jeudi 9 janvier 2020

Gilad Atzmon. Clausewitz, Trump et Soleimani


La politique américaine est la continuation des guerres d'Israël par d’autres moyens

 Le philosophe militaire du 19e siècle, Carl von Clausewitz, a observé que la guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens. Ceci est une description appropriée de la stratégie militaire iranienne et des affaires géopolitiques. Cela est conforme à la logique qui a guidé le général Qasem Soleimani au cours des deux dernières décennies.

Résultats de recherche d'images pour « Clausewitz, Trump et Soleimani »

Comme superbe stratège militaire, Soleimani a compris que la distance entre A et B n'est pas nécessairement identique à la distance entre B et A. L'Iran et Israël ne partagent pas de frontière physique, Téhéran et Tel-Aviv sont à environ 1000 miles l'un de l'autre. Malgré les menaces incessantes d’Israël d’attaquer l’Iran, il n’a jamais été clair si Israël a la capacité militaire de causer des dommages importants à l’Iran. On ne sait pas exactement comment les pilotes israéliens sont censés couvrir la distance et voler sans être détectés au-dessus de la Jordanie, de la Syrie ou de l'Irak. Où, ou comment l'avion israélien se ravitaillera et ainsi de suite. Israël n'a pas réussi à résoudre cette énigme militaire logistique. Mais il a été assez intelligent pour comprendre que pousser l'Amérique dans un conflit total avec la République islamique pourrait fournir une solution à l'énigme. Malgré la concurrence (avec la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne), les États-Unis sont la colonie d'Israël la plus serviable, la plus docile et la plus soumise. Ils sacrifient joyeusement leurs fils et filles sur l'autel sioniste depuis des décennies.
Le général Soleimani a conçu des tactiques militaires de génie pour contrer les plans américains et israéliens; bien qu'Israël ne partage pas de frontière avec l'Iran, l'Iran partage assurément une frontière avec Israël. Le déploiement des Gardiens de la révolution iraniens aux côtés des milices pro-iraniennes locales dans les zones de conflit a permis à Soleimani d'encercler l'État juif dans un mur de résistance féroce. Les alliés régionaux de l'Iran sont superbement entraînés, motivés idéologiquement et religieusement et ils bénéficient du riche arsenal balistique iranien et de la technologie qui peuvent infliger des châtiments mortels à Israël dans un conflit. Depuis quelque temps, l'élite militaire israélienne et les analystes doivent accepter, que dans le contexte d'une telle guerre israélo-iranienne, l'Iran et ses alliés régionaux soient capables de faire pleuvoir sur Israël des milliers de missiles balistiques, de missiles de croisière et de missiles à guidage de précision. Un tel développement pourrait anéantir les villes israéliennes en quelques jours.
 Des tactiques similaires ont été mises en œuvre par le général Soleimani contre les forces militaires américaines dans la région. L'Iran ne partage peut-être pas de frontière avec les États-Unis, mais les milices irakiennes pro iraniennes ont réussi à encercler et à harceler les forces américaines en Irak. L'Iran domine également les passes les plus stratégiques du golfe Persique grâce à ses milices chiites au Yémen.
 L’attaque iranienne d’hier contre des bases aériennes américaines a montré que les dirigeants suprêmes iraniens ont également internalisé la philosophie de Clausewitz. L'attaque a été mesurée. Elle visait des installations militaires américaines et, selon les rapports américains, visait des pistes et des installations vides [1]. Cependant, l'attaque a été menée depuis le territoire iranien et a été ouvertement revendiquée par le régime iranien. Il a effectivement transmis la détermination et la fermeté de l'Iran. Cependant, il a été suffisamment mesuré pour donner à l'administration de Trump l'occasion de descendre de l'arbre qu'elle a imprudemment choisi, même si elle a également donné à l'administration suffisamment de corde pour se suspendre si elle insiste pour le faire.
 Le conflit des États-Unis avec l’Iran est particulier; c'est irrationnel, ça frise même la folie. L'Amérique n'est plus dépendante du pétrole du Golfe. Sa stratégie générale dans la région a été vaine et autodestructrice. L'Irak veut que l'armée américaine sorte du pays. En Syrie, les forces américaines ont été vaincues. La Russie s'occupe maintenant de ce que l'Amérique, par le passé, prétendait superviser et, dans la pratique, ne l'a jamais fait. On se demande, qu'est-ce que l'Amérique fait en Irak ou en Syrie? Où est-ce que tout cela mène?
De nombreuses études universitaires ont établi que la politique étrangère américaine est dominée par le lobby israélien. La vérité dévastatrice est que l'Amérique mène les guerres pour le compte d’Israël depuis des décennies. Jusqu'à présent, cela a entraîné la lutte contre des forces militaires inférieures. Mais une bataille avec l'Iran pourrait s'avérer beaucoup plus compliquée. Des décennies de sanctions ont fait de l'Iran une superpuissance technologique indépendante. La technologie des drones iraniens est au moins aussi avancée que celle d'Israël et des États-Unis et elle est leader dans les missiles de précision et de croisière. Contrairement aux soldats américains qui se battent pour Israël et sont souvent nourris de renseignements trompeurs par des sources israéliennes, les Iraniens et les milices chiites locales se battent sur leur sol et our leur pays, leurs familles et pour tout ce qu’ils ont de plus sacré. Ce n’est pas le cas des Gis américains. La bataille en cours est un défi pour l'armée américaine et ses conséquences sont imprévisibles.
 Entouré d'incompétents, Trump a pris des décisions désastreuses qui ont fait de l'Amérique et d'Israël les plus grands dangers pour la paix mondiale. La situation est si sombre pour l'Amérique qu'elle ne semble pas pouvoir trouver en elle-même le pouvoir de saisir ses propres limbes sombres auto-imposés.
 La seule façon de saisir l’opération bizarre des États-Unis est d’accepter une approche inverse de la vision de Clausewitz : La politique américaine est une continuation des guerres sionistes par d’autres moyens. L'Amérique a gaspillé son prestige mondial afin de complaire à l'État juif. Les politiciens américains prêtent sans vergogne allégeance à l'État juif au lieu du leur. Ils font tout leur possible pour apaiser les groupes de pression juifs, qu'il s'agisse de l'ultra sioniste AIPAC ou de l'opposition contrôlée Jstreet. Les États-Unis ne seront pas la première superpuissance à être détruite par Sion. C’est ainsi que la « crise de Suez » provoquée par Israël a détruit les empires français et britannique. Le problème est qu'une guerre régionale impliquant l'Amérique et Israël pourrait rendre la « rébellion d'extinction » non pertinente, car ces deux puissances destructrices pourraient réduire notre planète en poussière afin de sauver leurs dirigeants actuels, Trump et Netanyahou, de leurs complications juridiques croissantes.
 Je suis convaincu que de nombreux Américains sont conscients du danger qui les attend. Cependant, la matrice du pouvoir juif en Amérique a démantelé la capacité des Américains à appeler un chat un chat, car cela est considéré comme «antisémite». [2]
Ma bataille pour la vérité et la liberté implique des services juridiques coûteux. J'espère que vous envisagerez de vous engager à faire un don mensuel, quel que soit le montant que vous puissiez donner. Des contributions régulières me permettront d'éviter d'être poussé contre un mur et de rester au fait du harcèlement sans fin des opérateurs sionistes qui tentent de me faire taire.
NOTES de H. Genséric
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.