samedi 4 janvier 2020

Le meurtre du général Soleïmani à Bagdad rappelle celui de François-Ferdinand d'Autriche à Sarajevo


En 1914, un jeune homme appelé Gavrillo Princip s'est enfui d'une sandwicherie de Sarajevo, a sorti un Browning automatique de sa poche et a changé le monde pour toujours. Les coups de feu qu'il a tirés ce jour-là ont plongé le monde dans la pire guerre qu'il ait jamais connue, tuant des dizaines de millions de personnes, détruisant des empires et provoquant véritablement un changement sismique dans l'ordre mondial
Il y a eu 40 millions de victimes (moitié morts, moitié blessés) . Savez-vous à qui a profité ce crime aux conséquences effroyables ?

L'objectif de l'assassin ? Le prince François-Ferdinand, n'était pas un homme sympathique, au contraire, il était un homme épouvantable, mais il représentait le meilleur espoir de tenir uni ensemble les composantes de l'Empire austro-hongrois, qui grinçait alors de tous côtés, et il était capable de conjurer la guerre entre les empires d'Europe qui couvait depuis de nombreuses années. Les commanditaires de l'assassinat avaient des objectifs bien précis et définis depuis longtemps qui passent par la destruction de l'ordre mondial de l'époque.
L'histoire orthodoxe nous dit que Princip appartenait à un groupe obscur appelé La Main Noire. Ce groupe était financé et soutenu par l'armée serbe. L'Autriche-Hongrie a donc cherché à se venger de l’assassinat du prince autrichien en envahissant la Serbie, ce qui a déclenché une guerre qui s'est immédiatement étendue au-delà des Balkans pour engloutir en premier l’Europe pour s’étendre ensuite à  presque tout le globe. Cette guerre a été si terrible par l’étendue de son massacre : elle a changé le cours de l'histoire du monde et est devenue connue simplement comme la Grande Guerre.
Cependant, l'histoire officielle orthodoxe ne va pas assez loin pour identifier qui dirigeait vraiment La Main Noire, qui a utilisé ce petit groupe de mécontents comme agents provocateurs pour créer le plus grand massacre de guerre que le monde ait jamais vu. La réponse n'est pas difficile à trouver, les preuves toujours disponibles en ligne. Elles ne sont pas  encore enterrées dans un trou de mémoire par Google.  
Connaissant Google et autres Facebook, ces outils de propagande sioniste, cela ne saurait tarder.
Quelques semaines seulement après la mort de François-Ferdinand, les preuves révélant les vrais coupables ont été publiées dans le magazine John Bull
Horatio Bottomley, l'éditeur controversé, avait obtenu un document de la légation serbe de Londres, daté du 14 avril 1914 et rédigé dans ce qui était décrit comme un «espagnol brut». Cette langue était en fait le ladino, une forme corrompue d'espagnol parlée par les juifs des Balkans, semblable à l'allemand brut connu sous le nom de yiddish qui était la langue des juifs ashkénazes d'Europe orientale.
Les Juifs des Balkans étaient séfarades, descendants des Juifs chassés de l'Empire espagnol des siècles plus tôt [1]. Ces Juifs expulsés s'étaient installés dans toute la Méditerranée, de Tanger au Maroc à Salonique en Grèce, mais ils avaient conservé la langue qu'ils parlaient au cours de leurs siècles lorsqu’ils vivaient dans les royaumes musulmans espagnols.
C'est d'un Juif de Salonique que Bottomley avait obtenu le document, étant le seul éditeur assez courageux pour l'imprimer, après que tous les bureaux de presse de la ville aient refusés. Ce qui démontre que la main mise des juifs sur la Presse était déjà très efficace.
Salonique, le port grec des Balkans était un foyer de Juifs et de leurs intrigues néfastes, dont beaucoup étaient centrés autour des différentes loges de la branche Grand Orient de la franc-maçonnerie. Il était clair que le document que Bottomley avait obtenu avait été envoyé de Londres à la Grande Loge de Salonique et son contenu était une condamnation accablante des criminels juifs qui utilisaient cet ordre franc-maçonnique pour couvrir leurs entreprises criminelles.
La lettre contenait les détails d'un paiement de deux mille livres sterling pour «l'élimination» de François-Ferdinand. La culpabilité était claire: des financiers juifs de Londres avaient payé des criminels juifs des Balkans pour assassiner l'héritier du trône d'Autriche-Hongrie afin de déclencher une guerre en Europe qu'ils exploiteraient ensuite à leurs propres fins.[2]
Il y avait aussi la soif de vengeance juive qui pesait sur le meurtre car Ferdinand était l'héritier du trône de la maison des Habsbourg et c'était Ferdinand et Isabelle, de la même maison des Habsbourg, qui avait expulsé les Juifs du royaume espagnol des Habsbourg. en 1492. [3]
La guerre qui en résulta provoqua la chute de l'Empire ottoman, aboutissant à un mandat britannique sur la Palestine et à la déclaration Balfour, promettant aux Rothschild (au nom de l'Internationale sioniste), une patrie en Palestine, commençant ainsi l'entreprise criminelle qui devint connue comme l'État d'Israël.
Donc voilà: les financiers juifs ont employé des criminels juifs pour assassiner une personne clé afin de se venger et de déclencher une guerre qui leur serait immensément bénéfique tout en dévastant une grande partie du monde et tuant des dizaines de millions de goyim gênants.  
Les juifs ont été les seuls grands gagnants de la première guerre mondiale :
[4]
Voyez-vous des similitudes flagrantes avec le meurtre du général Soleïmani?
Le général a été assassiné par des criminels au service de la même poignée de familles criminelles juives d’il y a un siècle . Ils avaient alors employé des criminels juifs serbes pour éliminer François-Ferdinand. Encore une fois, c'est dans l'intérêt de l'entreprise criminelle connue sous le nom d'Israël que ce meurtre a été commis. Gavrilo Princip a payé son crime de sa vie - il a été jeté dans un cachot pour pourrir en isolement cellulaire, pour finalement succomber à la maladie et à la malnutrition. Malheureusement, Trump ne partagera pas ce sort, bien qu'il le mérite amplement.
Nous ne pouvons qu’espérer que le meurtre de Soleimani ne reflète pas celui de Ferdinand en projetant le sombre spectre de la troisième guerre mondiale.
Source : Will Soleimani’s Murder in Baghdad Be Remembered Akin to François-Ferdinand’s in Sarajevo?
Assistant rédacteur en chef de Veterans Today
Ian Greenhalgh est un photographe et historien avec un intérêt particulier pour l'histoire militaire et les causes réelles des conflits. Ses études en histoire et ses antécédents dans l'industrie des médias lui ont donné un bon aperçu de l'utilisation des médias de masse en tant que créateur de conflits dans le monde moderne.
L’image contient peut-être : texte
Les annotations dans cette couleur sont de H.Genséric.

----------------------------------------
NOTES de H. Genséric
[3] C’est la même vengeance juive qui s’est exprimée en incendiant Notre Dame :
[4] Les principaux gains juifs de la première guerre mondiale :
-   a) élimination d’environ 40 millions de goyim, dont 18,6 millions de morts et 21,3 millions de blessés.
-   b) démantèlement de la seule puissance musulmane de l’époque : l’empire ottoman.
-   c) déclaration Balfour pour l’occupation juive de la Palestine.
-   d) Installation d'un crypto-juif, Mustafa Kemal, à la tête de la Turquie, qui sera le seul et premier pays "musulman" à reconnaître Israël et à établir avec lui des relations étroites 'économiques, militaires, etc.) dirigées essentiellement contre les pays arabes :

La Turquie kémaliste et l'Arabie Saoudite créées et dominées par les juifs Dönmeh

VOIR AUSSI :
-   Trump, Poutine et la mafia judéo-russe 

-   Un initié de la Maison Blanche : L'invasion et la destruction de l'Iran planifées pour l'automne 2019.
-    Pourim, La fête juive qui célèbre joyeusement le massacre massif des Perses :
Certains juifs qui, de nos jours, célèbrent Pourim, peuvent n’y voir que la célébration du désamorçage du complot d’Haman par Esther. Ils peuvent ne pas considérer cette fête comme la célébration du massacre de 75.000 personnes (l'équivalent de 7,5 millions de personnes d'aujourd'hui suite à un petit bombardement nucléaire sur l'Iran), même si le Livre d’Esther, qu’ils lisent durant les cérémonies religieuses propres à cette fête, dit très clairement quel en est le motif essentiel. Certains juifs, qui célèbrent aujourd’hui Pourim, peuvent voir dans le Livre d’Esther une histoire ancienne, voire même mythique, qui n’a rien à voir avec des événements actuels, mais l’obsession des juifs à vouloir entraîner les États-Unis et l’Occident à détruire l’Iran prouve le contraire..

Hannibal GENSÉRIC

2 commentaires:

  1. Suis je la seule à se rappeler que ce dignitaire a été annoncé mort deja en 2006, 2012, et 2015? Ca sent l'embrouille ou Trump et Khomeini se seraient entendus contre la mafia sionarde...

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.