mardi 8 janvier 2019

Selon des experts occidentaux, les armes hypersoniques posent "un défi important à la paix mondiale".


Le président russe Vladimir Poutine a annoncé le mois dernier que son armée allait déployer ses premiers missiles hypersoniques à capacité nucléaire en 2019, affirmant que l'acquisition de cette technologie avait propulsé son pays dans une nouvelle ère d'armes à grande vitesse capables de surpasser les systèmes de défense antimissile les plus avancés du monde. Selon M. Poutine, Avangard progresse vers sa cible à plus de Mach 20 «comme une boule de feu» dont la température à la surface atteint 1.600 à 2.000°C.

Il existe deux types d’armes hypersoniques: les missiles de croisière hypersoniques (hypersonic cruise missiles HCM) et les véhicules planeurs hypersoniques (hypersonic glide vehicles HGV). Les deux sont capables de voyager à une vitesse supérieure ou égale à cinq mach ou plus - environ 3800 km / h ou 340 km toutes les six minutes - et sont manœuvrables.
Avangard hypersonic glide vehicle
Une capture d'écran d'une vidéo montrant la manœuvrabilité du véhicule russe de glisse hypersonique Avangard. YouTube/LEINI-TV
Alors que la trajectoire de vol d’un missile balistique peut être déterminée par l’élan et la gravité, les missiles hypersoniques peuvent changer de direction en plein vol et garder leurs cibles secrètes jusqu’à l’impact. Cette capacité, associée à leur vitesse, rend les armes hypersoniques extrêmement difficiles à intercepter.
------------------------------------------------ 

"À partir de 2019, les forces armées russes disposeront du nouveau système stratégique intercontinental Avangard ... C'est un grand moment dans la vie des forces armées et dans la vie du pays. La Russie a obtenu un nouveau type d'arme stratégique " a dit Poutine.
Avec le déploiement immédiat d’armes hypersoniques capables d’atteindre 20.000 km/h, les défis de la maîtrise des armements seront considérables, alors que le monde avance dans une nouvelle phase géopolitique inquiétante, a averti un expert en matière de défense.
 https://www.zerohedge.com/sites/default/files/inline-images/hypersonic.jpg?itok=h4ZAgOeR
La question a également été mentionnée dans le rapport sur l'enquête stratégique 2018 de l'Institut international d'études stratégiques (IISS), publié par le Dr Nicholas Redman et publié en novembre. Il a averti qu'un missile hypersonique voyageant à la vitesse annoncée de 20.000 km/h serait capable de frapper Londres (à 1.500 km  environ de Moscou) en moins de cinq minutes.
Douglas Barrie, haut responsable de l'aérospatiale militaire chez IISS, a déclaré à Express.co.uk qu’il était sceptique sur la possibilité pour la Russie de déployer son système cette année 2019.
Et il a déclaré: "Les véhicules hypersoniques à glissement et les missiles de croisière hypersoniques sont encore en développement, et le déploiement opérationnel de véhicules à glissement hypersonique prendra quelques années".
"Ces armes ne changeront pas la façon dont la guerre est menée - mais elles réduiront le temps nécessaire pour atteindre une cible et le temps de décision pour toute tentative d'engager ou de réagir."
Il a ajouté: «La Russie, la Chine et les États-Unis recherchent activement des véhicules à glisse hypersonique et une propulsion hypersonique. La plupart des travaux sont classés top secret. »
«L'interception de missiles de croisière hypersoniques est exigeante mais pas impossible», mais le système de défense antimissile de l'OTAN aurait beaucoup de difficulté à intercepter un véhicule hypersonique à glissement en provenance de Russie.
Dans l'enquête stratégique de l'IISS l'année dernière, le directeur général du groupe de réflexion, John Chipman, a averti que la Russie et la Chine menaient une campagne parallèle de «guerre de la tolérance» contre l'Occident.
Chipman a expliqué: "La guerre de tolérance est l’effort de repousser les lignes de résistance, de rechercher les faiblesses, d’affirmer unilatéralement des droits, de briser les règles, d’établir de nouveaux faits sur le terrain, de dépouiller les autres de l’initiative et d’obtenir un avantage systématique sur les opposants hésitants."
"Elle exploite en particulier les faiblesses des démocraties occidentales dont l'instinct de gouvernement a été tempéré par l'échec géopolitique à l'étranger et par les contraintes imposées par l'opinion nationale sur le déploiement international à toute épreuve", a-t-il ajouté.
"Cela devient une stratégie privilégiée pour les pays qui ne peuvent pas facilement défier leurs plus grands rivaux de manière symétrique".
"De toute évidence, la Russie du président Vladimir Poutine cherche asymétriquement à tirer avantage de sa position affaiblie, en  recourant régulièrement à des stratagèmes de guerre de tolérance."
Les armes hypersoniques ont propulsé le monde dans une nouvelle phase géopolitique troublante. Ce n'est plus un monde unipolaire, mais maintenant une distribution multipolaire du pouvoir, grâce à la montée en puissance des forces militaires en Russie et en Chine.
Le soi-disant nouvel ordre mondial et le Consensus de Washington se détériorent. Cela crée de nouveaux risques et incertitudes: tensions militaires croissantes, perturbations économiques et boucles de rétroaction déstabilisatrices entre l’évolution des relations internationales et la situation politique intérieure des pays.
Les technologies hypersoniques commencent à permettre aux pays de se libérer du Nouvel Ordre Mondial et du contrôle de Washington. Le monde évolue et, dans cette phase de transition, le monde deviendra beaucoup plus dangereux.

 
Un chercheur allemand constate l’impuissance de l’Occident face au missile russe Avangard
Le nouveau type d’arme hypersonique, ressemblant à une «boule de feu», révélé par Vladimir Poutine en mars dernier et testé moins d’une semaine avant le début de l’année 2019 est invulnérable face aux systèmes de défense existants, selon un chercheur du Centre allemand pour l’aéronautique et l’astronautique.
Il n'existe pas de systèmes de défense efficaces contre le missile hypersonique russe Avangard, a déclaré Dirk Zimper, chercheur au Centre allemand pour l'aéronautique et l'astronautique, à la chaîne publique allemande Deutschlandfunk.
Selon le spécialiste, bien que les travaux sur la mise au point de contre-mesures fiables soient en cours à l’Ouest, il est «vraiment difficile» d'intercepter un missile hypersonique.
M.Zimper souligne qu'à en juger d'après les propos du général John Hyten, chef du commandement stratégique américain, ce fait est reconnu aux États-Unis. En mars, le général a déclaré au Comité des forces armées du Sénat que les États-Unis n'avaient aucune défense capable d'empêcher l'utilisation de telles armes contre le pays.
Selon le spécialiste allemand, trois pays mènent actuellement des recherches sur cette technologie : la Russie, la Chine et les États-Unis.
«Il est clair que des pays tels que les États-Unis, la Russie et la Chine étudient de tels systèmes depuis des décennies et il s'agit bien d'une concurrence. Il serait très difficile de dire qui pourrait être en avance ou en retard dans cette recherche. Je pense que c'est une situation de coude à coude», a déclaré Dirk Zimper.
Le 26 décembre, il a été annoncé que le missile Avangard, surnommé «le cadeau du Nouvel An à la nation» par le Président Vladimir Poutine, avait été mis à l'essai à partir d'une base située dans le sud de l'Oural et avait réussi à frapper une cible d'entraînement au Kamchatka, à 6.000 kilomètres (3.700 milles).
Le missile, qui vole à 20 fois plus vite que la vitesse du son, peut changer de cap et d'altitude tout en survolant l'atmosphère, zigzaguant vers la cible, rendant pratiquement impossible la prévision de l'emplacement de l'arme.
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires provenant de (Unknown) ne seront pas pris en compte.