lundi 21 janvier 2019

La flotte russe déploie ses drones sous-marins nucléaires

La Russie est prête à déployer des drones sous-marins à technologie nucléaire Poséidon dans la zone du Pacifique dans le cadre de son système polyvalent océanique, ont rapporté les médias russes. Compte tenu du mauvais état des relations entre le Kremlin et les États-Unis, la superpuissance américaine est évidemment la principale cible des nouveaux armements russes, mais le déploiement de Poséidon pourrait également devenir un problème pour la Chine. Les analystes sont toutefois divisés sur le point de savoir si le nouveau drone-torpille constitue une menace asymétrique crédible pour les moyens militaires américains dans le Pacifique occidental et ailleurs.

Le président russe Vladimir Poutine a dévoilé le développement de Poséidon en mars dernier. Il est dit que le véhicule submersible sans équipage peut transporter une tête nucléaire de deux mégatonnes et est capable de détruire les porte-avions ennemis et les infrastructures.
Résultat de recherche d'images pour "poseidon drone russia"Il serait capable de voyager à une vitesse très élevée et à une profondeur opérationnelle allant jusqu'à 1 000 mètres, rendant son interception très difficile.
Selon Tass Newswire, le système d'armes est en cours d'essais sous-marins et deux sous-marins transportant Poséidon seront intégrés à la flotte russe du Pacifique - deux autres devraient rejoindre la flotte du Nord. Chaque transporteur déploiera un maximum de huit torpilles stratégiques.
Signification stratégique
Alexander Savelyev, chercheur en chef à l'Institut Primakov de l'économie mondiale et des relations internationales, basé à Moscou, est sceptique quant au fait que le drone Poséidon aura un impact stratégique.
«Le système n’est évidemment pas un système de première frappe. Il n'a pas la capacité de détruire une infrastructure stratégique durcie telle que des postes de commandement, des silos ICBM [missiles balistiques intercontinentaux], etc. ", a-t-il déclaré à Asia Times.
Le chercheur russe, qui faisait partie de la délégation soviétique aux négociations sur START-1 avec les États-Unis à la fin de la guerre froide, a déclaré que la torpille n'apporterait pratiquement rien aux capacités de la seconde frappe de la Russie, car ses forces stratégiques existantes d'ICBM, des sous-marins et des bombardiers lourds pourraient déjà frapper le territoire d'un agresseur potentiel avec des dizaines, voire des centaines d'ogives nucléaires, même dans le pire des cas.
Il a néanmoins averti que la première utilisation d'un drone nucléaire Poséidon contre, par exemple, un porte-avions signifierait le début d'un affrontement atomique. Selon ses mots, le résultat final de ce conflit serait l'annihilation complète des deux parties, et très probablement de toute la planète.
Lyle Goldstein, professeur de recherche au US Naval War College, a tiré la même conclusion. "Ce système représente une menace importante pour les forces américaines, le Japon et d'autres alliés, mais son importance stratégique ne doit pas être surestimée", a-t-il déclaré.
Système non testé ?
Goldstein a noté que le système n'avait été testé d'aucune manière pouvant être sérieusement vérifiée par les États-Unis ou ses alliés, aussi des doutes subsistent quant à ses capacités. De plus, manipuler de telles armes n’est pas une tâche facile.
"Il semblerait qu'il y ait des risques évidents à utiliser un drone à propulsion nucléaire, en particulier s’il est muni d'une arme nucléaire. Donc, nombreux sont ceux qui croient que la Russie n'ira pas au-delà des plans et des négociations", a-t-il déclaré.
Selon lui, les «armes apocalyptiques» telles que ce drone sous-marin, peuvent apparemment être assez facilement dissuadées par d’autres armes, comme le formidable arsenal américain de missiles lancés par des sous-marins, y compris des armes nucléaires.
Il a insisté sur le fait que toute attaque importante contre la 7ème flotte américaine du Pacifique pouvait entraîner la destruction totale de la flotte et des installations russes dans le Pacifique.
Le chercheur américain ne voit pas le déploiement de Poséidon comme extrêmement important. "Si j'ai bien compris, le système a été principalement mis au point pour résoudre le " problème "de la défense antimissile", a-t-il souligné, évoquant le vaste bouclier antimissile américain.
Alexey Muraviev, professeur associé de sécurité nationale et d’études stratégiques à l’Université Curtin de Perth, avait une opinion légèrement différente sur les capacités du drone sous-marin russe et sur son éventuelle valeur stratégique.
«Le système de frappe Poséidon est conçu pour attaquer des cibles côtières clés telles que des bases navales et des groupes de combat armés, principalement», a-t-il expliqué. "Une fois pleinement opérationnel, il poserait un risque très grave pour les bases et les actifs clés des 7ème et 3ème flottes américaines, ainsi que pour la côte pacifique des États-Unis."
Muraviev a fait valoir que dans le cas d'une confrontation militaire ouverte avec les États-Unis, la marine russe prendrait probablement comme cibles prioritaires les principales bases navales telles que San Diego, Pearl Harbor ou Yokosuka, en particulier si elles hébergeaient des ressources navales principales telles que les porte-avions, les principaux navires amphibies, les croiseurs à missiles guidés Aegis et les destroyers au moment de l'attaque.
À cet égard, l'utilisation de torpilles Poséidon contre d'importantes ressources navales "lui permettrait d'atteindre des résultats stratégiques avec une seule frappe stratégique rapide", a-t-il déclaré.
La Chine n'est pas à l'abri
Si les États-Unis s'inquiètent des drones Poséidon dans le Pacifique occidental, la Chine pourrait ne pas être aussi heureuse de leur présence. Après tout, les Chinois comprennent que ces armes peuvent aller dans toutes les directions.
"Bien sûr, la Chine a des raisons de s’inquiéter du nouveau véhicule sous-marin sans pilote stratégique de la Russie", a déclaré Collin Koh, chargé de recherche à la S Rajaratnam School of International Studies de Singapour.
Mais les relations entre la Chine et la Russie se portent bien, donc "les Chinois ne verront probablement pas Poséidon comme une menace immédiate", a-t-il déclaré.
De plus, Koh a déclaré que la Chine et la Russie devraient être considérées comme des "associés étranges" plutôt que comme de vrais partenaires à long terme. "Si la texture des relations futures entre les États-Unis et la Russie devait changer pour le mieux, cela pourrait entraîner des risques pour Pékin", a-t-il souligné.
«À long terme, la Chine pourrait voir la Russie devenir potentiellement un « deuxième front » de défi dans le domaine naval après les États-Unis. À tout le moins, le Poséidon Russe incitera Pékin à accélérer les efforts de R & D dans le cadre de programmes équivalents », a déclaré l'analyste basé à Singapour.
Quoi qu'il en soit, Koh a déclaré que les Chinois avaient récemment investi beaucoup de ressources dans l'intelligence artificielle (IA), la robotique et les systèmes sans équipage. Un programme similaire au drone Poséidon est donc à leur portée.
Une nouvelle course aux armements
Pour Savelyev et Goldstein, Poséidon ne change pas la donne dans une compétition stratégique entre puissances nucléaires, mais son développement aura évidemment pour effet d'aggraver le problème de la prolifération.
L’expert russe a déclaré que la diffusion de telles armes ouvrirait la voie à une nouvelle course aux armements nucléaires, en y ajoutant également une nouvelle dimension.
"Le système entre évidemment dans la catégorie des armes stratégiques, mais n'est couvert par aucun accord de maîtrise des armements existant tel que le nouveau traité START de 2010", a-t-il suggéré. "Le déploiement de Poséidon créera de sérieuses difficultés pour les futures tentatives de maîtrise des armements, notamment en ce qui concerne la définition, la vérification, etc., ce qui affaiblira concrètement ce traité et compromettra les perspectives de son extension après 2021."
Goldstein a souligné qu'une question plus importante concernait la manière dont de tels systèmes sans pilote à longue portée pourraient modifier tout le paysage de la guerre sous-marine. À cet égard, il a noté que, selon des rapports antérieurs, la Chine avait entrepris des travaux intensifs sur les «sous-marins robotisés».
Selon lui, il s'agit d'une préoccupation majeure et "les États-Unis pourraient être confrontés à la perspective sérieuse d'une nouvelle et dangereuse course aux armements sous-marins axés sur l'IA".

Source : Russia’s nuclear-capable underwater drone to be deployed

Conclusion
En termes militaires, la Russie ne semble pas être prête à vouloir se laisser faire. La perspective d'un retrait US du FNI a poussé Moscou à anticiper : la marine russe serait ainsi sur le point de déployer jusqu'à 32 de ses drones thermonucléaires «Poséidon» sur quatre sous-marins. Un progrès qui selon les experts, expose les villes côtières comme Los Angeles ou San Diego à la menace de destruction.
Un haut responsable russe du Conseil de la Fédération de Russie (le Sénat russe) avait mis en garde dans une interview accordée à l’agence de presse Ria Novosti que Moscou réagirait à tout type d’action « hostile » des États-Unis en mer Noire et que la marine russe supervisait et contrôlait totalement la situation dans cette région.
Résultat de recherche d'images pour "poseidon drone russia"Poséidon peut rester immergé jusqu'à une profondeur d’un kilomètre, se déplacer à une vitesse maximale de 200 km/h. Afin de contrer les tentatives d’interception, le drone est programmé pour exécuter des manœuvres d’évitement en changeant de direction et de profondeur.
Capable de faire exploser deux mégatonnes d’enfer, Poséidon est un drone sous-marin à propulsion nucléaire censé générer un tsunami radioactif pour détruire des bases navales ennemies. Un tsunami gigantesque qui pourrait réduire en poudre des villes côtières comme Los Angles et San Diego, selon le journal britannique The Sun.
Lors de la présentation de Poséidon au cours de son discours du 1er mars sur les armes, le président russe Vladimir Poutine a tenu à souligner la manœuvrabilité du drone: «Nous avons développé des véhicules submersibles sans pilote capables de se déplacer à de grandes profondeurs - je dirais des profondeurs extrêmes - intercontinentales, à une vitesse plusieurs fois supérieure à celle des sous-marins, des torpilles de pointe et de toutes sortes de navires de surface
Cité par le web site américain Business Insider, Rex Richardson, physicien américain estime qu'« une arme nucléaire bien placée, d’une capacité allant de 20 à  50 tonnes près d’une ville côtière, est parfaitement capable de réunir une quantité suffisante d’énergie pour un tsunami égal à celui de 2011 et peut-être bien plus ».
Voir aussi:
Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. Espéront que ces bidules ne vont pas faire du tort à la faune marine. Sauf erreur c'est des infrasons qui sont utilisés sous l'eau pour la transmission. Il se pourrait que ce soit des fréquences utilisées par les baleines par exemple et d'autres cétacés pour communiquer ou s'orienter. Du coup ça expliquerait que ces animaux s'échouent sur les plages.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.