lundi 21 janvier 2019

Israël Shamir: Pour avoir dit la vérité, je suis banni de Facebook


Les scientifiques de Harvard ont insisté sur le fait que nous avions reçu la visite d'invités venus d'une galaxie très éloignée. Enfin presque. Le vaisseau spatial présumé Oumuamua s'est d'abord approché de la Terre, puis il a accéléré, accéléré  et a disparu quelque part dans l'espace lointain. Qu'est ce qui ne s'est pas bien passé? Pourquoi les petits hommes verts de Vega, l'étoile la plus brillante de la constellation Lyra, ont-ils abandonné ce qui était vraisemblablement leur plan initial pour rendre visite aux terriens? Se pourrait-il qu'ils lisent nos communications sur Internet, regardent nos émissions de télévision, consultent nos journaux et choisissent de reporter la rencontre à des temps meilleurs?

On peut les comprendre.
Nous avons vraiment gâché nos communications. Nous, les humains, devons discuter pour prendre les bonnes décisions, et le champ de discussion se rétrécit rapidement. Premièrement, nous avons perdu les médias.
Il fut un temps où les journaux étaient en concurrence, où les leaders avaient des points de vue divergents, ont affirmé les experts, et où les parties ont appelé à diverses actions. Ils ont rivalisé pour nos sous et nos votes et ont essayé de nous convaincre. Plus maintenant. Maintenant, ils savent mieux ce qui est bon pour nous. Ils ne se soucient pas de la circulation, ils ne sont pas obligés de vendre des journaux, car les annonces sont payées par les riches, de toute façon. Il fut un temps où  les minorités avaient été exclues de la discussion; maintenant, c'est la majorité qui est interdite.
Aux États-Unis, aucun journal ne soutient les vues du président américain. Personne ne l'a défendu lorsqu'il a été accusé, effrontément, dans votre visage, d'être un agent russe. Personne ne l'a soutenu lorsqu'il a appelé pour ramener les troupes de Syrie à la maison.
Personne ne l'a secouru lorsqu'il a envisagé de se séparer de l'OTAN.
Des dizaines de millions d'hommes et de femmes ont voté pour lui, mais il ne dispose que de son compte Twitter.
Les médias accusent Trump d’accorder trop peu d’attention aux besoins d’Israël. Israël a besoin de troupes américaines en Syrie et en Allemagne, de jets américains en Espagne et au Qatar, de navires américains en Italie et dans le Golfe. Israël a besoin que les États-Unis dirigent l'OTAN pour contenir la Russie. Lorsqu’Israël exprime un besoin, les États-Unis devraient le lui fournir, déclare Daniel Shapiro, l'ancien ambassadeur. Pas un seul journal américain, pas un seul homme d'État américain n'a voulu répondre que les Américains ont élu le président Trump pour faire ce qui était nécessaire pour eux, pas pour Israël.
Les États-Unis ne font pas exception. Des millions de Français soutiennent le GJ, mais pas un seul journal, aucune chaîne de télévision ne leur donne une plate-forme. [1] Ils sont taxés d’antisémites [2] car ils sont révoltés par Danny Cohn-Bendit [3] et Bernard-Henri Levi [4], qui sont juifs. On les appelle aussi homophobes parce qu'ils veulent interdire le «mariage» entre personnes du même sexe. Ils sont attaqués par les troupes d'assaut des banquiers, l'Antifa, et aucun média ne les défend.
Des millions de Britanniques soutiennent Jeremy Corbyn, mais tous les médias traditionnels sont contre lui, même la BBC soutenue par l'État, même le Labour Guardian. Corbyn est accusé d'antisémitisme, car Corbyn parle pour les travailleurs et contre les banquiers. Personne ne le défend et il n'y a pas de média grand public qui parle pour lui.
Seule la petite chaîne de télévision russe RT fournit, jusqu’à un certain point, des vues différentes qui défendent la souveraineté des peuples américain, britannique et français, mais elle ne peut pas faire grand chose. Paradoxalement, RT ne diffuse pas en russe et ses émissions en anglais ne peuvent pas être vues en Russie. Le reste des médias russes ne diffère pas beaucoup de la variété (ou l’unanimité) occidentale.
Les médias grand public de Tokyo à Paris en passant par Los Angeles parlent d’une seule voix. Tous les autres avis ont été écartés de la discussion générale. Il est bon que nous ayons Internet et des sites comme Unz Review (et la Cause du Peuple) qui nous permettent d’exprimer nos points de vue. Le problème est avec la livraison de cette information. Comment pouvons-nous la livrer au public? Les vrais médias grand public ont beaucoup plus de points de vue et de téléspectateurs! Pour eux, des centaines de milliers voire des millions de points de vue ne sont pas inhabituels.
Nous avons besoin de nos réseaux sociaux pour donner des idées et échanger des opinions, informer les lecteurs de nos publications, convaincre et rassembler. Dans un monde surpeuplé, nucléarisé, avec des liens familiaux et de voisinage déchirés, rien ne peut remplacer ces réseaux. Et Facebook et Twitter pourraient nous aider. Google pourrait nous aider.
Hélas, ils nous ont aussi trahis. [5]
Les réseaux sociaux, de par leurs interdictions et leur décontamination, nous ont empêchés de communiquer. Né avec le baby-boom, maintenant vieillissant, j’ai  vécu dans de nombreux pays sous de nombreux dirigeants, je suis déconcerté par le nouveau totalitarisme qui s'est glissé sous le prétexte de la nouvelle technologie. Même pendant les jours sombres de Staline (URSS°) et de McCarthy (USA), les autorités exerçaient moins de contrôle mental que  Zuckerberg et ses semblables.
Et pas seulement pour la politique. Ils veulent dessiner et mettre en œuvre leur agenda sur tous les sujets sans tenir compte de nos points de vue.
Facebook déteste quand les hommes et les femmes ont des relations sexuelles saines. C'est tabou pour eux. Les hommes sont censés abuser des femmes. Les femmes sont censées se plaindre du style # MeToo. Alternativement, les hommes peuvent désirer les hommes et les femmes courir après les femmes. Facebook interdit en fait les relations normales entre les sexes.
J'ai été banni et mon message supprimé par les modérateurs de Facebook pour avoir déclaré que les Françaises étaient parmi les meilleures femmes. C'est du sexisme et cela va à l'encontre des normes de la communauté Facebook, ont déclaré les flics censeurs Facebook. Monsieur Zuckerberg, ne pouvez-vous pas garder vos ciseaux loin des communications des autres personnes? Permettez-moi d’avoir mon propre avis (très favorable) sur les Françaises! Oh non, vous ne pouvez pas.
J’ai été banni et mon billet supprimé pour avoir mentionné un rédacteur en chef de l’Université de Durham qui avait été licencié pour avoir déclaré «les femmes n’ont pas de pénis». Cela a été jugé par Facebook injurieux pour les transgenres et aller à l'encontre des normes de Facebook.

La censure sur Facebook et Twitter est omniprésente, agaçante et déforme votre discours, mais la censure sur Facebook en russe est particulièrement sévère. Les modérateurs FB pour les Russes sont principalement des Ukrainiens enragés contre les Russes. Apparemment, c'est la condition par laquelle ils sont choisis. Ils suppriment et interdisent pratiquement toutes les références russes à l'Ukraine et à ses affaires, sans jamais supprimer ni interdire les insultes ukrainiennes. Les poètes russes, classiques et modernes, sont interdits. Tout ce qui apparaît à ces ploucs comme non conforme à leur définition du « Politiquement Correct est censuré impitoyablement.
Ils interdisent les gens pour des articles/posts prétendument non-PC et des commentaires faits il y a des années. Il y a deux ans, un homme avait cité sur son blog FB un poème de Joseph Brodsky, lauréat du prix Nobel, et deux ans plus tard, cette citation avait été retrouvée et l'homme avait été banni pendant un mois.
Ou un exemple encore meilleur. En 2006, un philologue russe a donné une conférence sur les origines de la langue russe dans le café Bilingua à Moscou. En 2015, la conférence a été publiée par un utilisateur de Facebook. Cette semaine en 2019, il a été supprimé et l'utilisateur a été banni.
Les Russes n'ont pas de tradition du PC, ni pour le meilleur ni pour le pire. Ils n'hésitent pas à mentionner les nègres ou les mulâtres, les gitans ou les juifs. Ils ne sont pas conscients que ces mots sont considérés comme insultants par les nouveaux législateurs. Ils appellent les Ukrainiens khokhol, ou "mèches", pour leur coupe de cheveux traditionnelle ukrainienne. Khokhol était utilisé en russe depuis des années, généralement avec une connotation positive ou neutre. Les surnoms modernes pour les Ukrainiens sont ukr ou ukrop. Jusqu'à présent, personne ne considérait ces surnoms comme des insultes, comme chico, okie et tex ne sont pas des insultes. Mais pour Zuckerberg, tous ces mots appellent à une interdiction.
Je ne connais pas d’utilisateur FB russe qui n’a pas été banni pour au moins un mois. Ainsi, il ne s’agit pas seulement de la censure, mais de tout un programme de rééducation du type de celui qui est généralement associé au président Mao et à son époque.
Zuckerberg et ses bêtes entraînées ont en fait décidé de modeler le discours public de la civilisation russe selon leur propre forme et leur propre image. Les pauvres Russes qui ont survécu à une telle rééducation par les bolcheviks dans les années 1920 et par les antisoviétiques en 1990 sont en train de passer au crible le discours des SJW (Social justice warrior ou Guerrier de la justice sociale). Lorsque le soviétisme a été dissous, la liberté d'expression a été promise aux Russes. Où est cette liberté d'expression?
FB interdit d’afficher des liens vers des sites qu’il n’aime pas (comme La Cause du Peuple, farouchement antisioniste). J'ai été banni pour avoir posté un lien sur Unz.com. Les liens vers RT et Spoutnik sont également supprimés par FB. La semaine dernière, FB a supprimé et interdit 500 comptes comptant 850.000 abonnés pour avoir publié des liens vers RT et Sputnik.
Mr Zuckerberg a supprimé, sans aucune explication, le compte FB de l’un de mes amis, ayant deux cent mille adeptes. Il s’agit du compte de M. Oleg Tsarev, ancien membre du parlement ukrainien, candidat à la présidence ukrainienne et président du parlement du Donbass.

J'ai demandé à mes amis FB de signaler s'ils avaient déjà été interdits et, dans l'affirmative, pour quelle raison. Voici une petite liste de leurs réponses: pour avoir parlé contre Stepan Bandera, le Quisling ukrainien; pour avoir discuté de Shevchenko, le poète ukrainien du 19ème siècle; pour avoir mentionné les mèches; pour avoir posté une photo de Poutine; pour avoir parlé des victimes du bombardement ukrainien du Donbass; pour avoir utilisé des mots comme «pédéraste» ou «lesbienne»; pour avoir dit que les femmes sont plus émotives que les hommes; pour avoir posté une image d'un film d'Almadovar; pour avoir démenti un historien ukrainien qui a prétendu que Jésus et Bouddha étaient des Ukrainiens; pour avoir défendu l'Église russe; pour avoir critiqué le leader libéral pro-occidental, M. Gozman; pour avoir argumenté contre les manœuvres de l'OTAN dans les États baltes; pour avoir parlé contre la discrimination des Russes de souche dans les États baltes.
Et maintenant pour Israël et les Juifs
Ceci est une cause majeure des interdictions FB. Il est presque impossible de se référer à Israël sur Facebook - sans être banni. J'ai été banni et mon message supprimé pour avoir posté des liens vers mes propres articles sur Unz.com. Un lien de ForeignPolicy.com vers un article racontant que des ventes de terres par des églises palestiniennes à des colons juifs avait également été supprimé. Les liens du journal Haaretz étaient presque toujours supprimés et interdits.
Haaretz a par exemple informé ses lecteurs qu'une mère palestinienne d'un adolescent tué par des soldats israéliens avait été emprisonnée pendant 11 mois pour un message de colère sur Facebook. J'ai été banni pour avoir signalé cela aux lecteurs de Facebook comme à un «discours de haine». Tuer le fils de la femme et emprisonner la mère est sûrement un «acte d’amour», mais le dire est de la haine pure.
Les principaux médias russes évitent de parler d'Israël. Les rédacteurs en chef russes ne sont pas nécessairement juifs, mais il y a suffisamment de juifs dans chaque journal pour bloquer un article critique. S'il n'y a pas de Juifs, chaque éditeur pense qu'il serait plus prudent d'éviter le sujet. En Russie, Facebook est le seul canal possible pour obtenir des informations gratuites sur Israël. Mais comme toute critique d’Israël est bannie de FB, les Russes ne voient que ce que FB veut bien leur montrer. Notre blog, La Cause du Peuple est banni en Russie depuis plus d’un an, pour ses positions antisionistes. Mes amis juifs antisionistes ont souvent été bannis pour leur «antisémitisme». Mon blog FB avec ses quelques milliers d'adeptes et de suiveurs permet aux lecteurs russes d'apprendre les développements en Israël. Mon public est beaucoup plus petit que celui de la hasbara traditionnelle. Ne pouvez-vous pas tolérer une si petite fenêtre de liberté d’expression et de vraies nouvelles, Monsieur Zuckerberg? Apparemment il ne peut pas.
Dans un épisode vraiment honteux, Facebook a accepté les ordres des censeurs de l'armée israélienne. En novembre 2018, une bande d'espions israéliens en tenue arabe a été arrêtée dans la bande de Gaza. Les Israéliens ont réussi à s'échapper tandis que leur commandant, un Druze de haut rang, était abattu. Il est apparu que l'équipe israélienne avait passé quelques jours ou plus à Gaza, prétendant être membres d'une organisation internationale de secours humanitaires tout en espionnant et en préparant le terrain pour le bombardement de Gaza.
Les agents du commando israélien
Ils étaient des criminels puisque les lois de la guerre interdisaient expressément aux combattants d’utiliser la Croix-Rouge (et d’autres organisations de secours) comme couverture. Les Israéliens ne respectent pas cette règle et utilisent les ambulances de la Croix-Rouge comme transporteurs de troupes. (Marwan Barghouti, un Mandela palestinien potentiel, a été kidnappé par une ambulance aussi fictive.) Des agents de la sécurité à Gaza ont réussi à rassembler toutes les photos des criminels et les ont mises en ligne, offrant un million de dollars d'informations permettant de les identifier et de les appréhender. Les censeurs de l'armée israélienne ont interdit aux médias israéliens et aux journalistes étrangers basés en Israël de publier des photos. Cependant, un dissident américain juif, Richard Silverstein, a levé l'interdiction et publié la photo.
J'ai essayé de la republier, mais honteusement, Facebook a supprimé et interdit la photo. Il a bloqué la photo même dans Messenger. Je n'en croyais pas mes yeux: j'ai placé la photo dans Messenger et elle a immédiatement disparu! Qu'est-ce que Facebook alors? Est-ce un organisme international - ou un avant-poste de hasbara israélien?
C’est notre chance que Western Union n’appartienne pas (encore) à M. Zuckerberg, sinon nous recevrions même des lettres de notre famille censurées par ses acolytes.
Il est primordial de sauvegarder les réseaux sociaux du diktat ultra sioniste Zuckerberg. Ce devrait être un établissement public, protégé par la loi; il devrait être possible de faire appel de chaque interdiction devant le tribunal; aucune décision arbitraire ne devrait être prise. La censure en temps de paix est inacceptable. c'est aussi contre la constitution américaine. Si nous voulons sauver l’humanité de la destruction, nous devons ouvrir des canaux de communication et les garder ouverts. Et puis, peut-être, le prochain scout de Vega nous rendra visite.
P.S. En temps réel. Pendant la rédaction de cet article, un autre de mes messages a été bloqué: "Cet article va à l'encontre de nos normes communautaires, afin que personne ne puisse le voir." C'était le reportage d'un lien vers l'interview de Benny Morris à Haaretz, un  historien israélien, qui prédit que «bientôt, les Juifs [israéliens] resteront une petite minorité dans une grande mer arabe de Palestiniens, une minorité persécutée ou massacrée, comme ils l'étaient lorsqu'ils vivaient dans des pays arabes. Ceux parmi les Juifs qui le peuvent devraient s'enfuir d’Israël vers l’Amérique et en Occident ».
Apparemment, la vie va à l'encontre de leurs normes communautaires! Ne devrait-on pas laisser les gens lire ce que l’un des plus importants historiens israéliens a à dire? C'est un texte plutôt sombre. Morris exprime son regret que les Juifs n’aient pas nettoyé ethniquement l’ensemble de la Palestine en 1948 et aient chassé tous les non-Juifs; et il dit qu'il n'y a aucune chance pour un règlement de paix du tout. Il dit aussi que Trump n’aura pas plus d’un an au bureau et que, avec son départ, Netanyahu chutera.
Dans les commentaires de l'article, un lecteur (apparemment américain) a commenté: «Faites donc une petite faveur à l'Amérique et allez ailleurs, nous avons déjà assez de fanatiques racistes ici».
P.P.S. Richard Silverstein a été banni pour sa publication sur Facebook et a mis en place une lutte vigoureuse contre l'interdiction.
Israel Shamir • Janvier 2019
http://www.unz.com/ishamir/banned-by-facebook-for-telling-the-truth

Israël Adam Shamir - biographie
Israel Shamir est un penseur politique et spirituel radical de renommée internationale, éditorialiste et rédacteur sur Internet. Ses commentaires sur l'actualité et leur signification profonde sont publiés sur son site www.israelshamir.net et ailleurs. Ils sont également rassemblés dans trois livres, Galilee Flowers, Cabbala of Power et récemment publiés dans Masters of Discourse, disponibles en anglais, français, allemand, espagnol, russe, arabe, norvégien, suédois, italien, hongrois, etc.
Originaire de Novossibirsk, en Sibérie, il s'installe en Israël en 1969, sert de parachutiste dans l'armée et participe à la guerre de 1973. Après la guerre, il s'est tourné vers le journalisme et l'écriture. En 1975, Shamir rejoint la BBC et s'installe à Londres. En 1977-1979, il vécut au Japon. Après son retour en Israël en 1980, Shamir a écrit pour le quotidien israélien Haaretz et était le porte-parole de la Knesset pour le Parti socialiste israélien (Mapam). Il a traduit et annoté les œuvres cryptiques de S.Y. Agnon, le seul écrivain lauréat du prix Nobel hébraïque, du hébreu original au russe. En 2006, Zacuto Books a publié sa gigantesque traduction annotée du classique hébraïque médiéval Sefer Yohassin (Le livre de la lignée). Shamir traduisit également l’Odyssée et choisit des chapitres d’Ulysse de Joyce.
Mais la Palestine, sa triste histoire et son paysage enchanteur sont restés son sujet le plus important. Ses opinions ont été résumées dans The Pine and the Olive, l'histoire de Palestine / Israël, publiée en 1988 et republiée en 2004, et est devenue un livre culte parmi les lecteurs. La deuxième Intifada palestinienne a amené Shamir à composer ses pièces hautement politiques et poétiques centrées sur la Palestine. Alors que la bataille pour la Palestine débordait sur l'Irak, Shamir écrivit davantage sur le sens plus profond, philosophique et théologique de la guerre. En 2004, il fut reçu à l'église orthodoxe de Jérusalem et de la Terre sainte, après avoir été baptisé Adam par l'archevêque Theodosius Attalla Hanna. Shamir (60 ans) vit à Jaffa et passe beaucoup de temps à Moscou et à Stockholm. il est père de trois fils. 

Source : http://www.israelshamir.net/Biography.htm
Commentaire (par le général Delawarde) :
Dans l'article ci-dessus,  Israel Shamir, membre antisioniste de la communauté juive (ils sont plus nombreux qu'on ne le croit), crie sa révolte d'être banni de Facebook pour avoir dit la vérité: une vérité qui dérange......
Il démontre, de manière claire et convaincante, que Facebook est un outil de plus au service de l'état hébreu et qu'il censure tout ce qui pourrait  porter atteinte à l' image de celui ci .

 On savait bien que Zuckerberg avait déjà, "à l'insu de son plein gré" permis à Cambridge Analytica de s'approprier, en dehors de toute éthique, 87 millions de comptes Facebook et que cette opération avait permis de manipuler 200 élections dans différents pays du monde entre l'automne 2013 et le printemps 2018.
Il est vrai, à sa décharge, que Zuckerberg est, derrière une face d'ange et d'innocence juvénile, un sioniste militant, comme l'ont été avant lui
les  créateurs de Google et de Wikipédia.
 Dans ces conditions, les utilisateurs de Facebook, de Google et de Wikipédia doivent savoir que ces outils ne sont pas neutres et servent des intérêts qui ne sont pas nécessairement les leurs.
 C'est la raison pour laquelle je persiste à refuser de sacrifier à la mode  qui consiste à ouvrir un compte Facebook et à y afficher, sans
modération, les détails de sa vie personnelle et c'est aussi la raison pour laquelle je ne prends pas pour argent comptant les biographies proposées par Wikipédia dont certaines sont élaborées à charge ou à décharge selon les positions exprimées par le personnage dont Wikipédia décrit le parcours.

NOTES
[5] Depuis plusieurs mois, Facebook a mis La Cause du Peuple à l’index. Tout abonné Facebook qui y fait référence (www.numidia-liberum...) est menacé de bannissement. En tapant « Facebook » sur l’outil de recherche dans notre blog, vous trouverez plusieurs articles  démontrant que Facebook est un outil au service du sionisme  le plus abject et le plus totalitaire.
Traduction et annotations par Hannibal GENSÉRIC

3 commentaires:

  1. Normalement tous les citoyens du monde devraient fermer leurs comptes facebook pour manifester leur mécontentement. Ne serait-ce que pendant quelques jours. facebook s'enrichit grâce à nous et à nos écrits et en contre partie nous n'obtenons rien, si ce n'est que des sanctions de 30 jours d'interdiction d'écrire ou de suppression de compte définitive.
    C’est de l’ingratitude purement juive propre à ces dirigeants de facebook.
    Je profite ici même pour annoncer à ces larbins de facebook de supprimer définitivement mon compte « Le nouveau désordre mondial » et je profite également pour annoncer à ceux qui ont suivi ma page que je les remercie pour leur fidélité, hélas les juifs n’aiment que nous disons des vérités sur eux.
    Et ce n’est pas facebook qui va nous arrêter.

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas besoin de facebook pour vivre heureusement.
    En tout cas merci pour la qualité de votre blog je me regale à lire vos articles, très intéressant
    Courage à tous

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes ne seront pas pris publiés