vendredi 25 janvier 2019

USA/SYRAK. Un email du Département d'État US affirme : «Al-Qaïda est à nos côtés»


Avec l'abondance de preuves montrant que les États-Unis et leurs "alliés" contrôlent le groupe terroriste Al-Qaïda et l'utilisent à leurs propres fins, chez eux et à l'étranger, il semble que de nombreux "observateurs" et autres "spécialistes" ont du mal à avaler une telle amère pilule. Il fut un temps où, dans des courriels internes, Jake Sullivan, chef d’état-major adjoint et directeur de la planification des politiques de la Secrétaire d’État de l'époque, Hillary Clinton, avait écrit à la Secrétaire: «AQ est de notre côté en Syrie».

Members of the al Qaeda affiliated al-Nusra Front gesture as they drive in a convoy touring villages in the southern countryside of Syria’s Idlib province, December, 2014. Click to enlarge
Des membres du Front al-Nosra affilié à Al-Qaïda lorsqu’ils conduisent dans un convoi visitant des villages de la campagne méridionale de la province syrienne d’Idlib, décembre 2014. Cliquez pour agrandir
Le courrier électronique, envoyé à la Clinton le 12 février 2012 et ultérieurement exposé par WikiLeaks, faisait référence à un email précédent que Sullivan avait envoyé à la Clinton depuis le Secrétariat Exécutif du Centre d'Opérations. Ce courrier électronique, entre autres, contenait une mise à jour sur les violences récentes et les déclarations du dirigeant d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri. Par exemple, le courrier électronique se lit :
LES ATTAQUES REPRENNENT À HOMS (U) Une roquette et des coups de feu sporadiques ont tué au moins quatre personnes dans le quartier de Baba Amr à Horns, à la suite d’une accalmie partielle de la violence. Les forces de sécurité syriennes ont autorisé certaines familles de la plupart des zones d'opposition musulmanes sunnites à quitter le pays. Reuters) non classifié Département d'État Américain ; Affaire n ° F-2014-20439 Doc n ° C05789138 Date: 30/10/2015 AL-ZAWAHIRI APPELLE LE SOUTIEN MUSULMAN À L'OPPOSITION (U). Le dirigeant d'Al-Qaïda, al-Zawahiri, a appelé les musulmans de Turquie et du Moyen-Orient à aider les forces rebelles dans leur combat contre les partisans du président syrien Assad dans un enregistrement vidéo interne. Al-Zawahiri a également exhorté le peuple syrien à ne pas compter sur l'aide de l'AL, de la Turquie ou des États-Unis. Reuters [sic])
Dès le début, il était évident que le bombardement par les États-Unis de prétendus objectifs de l'Etat islamique en Syrie constituait en réalité une tentative de soutien à l'organisation terroriste soutenue par l'OTAN et les États-Unis, par opposition à une tentative de le vaincre. Si une telle suggestion a été maintes fois qualifiée de «théorie du complot» par les médias traditionnels et d’autres médias «indépendants», les fruits du travail accompli par les États-Unis lors de la campagne de bombardement en SYRAK ne peuvent être ignorés. De même, le monde ne peut ignorer les résultats du bombardement du Yémen par l’Arabie saoudite.
La vérité est que les États-Unis, l’OTAN et le CCG / Ligue arabe « bombardent » (des armes, du matériel, de la nourriture, et tout ce qui est nécessaire) pour appuyer l’Etat islamique, en augmentant ses gains et en confortant son pouvoir à chaque tir et à chaque bombardement. Ce fait étant reconnu, la coalition OTAN/Israël/CCG/Ligue Arabe peut désormais être officiellement qualifiée d’Armée de l’air Al-Qaïda/État Islamique.
Par exemple, alors que le gouvernement laïc de Bashar al-Assad est resté la seule force en Syrie à combattre réellement Al-Qaïda et ISIS - des organisations terroristes entraînées, financées, armées et déployées par les États-Unis, Israël, l'OTAN et le CCG ;  la brutalité de la machine de propagande occidentale a utilisé ces escadrons de la mort (terroristes sionislamistes d’al-Qaïda et d’ISIS) pour justifier une campagne de bombardement visant en réalité les infrastructures militaires et civiles syriennes.
Ces frappes ont été lancées contre des raffineries de pétrole syriennes (voir ici aussi), des ponts, des quartiers civils, des entrepôts, des centres agricoles et des silos à grains. D'autres ont été lancées stratégiquement contre des infrastructures qui devaient être bientôt récupérées par l'armée syrienne après de longues et dures batailles contre les terroristes sionislamistes.
De même, la campagne de bombardement américaine en Irak visait beaucoup plus à protéger les gisements de pétrole appartenant à l’Occident et de ses escadrons de la mort qu’à éliminer ISIS ou Al-Qaïda (al-Nosra). En fait, les forces armées irakiennes et des représentants du gouvernement ont révélé à maintes reprises que l'armée américaine avait en réalité approvisionné l’État islamique pendant toute la durée de sa campagne de bombardements.
Pourtant, alors que la presse traditionnelle occidentale (aka Médias Super Menteurs) a tenté de dépeindre les affirmations irakiennes concernant l'assistance américaine à l'Etat islamique comme une «théorie du complot» et une manifestation de jalousie, cette même presse a été forcée d'admettre que la campagne de bombardements avait entraîné une présence renforcée de l'Etat islamique en Irak et en Syrie et que le groupe terroriste est devenu plus fort en termes de localisation stratégique et de présence militaire.
L'idée que les États-Unis combattent l’État islamique ou Al-Qaïda en Syrie et en Irak est risible. En réalité, les seules forces combattant des terroristes dans l'un ou l'autre pays sont la Syrie, le Hezbollah libanais, la Russie et l'Iran.
Brandon Turbeville

VOIR AUSSI :

Hannibal GENSÉRIC
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.