jeudi 24 janvier 2019

Comment les juifs de Harvard pillent la Russie


Le communisme russe est tombé en 1991. Les Juifs se sont rués sur la Russie pour enfoncer leurs griffes gourmandes dans le nouveau scénario en Russie. Jeffrey Sachs, qui était à l'époque professeur d'économie à l'Université de Harvard, était l'un de ces Juifs.
Jeffrey Sachs a vu une opportunité que lui et ses copains juifs ne pouvaient tout simplement pas laisser passer. Le Juif Jeffrey Sachs et ses amis juifs se sont mis en position de conseillers et d’investisseurs pour «aider» la Russie à s’enfoncer dans le piège du monde financier et politique de l’Occident.

Mais leur programme juif ne consistait pas à aider la Russie, mais à la violer une nouvelle fois, tout comme leurs homologues juifs l'ont fait avec leur programme socialiste international lors de la soviétisation de la Russie au début du XXe siècle.
Mais maintenant, Jeffrey Sachs et ses copains juifs allaient le faire avec leur système capitaliste international. La privatisation était à la fois la leur et le nouveau mot d’ordre imposé à la Russie.
Sachs s’est associé à son collègue de Harvard, le Juif David Lipton, et à Yegor Gaidar, un Juif russe, qui est devenu le premier Premier ministre d’Eltsine.
Sachs, Lipton et Gaidar ont lancé un plan qu'ils ont appelé thérapie de choc économique pour éliminer les subventions et le contrôle des prix, ce qui avait permis à l'économie russe de rester stagnante pendant des décennies. Quel a été le résultat de cette thérapie de choc? Hyperinflation.
Comme prévu, l'hyperinflation a effacé les réserves de capital des usines, des banques, des services publics et de toutes les autres institutions russes. Cela a éliminé toute possibilité de concurrence réelle de la part de la Russie dans le cadre de l’achat d’actifs russes sur le point de commencer.
Les institutions et les usines de fabrication russes étaient désormais impatientes de transformer leurs actifs en liquidités, en les mettant entre les mains de Sachs, Lipton et Gaidar. Parce que la valeur du rouble était maintenant à son plus bas niveau, ils voulaient de la monnaie occidentale.
Sous couvert de prêts bancaires internationaux (banquiers juifs bien sûr), Sachs et ses amis ont commencé à racheter des sociétés russes à des prix proches de zéro.
Les oligarques juifs de Russie, au moment où on a commencé à les appeler ainsi, ne se sont pas complètement échappés avec leurs pillages.
Voici une liste de certains de ces Juifs qui ont pillé la Russie et le statut qui en résulte:
1    Jeffrey Sachs: Après avoir été accusé d'avoir «tué» la privatisation de la Russie, il a été autorisé par Harvard à quitter discrètement son poste de professeur à la Columbia University de New York, dirigée par des juifs.
 2   Yegor Gaidar: En 1993, il a été attaqué par le peuple russe pour son alliance avec Sachs. Craignant une enquête de Poutine, il a fui la Russie et vit actuellement en Irlande.
 3   Boris Berzovsky: Après avoir saisi de nombreux organes de presse et une grande chaîne de télévision lors du pillage du début des années 90, Poutine l’a finalement rattrapé et a ouvert une enquête. Il s'est ensuite enfui en Angleterre.
4    Vladimir Gusinksy. Il a pris le contrôle de nombreuses banques russes lors des pillages. Il était le chef du Congrès juif russe. Maintenant en exil en Grèce, les tribunaux russes tentent de l'extrader pour ses relations commerciales douteuses.
5    Mikhail Khodorkovski: Il a acheté la majorité du capital de la compagnie pétrolière Ioukos pour pratiquement rien pendant le pillage. Poutine l'a rattrapé et mis en prison en 2005.
TOUS CES JUIFS SONT UN GIBIER DE POTENCE, et donc tous les Juifs qui «pillent» notre culture autrefois chrétienne avec leurs activités antichrétiennes.
J'ai grandi en tant que Juif et je souhaite informer tous mes lecteurs que la plupart des Juifs se soucient uniquement d'eux-mêmes et se fichent complètement des sociétés « goyim » dans lesquelles ils résident et peuvent générer un profit.
Source: Real Jew News
-------------------------------------------
ANNEXE. Poutine et Israël : une relation complexe et à couches multiples 

Putin and Israel – a complex and multi-layered relationship
Ceci est un sujet extrêmement complexe et ceux qui aiment les « explications » simples devraient arrêter de lire ceci. La vérité est que la relation entre la Russie et Israël et - avant même la venue de ce dernier - entre Juifs et Russes mériterait un livre entier.
En fait, Alexandre Soljenitsyne [1] a écrit un tel livre, intitulé « 200 ans ensemble », mais, en raison de la poigne de fer des sionistes sur les médias anglophones, il n'a toujours pas été traduit en anglais. Cela devrait déjà vous dire quelque chose - un auteur de renommée dans le monde entier qui a obtenu le prix Nobel de littérature ne peut pas faire traduire son livre en anglais parce que son contenu pourrait saper le récit officiel sur les relations russo-juives en général et sur le rôle des Juifs dans la politique russe au XXème siècle et actuellement en particulier !
Avant d'aborder quelques-unes des particularités de la relation russo-israélienne, je tiens à souligner une chose très importante : il ne faut pas croire que la relation entre Juifs et non-Juifs en Russie est similaire à ce qu'elle est en Occident. Ce n'est pas le cas. Sans entrer dans une discussion détaillée de l'émancipation des Juifs dans l'Occident et leur longue progression depuis leurs shtetls dirigés par des rabbins jusqu'aux conseils d'administration des plus grandes sociétés occidentales, je dirai simplement que pour les Juifs russes, ce processus d'émancipation est arrivé d'une manière beaucoup plus violente et catastrophique. La deuxième grande différence entre Juifs occidentaux juifs et russes est que, entre 1917 et 1939, un sous-ensemble spécifique de juifs, les juifs bolcheviques, possédaient le contrôle quasi total de la Russie. Pendant cette période, les Juifs bolcheviques persécutaient les Russes et, en particulier, les chrétiens orthodoxes avec une haine véritablement génocidaire. [2]. Ceci est un fait de l'histoire dont la plupart des Russes sont très conscients, même si cela est encore considéré comme une pensée erronée dans la plupart des cercles occidentaux. Il est également important de souligner ici que les Juifs bolcheviques persécutaient non seulement les chrétiens orthodoxes, mais aussi tous les groupes religieux, y compris les Juifs (non globalistes/communistes) et les musulmans. Poutine est très conscient de tous ces faits qu'il a mentionné en parlant à un groupe de Juifs à Moscou.
L'autre fait absolument crucial sur la relation entre la Russie et Israël est l'immigration des Juifs russes en Israël. Voici une liste de raisons pour lesquelles ceci est un facteur crucial :
1 Peu importe qu'ils aient fini en Israël, en Autriche, en Allemagne, ou aux États-Unis, l'immigration des Juifs russes en Israël a permis à ces Juifs qui ne voulaient pas rester en Russie de quitter le pays. Inversement, ceux qui n'étaient pas partis sont restés par choix. Cela signifie que la grande majorité, sinon la totalité, des Juifs russophobes et antichrétiens ont quitté la Russie. Ceux qui sont restés en Russie l'ont fait parce qu'ils ont décidé que c'était leur patrie.
2 Un grand nombre (certaines estimations vont jusqu'à 20%) des soi-disant «juifs» qui ont quitté la Russie ne sont pas juifs du tout, y compris certains de ceux qui se sont installés en Israël. La vérité est que les difficultés économiques et sociales dans la société soviétique sous Brejnev et compagnie et la Russie sous Eltsine avaient poussé beaucoup de non-juifs de Russie à s'inventer des origines juives (non-existantes) juste pour émigrer. Ainsi il y a beaucoup de vrais Russes, par opposition aux Juifs russes, en Israël. Poutine le sait.
3 En raison de cette grande immigration, il y a d'innombrables liens personnels entre les individus et les familles qui vivent en Israël et en Russie. Cela signifie que lorsque, par exemple, l'Irak ou le Hezbollah lancent des roquettes en Israël, des gens en Russie sont inquiets pour leurs amis et leurs familles en Israël, même si ils n'approuvent pas nécessairement la politique israélienne.
4 La « mafia russe » est, en réalité, la plupart du temps, une mafia de Juifs russes [3]. Cela est particulièrement vrai en Occident. En Russie, il y a des gangsters juifs, mais pas vraiment de gang juif en tant que tel. Des gangsters russes et juifs s'entendent à merveille et cela crée aussi, dirons-nous, de forts liens «d'affaires » entre des oligarques « russes » et Israël.
5 Sous Eltsine, le pays était de facto dirigé par ce qu'on a appelé la semibankirshchina, le « pouvoir des sept banquiers ». Il s'agissait des sept grands banquiers de la Russie qui possédaient environ 50% de l'ensemble de l'économie russe. Tous, sauf un (Potanine) étaient des Juifs.
6 Pendant les années Eltsine, la grande majorité des membres du gouvernement et, surtout, leurs conseillers étaient des Juifs. Des Juifs contrôlaient également la quasi-totalité des grands médias. Pour vous donner une idée de la façon dont cette tendance était répandue dans les années 1990, voici une liste d'oligarques Juifs dans la Russie d'Eltsine disponible sur Internet : (source en russe: https://goo.gl/jZlazH)
Boris Eltsine (Eltsine - Juif marié à Nina,  Juive).
Conseiller du Président sur les questions économiques - Livshits - Juif.
Pendant tout le temps du règne d'Eltsine (1991-1999) la majorité de ses conseillers étaient juifs.
Chef de l'administration présidentielle Filatov, Tchoubaïs, Volochine, la fille du président (une nouvelle position des autorités juives), Tatyana Dyachenko (par la loi juive - Halakha, comme la fille d'un juif - Juive - tous Juifs.
GOUVERNEMENT
Tous les ministres clés - juifs: Ministre de l'Economie - Yasin – Juif ; Ministre adjoint de l'Économie - Ourinson - Juif
Le ministre des Finances - Panskov – Juif ; Ministre adjoint des Finances - Vavilov – Juif ; Président de la Banque centrale - Paramonov - Juif
Ministre des Affaires étrangères - Kozyrev - Juif
Ministre de l'Énergie - Shafranik - Juif
Ministre des Communications - Bulhak - Juif
Ministre des Ressources naturelles - Danilov - Juifs -
Ministre des Transports - Efimov - Juif
Ministre de la Santé - Netchaïev - Juif
Ministre de la Science - Saltykov - Juif
Ministre de la Culture - Sidorov - Juif
MÉDIAS
Président des médias - Gryzounov - Juif
PRESSE
«News» - Golembiovskiy - Juif
"Komsomolskaïa Pravda" - Fronin - Juif
"Moskovski Komsomolets" - Gusev (Drabkin) - Juif
"Arguments and Facts" - Starks - Juif
"Work"- Potapov - Juif
"Moscow News" - Karpinski - Juif
"Kommersant" - Yakovlev (Ginsburg) - Juif
«New Look» - Dodolev - Juif
"Nezavissimaïa Gazeta" - Tretyakov - Juif
"Evening Moscow" - Lisin - Juif
"Literary Newspaper" - Udaltsov - Juif
"Publicity" - Izyumov - Juif
"Interlocutor" - Kozlov - Juif
"Rural Life" - Kharlamov - Juif
"Top Secret" - Borovik - Juif
TV & RADIO:
Télévision et radio, "Ostankino" - A. Yakovlev - Juif
Russian TV et Radio Company - Poptsov - Juif
1996-1999 - "Sept banquiers".
Toutes les finances de la Russie concentrées dans les mains de Juifs.
Un pays gouverné par sept banquiers :
1. Aven – Juif ; 2. Berezovsky - Juif, 3. Goussinski - Juif, 4. Potanine. 5. Smolensk – Juif ; 6. Friedman -  Juif ; 7. Khodorkovski -  Juif : 8 Roman Abramovich- Juif
Les listes de juifs dans le gouvernement soviétique de 1917 à 1939 sont presque similaires. Vous pouvez les trouver sur Internet.
Tout comme entre 1917 et 1939, entre 1991 et 1999, les rênes du pouvoir en Russie étaient fermement dans les mains de Juifs, et dans les deux cas, avec des conséquences catastrophiques.
La grande différence est que si, au début du XXème siècle, les Juifs au pouvoir étaient des adversaires idéologiques de l'Empire anglais, à la fin du XXème siècle et aujourd’hui, les Juifs en Russie étaient pratiquement une extension de l'Empire anglo-sioniste.
Pour succéder à Poutine à Eltsine, Poutine était un compromis entre les services de sécurité russes et les hommes d'affaires judéo-russes qui avaient poussé  Medvedev comme un contrepoids à Poutine. Je me réfère généralement aux forces soutenant Poutine comme étant les souverainistes eurasiatiques et aux forces soutenant Medvedev comme étant les atlantistes intégrationnistes. Le but du premier camp est de célébrer le patriotisme russe et de faire de la Russie un élément clé dans un continent eurasien multipolaire unifié, alors que l'objectif de l'autre camp est d'être accepté par l'Empire anglo-sioniste comme un partenaire égal et d'intégrer la Russie dans les structures du pouvoir occidental. Ce qui suit est quelque chose de si important que je vais l'illustrer par  un paragraphe distinct.
Les intégrationnistes atlantistes sont toujours en plein contrôle du secteur financier et bancaire russe, de tous les ministères de l'économie et des postes clés du gouvernement. Ils contrôlent la Banque centrale de Russie et ils sont, de loin, la plus grande menace pour Poutine et pour ceux qui le soutiennent. Considérant que près de 90% des Russes soutiennent maintenant Poutine, cela signifie que ces intégrationnistes sont la plus grande menace pour le peuple russe et pour la Russie dans son ensemble.
Comment est-ce que tout ceci est lié à Israël ?
Eh bien, Poutine a hérité d'un système créé par et pour l'Empire anglo-sioniste. Il était un candidat de compromis entre deux partis radicalement opposés et il lui a fallu des années pour, premièrement, se débarrasser de la plupart des oligarques (juifs) russes puis, très progressivement, commencer un processus de nettoyage dans lequel, lentement, étape par étape, les sionistes ont été expulsés de leurs positions de pouvoir. Selon Mikhail Khazin, l'équilibre entre ces deux groupes n'a que récemment atteint un point d'équilibre (instable) de l'ordre de 50/50. Cela signifie aussi que les « gens de Poutine » doivent être vigilants tous les jours que le Bon Dieu fait, parce qu'ils savent que leurs soi-disant « collègues » seront prêts à les poignarder en un clin d'œil dès qu'ils en auront l'occasion.
Je crois pour ma part que les rumeurs d'un coup d'Etat en Russie sont grandement exagérées. Non seulement parce que Poutine bénéficie de l'appui des « ministères de puissance » (Défense, Sécurité de l'Etat, affaires intérieures, etc.), mais, plus important encore, de l'appui de 90% du peuple russe. Renverser un homme avec un tel soutien, un homme vraiment aimé par la grande majorité des gens, serait trop dangereux. Mais cela ne signifie pas que la cinquième colonne n'est pas disposée à saboter tous les efforts de Poutine et de ses partisans.
Les médias ont appliqué la bonne vieille règle maçonnique du silence médiatique autour de ce livre d'Alexandre Soljenitsyne, Deux siècles ensemble, tome 2, Juifs et Russes pendant la période soviétique, Fayard Paris 2002. Une œuvre documentaire fondée sur les archives accessibles après la perestroïka.
Aucune critique dans la presse quotidienne n'a transpiré, pas plus dans les grands hebdos, encore moins sur les grandes radios.... et bien sûr RIEN dans les émissions TV (Vol de Nuit , Guillaume Durand , Yves Calvi, Serge Moati etc..).
Pourquoi ?? Pourquoi l'ensemble des media a-t-il occulté la sortie d’un ouvrage de 1200 pages (Tome I et II) d’un prix Nobel, grande conscience actuelle vivante ?
Voici ce que j'ai trouvé sur internet au sujet de ce livre interdit.
Le crime de Soljenitsyne est d'aborder la place et le rôle des Juifs russes dans les institutions et le mouvement bolchévique. Sujet hérétique frappé d'interdit !
On y apprend (tome 2 couvrant la période allant de 1917 à 1972) que plus de 50% des organes essentiels au fonctionnement du Bolchevisme naissant étaient composés de Juifs (Comité Central-Commissaires Politiques - NKVD etc..) Or si l’on rapproche ces informations au fait avéré que les Bolcheviques ont assassiné 20 Millions de Russes, cela équivaut presque à 4 Shoahs, ce qui démontre à la fois la cruauté humaine et le fait que les Juifs n’ont pas le monopole de la victimisation et que le devoir de mémoire devrait aussi s’appliquer aux Russes. Que le livre de Soljenitsyne puisse être boycotté est une forme élaborée et hypocrite de négationnisme et ceux qui liront le livre ont le devoir de le faire connaitre au maximum afin qu’une page de l’histoire ne soit pas passée par pertes et profits.
Déjà en 1921, un Journaliste Anglais du nom de WILTON (correspondant du Time à Moscou) avait publié un livre (lui aussi boycotté...déjà) intitulé " La Fin de Romanovs". Wilton avait moins d’érudition et de talent qu’A.S., mais il dit exactement la même chose. Le chercheur au CNRS Pierre André Taguieff a cité l’ouvrage de Soljenitsyne en référence et a écrit que Deux siècles ensemble était un monument d’érudition et que Fayard avait eu grand mérite de le publier.
Autre crime impardonnable : Soljenitsyne tente de montrer que les pogroms sont fomentés par les révolutionnaires (en très grande majorité juifs) (p. 228) et non par des partisans du tsar.
Hannibal GENSÉRIC


1 commentaire:

  1. Ce document est la fenêtre ouverte sur le monde tel qu'il est aujourd'hui. Cette fenêtre ouverte permet de voir l'orage déchaîné, même s'il semble silencieux, accompagné d'un tsunami qui anéanti le monde , suicidaire, .Ce tsunami a noyé la terre entiere . L'gnorance est la cause de tous les conflits sur la terre et cette ignorance est entretenue par ceux-là mêmes qui veulent instaurer le chaos qu'ils attendent de leurs voeux pour concrétiser leur domination. Prenez garde à vous, fils de CaÏn, l'heure de votre jugement va venir et ces Oeuvres de Soljénitsyne ainsi que celle de Wilton seront nos armes.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés.