lundi 10 décembre 2018

Les malfrats israéliens dépouillent des milliers d'Américains et d'Européens, grâce à des gouvernements complices


"Les enquêtes révèlent une tendance des autorités israéliennes à bloquer les enquêtes concernant les malfrats juifs auteurs d'escroqueries financières massives dans divers pays, de l'Europe aux États-Unis, en passant par les Philippines ... Alors que certains journalistes israéliens s'efforcent de démasquer les arnaques, une autre est déjà en cours. "

Les médias français et israéliens rapportent qu'un groupe composé en grande partie d'Israéliens a arnaqué 3.000 citoyens français pour environ 20 millions de dollars. La majeure partie de l'argent volé se trouve planqué en Israël, mais, naturellement, les autorités israéliennes ne coopèrent pas avec la France pour poursuivre les fraudeurs et récupérer l'argent. Macron complice ?
Is Israel turning a blind eye as Israeli scammers swindle victims in France, US, elsewhere?
C’est le dernier exemple en date de nombreux exemples de personnalités israéliennes qui ont brouillé les efforts internationaux contre les auteurs juifs d’arnaques financières massives dans le monde, selon des journalistes d’investigation israéliens et d’autres personnes. Ces escroqueries ont drainé des milliards de dollars dans l'économie israélienne, soutenant un régime largement condamné pour violations des droits de l'homme et nettoyage ethnique à l'encontre des autochtones Palestiniens. Ensemble, les reportages brossent un tableau d'un gouvernement qui, non seulement ferme obstinément les yeux sur les arnaqueurs, mais les protège aussi.
Une analyse des magnats de la finance indique que l'une des escroqueries à elle seule a rapporté plus d'un milliard de dollars et a employé 5.000 personnes. Et une nouvelle arnaque, décrite ci-dessous, pourrait aider ce qui devrait être «le prochain moteur majeur de l'économie israélienne».
Un ancien expert de l'IRS (impôts sur le revenu aux USA) en matière de criminalité internationale a fait remarquer que «les industries frauduleuses sont souvent des moteurs économiques majeurs et que cela peut se traduire par un poids politique».
Certains journalistes israéliens ont travaillé pour exposer la situation dans les journaux israéliens, publiant des reportages du type 
"Israël ferme les yeux sur de vastes fraudes et les enquêteurs français interviennent" et 
"Des criminels juifs français utilisent-ils Israël comme un moyen d’éviter la prison? 
"(Réponse courte: oui.)
Victimiser les propriétaires d'entreprises français et les églises
En France, les églises et les propriétaires de petites entreprises (épiceries fines, ateliers de réparation automobile, salons de coiffure, plombiers, etc.) ont été victimes d’escroqueries récentes. Certaines personnes ont perdu les économies de toute leur vie et racontent avoir été menacées et intimidées par des escrocs.
Israeli Scammers Swindle 3000 French of $20 Million, Many Other Countries - No Wonder Macron Is Hated
Des milliers de Français spoliés par les juifs israéliens : Macron s'en fout !!
Les cerveaux de l’escroquerie seraient Antoine Ilan Frau (alias Ilan Frau) et Michael Nedjar, qui résidaient tous les deux en Israël à l’époque. La police française a arrêté les deux hommes à l'aéroport de Paris en 2016 alors qu'ils s'apprêtaient à retourner en Israël. Alors qu’avec 25 autres malfrats ils ont été reconnus coupables par un tribunal français, d'autres complices présumés n'ont pas encore été arrêtés et seraient en Israël.
Le Times of Israel (TOI) rapporte que la majeure partie de l'argent a été acheminé vers Israël et n'a pas encore été récupéré. Le journal rapporte que les autorités de maintien de l'ordre israéliennes "n'ont pas permis de poursuivre l'enquête sur l'arnaque ni de récupérer les fonds volés".
TOI, qui a obtenu le verdict français complet, rapporte: "En 200 pages de prose légale factuelle, le verdict décrit les autorités israéliennes qui ne souhaitent pas coopérer avec leurs homologues françaises."
Un autre article du Times of Israel rapporte: "Le nombre exact de citoyens français soupçonnés d'échapper aux autorités en fuyant en Israël est inconnu, mais la France a adressé à Israël au moins 70 demandes formelles d'entraide judiciaire concernant des affaires présumées de fraude de la part de deux ressortissants résidant dans l'État juif. "
Vous trouverez ci-dessous quelques-unes des autres escroqueries liées au réseau israélien avec des victimes (non juives) dans le monde entier ; et pour lesquels les observateurs notent que le gouvernement israélien ne bouge pas le petit doigt.
Gilbert Chikli, «le plus grand escroc du monde»
En 2016, Ha’aretz  a rapporté qu’un escroc israélien du nom de Gilbert Chikli, qui se vante d’avoir lancé une escroquerie de plusieurs millions de dollars visant également des personnes en France. Le New York Post l’a appelé «le plus grand escroc du monde».
L’escroquerie, qui a  ciblé des banques et des entreprises, a coûté aux entreprises françaises 7,9 millions d’euros. Les entreprises arnaquées ont ensuite licencié  plus de 52 de leurs employés.
En dépit des demandes d'extradition françaises, Ha'aretz a rapporté en 2016 que Chikli «reste mystérieusement un homme libre, vivant dans le luxe de sa villa dans une ville balnéaire israélienne alors que les autorités françaises tentent de le traduire en justice pour un énorme délit pour lequel il avait déjà été condamné . »"
Bien qu'un tribunal français ait condamné Chikli à une peine de sept ans d'emprisonnement, Ha'aretz a déclaré qu'au lieu d'être incarcéré, Chikli "traînassait dans sa piscine privée". Les autorités israéliennes ont refusé d'expliquer pourquoi il avait été autorisé à vivre librement en Israël.
Gilbert Chikli pose le 28 mars 2016 pour une photo dans sa résidence de luxe hautement sécurisée en Israël, en dépit d'un mandat d'arrêt international.
 Loin de contester la conviction française, Chikli s'est vanté à la télévision israélienne de sa technique: «Je prends mon pied. Parce que je suis à 5.000 kilomètres de Paris, et avec un téléphone et une carte d’appel de 100 euros, je peux gagner 10 millions d’euros » [plus de 11 millions de dollars].
Chikli se vantait d'avoir une belle vie en Israël, où il s'occupait de l'immobilier (en plus, semble-t-il, de continuer ses escroqueries). Il a également estimé à plusieurs milliers d’euros la «prestation de services de conseil» à un réalisateur qui avait réalisé un film basé sur l’histoire de Chikli.
Le film a suscité une attention sans précédent en France, décrivant «un monde judéo-délictueux franco-israélien hors de portée des autorités françaises», et selon les mots de Time Of Israel, «à cause des complications d'extradition de suspects d'Israël». Si Israël extradait des malfrats juifs, son gouvernement serait accusé d’anti sémitisme, ce qui est infiniment plus grave que de dépouiller des couillons de Goys de leurs économies. D’ailleurs la religion juive incite explicitement les Juifs à voler les goys [1].
Chikli est resté libre en Israël de 2009 jusqu'à son voyage en Ukraine en 2017, où il a finalement été arrêté avec un autre malfrat Israélien (également recherché par les autorités françaises) et Chikli a été extradé vers la France. Il a été emprisonné et inculpé pour une autre escroquerie perpétrée alors qu'il était en fuite.
Un rapport français indique que, pendant sa détention en Ukraine, Chikli a été "filmé en train de boire de la vodka dans sa cellule, faisant griller ses richesses, jurant de ne jamais revenir en France et insultant le système judiciaire français" (voir ci-dessous).
Les options binaires rapportent 10 milliards de dollars par an en Israël
Une autre arnaque internationale est le tristement célèbre secteur des options binaires d’Israël, qui rapporte 10 milliards de dollars par an. [2] Alors que la législature israélienne a rendu illégale la vente des options frauduleuses aux Israéliens, la législature israélienne n'a que tardivement (et partiellement) commencé à réprimer les ventes à l'étranger. Des millions de personnes dans le monde ont été victimes de l'escroquerie, certaines se sont suicidées.
Un rapport d'enquête sur cette industrie a été diffusé en 2016 sur le magazine français «Envoyé Spécial», intitulé «La ruine à portée de clic». Selon le rapport, des dizaines de milliers de citoyens français ont été victimes d’options binaires et de fraudes similaires.
Le reportage télévisé qualifie Israël de "refuge sûr" pour les malfrats juifs et présente une vidéo sous couverture de l'un des centres d'appels israéliens. On voit de jeunes juifs francophones - dont beaucoup de nouveaux immigrants en Israël - appeler des gens en France et en Europe pour les persuader d’investir dans l’escroquerie. Tandis qu’ils cherchent à duper les gens, la vidéo montre des employés danser et rire. Quand une cloche sonne pour annoncer qu’ils ont réussi à piéger un pigeon qui leur a donné de l’argent, ils applaudissent.
Deborah Abitbol, une avocate franco-israélienne qui agit pour le compte de victimes du forex et des options binaires françaises, a déclaré que la police israélienne "pourrait, si elle le souhaitait, faire un raid dès demain sur ces sociétés... Elle peut facilement les localiser et confisquer leurs ordinateurs".
Abitbol souligne: «Ce sont les économies de toute une vie humaine qui sont perdues, disparues d’un simple clic de souris. Quand vous n’avez plus de sous, les dégâts sont irréparables. »
Alors que les forces de l'ordre israéliennes ont parfois fait mine de pourchasser des fraudeurs, le plus souvent, cela semble elle les  laisse tranquilles.
Dans le document de synthèse publié en 2015 par Israël Securities Authority, Israël déclarait: «Notre position est qu'une plate-forme qui sollicite les clients uniquement en dehors d'Israël et qui ne permet pas l'accès aux clients en Israël n'est pas soumise à la loi israélienne, même si cette plate-forme est totalement ou partiellement gérée en Israël. »
De nombreuses personnes en Israël et à l'étranger ont appelé Israël à sévir contre ces centres d'appels, mais pendant des années, peu de choses ont été faites. TOI  (Time of Israel) a rapporté qu'un chef de la police israélienne avait déclaré que les chefs du crime israéliens étaient derrière l'industrie des options binaires et que «le crime organisé dans le pays avait été massivement enrichi et renforcé».
L'escroquerie a causé la ruine de beaucoup de gens (non juifs) dans le monde entier, certains se suicidant après leurs pertes.
Fred Turbide, qui s'est suicidé après avoir été ruiné
par une entreprise israélienne d'options binaires, avec son épouse.
Enfin, la législation israélienne contre les personnes qui escroquent dans d’autres pays a finalement été proposée lorsque le gouvernement israélien s’inquiète suffisamment lorsque l’escroquerie porte atteinte à l’image d’Israël à l’étranger.
Des notes au nom du projet de loi ont averti que les sociétés d’options binaires israéliennes risquaient de nuire à la réputation du pays et «pourraient susciter l’antisémitisme». Le membre de la Knesset israélien qui a présenté le projet de loi a déclaré: «Nous nous inquiétons du mouvement BDS. Cette industrie a un impact énorme sur la manière dont Israël est perçu à travers le monde. »
Le Times of Israel a rapporté que la législation avait été provoquée par un tollé «parmi les forces de l’ordre étrangères, avec le FBI au premier plan, qu’Israël permettait à cette «monstrueuse» arnaque de s’épanouir année après année.»
Même cette loi, cependant, était assouplie afin de laisser la porte grande ouverte pour les escroqueries. Certains ont affirmé que cela permettrait aux fraudeurs de se déplacer et / ou de se déplacer dans des arnaques similaires. L'inquiétude est donc justifiée.
Un article de TOI de 2018 rapporte: «En l'absence d'une application efficace de la loi, les industries de « chaufferies » [3] israéliennes se sont révélées résilientes. Beaucoup ont simplement changé de produit avant ou depuis que la Knesset a banni les options binaires et poursuivi ses activités comme d'habitude. »
En juin 2018, la police locale a perquisitionné des « chaufferies » israéliennes en Asie et en Europe de l'Est. Selon TOI, c’était «une des centaines de « chaufferies » gérées par Israël et fonctionnant dans le monde entier face à un fléau mondial qui, à la consternation et à l’incompréhension grandissantes des organismes internationaux d’application de la loi, reste indifférent. »
TOI rapporte: "Les forces de l'ordre israéliennes doivent encore inculper un seul agent d'une industrie qui a volé des milliards".
La Police nationale philippine arrête des ressortissants israéliens à la suite d'un raid contre un frauduleux centre d'appels israélien opérant aux Philippines, l'une des centaines de « chaufferies » gérées par des Israéliens dans le monde. » (Vidéos et photos supplémentaires ci-dessous.) Le centre d'appels d'IBD Marketing Inc dans les Philippines avant le raid du 6 juin. (Vidéos et photos supplémentaires ci-dessous.)
En l'absence d'action israélienne, le FBI intervient
Enfin, le FBI a annoncé en septembre 2017 que les États-Unis allaient commencer à s’attaquer aux fraudeurs d’options binaires. Des agents du FBI ont arrêté une PDG israélienne lorsqu'elle a atterri à l'aéroport JFK. La femme, Lee Elbaz, de Yukom Communications, attend actuellement son procès aux États-Unis pour des opérations qui, semble-t-il, auraient fait des milliers de victimes.
La police israélienne a refusé de répondre aux questions de TOI sur l’application de la loi par la police israélienne au cours des années où ces actes avaient été perpétrés.
Quelques mois plus tard, le FBI a poursuivi d'autres suspects en Israël. Un avocat israélien qui représente les victimes de la fraude aux options binaires a déclaré que les raids menés par le FBI étaient "une conséquence directe de l’incapacité (ou de la mauvaise volonté) d’Israël à faire respecter la loi".
L'avocat a déclaré à TOI qu'il essayait depuis des années d'alerter les forces de l'ordre israéliennes contre des fraudes financières, sans résultat:
«J'ai fourni à la police les noms des sociétés israéliennes qui se cachent derrière les sites Web d'options binaires, les adresses en Israël de leurs bureaux et les noms des Israéliens derrière ces sociétés. Au moins une fois, j'ai donné à la police le numéro de téléphone d'un ancien employé disposé à témoigner, et une autre fois, j'ai fourni à la police des informations concrètes sur l'un des principaux problèmes sur lesquels le FBI enquêtait actuellement. Autant que je sache, la police israélienne n'a rien fait avec toutes ces plaintes et informations. »
En janvier, des agents du FBI ont perquisitionné au moins une société israélienne et interrogé le propriétaire de certaines autres sociétés israéliennes accusées de prendre pour cible les Américains. Aucune autre arrestation ne semble avoir encore été faite.
Alors que le Bureau ne voulait pas commenter les raids, un ancien haut responsable du FBI a déclaré à TOI que les réseaux transnationaux de crime organisé sont attirés par Israël parce qu'ils "connaissent parfaitement  la corruption et laxisme des forces de l'ordre israéliennes".
Arnaques israélo-nigérianes
Certaines des escroqueries souvent qualifiées de «Arnaques Nigérianes» ont également été reliées à Israël.
En 2010, sept Israéliens ont été accusés d'avoir escroqué des dizaines de millions de dollars US aux retraités américains dans une «escroquerie nigériane», selon Ha’aretz. En fin de compte, 12 Israéliens ont été accusés d'avoir fraudé des Américains âgés.

Suspects dans l'arnaque israélienne "nigériane"
dans une salle d'audience israélienne.
Les Israéliens ont été extradés vers les États-Unis, où le procureur les a décrits comme «un groupe de prédateurs qui ciblait des personnes âgées aux États-Unis, leur faisant croire qu'ils étaient gagnants à la loterie. En préparant le rêve de confort financier de leurs victimes, [elles] leur ont enlevé une partie substantielle de leur épargne-vie. »
"Les accusés exploitaient plusieurs « chaufferies » qui portaient les noms de divers cabinets d’avocats prétendument situés à New York, notamment des cabinets d’avocats dénommés « Abrahams Kline », « Bernstein Schwartz », « Steiner, Van Allen et Colt », « Bloomberg et Associés» Et « Meyer Stevens ». Les accusés ont en outre utilisé divers pseudonymes et numéros de téléphone pour le renvoi des appels afin de masquer le fait que les accusés se trouvaient en Israël. Les accusés possédaient également des comptes bancaires en Israël, à Chypre et en Ouganda, sur lesquels des produits illégaux ont été virés.
Les chefs de bande, Avi Ayache et Yaron Bar, ont finalement été condamnés et le procureur américain a annoncé qu'ils allaient «passer une bonne partie de leur vie en prison». Ayache a été condamné en 2014 à 13 ans d'emprisonnement et à 12 ans d'emprisonnement. Pourtant, les registres des prisons indiquent que les deux ont été libérés l'année suivante. D'autres membres du réseau arnaqueur ont été relâchés après un temps extrêmement bref.
Si ces hommes ne purgeaient qu'une infime partie de leurs peines américaines, comme l'indiquent des registres publics, des appels téléphoniques et des courriels au Bureau des Prisons, cela peut être dû au fait que les Israéliens sont autorisés à être emprisonnés en Israël plutôt qu'aux États-Unis. Leurs peines sont alors déterminées par Israël et, comme nous le verrons plus loin, sont souvent beaucoup plus courtes qu’elles ne le sont aux États-Unis.
Gery Shalon - des centaines de millions de dollars
En 2015, Gery Shalon et deux autres Israéliens ont été accusés d'avoir utilisé des données piratées pour 100 millions de personnes [4] afin de les spammer avec des actions penny «pow and dump», rapportant des centaines de millions de dollars.
L'argent a ensuite été blanchi via un échange illégal de bitcoins qui aurait été possédé par Shalon (plus de détails sur le bitcoin ci-dessous). Shalon était considéré comme le chef de file de ce que les procureurs américains appelaient une «entreprise criminelle tentaculaire». Il a fait face à des décennies derrière les barreaux.
Cependant, il a plutôt obtenu un accord de plaidoyer dans lequel il échappait à toute peine de prison. Ayant volé plus de 2 milliards de dollars, Shalon paya une amende de 403 millions de dollars. Bénéfice : 1,6 milliards $.
Procureur américain du district sud de New York, Preet Bharara, s'exprimant à côté d'un graphique lors d'une conférence de presse tenue à New York le 10 novembre 2015.
Dov Engel - arnaque de 115 millions de dollars
Israël protège depuis longtemps les Israéliens inculpés de crimes contre les Américain, contre les sanctions américaines. Même lorsque des fraudeurs sont extradés vers les États-Unis et reconnus coupables de crimes graves, ils ne purgent parfois que peu de temps en prison. Tant que l’on n’aura pas compris que ce sont les juifs qui décident de tout aux États-Unis, en France, en GB, et ailleurs en Occident, on fera toujours des erreurs d’appréciation. Mais, affirmer et reconnaître cela peut vous conduire en prison, entraîner votre licenciement, et votre déchéance. Dans ces pays, on appelle cela de l’antisémitisme.  
En 2001, un homme d’affaires de Brooklyn, Dov Engel, s’est réfugié en Israël après avoir été poursuivi au pénal pour une escroquerie bancaire de 115 millions de dollars pouvant entraîner une peine de 30 ans de prison, pour un goy, non juif.
Il a finalement été extradé vers les États-Unis, où le procureur américain adjoint, Daniel Alonso, a qualifié l'escroquerie d'Engel «l'une des opérations les plus corrompues que j'ai jamais vue en tant que procureur de la criminalité en col blanc».
Un tribunal new-yorkais a condamné Engel, mais il n'a pas été emprisonné aux États-Unis parce que les citoyens israéliens étaient autorisés à purger des peines de prison en Israël - conformément aux directives israéliennes en matière de détermination de la peine. Cela signifiait qu'Engel ne purgerait qu'une peine maximale de cinq ans d'emprisonnement; et Alonso a prédit que ce serait probablement environ deux ans. (Les informations ne semblent pas être disponibles sur le temps passé par Engel, le cas échéant, en prison en Israël.)
Engel a été l’un des premiers criminels à être extradé d’Israël vers les États-Unis.
Auparavant, Israël avait souvent refusé d'extrader des Américains qui s'étaient réfugiés en Israël pour échapper à diverses accusations criminelles, notamment le meurtrier par démembrement d'un adolescent américain. Même ces dernières années, les Israéliens ne sont pas extradés vers les États-Unis et d’autres pays. Dans certains cas, les responsables américains de l'application de la loi ne se donnent même pas la peine de poursuivre cette option.
Plus récemment, l'Israélien qui avait perpétré 2.000 canulars de menace à la bombe avait été jugé en Israël et non aux États-Unis - bien que la plupart de ses menaces visaient des Américains, il avait la double nationalité, américaine et israélienne.
Aux États-Unis, il aurait potentiellement fait face à plusieurs décennies de prison. Tandis qu'un tribunal israélien a reconnu l'auteur du crime, Michael Kadar, coupable en juin 2018, il n'y a aucune trace de sa condamnation. Les actes de Kadar lui auraient rapporté des millions de shekels qu’il aurait conservés dans un compte secret bitcoin.
Sur les diamants (inexistants)
En janvier, peu de temps après la législation israélienne contre les options binaires, TOI  a publié un exposé intitulé: "Les diamants sont les meilleurs amis des escrocs. Sans se laisser décourager par la nouvelle interdiction des options binaires, les « chaufferies » israéliennes font des affaires. Un ex-employé décrit comment son entreprise s'est tournée vers le colportage de diamants. "
Il s'avère que les escrocs israéliens «vendent maintenant des diamants en ligne et par téléphone avec des promesses de bénéfices mirifiques, bien que les profits promis, et même l’existence des pierres, fassent souvent l’objet de conjectures des plus aléatoires».
L'article indique qu'il est devenu «une industrie artisanale israélienne, impliquant principalement des francophones». L'Autorité des marchés financiers (AMF), l'autorité française de régulation des marchés financiers, a mis en liste noire environ 80 sites Web de vente de diamants, et on pense que beaucoup ont des liens vers Israël.
Un juge britannique a déclaré que les évaluations des diamants effectuées par la société israélienne Noam Lenzini étaient "artificielles/inventées". Un journal israélien a qualifié l’escroquerie au diamant, une des nombreuses fraudes de ce type, une "industrie artisanale israélienne".
Un ancien employé d'options binaires a déclaré que la société pour laquelle il travaillait avait simplement supprimé l'ancien logo et l'avait remplacé par un autre pour un investissement dans le diamant: "Les bureaux, le personnel et les ordinateurs sont tous restés en place."
Une fois encore, l'application de la loi israélienne semble laxiste. L'employé a déclaré que son responsable avait déclaré aux vendeurs: «Nous sommes habitués au système de justice israélien et nous savons comment procéder. »
Malgré le succès remporté par le racket du diamant, il y a toujours des nouveaux rackets encore plus lucratifs. Les personnes interrogées pour des emplois au sein de l'entreprise ont été informées que, même si l'escroquerie au diamant se poursuivait pendant un certain temps, elle était en voie de disparition. La société avait commencé à vendre un nouveau produit pour racketter ses clients: le bitcoin.
Bitcoin: “La prochaine grosse affaire”
Image de l'article de Cointelegraph, "Israël est à la pointe des start-ups Bitcoin".
Un article de TOI publié en juin 2018 rapporte que des experts ont prétendu que la crypto-monnaie et la blockchain étaient «les prochains moteurs majeurs de l'économie israélienne».
Ce serait un moteur très discutable. Comme le rapporte TOI, «il est difficile de savoir quelle part de l'activité dans ce nouveau domaine de la haute technologie est légitime, à quel point ce n'est qu'un simple battage publicitaire et à quel point c’est une fraude pure et simple perpétrée par des acteurs malveillants, y compris des organisations criminelles transnationales».
En décembre, la Jewish Telegraphic Agency (JTA) a publié un article dans lequel il était écrit: "La fraude par Bitcoin pourrait être la prochaine grande affaire des escrocs en Israël". L'article publié dans le Jerusalem Post israélien rapportait: "Selon des experts en fraude, Israël est en train de prendre la forme d’un centre mondial d’escroquerie de crypto-monnaie. "
Les "fraudeurs", a déclaré JTA, "ont commencé à tirer parti d'une manne de crypto-monnaie avec une variété de stratagèmes néfastes."
Un ancien agent spécial de l'IRS qui s'est concentré sur la fraude internationale prédit que cela va se multiplier et que les escrocs d'options binaires israéliennes vont se recycler dans une "fraude massive en matière de crypto-monnaie".
Les experts estiment qu’il existe en Israël plus de 100 salles de change frauduleuses, CFD [5], crypto-devises, assurances, et loterie Carte Verte. (Image de Medium)
Un expert israélien qui aide les victimes d’escroqueries financières a déclaré: «Presque toutes les sociétés d’options binaires que nous connaissons disposent désormais d’une plate-forme de crypto-monnaie. Je reçois déjà des appels de victimes, mais la plupart des gens n’ont même pas encore compris qu’ils ont été escroqués. »
Un analyste israélien du renseignement sur les menaces rapporte qu'"il ne se passe pas un jour sans que nous entendions parler d'une nouvelle escroquerie ICO [initial coin offering] ". Le 8 novembre, Ha’aretz a rapporté: "Malgré les plaintes adressées aux autorités, les utilisateurs n’ont pas été prévenu des cybercriminels qui escroquent les vendeurs de bitcoins à l'aide d'applications de paiement populaires. "
Selon Neil Gandal, professeur d’économie à l’Université de Tel-Aviv, «Il est possible pour un petit nombre d’acteurs de manipuler des objets», rapporte TOI. Gandel affirme que la première hausse importante des prix de Bitcoin a probablement été causée par une seule personne, et un récent article de l’Université du Texas a révélé que les hausses de prix plus récentes de Bitcoin étaient également dues à la manipulation des prix.
TOI rapporte: «Des milliers d’opérateurs d’options binaires israéliennes sont à la recherche de nouvelles opportunités et le domaine de la crypto-monnaie, avec son manque de régulation, son potentiel d’argent facile et son éthos libertaire, est un aimant pour de tels individus."
Selon TOI, "les experts estiment qu'il existe plus de 100 salles de change frauduleuses, CFD, crypto-devises, assurances, serrurerie et loteries Green Card dans le pays".
Il y a eu des manifestations massives en Israël contre la corruption aux niveaux supérieurs du gouvernement, et deux enquêtes de police ont visé le Premier ministre Netanyahu. Un réformateur a mis en garde contre «un tsunami immonde dans un océan de corruption qui menace de noyer l'État d'Israël. C'est du crime organisé; familles de criminels et de la mafia israélienne qui acquièrent le contrôle du gouvernement local et à partir de là progressivement du gouvernement central et des centres névralgiques de la société israélienne. "
En décembre, le législateur israélien a proposé un règlement interdisant aux sociétés de négoce de bitcoins d'opérer à la bourse de Tel-Aviv, suggérant que les citoyens israéliens seraient finalement protégés de l'arnaque, comme ils l'étaient des escrocs à options binaires.
Cependant, on ne sait pas quand et si Israël entreprendra des actions contre les arnaques israéliennes de cryptomonnaie qui ciblent des personnes d'autres pays.
Pour le moment, les événements donnent l’impression que le gouvernement israélien tolère, et peut-être même encourage tacitement, les escroqueries financières qui proviennent d’au-delà de ses frontières et qui dévastent l’épargne individuelle et des vies dans le monde entier.
Le fait que le gouvernement américain donne à Israël plus de 10 millions de dollars par jour, et qu’avec Trump (qui doit beaucoup au lobby juif [6])  cela va monter encore plus haut, ne semble pas empêcher les Américains d’être visés par les rackets financiers israéliens.
Pour combien de temps encore?
Par Alison Weir,
 directrice exécutive du site Web
 If Americans Knew et auteur of Against Our Better Judgment: The hidden history of how the U.S. was used to create Israel L’histoire cachée de la façon dont les États-Unis ont été utilisés pour créer Israël.
Elle est également présidente du
National Interest.
________________________________________
6– « Les disciples de Jésus méritent d’être tués », Sanhedrin 43a
7– « Même le meilleur des Goyim (non juif) devrait être abattu », Abhodah Zarah 26b T
8– « Les femmes Juives sont contaminées par la simple rencontre de Non-juifs », Iore Dea 198, 48
10– « Un Non-juif est comme un chien », Ereget Rashi Erod.22 30
11– « Mangez en présence d’un non-juif c’est comme manger avec un chien », Jebamoth 94b.
12– « Vous pouvez tuer un incroyant avec vos propres mains », Abhodah Zarah 4b
13– « Si un goyim (non-juif) frappe un juif, il faut le tuer, car c’est comme frapper Dieu« , Sanhedrin 58b
14– « L’usure (le taux d’intérêt) peut être pratiquée sur les Non-juifs », Abhodah Zarah 54a
15– « Si un juif trouve un objet appartenant à un goyim, il n’est pas tenu de le lui rendre », Babha Mezia 24a.
16– « La propriété d’un Non-juif appartient au premier juif qui la réclame », Babha Bathra 54b
17– « Ce qu’un juif vole d’un non-juif, il peut le garder », Sanhedrin 57a
18– « Les goyims (non juifs) qui chercheraient à découvrir les secrets de la Loi d’Israël, commettent un crime qui réclame la peine de mort », Sanhedrin 59a
19– « Ordre est donné de modifier et de ridiculiser les textes religieux des goyims (non juifs) », Iore Dea 147.5
[2] Option binaire.
Derrière ce mot qui peut paraître barbare se cache en fait quelques choses de très simple ! Binaire c’est pour 2 choix : la hausse ou la baisse. Vous prenez donc une option binaire lorsque vous pariez à la hausse ou bien à la baisse sur un produit. Le produit peut être une action (une part de l’entreprise apple ou facebook par exemple) ou bien un baril de pétrole ou encore un lingot d’or. Les valeur de ces derniers varient chaque jour. La cause de ces variations est la loi de marché qui est défini par l’offre et de la demande.
[3] « Boiler room » ou « chaufferie » :
une petite organisation qui vend illégalement des actions de très peu ou pas de valeur. Les personnes travaillant dans les chaufferies utilisent des méthodes malhonnêtes ou désagréables pour persuader les clients d’acheter des actions ou des contrats de change illégaux.
[4] Facebook, qui est fanatiquement pro israélien, pourrait leur fournir toutes les données utiles à leurs arnaques : Facebook vend vos données à des tiers et se fait du fric sur votre dos
[5] CFD signifie Contract for Difference.
Un CFD est un contrat, noué entre un acheteur et un vendeur, qui stipule que le vendeur devra payer à l’acheteur la différence entre la valeur présente et la valeur du sous-jacent à la date du contrat.
Si la différence est négative, c’est alors l’acheteur qui paie la différence au vendeur.
VOIR AUSSI
Hannibal GENSERIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés.