lundi 17 décembre 2018

USA. Mueller : Il n’y a pas d’"intervention russe " dans l’élection de Trump, mais Trump travaillait pour Israël et pour les Saoudiens


L’enquête de Mueller sur la  Russie a changé de direction, selon les principaux médias, Daily Beast, BBC, Vanity Fair, UK Independent, Mother Jones, Al Jazeera, le UK Guardian et d’autres, à la mi-décembre 2018.
Le sentier de l'argent réel qui a initialement conduit vers la Russie s'est maintenant diversifié: il va en Israël, en Arabie Saoudite, aux EAU et il se pourrait même qu’il n’y ait plus du tout de «sentier russe».

 
Vous voyez, beaucoup de ceux qui ont fait l’objet d’une enquête en tant que Russes, et toujours répertoriés comme «proches de Poutine», sont en réalité plus étroitement liés aux partisans de Trump, que sont Semion Mogilevich et Felix Sater [1], répertoriés comme des "chefs" de la maffia judéo-russe [8], tous deux citoyens israéliens travailler avec le Mossad.
Résultat de recherche d'images pour "semion mogilevich et felix sater, mossad"
Mogilevich, qui «travaille» pour le compte d’Israël dans le « faux réseau russe » pro-Trump, figure depuis 2009 sur la liste des 10 personnes les plus recherchées par le FBI pour meurtre, extorsion, prostitution, trafic de drogue et d'armes.
 Résultat de recherche d'images pour "semion mogilevich et felix sater, mossad"
Felix Sater, son protégé, est conseiller de Donald Trump et contrôle le groupe Bayrock, partenaire de Trump dans «Trump Soho». Sater, désormais informateur du FBI, a été nommé «Juif de l’année» en 2010 et 2014.
Sater a été reconnu coupable de racket en 1998 et a évité la prison en «fournissant des informations cruciales et une assistance» aux agences américaines ».
Pas de surprise pour ceux qui connaissent bien la scène politique américaine, car les politiques de Trump ont favorisé les industries de l'armement et du pétrole, les gros pollueurs et les escrocs financiers, que ses alliés internationaux se révèlent être les "suspects habituels" : Israël, l'Arabie saoudite et les Émirats Arabes Unis , qui ont conduit à l’occupation de la majeure partie de la Syrie par l’Amérique, à sa guerre contre le Yémen et à son soutien aveugle au nettoyage ethnique et au massacre des peuples yéménite palestinien.
En plus de cela, Trump fait pression pour un conflit avec la Russie et la Chine, s’est retiré des accords climatiques et est maintenant clairement défini comme «sous la férule», non pas de la Russie mais des élites criminelles globalistes [3].
Bien que l'enquête sur la Russie ait donné peu de résultats et que le président Donald Trump revendique une victoire limitée, il s’est maintenant  révélé que l’enquête Mueller avait une deuxième direction, une direction qu'elle suivait depuis des mois. Les enquêteurs de Mueller ont constaté que l'élection de 2016 avait réellement impliqué de nombreux pays, dont les principaux violateurs sont: Israël, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, et pas du tout la Russie, selon des sources crédibles.
Chacune des personnes interrogées dans le cadre de l'enquête sur la Russie a également été interrogée sur ses liens avec Israël, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.
De plus, une enquête sur la manipulation des médias sociaux par Google et Facebook a conduit invariablement au Mossad, et non pas à la Russie. En fait, la piste qui mène à la Russie a été en grande partie pavée de fausses preuves placées sur le Net par Google et Facebook, preuves permettant de donner à la Russie l’air coupable, alors qu’en réalité c’est Israël qui a ouvert la voie aux manipulations.
Les actes clés de l’administration Trump, notamment le retrait de l’accord nucléaire iranien et le déplacement de l’ambassade américaine en Israël à Jérusalem, en violation directe de la quatrième Convention de Genève, ont contribué à renforcer les soupçons de Mueller.
En particulier, l’ancien conseiller pour la sécurité nationale, Michael Flynn, ancien directeur de l’Agence de renseignement de défense (DIA), a mené l’enquête sur les interventions d’Israël. Au cours de 19 entretiens avec le bureau du conseiller spécial Mueller, il a dressé un historique détaillé de Trump et de son entourage ainsi que de vastes relations avec des organisations du crime soutenues par Israël. [4]
Flynn a également présenté ses propres réunions avec Israël, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, réunions qui comprenaient, selon des sources, un vaste programme de truquage électoral, de manipulation des médias sociaux et de corruption à grande échelle.
Résultat de recherche d'images pour "sheldon adelson mafia"
Sheldon, le malfrat qui a acheté
les politiciens américains  pour 100 millions $
Selon OpenSecrets.org, Sheldon Adelson, le capo maffieux juif israélo-américain ami de Netanyahou, grand patron du jeu et accusé de trafic d'êtres humains, était le principal bailleur de fonds des élections américaines de 2016. Adelson a versé directement 25 millions de dollars à Trump et 113.016.500 dollars à des candidats politiques, dont 100% à des candidats pro-israéliens, et 100% Républicains, soit dix fois le montant dépensé par George Soros pour les mêmes élections. [5]
Point important de l’aspect de l’enquête concernant l’application de la loi sur l’enregistrement des agents étrangers. On a bien poursuivi  autrefois Paul Manafort pour ses liens avec la Russie, alors que l’on n’a poursuivi personne parmi ceux qui suivent les directives d’Israël. Pendant de nombreuses années, des organisations juives telles que l'AIPAC (Comité des affaires publiques israéliennes américaines), la Ligue anti-diffamation [6] (ADL) et d'autres, comme le Southern Poverty Law Center, se sont, selon des sources de haut niveau, non seulement impliquées dans l'ingérence élections utilisant le chantage, mais aussi dans l'espionnage.
De même, l'Arabie saoudite a été largement protégée contre les lois interdisant l'ingérence étrangère dans le gouvernement américain dans les groupes de pression (lobby) américains du pétrole et des armes, qui représentent ouvertement les intérêts saoudiens, notamment le comportement très suspect des États-Unis envers Al-Qaïda et ISIS/Daech/EI, une guerre contre le terrorisme, très utile pour les États-Unis et Israël, et qui va continuer pour encore au moins deux décennies.
Un autre point qui nourrit Mueller est son mandat d’enquêter sur les tentatives d’interférence dans ses enquêtes. Il semble que les efforts israéliens et saoudiens pour mettre fin à cette enquête, qui pourrait bien conduire à la mise en accusation et à la destitution de Donald Trump, ont largement éclipsé toute implication de la Russie.
Parmi les cibles principales de Mueller figure le fondateur de Blackwater, Erik Prince, dont la  sœur n’est autre que la controversée secrétaire à l’éducation, Betsy DeVos.
Selon les initiés de l'enquête, Prince, associé étroitement à Mark Zuckerberg (Facebook) et Jared Cohen (du groupe Google Ideas), soutenu par des sociétés telles que PsyGroup, dirigée par Mossad, a planifié un vaste programme de manipulation des médias sociaux [7], initialement imputé à la Russie, mais désormais réellement lié à Israël, à l’Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis et, dans les faits, aux organisations terroristes islamistes Al-Qaïda et ISIS/Daech.

Source : Mueller Dropping Russia Probe, Says Trump Working for Israel and Saudis

Traduction : H. GENSERIC

NOTES d’Hannibal Genséric
Donald Trump déteste les délinquants latinos, les "bad hombres" comme il se plaît à les appeler. Il l’a dit et répété, que ce soit pour évoquer ce fameux mur qu’il construit contre le Mexique ou pour justifier sa politique de déportations massives. Mais il n’a rien en revanche contre les "kriminalnii tovarichi" russes. Bien au contraire. La plupart d’entre eux, c’est vrai, sont riches. Très riches. Et ils ont largement contribué à sa fortune.
Selon le quotidien "USA Today", qui a consulté les casiers judiciaires de ces partenaires douteux, on trouve ainsi parmi eux : 
  • Felix Sater, l’un des promoteurs du Trump SoHo à New York, un projet pharaonique d’hôtel entouré d’appartements où les Russes sont nombreux. En charge des projets du groupe en Russie, cet ancien immigrant russe a été condamné par deux fois pour blanchiment et manipulation de cours. Il a aussi passé un an en prison pour avoir poignardé un homme en 1991.
  • Alexander Mashkevich, un investisseur d’origine kazakhe dans des projets de Trump à New York, mis en cause par le gouvernement belge pour une affaire de blanchiment d’argent, pour quelque 55 millions de dollars.
[2] La Trump Tower (Tour Trump) était équipée de bordels, de fumeries d’opium, de casinos et salles de jeux et de chambres luxueuses ; elle se remplissait de joueurs pros, de voyous et d’escrocs en tout genre tout en devenant la maison mère de toute une ménagerie de figures riches et célèbres du crime organisé. La Tour Trump est devenue alors le ground zero d’une entreprise criminelle globale, incluant le réseau de trafic d’enfants pédophile de Jeffrey Epstein et la fameuse entreprise de “développement immobilier” de Trump qui était une large vitrine de blanchiment du fric sale de la mafia.
Dans la ligne de mire de la Chine sur cette affaire, il y a Sheldon Adelson, qui est (a) la 20e personne la plus riche du monde, (b) le "capo di capi de la mafia judéo-américain, (c) le "faiseur de rois" dans la politique américaine,  (d) le contrôleur politique du parti républicain américain, et (e) l'ami proche de Bibi Netanyahou.
Lorsqu’Adelson veut décider qui, aux États-Unis, il doit soutenir politiquement ou qui doit-il détruire, il a deux questions clés: 
1) soutiendrez-vous Israël?  
2) Soutiendrez-vous les actions contre l'Iran?
Dans le document suivant, nous donnerons un aperçu de la pénétration d'Internet par les Juifs et montrerons également le niveau de coopération entre les principaux entrepreneurs Internet juifs et l'État israélien raciste d'apartheid juif. Les Juifs - contrairement à l’opinion «libérale» qu’ils professent officiellement - par leurs actes répressifs démontrent pratiquement qu’ils cherchent toujours à dominer le flux d’information et qu’ils ne tolèrent aucune dissidence. C’est comme quand Israël dit «Shalom» alors que l’armée israélienne frappe en même temps ses États voisins arabes avec des bombes et des missiles.
Sections
La mafia judéo-russe est étroitement associée à Chabad-Loubavitch, un mouvement hassidique. Bien que le mouvement Chabad Lubavitcher soit souvent considéré comme faisant partie du judaïsme orthodoxe, il a souvent été condamné comme hérétique par les juifs traditionnels.
Ces Juifs russes -Loubavitch ont constitué une partie substantielle des «oligarques» notoires du pays.
Selon un rapport publié sur le site bancaire russe lanta.ru, près de 25% des 200 personnes les plus riches de Russie sont juives. Le rapport a révélé que sur les 200 milliardaires du pays, 48 sont juifs et possèdent une valeur nette combinée de 132,9 milliards de dollars. Parmi les 48 Juifs inscrits sur la liste, 42 sont des Ashkénazes et ont ensemble une valeur nette de 122,3 milliards de dollars, alors qu'ils ne représentent que 0,11% de la population. Mikhail Fridman, le plus riche des Ashkénazes, a une valeur nette de 17,6 milliards de dollars et est le deuxième homme le plus riche de Russie. Les milliardaires ashkénazes incluent Viktor Vekselberg (valeur nette de 17,2 milliards de dollars), Leonid Michelson (valeur nette de 15,6 milliards de dollars), German Khan (valeur nette de 11,3 milliards de dollars), Mikhail Prokhorov (valeur nette de 10,9 milliards de dollars) et Roman Abramovich (valeur nette de 9,1 milliards de dollars) . Source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés.