing an Enemy, qui décrit en profondeur les efforts déployés par l'administration Obama pour sécuriser le JCPOA, quel conseil donneriez-vous au prochain président démocrate afin de revenir sur la bonne voie diplomatique avec l'Iran et, plus important encore, les autres signataires du JCPOA, que Trump s'est mis en quatre pour offenser?
TP: Si le JCPOA survit pendant les deux prochaines années et si Trump perd en 2020, la prochaine administration doit alors chercher à réintégrer l'accord. Il doit y avoir un fort soutien pour cela au Congrès, en fait, cela devrait faire partie de la plate-forme du parti démocrate.
Tout engagement renouvelé avec l'Iran sera délicat. Les Iraniens auront des raisons de ne pas faire confiance aux engagements des États-Unis. Mais cela peut toujours être fructueux, mais seulement si les États-Unis l’abordent avec des objectifs réalistes et une stratégie diplomatique centrée à la fois sur des mesures incitatives et dissuasives plutôt que sur la seule contrainte.
James W. Carden est rédacteur au journal The Nation et rédacteur en chef du Comité américain pour l'accord Est-Ouest American Committee for East-West Accord
-------------------------------------------------
Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. Qui vit par l'épée périt par l'épée. Ils continueront à déstabiliser le monde, Europe comprise ( ennemi pas seulement potentiel, mais réel d'après Trump!), jusqu'au jour où ils seront déstabilisés eux-mêmes, par un effet boomerang inattendu. Beaucoup de spécialistes prétendent que ce jour n'est pas loin.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet seront supprimés.