dimanche 30 décembre 2018

Afghanistan. Le Pentagone propose des "opportunités d'emploi" pour les talibans


A quel point la "guerre éternelle" en Afghanistan, et qui dure depuis dix-huit ans peut-elle s'aggraver? Le principal quotidien pakistanais en langue, The Dawn, y répond en citant les déclarations du Pentagone: "Désireux de persuader les talibans de se joindre au processus de paix afghan, les États-Unis leur offrent un réseau de sécurité incluant la création d'opportunités d'emploi pour les insurgés".
Cette offre du Pentagone nous ramène au début de la guerre contre les Soviétiques des années 1980, époque durant laquelle les terroristes islamistes (appelés moudjahidines, ou Talibans) étaient formés et armés par les Américains, et financés par les Saoudiens.  
Aujourd'hui, depuis leur siège central au Qatar, aux côtés de la Centrale Terroriste des Frères Musulmans, le Talibans mènent la danse : ils veulent tout le pouvoir pour eux, tout en étant aidés par les Américaines, les Saoudiens et les Émiratis !!

Talibans dans le district de Shindand de la province de Herat
Cela fait partie d'un nouveau plan du processus de paix du Pentagone visant à "réhabiliter les rebelles" et à récupérer directement ce groupe jihadiste notoire. Dans une déclaration qui expose la futilité et l'hypocrisie de l'ensemble de la "guerre contre le terrorisme" post-11 septembre, la proposition du Pentagone soumise au Congrès cette semaine tente de défendre l'offre en notant que les talibans ne déposeront leurs armes "que s’ils ont la possibilité de gagner suffisamment d'argent pour subvenir aux besoins de leurs familles. "
Selon le projet de plan du Pentagone cité dans The Dawn::
    Bien que certains membres des Taliban puissent être las de se battre et prêts à déposer les armes, ils ne rejoindront la société que s'ils croient que leur sécurité et celle de leurs familles sont garanties, et s'ils ont la possibilité de gagner suffisamment d'argent pour faire vivre pour leurs familles.
Cela survient après la mort de plus de 2.372 soldats américains dans la guerre en Afghanistan, avec plus de 20.000 blessés et un coût de 1,07 billion (mille milliards) de dollars pour le contribuable américain, selon une étude récente.
Depuis l'été, le département d'État américain s'est engagé dans des pourparlers directs et indirects avec des responsables talibans. Le mois dernier, l'envoyé spécial américain en Afghanistan, Zalmay Khalilzad [1], a indiqué qu'il espérait conclure un accord de paix définitif avec les Taliban d'ici avril 2019, selon l'agence de presse Reuters citant des informations parues dans les médias locaux. M. Khalilzad a déclaré à la presse à l'époque qu'il espérait "qu'un accord de paix sera conclu avant le 20 avril de l'année prochaine", alors que l'Afghanistan envisage de tenir une élection présidentielle. Six mois, c’est ambitieux et un peu optimiste, mais il semble plus question de créer les conditions nécessaires à la sortie actuelle par les États-Unis, qui sauve des vies, du désastre imminent qui se prépare depuis deux décennies.
Le président Trump a récemment annoncé le retrait de 7.000 soldats américains, entraînant un éventuel retrait complet.
Cependant, les médias conservateurs s'opposent à la dernière proposition du Pentagone de donner aux membres des Taliban des "opportunités d'emploi" dans ce qui pourrait ressembler à un programme de travail en maison de transition. Par exemple, Breitbart  commente: «      Les États-Unis offrent aux narco-djihadistes talibans - les tueurs à l'origine de la plupart des décès parmi les militaires américains pendant la guerre en Afghanistan - des opportunités de sécurité et d'emploi dans le cadre d'un accord de paix ... »
De leur côté, des rapports suggèrent que les Talibans pourraient accepter une présence militaire américaine résiduelle à titre consultatif en tant que rempart contre l’État islamique et d’autres groupes terroristes, ce qui pourrait impliquer de former et de conseiller les anciens djihadistes talibans (!).
Mais en ce qui concerne la dernière annonce de choc de Trump concernant un retrait massif des forces, le président du Joint Chiefs, le général Joseph Dunford, a écarté les "ordres" de retrait actuels les qualifiant de "rumeurs". "Il y a toutes sortes de rumeurs qui circulent", a déclaré Dunford aux forces américaines, selon Stars and Stripes.. «La mission que vous avez aujourd'hui est la même que celle que vous aviez hier.» ont répété des responsables du Pentagone, qui disent qu'ils n'avaient reçu «aucun ordre» de retirer leurs forces américaines de l'Afghanistan.
Cependant, avec la dernière proposition du Pentagone concernant ce que nous pourrions appeler essentiellement une "cure de désintoxication jihadi parrainée par les contribuables américains", les formateurs américains en Afghanistan pourraient se trouver dans une situation intéressante ... peut-être même un demi-tour de 180° et un retour en arrière quand la CIA finançait, formait et armait des moudjahidines et des talibans au début de la guerre afghano-soviétique des années 1980.



[1] Lundi encore, le représentant spécial américain, Zalmay Khalilzad, nommé en septembre, a rencontré une délégation de talibans aux Émirats arabes unis. Ces derniers avaient alors de nouveau refusé de rencontrer les représentants du gouvernement. Ils exigent de fixer avec les Américains un cadre pour le retrait de leurs troupes, de négocier le sort des talibans emprisonnés et la levée des sanctions qui pèsent sur leurs commandants, avant tout échange politique avec Kaboul. Le doute demeure sur la volonté du mouvement de s’engager dans un réel partage du pouvoir.
Les représentants de trois pays sur lesquels Washington a appuyé ces négociations, le Pakistan (pays le plus proche de l’insurrection talibane, qui héberge une partie de sa direction), l’Arabie saoudite et les Émirats, ont proposé un cessez-le-feu de trois mois, pour permettre des négociations de fond. Le conseiller à la sécurité nationale du président Ghani, Hamdullah Mohib, avait critiqué sur Twitter, après ces échanges aux Émirats, des négociations abordant une forme de partage du pouvoir en l’absence des représentants de Kaboul.
Le gouvernement central, affaibli, divisé et défié par des barons de province, s’inquiète de voir des candidats présumés à la présidentielle faire le voyage au bureau de représentation des talibans à Doha, au Qatar, à l’image de représentants de l’ONU et des grandes organisations humanitaires. Les talibans, comme d’anciens leaders du djihad antisoviétique, ont par ailleurs renforcé des relations autonomes depuis 2014 avec leur grand voisin iranien et la Russie, une façon de prendre de l’autonomie face à leur parrain traditionnel pakistanais.
Hannibal Genséric

1 commentaire:

  1. Ounce upon a Time in the East !
    Souvenez Vous que ils ètait les anciens amis des US, enfants indoctriné dans les madrasses par Tim Osman alias Osama Bin Ladin, épuis noircit( suivant le systême de la CIA) pour pouvoir prendre le pays de force, en suite Invité par le gouvernement US pour "round America trip pour les amadouer et leur proposer les fameux pipeline que les USA voulait passer au travair de leur pays, que ils ont réfusée dans un dèrnier entretien, ou le chef US leurs disait" ou bien vous accepté notre aegent et le pipe line ou bien ont vous bombarde dans la pré histoire! Et comme par hasard quelque s semaines plus tard se pasait le 9/11, et toutes suit le président des usa le" plus intelligents" savait que s'ètait soit disant Osama et Al Qarda ou plutot Al CIAda, et la "Conquest d'Afghanistan "avait recommencer !

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés.