mercredi 26 décembre 2018

USA. La démission de Mattis révèle la corruption sioniste


La réaction du Congrès révèle le degré de corruption et de chantage exercés par les juifs sionistes et le complexe militaro-industriel américain sur TOUS les membres du Congrès.
La démission de James Mattis (Mad Dog, chien enragé) en tant que secrétaire à la Défense est à la fois nécessaire et opportune.
Le secrétaire à la Défense ne «comprend» tout simplement pas que la Corée sera unifiée, dénucléarisée et démilitarisée, que la plupart des bases américaines à l'étranger seront fermées en commençant par l'Allemagne,  l'Italie et le Japon; et que ce sont les sionistes, et non l’Iran, qui ont bombardé la caserne des Marines américains à  Beyrouth.
Résultat de recherche d'images pour "mattis mad dog"Comme tant d'autres à Washington, il a atteint ses limites et n'est pas prêt pour le courageux nouveau monde, qui comprendra la cessation du contrôle de l'esprit, de la géoingénierie et des bases souterraines militaires profondes, dont le Secrétaire d’état à la Défense (SecDef) n’a probablement pas été pleinement informé.
Le SecDef ne «comprend» tout simplement pas que le président Trump doit mettre fin aux guerres directes ou par procuration et au militarisme unilatéral prédateur à l'étranger (ainsi qu'à la contrebande de drogue, d'armes à feu, d'or, d'argent et de jeunes enfants de la CIA), s'il veut contrôler le gouvernement des États-Unis qui soutient plusieurs familles criminelles d'élite, notamment les familles Bush et Clinton.
Nous comprenons le désarroi «bipartisan» provoqué par cette démission. Cela nous dit tout ce que nous devons savoir sur le fait évident que la plupart des membres républicains du Congrès ne valent pas plus que la plupart des membres démocrates du Congrès, et qu’un chiffre d'affaires juif global est nécessaire en 2020 pour le Congrès.
À part moi-même et quelques autres, aucun d'entre nous n'étant écouté, personne à Washington n'a conceptualisé une stratégie globale pour un engagement mondial (diplomatie, développement, défense et commerce ou D3C), ni précisé les étapes à suivre. réduire le budget du département de la défense de moitié (la moitié du budget est un gaspillage documenté), tout en créant une force d’armes combinées compétente pouvant remporter des guerres.
Personne ne prend au sérieux nos vulnérabilités vis-à-vis des satellites, de l’information géospaciale, de la communication et de l’informatique, compromises depuis longtemps par les sionistes et d’autres personnes, ni le fait qu’il est nécessaire de mettre fin à l’utilisation des sous-traitants comme principaux niveaux opérationnel et tactique.
Je ne sais absolument pas qui le président pourrait envisager de remplacer, mais prions pour qu'il choisisse quelqu'un qui comprend en réalité que le DoD (Ministère de la Défense) est un tigre de papier dont la mission première dans la vie est de servir de tremplin à l'arnaque du contribuable américain et de le canaliser durement. -les dollars des contribuables et très bêtement empruntés aux 1% qui possèdent le système de paiement en direct.
------------------------------------------------------

Le choix du prochain secrétaire à la défense US serait un exercice très difficile pour Trump, après la démission de Mattis. On observera en plus que, pour nombre de commentateurs hors du bêlement hystérique de la presseSystème judéo neocon et progressiste-sociétale absolument belliciste, cette question s’avère déterminante pour la stabilité du pouvoir à Washington D.C., ou plutôt ce qu’il reste de stabilité du pouvoir à “D.C.-la-folle”.
La suggestion pour le remplacement de Mattis la plus évidente, la plus directe et la plus exemplaire, – mais sans aucun doute aussitôt la moins probable, – était celle que fit le colonel Pat Lang, de Sic Semper Tyrannis : Tulsi Gabbard comme secrétaire à la défense !
Résultat de recherche d'images pour "tulsi gabbard"« Le major Gabbard, membre de l’ARNG  [Garde Nationale d’Hawaii] qui a servi en combat en Irak [de 2004 à 2006] : c’est une femme, une démocrate, une personne de couleur, une non-interventionniste, une pratiquante de la religion hindouiste et une insulaire du Pacifique d’origine samoane. Qu'est-ce qui pourrait être mieux ? »
Nous ajouterons sa séduisante jeunesse et un courage qui, dans la bouilloire de pressions haineuses qu’est “D.C.-la-folle”, confine à l’héroïsme. Pour cette raison, nous doutons grandement que Gabbard soit jamais nommée du temps de Trump à ce poste, comme à n’importe quel autre, parce que ce n’est pas le genre de Trump de s’entourer de fortes personnalités.
... “Se débarrasser de Mattis”, c’est ce que Trump a aussitôt entrepris de faire en ordonnant que son départ du Pentagone se fasse le 1er janvier 2019, et non le 28 février comme Mattis l’avait proposé. Il ordonne, en attendant (ou pas ?) la nomination du successeur, au sous-secrétaire à la défense d’assurer les responsabilisés de cette fonction (“Acting Secretary of Defense”)... Tweet à l’appui, dans l’après-midi du 23 décembre :
Quoi qu’il en soit de ces perspectives, il y a surtout aujourd’hui le choc causé par la démission de Mattis, qui s’est transformé à nouveau en un ouragan de rage anti-Trump dans tous les quartiers de “D.C.-la-folle”, du Congrès aux innombrables talk-shows et autres “salons” du DeepState. En un mot, la chasse au Trump est ouverte, il n’y a plus d’espoir de le contrôler... C’est ce qu’exprime Philip Rucker, du Washington Post le 23 décembre. On observera qu’il utilise dans son titre, avec reprise dans l’article, des expressions qui font de Trump un égal de tous les ennemis qu’a eu à affronter Washington D.C. depuis 1945 : sa présidence est désormais une “présidence-voyou” (“rogue presidency”) comme l’ont été ou le sont ces “pays-voyous”, l’Irak, la Corée du Nord, la Syrie, l’Iran... On a essayé de “contenir” Trump, – “to contain” – et cela a tenu un temps mais on a finalement échoué et l’époque terminée est celle du containment de Trump, terme utilisé pour la politique US vis-à-vis de l’URSS durant la Guerre froide.
Mattis n’a rien empêché du tout dans les domaines les plus durables et les plus marquants de la présidence Trump jusqu’ici, – notamment le retrait du traité nucléaire avec l’Iran et une guerre commerciale d’une intensité extrême, n’épargnant certainement pas les alliés de l’OTAN et interférant gravement sur la solidarité transatlantique.


Voir aussi :
 

1 commentaire:

  1. Les personnalités des Etats Unis sont les plus pourries et corrompues au monde. Ils se vendent au rabais comme de la patate.
    Et ce sont l’AIPAC et autres lobbys sionistes ou juifs qui sont derrière ce pourrissement de ces politiciens.
    Et le culot ces mêmes américains veulent sanctionner les dirigeants corrompus à travers le monde.
    Faites d’abord le nettoyage chez vous et particulièrement au sein du Pentagone, la cour des miracle made In US.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés.