samedi 12 janvier 2019

Confirmé: les Skripal sont des agents britanniques.


C’est l’un des grands mystères de la tristement célèbre affaire Skripal. Que sont devenus le couple père et fille et fausses victimes présumées de Novichok, Sergei et Yulia Skripal? Sont-ils même en vie?
Depuis que leur histoire improbable a fait la une des journaux en mars dernier, personne n’a vu ni entendu parler les Skripals, mis à part une séance photo bizarre apparemment organisée par les services de renseignements britanniques. Selon des informations antérieures, Yulia, âgée de 33 ans, vivrait dans un foyer protégé par le MI5 après avoir quitté l'hôpital.

Skripals Sergei and Yulia 
Selon un récent rapport de The Telegraph, le "spécialiste" du journal a indiqué que les Skripals vivent toujours au Royaume-Uni et ont des contacts avec des amis et pourraient même travailler pour les services de sécurité britanniques.
«À partir du moment où ils ont été libérés de l'hôpital de district de Salisbury en avril, le couple a disparu, devenant invisible non seulement pour le public, mais également pour ses amis et sa famille, avec l'aide d'une équipe du MI5 basée à Londres et responsable du programme de réinstallation secret des services de sécurité. »
Dans cet ordre d’idées, il serait également juste de poser la question suivante: Yulia Skripal a-t-elle déjà été recrutée par son père pour devenir un atout des services de renseignement britanniques?
Kidnappés par l'État?
Les autorités britanniques affirment que les Skripals sont gardés dans un lieu secret pour leur propre sécurité, par crainte d'attaques de représailles de la part du gouvernement russe. L’incapacité de quiconque de voir ou d’interviewer Yulia Skripal a conduit de nombreuses personnes à qualifier la décision secrète du gouvernement britannique de kidnapping approuvé par l’État. D'autres ont averti que le voile du secret pourrait poser un réel danger pour la sécurité de Yulia si elle était réduite à jouer le rôle de pion géopolitique.
L’histoire de Skripal a été une pièce maîtresse pour renforcer le programme de sanctions économiques prises par les États-Unis et l’Union européenne contre la Russie, étayée par l’affirmation selon laquelle «la Russie a lancé la première attaque à l’arme chimique sur le sol européen depuis la Seconde Guerre mondiale».
Skripal et l'Initiative d'intégrité [2]
L’incident de Skripal lié à l’Initiative pour l’intégrité financée par le gouvernement britannique a également fait l’objet d’allégations inquiétantes, notamment des preuves suggérant une planification avancée d’une «catastrophe» qui pourrait ensuite être utilisée pour expulser des diplomates russes du Royaume-Uni et des États-Unis, comme une réédition de la pièce de la guerre froide jouée par les services de renseignement britanniques en 1971 sous le titre d'Opération Foot [1]
Les allégations accablantes sont énumérées dans ce rapport du média russe Vesti:
Dans un autre communiqué de presse quelque peu bizarre cette semaine, les autorités britanniques affirment que le toit de la maison de l'ancien agent double russo-britannique Sergueï Skripal doit être démantelé par des "équipes militaires", qui remplaceront ensuite le toit en bois par "mesure de précaution" pour se prémunir contre la " contamination par les résidus " selon un rapport par la BBC. Cependant, les autorités britanniques continuent d'insister sur le fait que les Skripals sont d'abord entrés en contact avec le prétendu agent neurotoxique, une arme chimique de fabrication russe, lorsqu'il a été pulvérisé sur la poignée de la porte d'entrée. Il est donc difficile de voir pourquoi les forces britanniques vont reconstruire le toit du bâtiment. de la modeste maison jumelée de Skripal à Salisbury.
À ce jour, le gouvernement britannique a refusé de coopérer avec les autorités russes dans le cadre d'une enquête commune sur l'incident de Salisbury.

Traduction : Hannibal GENSERIC


[1] L'opération Pied a été l'expulsion de 105 diplomates soviétiques de la Grande-Bretagne par le Premier ministre du Royaume-Uni, Edward Heath, en septembre 1971 dans le cadre de la guerre froide . Il s'agit "de" la plus grande expulsion de diplomatest par un gouvernement de l'histoire .
Bien que la Grande-Bretagne se soit déjà livrée à des expulsions en riposte au coup par coup, l'expulsion de 105 diplomates était "sans précédent" et "a envoyé des ondes de choc non seulement au Kremlin, mais également à l'ensemble de la communauté internationale" .
----------------------------------------------------
[2] L'initiative d'intégrité était-elle à l'origine de l'empoisonnement de Salisbury?
Des documents impliquent un groupe de réflexion du gouvernement britannique dans le drame de Skripal
Des documents récemment publiés sur l’Initiative pour l’intégrité de l’Institute for Statecraft suggèrent qu’ils ont participé au fiasco de l’empoisonnement sous fausse bannière de Salisbury qui a dominé la presse britannique l’été dernier. Un récit alternatif - dans lequel l’empoisonnement de Yulia et de Sergei Skripal était l’œuvre de personnalités militaires et du renseignement britanniques, afin de transformer la politique étrangère de la Grande-Bretagne - est en train de naître.
Institut de statistique et Initiative pour l'intégrité
Fondé en 2006 en tant qu'Institut de la gouvernance et de l’habileté politique (The Institute for Statecraft and Governance, IfS), l'IfS est une organisation caritative enregistrée en Écosse. Son siège social,  est un bâtiment abandonné qui devait être démoli et qui appartient au directeur de la société, Daniel Lafayeedney. Lafayeedney est un ancien agent des SAS et travaille maintenant dans le renseignement militaire.
Craig Murray et Kit Klarenberg ont établi que le véritable siège de l’Institut se trouvait dans le sous-sol de 2 Temple Place, à Londres. Mais les comptes et les budgets rendus publics ne mentionnent aucun loyer ni aucune autre dépense liée à l’immobilier. Par conséquent, on ne sait pas exactement qui paie pour ce sous-sol dans l’une des propriétés les plus luxueuses et les plus chères de Londres.
Une partie du financement de l’organisation provient de dons privés et d’organisations partenaires, mais la majorité provient du Foreign Office (FCO), du Ministère de la Défense  (MOD) britannique, du Département d’État US, du siège de l’OTAN, de Facebook, de la Fondation Smith Richardson et du Ministère de la Défense lituanien.
Le directeur de l'IfS et de son Integrity Initiative est Christopher Nigel Donnelly, un officier du renseignement militaire britannique de longue date. Comme l'a expliqué Craig Murray, une grande partie de son personnel et de ses contacts sont des employés du FCO ou du MOD, principalement des spécialistes du renseignement et des relations publiques.
En bref, il s’agit d’un «organisme de bienfaisance» financé par les gouvernements occidentaux, bourré à craquer de professionnels des médias et du renseignement et dirigé par un officier supérieur du renseignement militaire britannique. Ils ont essayé de cacher leur lieu de travail et il est clair que leur financement est en partie caché. Par exemple, leur manuel mentionne un financement du MOD britannique, mais aucun des documents ne précise le montant fourni par le MOD, ni le moment où il a été demandé ou réclamé.
Une autre chronologie pour l’empoisonnement des Skripals?
Début 2015, Victor Madeira de l'Institute for Statecraft a présenté ses propositions relatives aux sanctions à prendre contre la Fédération de Russie (FR). Il a suggéré qu’ils «expulsent tous les officiers des services de renseignement FR» et les attachés militaires «du plus grand nombre de pays possible», qu’il qualifie d’opération mondiale «Foot Operation (1971)». L’opération FOOT a été la plus grande expulsion de «diplomates» de l’histoire, au cours de laquelle plus de 1.000 diplomates/agents soviétiques ont été chassés du Royaume-Uni.
L'une des autres propositions de Madeira était de financer la suppression des paiements du Kyiv Post, du Times, du New York Times, etc. Cela impliquerait que les fonds publics soient utilisés pour subventionner les principaux médias occidentaux, afin de leur permettre de mieux concurrencer leurs concurrents russes comm RT.
Vers la même époque, le directeur de l’Institut, Chris Donnelly, a été promu au rang de colonel honoraire du SGMI (Groupe de spécialistes du renseignement militaire), ce qui l’a chargé de recruter d’autres personnes au sein de cette unité de renseignement militaire d’élite.
En octobre 2016, environ 18 mois avant l’empoisonnement de Salisbury, Donnelly a rencontré le général Sir Richard Barrons, qui venait de prendre sa retraite, pour discuter de la refonte de la stratégie britannique en matière militaire, de politique étrangère et de «défense». Cela impliquait d’envisager une guerre future avec la Russie ou la Chine pour laquelle, ils ont conclu, la Grande-Bretagne était mal équipée.
Dans leur évaluation, qui mérite d’être lue dans son intégralité, il n’existait guère d’appétit politique au Royaume-Uni pour une guerre majeure, tant au sein de l’establishment politique que du public.
Extrait de la discussion entre Donnelly et Barrons, octobre 2016
Leur discussion a ensuite demandé: «Alors, comment pouvons-nous changer la pensée du groupe actuel à Whitehall?». Barrons et Donnelly ont alors prôné une catastrophe pour "réveiller les gens et exiger une réponse":
Donc, si aucune catastrophe n’arrive à réveiller les gens et à exiger une réponse, nous devons trouver un moyen d’amener le noyau du gouvernement à prendre conscience du problème et à le sortir de l’espace politique.
Nous devrons imposer des changements par-dessus les intérêts personnels.
NB Nous l'avons fait dans les années 1930
Ma conclusion est que c'est nous qui devons soit générer le débat, soit attendre que quelque chose de terrible se produise pour nous faire passer à l'action.
La ligne «Nous devons trouver un moyen de convaincre le noyau central du gouvernement de comprendre le problème et de le sortir de l'espace politique» est en réalité une référence à un plan pour un coup d'État militaire à l'intérieur de la Grande-Bretagne. Le document expose également les projets de réadoption d’un modèle de la seconde guerre mondiale dans lequel les chefs des différents services militaires joueraient un rôle clé dans la détermination de la politique étrangère:
Les chefs de service sont isolés du NSC (Conseil de Sécurité Nationale) et du Conseil de la défense. Nous devons réintégrer les chefs dans le système, comme dans le modèle de la Seconde Guerre mondiale. De nos jours, on demande seulement au CDS si quelque chose peut être fait, jamais si cela devrait être fait.
Après cette réunion, Donnelly a recruté un nouveau membre de SGMI - Mark Andrew Laverick, spécialiste des armes chimiques et biologiques à Porton Down.
La «catastrophe» tant désirée par Donnelly et Barrons a alors eu lieu: en mars 2018, une personne a empoisonné Sergei et Yulia Skripal. Tandis que l'histoire officielle selon laquelle ils ont été empoisonnés au Novichok par les services de renseignements russes est rendue ridicule par le simple fait que les Skripals sont toujours en vie, l'IfS et leur initiative d'intégrité sont passés à l'action.
Ils ont lancé Operation Iris, un programme de surveillance des médias qui couvrait non seulement les principaux médias russes et occidentaux, mais également les discussions sur les médias sociaux concernant le cas des Skripals.
Le 14 avril, Andy Pryce (associé de l'Integrity Initiative), propagandiste du Foreign Office, a envoyé une lettre résumant ce qu'il considère être de la désinformation russe. Il a accusé la Russie de fausser des preuves, de mettre en scène des émissions de fausses nouvelles et de diriger une armée de robots et de trolls sur Twitter, faisant valoir que les Skripals n'étaient peut-être pas empoisonnés par du Novichok de l'État russe.
La lettre mentionne également "l'expert en armes chimiques Dan Kaszeta" parmi ceux qui ont démystifié les "affirmations" et les "théories du complot" de l'Etat russe. Cela pose trois problèmes clés.
1.     La tentative de Kaszeta de démystifier les théories du complot reposait presque entièrement sur des informations sur d'autres agents neurotoxiques, pas sur Novichok, et supposait que les Skripals portaient des gants, OU qu'ils se lavent les mains parce qu'ils ont un peu de "boue", OU que la poignée de la porte a été humide, ce qui a dilué le poison. Mais rien ne prouve que ces possibilités existent, les Skripals étaient apparemment tellement recouverts de choses qu'une table dans le restaurant de fruits de mer qu'ils ont visité trois heures plus tard a dû être brûlée et les essais de la porte effectués par l'OIAC ont permis de découvrir «le produit chimique la substance trouvée était de haute pureté, persistante et résistante aux conditions climatiques. '
2.     Kaszeta n’est pas un expert scientifique dans le domaine des armes chimiques (surtout Novichok), mais un expert en planification de la réaction aux crises, en particulier à la suite d’une attaque CBRN. Il semble qu'il n'ait jamais écrit un mot sur Novichok avant mars 2018.
3. Kaszeta écrivait des articles sur l'affaire Skripal pour le compte de l'Integrity Initiative, qui le payait pour ces articles.
Le Twist de Pablo Miller
L’Initiative d’intégrité surveillait la dissidence concernant le récit officiel Skripal et payait des articles pour «démystifier les théories du complot», mais elle rencontrait également Pablo Miller, gestionnaire de longue date de Sergei Skripal pour le compte du MI6, et il était aussi son voisin à Salisbury.
Selon Anonymous (qui a divulgué les documents), Miller a assisté à une réunion en juillet 2018 avec les White Helmets à l'Institute of Statecraft. (les Casques Blancs, ces agents occidentaux spécialistes en armes chimiques qu’ils utilisent en Syrie pour fait accuser le régime syrien et justifier les bombardements occidentaux)
Cela a probablement eu lieu dans leur bureau de Londres, et non dans le bâtiment décrépit en Écosse.
Howard Body, responsable adjoint du soutien scientifique à Porton Down, était également présent. Body n’a aucun titre scientifique et travaille également en tant que chef adjoint de l’analyse stratégique au ministère britannique de la Défense. La question de savoir si cette réunion avait à voir avec les Casques blancs ou l’empoisonnement de Salisbury (ou les deux) n’est pas claire, mais j’imagine que c’était plutôt à propos de ce dernier.
En résumé, nous avons un groupe qui a appelé à un durcissement des sanctions et des actions contre la Russie, puis à une «catastrophe pour réveiller les citoyens et exiger une réponse», qui préparent en réalité une prise de contrôle militaire de la politique étrangère britannique, qui travaillent en étroite collaboration avec des responsables scientifiques et non scientifiques de Porton Down et ont des liens avec le gestionnaire de Skripal pour le compte du MI6. Ils ont pendant un certain temps été engagés dans une guerre de l'information sur l'affaire Skripal.
Si j’étais en train de construire des théories du complot rivales, je serais tenté de porter une accusation contre l’Institute for Statecraft et l’Initiative pour l’intégrité.
En termes simples, il s’agit d’une série d’événements plus cohérents et incriminants que les éléments de preuve cités à l’appui de l’histoire du gouvernement britannique.

Source : Was the Integrity Initiative behind the Salisbury Poisoning?

Traduction : Hannibal GENSERIC

1 commentaire:

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.