vendredi 14 décembre 2018

USA/Chine. Arrestation illégale d’une grande dirigeante d’entreprise chinoise. Le dessous des cartes


Dans notre article « Les USA kidnappent une grande responsable d’entreprises chinoise. En représailles, la Chine abat deux avions militaires américains, nous avons vu que les États-Unis ont obligé le Canada à kidnapper cette responsable chinoise sous le prétexte de viol du boycott américain contre l’Iran. Or, il se trouve que des entreprises américaines ont également violé ce boycott, sans que leurs dirigeants soient arrêtés ou inquiétés. Derrière cette affaire dangereuse et rocambolesque, il y a les Juifs néo-cons qui essayent d'embarrasser Trump et d'exacerber les relations des USA avec la Chine et l'Iran.

Trump dit qu'il est prêt à intervenir si cela permet de conclure un accord commercial. Entre-temps, la Chine a peut-être retenu un deuxième Canadien en représailles de l'arrestation de Mme Meng Wanzhou [1], membre de l'exécutif de Huawei, qui a été libérée sous caution mais qui a dû verser 10 millions de dollars et accepté de faire l'objet d'une surveillance 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.
exec.jpeg
Ces derniers jours, nous avons assisté à une main magistralement jouée de la part de la Chine, contre la décision insensée des autorités canadiennes de jouer contre la Chine sous le diktat des néocons judéo-américains pour lesquels il n’y a rien d’autre qui compte qu’Israël d’abord.
L'arrestation arbitraire par le Canada d'une dirigeante de Huawei, une citoyenne chinoise de premier plan, Mme Meng Wanzhou [1], à la demande de néo-cons judéo-américains derrière le dos du président américain Trump, était un acte de pure malice politique, qui viole un certain nombre de principes du droit international.
C’est d’autant plus absurde  que pas moins de 25 autres banques et institutions  «violaient les sanctions américaines» et reconnaissaient leur culpabilité en payant des amendes, sans qu’aucun de leurs dirigeants ne soit  arrêté. Comme l'a souligné le professeur Jeffrey Sachs de l'Université de Columbia, ces banques comprennent JP Morgan Chase, Bank of America, PayPal, la Banque Toronto-Dominion et Wells Fargo. Il dit que ce sont les États-Unis et non pas la Chine, qui représentent la plus grande menace à la primauté du droit.
La Chine a rapidement suivi cette arrestation motivée par des raisons politiques, qui menace Mme Meng de "plusieurs peines de 30 ans de prison ", en arrêtant l'ancien diplomate canadien Michael Kovrig, qui travaillait pour une ONG douteuse, , the 'International Crisis Group', , qui est peut-être en train de violer les lois chinoises par son action "à but non lucratif".
La Chine a en effet déclaré: "Vous voulez jouer au jeu de " l'application stricte du droit "? Eh bien, nous pouvons jouer à ce jeu aussi!" De plus, la Chine a commencé à boycotter les produits canadiens, ce qui a entraîné une baisse du cours des actions canadiennes ...
Et tout à coup, un juge canadien, d'abord hostile à cette accusée chinoise, a soudainement trouvé les "bonnes raisons" de libérer Mme Meng sous caution ...Ce qui confirme qu’au Canada,  "le pouvoir judiciaire est indépendant", bien sûr.
Des rapports disent que le président Trump aurait été furieux après avoir appris l'arrestation de Mme Meng, mais devant la puissance du lobby juif, il se sentait encore trop faible pour ordonner sa libération immédiate. En effet, les néocons primo-israéliens (i.e. Israël d’abord, ou Israël uber alles) qui cherchent un conflit avec la Chine, à terroriser le monde entier afin d’imposer des sanctions contrer l'Iran, et à humilier Trump lui-même ... Ce dernier dit maintenant qu'il "pourrait intervenir", cependant, compte tenu de ce qui se passe à la Maison Blanche [2] et des  vents changeants ...
Dans la ligne de mire de la Chine sur cette affaire, il y a Sheldon Adelson, qui est (a) la 20e personne la plus riche du monde, (b) le "capo di capi judéo-américain, (c) le "faiseur de rois" dans la politique américaine,  (d) le contrôleur politique du parti républicain américain, et (e) l'ami proche de Bibi Netanyahou.
 sheldon-adelson-anti-online-casino-303x202.jpg
De plus, comme la Chine le sait très bien, ce grand mafioso juif est une force majeure derrière les politiques anti-iranienne des États-Unis et des organisateurs de l'arrestation de Mme Meng Wanzhou de la plus grande société high tech chinoise, et donc la concurrente,  Huawei [3].
Lorsqu’Adelson veut décider qui, aux États-Unis, il doit soutenir politiquement ou qui doit-il détruire, il a deux questions clés: 
1) soutiendrez-vous Israël?  
2) Soutiendrez-vous les actions contre l'Iran?
En effet, l’Iran, est le principal barrage contre  l’hégémonie israélienne au Moyen-Orient, d'autant plus que les États arabes du Golfe (Koweït, Arabie, EAU, Qatar, Oman) sont de facto des colonies israélo-américaines, que l’Égypte  et la Jordanie ont été neutralisées depuis l'époque Sadate-le-traître, et que l'Irak et la Syrie sont dans un état de destruction inimaginable.  De plus, l'Iran est  la plus grande nation pratiquant le système bancaire islamique anti-usure «sans intérêt», ce qui est infiniment détestable et impardonnable  pour les clans juifs néo-conservateurs et Rothschild.
Le maffieux milliardaire anti-iranien Sheldon Adelson a été autorisé par les Chinois à gagner encore plus de milliards de dollars dans ses casinos de Macao en Chine ... amenant les Chinois à se rendre compte que des relations plutôt amicales  avec Israël et le fait de laisser les milliardaires néo-cons juifs amasser des fortunes sur le territoire chinois n'empêche pas les dirigeants judéo-américains de parrainer des attaques contre la Chine
Il ne serait donc pas étonnant que les inspecteurs du gouvernement chinois examinent actuellement les dossiers concernant des «violations» des lois de la Chine et celles de Macao par les casinos et les hôtels du mafioso Sheldon Adelson.
Peut-être que les autorités chinoises se présenteront bientôt et reprendront le personnage de l'acteur Claude Rains dans le film Casablanca de 1942: " Je suis choqué, choqué, de découvrir que des jeux d’argent se jouent ici!"
------
Brandon Smith pense que la guerre commerciale  s'étendra à une guerre contre le dollar américain et à la plus grande crise financière de l'histoire. Il décrit l'arrestation de Meng Wanzhou en termes de " linchpin theory /  théorie des dominos" de la DARPA et nous distrait des banquiers.
"La lune de miel du G-20 s'est terminée encore plus vite que je ne l'avais imaginé.
L'arrestation de la directrice financière chinoise de Huawei Technologies, Meng Wanzhou, a immédiatement détruit toute possibilité de négociations diplomatiques légitimes, et cela semble être une volonté. La "trêve" de 90 jours établie apparemment par un accord verbal lors du G-20 ne devrait durer que quelques jours après son début. Lors de son entrevue avec le conseiller en matière de sécurité nationale et ghoul du CFR (Councif on Foreign Relations), John Bolton, a admis qu'il était au courant que le Canada se préparait à arrêter Meng à la demande des États-Unis alors qu'il mangeait des algues grillées avec les Chinois. L'affirmation selon laquelle Trump n'était pas au courant de la situation me semble donc absurde.
La détention de Meng et le ciblage de Huawei ont de nombreuses conséquences potentielles. Premièrement, comme il a été noté, la trêve commerciale est probablement mort-née. Bien que Trump continue à affirmer que des progrès sont réalisés et que "le soja est en train d'être vendu", nous avons entendu ce genre de rhétorique au cours des derniers mois. Ces revendications sont conçues pour produire des titres qui créent une soupape de vapeur pour les marchés boursiers, les laissant s’effondrer lentement au lieu de les effondrer complètement et brutalement.
Deuxièmement, la probabilité d’une nouvelle augmentation des tarifs est beaucoup plus élevée (les agriculteurs américains ne devraient pas s’attendre à un sursis de si tôt, malgré les rumeurs de "progrès").
Troisièmement, la Chine risque d’exercer des représailles en saisissant des représentants de sociétés américaines (dont beaucoup tout autant, sinon davantage, sont impliqués dans des entreprises criminelles). C’est un développement que je réalise, le militant moyen de la liberté se moquant bien de cela, mais l’Américain moyen verra dans de telles actions une action légère des Chinois contre l’ensemble des États-Unis. La narration tourne encore une fois vers l’idée que la Chine devrait être notre priorité plutôt que les élites bancaires, majoritairement juives. Ainsi, le faux paradigme Est / Ouest est davantage enraciné dans la mentalité américaine.
Si cette tendance se maintient, la guerre commerciale finira par se transformer en guerre contre le dollar américain lui-même et, le cas échéant, les États-Unis subiront la pire crise budgétaire de leur histoire. Sans le statut de réserve mondiale du dollar et la poursuite des investissements étrangers dans la dette américaine, ce qui restera de notre économie se désintégrera.
L'arrestation de Meng est un "domino" délibérément conçu. J'ai beaucoup écrit dans des articles précédents sur la "théorie des dominos" de la DARPA, qui est une sorte d'exercice de propagande plus qu'une théorie. Selon la DARPA, des systèmes trop complexes entraînent une instabilité croissante, et comme une chaîne de dominos, la plus petite partie de ce système pourrait être renversée par un événement mineur provoquant une réaction en chaîne aboutissant à un effondrement total.
----------

Source : Neocon Jews Behind Chinese Tech Exec Arrest

NOTES
Wolff écrit dans son livre « Fire and Fury » que Trump, pendant la campagne électorale, était si sceptique de sa victoire que, bien que milliardaire, il refusait d’investir son propre argent dans sa propre campagne électorale. Sur les 50 millions de dollars que demandait son directeur de campagne, Trump ne déboursa que 10 millions avec la claire instruction de lui rendre cette somme dans sa totalité dès que son directeur trouve d’autres sources de financement de la campagne. Et de fait, l’homme des casinos américains, Sheldon Adelson,  donna un chèque de 25 millions de dollars pour aider à financer la campagne de Trump.
Sheldon Adelson est connu pour être le sioniste le plus à droite non seulement aux États-Unis, mais aussi en Israël. Il se sert de son immense fortune pour orienter la politique américaine dans le sens souhaité par les faucons de la classe politique israélienne. Il avait essayé de convaincre d’autres présidents américains de transférer l’ambassade à Jérusalem. En vain. Il avait cru arriver à ses fins avec George W. Bush, mais celui-ci lui aurait répondu : « Je soutiens Israël, mais je ne peux pas être plus catholique que le pape ». Visiblement, le chèque de 25 millions de dollars a aidé Trump à être plus catholique que le pape en accédant enfin à la demande que formulaient Sheldon Adelson et Benyamin Netanyahu à chaque président.
VOIR AUSSI :
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés.