mardi 22 janvier 2019

Les Gilets Jaunes sont inarrêtables: "Maintenant, les élites ont peur"



Le mouvement des gilets jaunes a secoué l’establishment français. Depuis plusieurs mois, des dizaines de milliers à des centaines de milliers de personnes se rassemblent dans les rues tous les week-ends dans toute la France. Ils ont eu un énorme succès aussi bien auprès de la majorité du peuple de France que de celle de nombreux pays qui retrouvent aujourd’hui la France qui a construit la République moderne.
En 2014, l’étude du géographe Christophe Guilluy dans "la France périphérique"  avait fait sensation. Elle a attiré l'attention sur l'exclusion économique, culturelle et politique des classes populaires, dont la plupart vivent en dehors des grandes villes. Il a mis en évidence les conditions qui donneraient lieu ultérieurement au phénomène des GJ.  Guilluy a eu l'occasion de prendre connaissance des causes et des conséquences du mouvement des gilets jaunes.


Question: Qu'entendez-vous exactement par «France périphérique»?
Christophe Guilluy: «La France périphérique» traite de la répartition géographique de la classe ouvrière en France. Il y a quinze ans, j'ai remarqué que la majorité de la classe ouvrière vivait en réalité très loin des grandes villes mondialisées - loin de Paris, Lyon et Toulouse, mais aussi très loin de Londres et de New York.
Techniquement, notre modèle économique mondialisé fonctionne bien. Cela produit beaucoup de richesse. Mais il n’a pas besoin de la majorité de la population pour fonctionner. Il n’a pas réellement besoin de travailleurs manuels, d’ouvriers et même de propriétaires de petites entreprises en dehors des grandes villes. Paris crée assez de richesse pour la France entière et Londres fait de même en Grande-Bretagne. Mais vous ne pouvez pas construire une société autour de cela. Les gilets jaunes sont une révolte des classes ouvrières qui vivent dans ces lieux.
Ce sont généralement des personnes qui travaillent mais qui gagnent peu, entre 1000 € et 2000 € par mois. Certains d'entre eux sont très pauvres s'ils sont au chômage. D'autres étaient autrefois des classes moyennes. Ce qu'ils ont tous en commun, c'est qu'ils habitent dans des régions où il ne reste presque plus de travail. Ils savent que même s’ils ont un emploi aujourd’hui, ils pourraient le perdre demain et qu’ils ne trouveront rien d’autre.
Question: Quel est le rôle de la culture dans le mouvement de la veste jaune?
Guilluy: Non seulement la périphérie française réussit mal dans l'économie moderne, mais elle est également mal comprise par les élites sur le plan culturel. Le mouvement des GJ est un véritable mouvement du 21ème siècle dans la mesure où il est à la fois culturel et politique. La validation culturelle est extrêmement importante à notre époque.
Une illustration de cette fracture culturelle est que la plupart des mouvements et manifestations sociaux modernes et progressistes sont rapidement endossés par les célébrités, les acteurs, les médias et les intellectuels. Mais aucune de ces célébrités n'approuve les gilets jaunes. [1] Leur émergence a provoqué une sorte de choc psychologique dans l'establishment culturel. C'est exactement le même choc que les élites britanniques ont vécu avec le vote sur le Brexit et qu'ils subissent encore, trois ans plus tard.
Le vote sur le Brexit a également beaucoup à voir avec la culture, je pense. C’était plus que la question de quitter l’UE. De nombreux électeurs ont voulu rappeler à la classe politique qu'ils existaient. C’est la raison pour laquelle les Français utilisent les gilets jaunes - dire que nous existons. Nous assistons au même phénomène dans les révoltes populistes à travers le monde.
Question: Comment les classes ouvrières en sont-elles venues à être exclues?
Guilluy: Toute la croissance et le dynamisme sont concentrés dans les grandes villes, mais les gens ne peuvent pas simplement y aller. Les villes sont inaccessibles, notamment en raison de la hausse des coûts du logement. Les grandes villes ressemblent aujourd'hui à des citadelles médiévales. C'est comme si nous retournions dans les cités-états du moyen âge. Curieusement, Paris va commencer à faire payer des entrées, tout comme les droits d’accès que vous deviez payer pour entrer dans une ville du Moyen Âge. C’est le cas à Londres : pour y circuler avec votre véhicule, vous devez payer une taxe spéciale appelée congestion de charge.
Les villes elles-mêmes sont également devenues très inégales. L’économie parisienne a besoin de cadres et de professionnels qualifiés. Elle a également besoin de travailleurs, principalement des immigrants, pour le secteur de la construction, la restauration, etc. Les entreprises s'appuient sur ce mix démographique très spécifique. Le problème est qu’il existe encore des «personnes» en dehors de cela. En fait, la «France périphérique» englobe la majorité des Français.
Question: quel rôle l'élite métropolitaine libérale a-t-elle joué?
Guilluy: Nous avons une nouvelle bourgeoisie, mais parce que les nouveaux bourgeois sont très cool et progressistes, cela donne l'impression qu'il n'y a plus de conflit de classe. Il est vraiment difficile de s’opposer aux hipsters quand ils disent qu’ils se soucient des pauvres et des minorités.
Mais en réalité, ils sont très complices de la relégation de la classe ouvrière. Non seulement bénéficient-ils énormément de l'économie mondialisée, mais ils ont également engendré un discours culturel dominant qui exclut les personnes de la classe ouvrière. Pensez aux "déplorables" évoqués par Hillary Clinton. [2] Il existe une vision similaire de la classe ouvrière en France et en Grande-Bretagne. Les ouvriers (agricoles, industriels, etc.) sont considérés comme une sorte de tribu amazonienne. Le problème pour les élites est que c'est une très grande tribu.
La réaction de la classe moyenne/riche/élite aux GJ a été révélatrice. Immédiatement, les manifestants ont été dénoncés comme étant xénophobes, antisémites [3] et homophobes. Les élites se présentent comme antifascistes et antiracistes (tout en étant pro sioniste), mais ce n’est qu’un moyen de défendre leurs intérêts de classe. C'est le seul argument dont ils disposent pour défendre leur statut, mais cela ne fonctionne plus.
Maintenant, les élites ont peur. Pour la première fois, il existe un mouvement qui ne peut être contrôlé par les mécanismes politiques normaux. Le mouvement des gilets jaunes n’a pas émergé des syndicats ou des partis politiques. Il ne peut pas être arrêté. Il n'y a pas de bouton "off". Soit l'intelligentsia sera forcée de reconnaître convenablement l'existence de ces personnes, soit elle devra opter pour une sorte de totalitarisme doux.
On a beaucoup parlé du fait que les demandes des GJ varient beaucoup. Mais avant tout, c’est une demande de démocratie. Fondamentalement, ce sont des démocrates - ils veulent être pris au sérieux et ils veulent être intégrés à l'ordre économique.
Question. Comment pouvons-nous commencer à répondre à ces demandes?
Guilluy: Tout d'abord, la bourgeoisie a besoin d'une révolution culturelle, notamment dans les universités et les médias. Elle doit cesser d'insulter la classe ouvrière, de ne plus penser à tous les gilets jaunes comme des imbéciles.
Le respect culturel est fondamental: il n'y aura pas d'intégration économique ou politique avant l'intégration culturelle. Ensuite, bien sûr, nous devons penser différemment à l'économie. Cela signifie se passer de dogme néolibéral. Nous devons penser au-delà de Paris, de Londres et de New York.
--------------------------------------------------------------
Dans une autre interview, en décembre 2018 :
Question. On a accusé le mouvement d'être piloté par l'extrême droite et l'extrême gauche.
Guilluy Les partis font de la politique basique en faisant croire qu'ils sont initiateurs du mouvement. C'est complètement à côté de la plaque. Le mouvement est apolitique avec des gens de droite, de gauche, d'extrême droite et d'extrême gauche. Il y a toute la diversité politique dans la rue. Les gens veulent simplement continuer à exister, à être intégrés économiquement. Vous avez des paysans qui votaient plutôt à droite, des ouvriers qui votaient à gauche, des fonctionnaires qui eux aussi votaient à gauche… Il y a aussi des abstentionnistes. Tous ces gens ont en commun la même perception de la mondialisation. Il y aura forcément de la récupération surtout si les sondages leur sont encore favorables.
Résultat de recherche d'images pour "caricature macron gilets jaunes"
Emmanuel(le) sait de quoi
il (elle) parle !
Question. Justement la réponse du gouvernement est-elle à la hauteur ?
Guilluy Ce n'est pas très rassurant. Il y a eu plusieurs phases. On a parlé d'un mouvement marginal, puis les gilets jaunes ont été taxés d'être populistes. Ensuite, on leur a fait une réponse de technocrate en montant la prime pour l'achat d'un véhicule électrique. Je crois qu'il y a une vraie incompréhension, presque culturelle. On ne parle quasiment plus la même langue. Nous sommes vraiment dans une rupture. Il y a une sorte d'incapacité à voir que le monde ne se limite pas aux grandes métropoles mondialisées.
Là où le mouvement reste positif, c'est qu'il donne à voir ce que les élites ne voyaient plus. La question sociale a réémergé. Je ne pense pas qu'on arrivera à une solution. Il faudrait déjà partager le même diagnostic. À la classe politique de répondre à cette urgence qui s'exprime dans toutes les régions. L'urgence n'est pas de booster les premiers de cordée ou les métropoles. C'est plus difficile de faire vivre les petites villes. Mais les problèmes d'ici se posent partout en Europe.
NOTES
[2] Les déclarations choquantes d’Emmanuel Macron égrenées au fil des mois ne sont ni des dérapages ni des accidents. Leur cohérence nous révèle au contraire ses convictions les plus profondes. Il suffit d’en examiner quelques-unes à froid pour s’en rendre compte.
27 mai 2016. Ministre de l’économie, Emmanuel Macron est en déplacement dans l’Hérault. Des opposants à la Loi Travail l’interpellent. L’un d’eux lui lance : « Vous, avec votre pognon, vous achetez des costards ». Visiblement piqué au vif, il répond : « La meilleure façon de se payer un costard, c’est de travailler ». Cette phrase nous donne deux leçons sur lui. D’une part, il croit mordicus que dans la vie, on peut se hisser au sommet par soi-même, par la seule force de son effort et de sa volonté. D’autre part, le fait que des millions de Français travaillent déjà très dur, mais ne pourront jamais se payer un costard pour autant parce que leur salaire est trop bas, échappe à son schéma mental.
29 juin 2017. Chef de l’Etat, Emmanuel Macron inaugure un incubateur de start-up installé à la halle Freyssinet, à Paris. Se voulant poétique, il déclare : « Une gare, c’est un lieu où l’on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien ». La violence de la haine sociale de cette phrase est stupéfiante. Elle nous dit en effet que pour lui, si vous n’êtes pas parvenu à vous hisser aux sommets de la société, par exemple en devenant riche ou célèbre, alors, vous-même, vous en tant que personne, vous n’êtes rien.
8 septembre 2017. La mobilisation contre la « Loi Travail XXL » se prépare. En déplacement à Athènes, Emmanuel Macron déclare qu’il ne cèdera rien « aux fainéants ». Ainsi de deux choses l’une : soit vous êtes des gens travailleurs et vous soutenez nécessairement sa réforme ; soit vous combattez sa réforme et vous êtes donc un paresseux, c’est-à-dire un parasite.
4 octobre 2017. Les salariés de l’usine de l’équipementier GM&S à La Souterraine, dans la Creuse, sont mobilisés dans un conflit social dur et difficile pour sauver leurs postes. Emmanuel Macron est en déplacement en Corrèze, à Egletons. A ses côtés, le président de région Alain Rousset évoque les difficultés à recruter d’une entreprise de fonderie à Ussel, en Corrèze. Macron répond : « Certains, au lieu de foutre le bordel, feraient mieux d’aller regarder s’ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas, parce qu’il y en a qui ont les qualifications pour le faire et ce n’est pas loin de chez eux ». « Foutre le bordel » : trois mots pour exprimer la quintessence de son mépris envers les luttes sociales. Par ailleurs, il y a en réalité plus de 2 heures de voiture aller, et 2 heures retour, entre La Souterraine et Ussel. Dire que « ce n’est pas loin de chez eux », c’est donc un cas d’école du technocrate péremptoire mais parfaitement ignorant des réalités les plus élémentaires.
VOIR AUSSI :
Hannibal GENSERIC

2 commentaires:

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.