jeudi 31 janvier 2019

Nouvel Ordre Mondial : La moisson du Moyen-Orient


2018 pourrait être considérée comme une année charnière pour le Moyen-Orient. La région est dévastée depuis presque cent ans par des conflits et des guerres constants. Cela a été délibérément dévastateur de diviser la région en petits États plus faibles [1] et de propager le chaos et les conflits religieux sectaires et religieux entre les habitants arabes locaux afin de mener à bien le Projet sioniste (Le Grand Israël), pour devenir un centre mondial pour la Gouvernement mondial sur lequel travaille le judaïsme depuis plus de cent ans.

 
L’élite du pouvoir judaïque avait formé une coalition internationale de soutien au terrorisme (États-Unis, Royaume-Uni, France, Arabie Saoudite, Qatar, Emirats Arabes Unis, Turquie et Israël) pour créer, financer, former et armer des groupes terroristes internationaux afin de détruire des États arabes, en particulier. ceux qui forment un axe de résistance contre l'expansion israélienne.
Pourtant, après huit années de guerres terroristes contre la Syrie, de trois années contre le Yémen et de dépenses de plusieurs milliards de dollars, les résultats finaux ont été contraires à ce que l’élite judaïque avait prévu. Le régime syrien s’affirma et ses forces armées devinrent plus fortes et les champs de bataille se durcirent. La campagne de guerre menée par les Saoudiens [2] contre le Yémen a échoué.
Le régime houthi est toujours au pouvoir au Yémen et a récemment acquis une reconnaissance internationale grâce au sommet de Stockholm. L’influence occidentale (États-Unis, Royaume-Uni et France) dans la région a diminué de plus en plus tandis que l’influence de la Russie et en particulier de l’Iran est en augmentation constante. Le dollar américain perd de la valeur dans le commerce mondial et est progressivement remplacé par la monnaie locale et par le système de troc.
La cause palestinienne est revenue plus en avant sur le théâtre mondial, la solution des deux États était jugée intenable et la résistance palestinienne s'est intensifiée. Israël est devenu plus faible et plus isolé au niveau mondial alors que son gouvernement est en désarroi, chaos et divisé.
Sur cette photo, de la fumée jaillit de la ville syrienne d’Ain al-Arab, connue sous le nom de Kobane par les Kurdes locaux, après une frappe de la coalition impérialiste dirigée par les États-Unis, comme on peut le voir depuis la frontière turco-syrienne au sud-est. village de Mursitpinar, province de Sanliurfa.
Récolte syrienne
La Syrie a connu huit années de guerres terroristes au cours desquelles près d'un million de citoyens ont été assassinés, près de deux millions sont devenus des sans-abri et deux autres millions ont été chassés du pays. De nombreuses villes, notamment des centres industriels, ont été détruites et des usines ont été pillées et vendues en Turquie. Le pétrole syrien a également été pillé en partenariat entre les terroristes islamistes implantés en Syrie et le régime islamiste implanté à Ankara. On pouvait voir une file ininterrompue de camions pétroliers des champs pétroliers syriens jusqu'à la frontière turque. Ce flot ne s’est interrompue que grâce aux frappes ariennes russes.
Pourtant, 2018 pourrait être considéré comme une année de victoire pour la Syrie et ses alliés. L'armée syrienne a libéré de nombreuses villes et zones syriennes au cours de l'année; Ghouta orientale en mars et avril, Al-Hajar al-Aswad et le camp de Yarmouk en mai, Ar-Rastan puis Daraa et le contrôle de la frontière syro-jordanienne conduisant des terroristes vers Idlib en juin, Quneitra en juillet, Tulul al-Safa à l'est d'As- Suwayda en novembre et entrant finalement à Manbij en décembre, empêchant ainsi toute hostilité militaire turque contre le nord.
Selon SANA News, un avion de chasse F-16 israélien a été abattu le 10 février par la défense aérienne syrienne et 71 missiles Tomahawk ont été abattus parmi les 103 tirés (lors de l'attaque d'avril tripartite entre les États-Unis, le Royaume-Uni et la France) ont été abattus, avec un système anti-aérien syrien vieux de trois décennies.
Excédées  par les fréquentes frappes aériennes israéliennes contre les positions syriennes,  les forces syriennes ont tiré le 25 décembre un missile SA-5 sur Israël, frappant le mont. Carmel dans la ville de Haïfa. Le missile a été suivi par la menace que des missiles similaires ciblent le centre d'Israël si les frappes aériennes israéliennes se poursuivaient. L’acquisition du système de missile russe S-400 par la Syrie a également constitué un moyen de dissuasion contre ces frappes aériennes israéliennes. Les avions de combat israéliens n'osent plus entrer dans le ciel syrien et tout raid est maintenant organisé depuis le ciel libanais.
Sur la scène diplomatique, l'ambassadeur de Syrie à l'ONU; Bashar Jaafari a très bien exposé les rôles joués par l'Alliance internationale de soutien au terrorisme, notamment les types d'armes qu'ils ont fournies aux groupes terroristes, y compris les armes chimiques, ainsi que les fausses informations et les attaques sous faux drapeau du groupe terroriste des Casques Blancs, ou White Helmet.
Le gouvernement syrien était également occupé par des processus politiques tels que les sommets de Mai à Astana et de Juillet à Astana. La Conférence de Sochi avait été témoin d'un revirement de la Turquie lorsque la Turquie, l'Iran et la Russie avaient décidé de coopérer pour lutter contre les vestiges de groupes terroristes en Syrie.
Le 19 décembre, le président américain Trump a déclaré sa victoire contre l'Etat islamique et a annoncé son intention de retirer les forces américaines de la Syrie, abandonnant les Kurdes, qui semblent forger une alliance avec les forces syriennes. Pas seulement les Kurdes, mais d’autres pays arabes tentent de normaliser leurs relations avec le régime d’Assad. Le président soudanais Omar al-Bashir a été le premier président arabe à se rendre en Syrie.
Le président mauritanien Mohamed Abdel Aziz ferait de même. Les Emirats Arabes Unis (EAU) ont rouvert leur ambassade à Damas le 27 décembre après 7 ans de fermeture. Par la suite, l’ambassade de Bahreïn, qui a été fermée en 2011, a annoncé qu’elle poursuivrait ses activités normales en Syrie. Quant à l'Irak, il semble construire une sorte d'alliance avec la Syrie et l'Iran.
Le monde semble à nouveau accepter la légitimité d’Assad. Les réfugiés syriens rentrent dans leurs propres villes et, avec l'aide du régime syrien, reconstruisent leur pays mieux et plus fort qu'auparavant. Les pays arabes voisins envoient leurs émissaires à Damas dans le cadre de tentatives de réconciliation et de rétablissement des relations politiques et économiques avec Damas. Il existe une forte tendance à ramener la Syrie dans la Ligue arabe.
Récolte yéménite
 
Le véritable objectif de la guerre contre le Yémen est de donner à Israël un passage naval libre à travers la mer Rouge. Ce serait une condition préalable à l’adoption de ce que l’on appelle le canal des deux mers, également appelé moyen de transport de l’eau entre Mer Rouge et Mer Morte. Le prétendu but de ce moyen de transport d’eau est de préserver la mer Morte de l’évaporation. Le véritable objectif caché est de construire un canal entre la mer Rouge, la mer Morte et la mer Méditerranée pour contourner le canal de Suez et générer des revenus pour Israël.
Les îles Tiran et Sanafir contrôlent l'entrée nord de la mer Rouge par le golfe d'Aqaba. Le détroit de Bab al-Mandab contrôle l'entrée sud de la mer Rouge. Les îles Tiran et Sanafir sont un territoire égyptien. Président égyptien; al-Sissi (un juif car né d'une mère israélienne juive) envisage de céder le contrôle de ces deux îles à l'Arabie saoudite, dont le dirigeant virtuel Mohammad Ben Salman (MBS) est un ami sioniste d’Israël. Le détroit de Bab al-Mandab est contrôlé par les Houthis anti-israéliens pro-palestiniens. La guerre saoudienne / émirienne contre le Yémen vise à changer ce fait.
La guerre de quatre ans contre le Yémen perpétrée par la coalition saoudienne / émirienne, appuyée militairement et logistiquement par les États-Unis et Israël, avait provoqué la pire crise humanitaire des de ce début du 21ème siècle. Les bombardements aériens saoudiens avaient détruit des cibles militaires, civiles, industrielles, agricoles et même internationales (telles que Médecins sans frontières). Son siège naval avait empêché toute aide humanitaire aux personnes affamées et malades.
Le Centre juridique pour les droits et le développement a indiqué que sur les 10.000 civils tués au cours des quatre dernières années, 4.377 victimes, dont 1 300 enfants, ont été tuées cette année 2018. Le raid aérien saoudien avait détruit 130 bâtiments gouvernementaux, 71 stations de communication, 530 réservoirs d'eau, 787 autoroutes et ponts, 5 aéroports et 7 ports maritimes. Parmi les autres cibles détruites figurent les véhicules de transport, les centres commerciaux, les fermes d’animaux domestiques, les usines, les stations-service, les bateaux de pêche et les entrepôts d’aliments.
Les raids aériens et l'artillerie ont également détruit 21.748 habitations civiles, 2416 exploitations agricoles, 112 écoles, 12 universités, 46 hôpitaux, 274 mosquées (ce qui montre bien que les Saoudiens n’ont rien à branler de l’Islam qu’ils prétendent protéger, mais qu’ils utilisent comme source inépuisable de devises [3])et 10 centres de presse, entre autres. On estime qu'au moins 16 millions de Yéménites sont sur le point de mourir de faim et d'épidémies.
UNICEF: Les Saoudiens tuent six enfants yéménites par jour
En raison de la résistance acharnée du Yémen à toutes les puissances impériales, cette guerre avait pour objectif d’exterminer la plus grande partie de la population. Pour cette raison, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont dépensé des milliards de dollars en achats d’armes. L'Arabie saoudite est considérée comme le plus grand importateur d'armes au monde en 2017, suivie des Émirats arabes unis selon le Financial Times. L’Arabie saoudite est le premier acheteur d’armes en Amérique (110 milliards de dollars en 2018).
Pourtant, malgré toutes ces bombes larguées sur le Yémen, y compris des bombes à neutrons, larguées par des avions de combat israéliens au Yémen en mai 2015 pour le compte de leurs frères saoudiens, ainsi que tout le soutien américain en matière de logistique et de renseignement aux avions de combat saoudiens, les forces yéménites Houthi ont pu encore faire de nombreuses victimes. sur les forces saoudiennes.
Suites en anglais partie-2 et parie-3
NOTES d’Hannibal GENSÉRIC
[1] Selon le devise « diviser pour régner »
Résultat de recherche d'images pour "taïfas"Cette politique du « diviser pour régner » nous rappelle des taïfas andalouses (1031 à 1492), qui annonçait le génocide de plus de 90% des musulmans arabo-berbères d’Espagne et la dispersion des juifs Marranes [Voir La conspiration des Illuminati date de l'expulsion des Marranes d'Espagne], qui étaient nombreux à vivre  en sécurité aux côtés des musulmans, moyennant le paiement d’un impôt spécial. Durant les périodes d'instabilité politique et de décadence, (analogue à celle du Moyen-Orient d’aujourd’hui) l’Andalousie a été, sous les coups de boutoir des rois catholiques, morcelée en plusieurs taïfas, à l’image des émirats arabes (Koweït, Bahreïn, Qatar, EAU, Oman, Jordanie, Arabie). Le roitelet d’une taïfa est généralement faible et dépend de la protection d’un suzerain catholique (aujourd’hui le suzerain est USsraël). Ils sont encouragés à se faire la guerre afin de s’autodétruire mutuellement. Les armées chrétiennes y effectuent périodiquement des razzias pour tirer butin, otages, esclaves et imposer aux taïfas de payer un paria (tribut).
C'est ce que font les États-Unis avec les taïfas actuelles que sont les pays arabes du Golfe : ils les rançonnent en leur vendant chaque année, pour des milliards de dollars, des armes obsolètes qui vont soit pourrir dans le désert, soit utilisées pour tuer d'autres Arabes et d'autres musulmans. De cette manière, les États-Unis (donc Israël) gagnent sur tous les tableaux. Seuls la Syrie et l'Iran résistent.
[2] Le régime corrompu des rois cacochymes saoudiens mène cette guerre pour le bénéfice d’Israël et avec son appui militaire. Voir :

- Origines de la connivence wahhabisme-sionisme

- Israël-Arabie Saoudite : une alliance solide

- John Kerry: Israël et l'Arabie Saoudite veulent "désespérément" la troisième guerre mondiale avec l'Iran

[3] La religion islamique, un sacré business

-  Les Wahhabites construisent un bâtiment à la Mecque en forme d'un "Fuck you" adressé aux musulmans

Hannibal GENSERIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.