vendredi 11 janvier 2019

Erdogan à Trump : quittez vite la Syrie car nous allons frapper

La Turquie a menacé de frapper la milice YPG kurde syrienne si les États-Unis retardent le retrait de leurs troupes du pays, selon The Guardian. Elle rejette aussi l'ultimatum américain concernant l'achat par Ankara des S-400 auprès de Moscou.

"Si le [retrait] est retardé avec des excuses ridicules telles que les Turcs massacrent des Kurdes, ce qui ne reflète pas la réalité, nous appliquerons cette décision de frapper", a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu, évoquant la menace turque de lancer une opération militaire sur la région de la Syrie contrôlée par les Kurdes.
S'exprimant avec le radiodiffuseur NTV, Çavuşoğlu a déclaré qu'il n'était pas réaliste de supposer que les États-Unis seraient en mesure de collecter les armes fournies à l’YPG, que le président turc Recep Tayyip Erdoğan considère comme un groupe terroriste.
Les responsables turcs ont eu une réunion tendue cette semaine avec le conseiller à la sécurité nationale de Trump, John Bolton, à Ankara dans le but de coordonner le processus de retrait.
Erdoğan - qui a bien accueilli le plan de retrait - a accusé Bolton de commettre une "grave erreur" en demandant à Ankara de fournir des assurances sur la sécurité des combattants kurdes avant le retrait des troupes par Washington.
Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, en tournée régionale, a également déclaré mercredi que la Turquie s’était engagée à protéger les alliés kurdes de Washington qui combattent l’État islamique en Syrie d’après The Guardian.
Les États-Unis ont travaillé en étroite collaboration avec la milice kurde des unités de protection du peuple (YPG), considérée par Ankara comme une "branche terroriste" du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), rapporte le Guardian. Le PKK s'est engagé à combattre l'État turc depuis 1984.
"Nous sommes déterminés sur le terrain et à la table ... Nous déciderons du moment et nous ne recevrons la permission de personne", a déclaré Çavuşoğlu au sujet du plan de frappe, ajoutant que divers responsables de l'administration Trump avaient tenté de décourager Trump de son plan de retrait - créant des "excuses" telles que le massacre de Kurdes par la Turquie, faisant référence aux commentaires de Pompeo.
Çavuşoğlu a ajouté que la Turquie lutterait contre les YPG, que les États-Unis se retirent de la Syrie ou non.
Ankara rejette l'ultimatum de Washington d'abandonner l'achat des S-400 russes
Quelques jours à peine après que le président Erdogan ait insulté la Maison-Blanche en snobant le conseiller national à la sécurité, John Bolton, la Turquie a fait un nouveau  doigt d’honneur aux États-Unis en refusant de renoncer à son accord d'achat de systèmes de défense antiaérien S-400 à Moscou, pour acheter des systèmes américains de défense aérienne Patriot, selon RT..
Si les États-Unis lient leurs ventes à Ankara et que la Turquie déchire son contrat d'armement avec Moscou, Ankara n'aura d'autre choix que de choisir ce dernier, a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, ajoutant que le contrat d'achat des S-400 avait déjà été finalisé. .
"L'accord S-400 a déjà été finalisé. Nous pouvons nous mettre d'accord sur le système Patriot américain, mais pas s'il y a une condition pour abandonner les S-400", a déclaré le ministre lors d'une interview avec la télévision d’État.
Cavusoglu a ajouté qu'Ankara avait reçu la proposition d'acheter des armes et examinerait les conditions - mais a mis en garde contre une tentative de Washington de s'immiscer dans les relations entre Ankara et Moscou.
L'interview faisait suite à des reportages sur l'ultimatum américain qui avaient circulé dans les médias turcs.
Signe que les relations entre les États-Unis et la Turquie commençaient enfin à se dégeler (c'était avant que Trump ordonne brutalement le retrait des 2.000 soldats américains de la Syrie), le département d’État approuva la vente de 80 missiles Patriot et de 60 intercepteurs de missiles PAC-3. le mois dernier.
Ankara a signé l’accord pour l’achat des S-400 l’année dernière, et le premier lot devrait être livré plus tard cette année en raison de vives objections de Washington. L'année dernière, le Congrès a voté une loi interdisant l'envoi d'une flotte de 100 chasseurs à réaction F-35 à la Turquie, membre de l'OTAN contrôlé par les États-Unis.
Les États-Unis ont également tenté de faire pression sur l'Inde pour qu'elle n’achète pas des S-400, car cette transaction pourrait constituer une violation des lois américaines sur les sanctions imposées à la Russie - bien que Washington ait proposé de laisser passer New Delhi si elle acceptait également d'acheter des armes aux États-Unis.
Malgré les pressions de l’étranger, la Turquie et l’Inde ont affirmé qu’elles pouvaient choisir librement leurs partenaires dans le commerce des armes sans ingérence de Washington ou de quiconque d’autre.
"Nous n’avons besoin de la permission de personne" pour acheter les S-400, a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan.
Hannibal GENSERIC



2 commentaires:

  1. ...............bonjour..............
    Le monde sera MULTIPOLAIR les États-Unis la Rome antique la disparition
    En cours pour le meilleur de ce monde

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.