samedi 19 janvier 2019

"L’Armée Syrienne Libre" d’Erdogan est responsable de l’attentat de Manbij, tuant 4 Américains


La police militaire russe opérant en Syrie a arrêté des membres de l'organisation responsables de l'assassinat de quatre soldats américains lors d'un attentat à Manbij dimanche dernier. L’attaque a été ordonnée par le président turc Recep Erdogan en représailles à la menace du président Trump d’écraser la Turquie de manière économique [1].
Les membres de l'Armée syrienne libre actuellement détenus par la Russie ont confirmé que de nouvelles attaques contre des Américains en Syrie étaient prévues. L’ASL est composée d'une confédération souple de groupes tribaux syriens rémunérés par le gouvernement turc et jouant le rôle de complément à l'armée turque.
La Turquie a créé l'incarnation actuelle de l’ASL pour combattre les Kurdes en Syrie. Ils sont entièrement contrôlés et commandés par la Turquie.
En fait, il n'y a plus rien de «libre» ni de «syrien» dans «l'Armée syrienne libre», un groupe maintenant chargé d'agir en tant qu'unité avancée de l'armée turque et en tant que groupe auxiliaire utilisé aujourd'hui pour assassiner des soldats américains. Ils agissent au nom du président turc Erdogan, qui vient de les encourager à participer à un "crachat Twitter" sur Donald Trump.
Les États-Unis sont tout à fait conscients qu’Erdogan est responsable de cette attaque, mais comme toujours, ils  cherchent un moyen d’en accuser la  Russie. Ils cherchent aussi à acheter Erdogan, en lui proposant de transférer la technologie des missiles américains Patriot en Turquie. C’était la demande d’Erdogan. Les Turcs  veulent commencer à produire leurs propres missiles Patriot et les exporter en concurrence avec Israël (qui utilise également cette technologie volée des États-Unis pour alimenter leurs exportations militaires).

[1] Le président américain Donald Trump a menacé dimanche la Turquie d’une catastrophe économique, en cas d’attaque contre les Kurdes après le prochain retrait des troupes américaines de Syrie, tout en appelant les Kurdes à ne pas « provoquer » Ankara.
Les États-Unis vont « dévaster la Turquie économiquement si elle attaque les Kurdes », a tweeté Donald Trump, qui appelle également à la création d’une « zone de sécurité » de 30 kilomètres, sans plus de précisions sur sa localisation ou sur son financement.

VOIR AUSSI :
 


Hannibal GENSÉRIC

2 commentaires:

  1. Vous n'avez aucun preuve. Je suis souvent ce blog et vous montrez les sujets sur la Turquie toujours coupable. Juste apres Sputnik news vous commencer a le viser avec vos pierres. L'unique démocratie musulmans. Qui essaie de rassembler les musulmans et les peuples du monde humilié.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rassembler les musulmans par l'unique démocratie musulmane. Ça fait rire de la naivite d'une telle analyse repetée par le troupeau islamiste qui crois et qui veulent nous faire croire a cette fable de califat ottoman, comme ci ces musulmans ont vé
      cu tout au long de l'histoire dans la prospérité et la modernité et le civisme des turques.

      Supprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.