lundi 13 janvier 2020

Les communautés juives opulentes, ségrégationnistes, hypocrites et fermées d'Afrique du Sud


L'un de leurs projets est le domaine Izinga, un mini-Israel  à l'intérieur de l'Afrique du Sud, avec une clôture l'entourant totalement, des maisons massives avec tous les luxes imaginables.
Le projet est financé par le spéculateur immobilier milliardaire Jonathan Beare, qui n’est jamais critiqué par les membres de l'EFF (Economic Freedom Fighters "Combattants de la Liberté économique") qui veulent récupérer "leur" terre. Les journalistes hostiles et les d’EFF n'ont exprimé aucun intérêt à mettre fin à cette ségrégation raciale sioniste qui est introduite dans une nation africaine.
 
Dennis Webster du Guardian, un branché de Johannesburg qui s'est rapidement embourgeoisé, a récemment dirigé une pièce à succès financée par la Fondation Rockefeller sur la ville Boer d'Orania, située dans le Cap Nord de l'Afrique du Sud.
La faute semble être le succès économique et culturel de l'enclave blanche de 1600 personnes. L'implication de Webster est que cette enclave, c'est apartheid et elle doit être détruite.
 Orania est une réserve éthique modèle. Sa banque appartient à son peuple et elle utilise sa propre monnaie. Elle échange ses noix de pécan avec la Chine et est complètement autosuffisant, avec des plans pour une université et d'autres institutions formelles. Il n'y a pas de crime violent (50 personnes sont assassinées chaque jour en Afrique du Sud).
Plus important encore, le travail dans la communauté est entièrement effectué par des Boers anciennement sans emploi, plutôt que par une main-d'œuvre noire bon marché. Pour les Boers victimes de discrimination institutionnelle et de mépris raciaux vivant sans électricité ni eau courante, Orania est leur seul espoir de travailler et de vivre dignement.
L'ancien président d'Orania, Carel Boshoff, a déjà répondu aux critiques juifs et libéraux de son expérience national-socialiste en proclamant qu'il était d'accord avec les dirigeants noirs sur le privilège des blancs. Il a créé une option pour la minorité blanche de la nation de se retirer et d'arrêter d'oppresser les Noirs avec leur couleur de peau!
Cela n'a pas empêché des Juifs comme Ludger Schadomsky ou l'Israélien Benjamin Pogrund d'exprimer un outrage feint. Les médias sionistes diffament et font campagne à l'échelle mondiale contre un petit groupe de personnes s'occupant de leurs propres affaires au détriment de personne depuis les années 1990. Dans aucun coin de la terre les Blancs qui ne sont pas millionnaires et milliardaires ne peuvent vivre indemnes, même ceux qui sont traditionnellement philosémites, comme les Boers calvinistes.
Orania juive
25 ans après l'arrivée au pouvoir de Nelson Mandela, tout a empiré en Afrique du Sud   pour tout le monde sauf pour les voleurs. L'Afrique du Sud post-apartheid est la nation la plus inégalitaire au monde, avec un taux de chômage officiel de 26% (16% en 1994).
Seuls les intérêts capitalistes juifs et anglais   ont profité de la chute de l'apartheid. L'ANC a promis de protéger leur argent, mais en échange, elle voulait que ses dirigeants puissent également piller.
Bien qu'apparemment socialiste, le Congrès national africain (ANC) corrompu sous Mandela a immédiatement commencé à privatiser les entreprises publiques et à défaire les politiques économiques de l'époque de l'apartheid destinées à protéger les travailleurs et la souveraineté une fois au pouvoir. De 1994 à 2010, le pourcentage de l'économie tirée par la finance est passé de 6% à 13%, grâce aux politiques néolibérales suivies en 2002 par l'économiste en chef du président Thabo Mbeki, le juif Alan Hirsch.
Politiquement, il n'y a aucune raison de voter. Mis à part les niveaux caricaturaux de corruption noire, tous les grands partis sont contrôlés par l'argent juif (comme aux USA, en GB, en France,…). L'ANC a toujours été dans la poche des Oppenheimers. L'Alliance démocratique, le parti conservateur de droite pour lequel la minorité blanche vote en vain, est dirigée par un juif nommé Hellen Zille qui déteste ses propres électeurs. The Economic Freedom Fighters, un parti ouvertement anti-blanc dirigé par Julius Malema qui promet de prendre la terre des Boers et de la donner aux Noirs, serait financé par le milliardaire Nathan Hirsch et prouvé qu'il prenait de l'argent chez le Gentil  Adriano Mazzotti, patron du tabac .
Les membres du Parlement de l'EFF ont récemment promis de prendre de force la terre aux quelques 2000 Blancs d’Orania et de la donner aux Noirs. Julius Malema, un homme qui appelle avec défi au meurtre des fermiers blancs et qui rit de l'épidémie de viol du pays, savait qu'il avait franchi une ligne lorsqu'il avait fait des commentaires "insensibles" sur les Israéliens. Il s'est excusé brusquement auprès de la communauté juive sud-africaine.
Malema et d'autres personnes à faible niveau de vie ciblent les Boers ruraux parce qu'ils sont pauvres et que leur race ne leur garantit aucun défenseur international , contrairement aux Juifs et à un certain nombre de laquais blancs collaborant avec eux dans l'espoir de rester dans des communautés suburbaines de "mini-apartheid" avec des barbelés et la sécurité privée.
Voici quelques enclaves raciales «blanches» que les médias sionistes n'attaqueront pas et que Julius Malema n'osera pas menacer:
Glenhazel
Cette banlieue de 3000 habitants de Johannesburg est bordée de demeures extrêmement riches. Elle est connue pour sa super-majorité juive, qui se manifeste par des dizaines de bouchers casher, de restaurants juifs, de synagogues et d’écoles juives. Elle est à 75% "blanche" (contre 8% à l'échelle nationale), avec une minorité de Noirs qui y vivent pour fournir du travail manuel et d'autres services.
Les Juifs de la région ont recours à une entreprise privée spécialisée appelée CSO, qui empêche les Noirs de l'extérieur d’entrer et ceux de l’intérieur de filer doux. La milice des OSC protège non seulement les Juifs dans leurs affaires quotidiennes, mais elle a même été accusée d'attaquer des militants pro-palestiniens en toute impunité.
Le domaine d'Izinga
A Durban, les Juifs s'installent à Umhlanga qui, malgré son nom zoulou, n'est noire qu’à 17% .
L'un de leurs projets est le domaine Izinga, un mini-Israël à l'intérieur de l'Afrique du Sud, avec une clôture l'entourant totalement, des maisons massives et tous les luxes imaginables. Le projet est financé par le spéculateur immobilier milliardaire Jonathan Beare, un homme qui n’est  jamais critiqué par les membres de l'EFF qui veulent récupérer "leurs" terres. Les journalistes hostiles et les "combattants de la liberté économique" n'ont exprimé aucun intérêt à mettre fin à cette ségrégation raciale sioniste qui est introduite dans une nation africaine.
Norwood
Une section de la zone métropolitaine de Johannesburg qui a été intégrée racialement après l'apartheid, Norwood, abrite également une importante communauté juive. Les Noirs ne représentent que 30% de la population, mais ils sont chassés par la gentrification branchée qui se déroule à un rythme effréné. La publicité pour la région est très bonne, malgré cette dynamique raciale.
Les juifs et les hypocrites bourgeois urbains qui dénigrent Orania ne veulent pas non plus vivre avec des Noirs, chaque "journaliste" néolibéral soutenu par une ONG que les Oraniens ont laissé entrer dans leur village pour les diffamer en tant que monstres sur la scène mondiale est un pas de plus vers leur disparition.

Par Eric Striker

Commentaires
Grand article et une rareté qui couvre la communauté juive sud-africaine privilégiée, la plus grande d'Afrique. Ils possèdent les banques, les médias, le divertissement et une bonne partie de Corporate South Africa. Ils sont la voix derrière le gouvernement. Ils possèdent les minéraux de cette nation et peut-être ce sont qui  poussent les noirs pour obtenir les terres détenues par les Afrikaners qui contrôlent 85% des fermes. il est possible que ce qui se trouve sous ces fermes soit des milliards de richesses minérales.
Par exemple, des années 1880 à 2019, plus de 50.000 tonnes d'or ont été extraites des mines SA. Toute cette richesse est allée à quelques-uns en Afrique du Sud, en Europe, en Israël et en Amérique tandis que les Noirs restent dans les bidonvilles.
Les juifs veulent éliminer TOUS les gentils blancs ...... y compris les Russes, les Polonais, etc. Les juifs de jewtube et les juifs d’ADLl essaient de faire shoah cette vidéo. Vous ne pouvez même plus le trouver dans une recherche dans jewtube. C'était comme la 10e vidéo quand vous cherchiez les termes "génocide de Paul Gottfried" sur Jewtube. Vous ne pouvez plus le trouver de cette façon. C'est une ingérence juive avec la vérité et essayer de cacher la vérité.
Les juifs sont anti-vérité. Ils aiment cacher la vérité si les mensonges et le manque de vérité sont "bons pour les juifs".
Regarde ça. L'initié juif explique POURQUOI les juifs en tant que peuple détestent tous les gentils blancs.
ANNEXE  

Le rédacteur en chef de «National Justice» détenu à l'aéroport de Pennsylvanie, ciblé et harcelé pour son journalisme d'investigation
La TSA et les personnes qui l'ont inscrit sur une liste «terroriste» vont le regretter ...
Notre Blog réédite fréquemment des articles d'Eric Striker et de son nouveau site Web National Justice parce qu'ils font un journalisme d'investigation excellent et indispensable, une rareté en ces jours de. Il est également un contributeur régulier chez Unz.com, où il est l'un de leurs contributeurs les plus prolifiques.
________________________________________
Tout a commencé hier soir lorsque je suis arrivé à l'aéroport international de Pittsburgh, dans le canton de Rustbelt de Moon, en Pennsylvanie, pour un vol vers Boston.
Je me suis approché du kiosque pour imprimer mon billet et j'ai immédiatement eu une erreur, me demandant d'aller chercher ma carte d'embarquement au stand principal de la compagnie aérienne. J'ai suivi les instructions.
Là, la femme a tapé mes informations et a appelé. Après une longue vingtaine de minutes, elle m'a donné le téléphone et m'a demandé «d'écouter» pendant qu'elle s'éloignait brièvement. C'était très probablement un moyen d'obtenir que l'équipe de surveillance du Department of Homeland Security m'identifie et me regarde à travers la caméra.
Peu de temps après, mon billet a été imprimé avec le redoutable SSSS - Sélection de filtrage de sécurité secondaire. C'est la première fois que cela m'est arrivé (j'ai volé pour la dernière fois il y a moins d'un an). La liste SSSS est réservée aux terroristes et criminels présumés, dont je ne suis pas non plus. Il y a des millions de personnes sur la liste, avec des échantillonnages aléatoires constatant que jusqu'à 40% des personnes qui y figurent ont été enregistrés de manière inexacte. De plus, un juge fédéral a jugé en septembre dernier que cette pratique était inconstitutionnelle. J'ai voyagé principalement en bus et en voiture pour travailler sur des reportages ou rendre visite à des amis, alors j'ai été pris au dépourvu.
Je ne savais pas que j'allais passer une longue nuit ennuyeuse, mais je ne m'attendais pas à quel point ce serait mauvais. J'ai entendu d'autres dissidents et journalistes pacifiques qu'ils ont été harcelés de la sorte à l'aéroport au cours de l'année écoulée.
J'ai utilisé les toilettes puis j'ai approché la ligne TSA. Ils m'ont emmené dans une section séparée et bouclée et ont commencé le processus invasif et carrément ridicule.
Alors qu'un homme a méticuleusement poussé et poussé mes frank-n-beans sous tous les angles, une personne âgée a vérifié tous les coins et recoins de mon portefeuille ainsi que les poils de ma brosse à dents pour ... Je ne suis pas sûr exactement. Je me suis assuré qu'aucun de mes appareils électroniques (téléphones et ordinateurs portables) ne faisait l'objet d'une fouille illégale, ce qu'ils n'ont pas fait, ils vous demandent simplement de les allumer.
Dans l'agitation (au moins 7 agents de la TSA m'ont entouré), une femme m'a demandé des informations personnelles, comme ma dernière adresse personnelle. Ma réponse a été de lui demander s'il était obligatoire de le lui donner. Elle n'a pas dit si c'était obligatoire, mais a continué à me demander encore et encore mes informations et j'ai refusé de les donner. Je n'ai rien à cacher, mais le principe demeure.
À la fin de la recherche (environ 20 à 30 minutes), ils ont trouvé un téléphone secondaire que j'utilisais et qui était sans piles. Ils m'ont demandé de l'allumer, ce que j'ai accepté mais que je devais charger. Le superviseur de la TSA m'a dit que c'était contraire au protocole et m'a escorté avec toutes mes affaires à l'extérieur pour recharger mon téléphone, me disant que je devrais recommencer la recherche à partir de zéro.
À ce stade, j'allais rater mon vol. J'ai convoqué à nouveau le superviseur, qui était très poli et amical à mon visage, pour exiger un endroit où je puisse me plaindre de mon traitement atroce et que je sois indemnisé pour mon billet d'avion. Je l'ai informé que j'étais journaliste et qu'être traité comme un membre d'Al-Qaïda sur le chemin d'un vol intérieur était déroutant et humiliant.
Il m'a donné une carte TSA et dans ma frustration face aux conneries que je venais de subir, a décidé de quitter l'aéroport pour trouver un autre moyen de transport vers ma destination qui serait exempt de ces théâtres idiots.
VOIR AUSSI :

Hannibal GENSÉRIC








Thumbnail
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.