mercredi 24 avril 2019

Notre Dame. Quand Dieu est qualifié de "pyromane paresseux"


Mercredi dernier, nous avons appris que Shlomo Aviner, éminent rabbin sioniste et leader de la Yeshiva, avait suggéré que l'incendie qui a ravagé Notre-Dame aurait pu être une vengeance divine contre Notre Dame car les catholiques avaient brûlé des manuscrits juifs en 1242 sur les lieux de ND. Le rabbin transforme pratiquement le dieu juif en un brûleur d’église qui met huit siècles à «riposter».

Aux yeux de ses disciples, le Tout-Puissant juif est une substance élastique. Il se métamorphose occasionnellement pour répondre aux besoins de ses fils et filles préférés. Les premiers sionistes, par exemple, ont rétrogradé Dieu en «agent immobilier» en réduisant la Torah en «titre de propriété». Les premiers sionistes étaient des juifs laïcs, ils ne croyaient pas en Dieu mais étaient heureux d'expulser les Palestiniens indigènes en «son nom» et à «sa place». Mais le rabbin Aviner nous emmène encore plus loin. Il a fait du dieu juif un pyromane paresseux mais vengeur. Le rabbin transforme pratiquement le dieu juif en un brûleur d’église qui met huit siècles à «riposter».
Shlomo Aviner est le rabbin de la colonie de Beit El et le chef de la Ateret Yerushalayim yeshiva. Il fournit le «rationnel» derrière la rétribution divine. «Le christianisme, dit-il, est notre principal ennemi à travers l’histoire. [Ils] ont essayé de nous convertir par des arguments et par la force, ont mené une inquisition contre nous, ont brûlé le Talmud, des expulsions, des pogroms. L’antisémitisme occidental s’inspire de la haine du christianisme contre «les meurtriers de Dieu». Il a également joué un rôle dans l’Holocauste ».
Il est inutile de mentionner que de nombreux Israéliens et Juifs ont été consternés par la déclaration de Rabbi Aviner. Certains politiciens israéliens ont condamné le rabbin et pourtant sa haine flagrante envers le christianisme est malheureusement gravée dans la pensée juive et judaïque.
En 2009, le Jerusalem Post signalait la tendance croissante des Juifs orthodoxes à Jérusalem à cracher sur leurs voisins chrétiens. Le père Samuel Aghoyan, un important religieux orthodoxe arménien de la vieille ville de Jérusalem, a déclaré au JPost «qu’il s’est fait cracher dessus par de jeunes Juifs Haredi et orthodoxes « environ 15 à 20 fois » au cours de la dernière décennie». De même, le père Athanasius, un moine franciscain né au Texas qui dirige le centre d’information chrétien de la vieille ville de Jérusalem, a déclaré qu’il s’est fait cracher dessus par des juifs orthodoxes «environ 15 fois au cours des six derniers mois».
Le professeur israélien Israël Shahak a commenté la haine des Juifs envers le christianisme et son symbolisme, suggérant que «déshonorer les symboles religieux chrétiens est un ancien devoir religieux du judaïsme». Selon Shahak, «pour les juifs pieux, cracher sur la croix, et particulièrement sur le crucifix, et cracher quand un juif passe devant une église, sont obligatoires depuis environ 200 ans. ”
Comme je suis actuellement à Prague, je suis obligé d’ajouter que les crachats d’église ont eu un impact sur le paysage de la ville. Ce qui suit peut être lu dans un «Guide de voyage pour l’Europe juive»:
"Sur le pont Charles de Prague, le visiteur observera un grand crucifix entouré d'énormes lettres hébraïques dorées qui symbolisent la sanctification hébraïque traditionnelle Kadosh Kadosh Kadosh Adonai Tzvaot, " Saint, Saint, Saint est le Seigneur des armées ".  
Selon divers commentateurs, cette pièce, dégradant pour les Juifs, est née du fait qu’en 1609 un Juif était accusé d’avoir profané le crucifix. La communauté juive a été obligée de payer pour avoir écrit les mots hébreux en lettres d'or… ”(Pour en savoir plus: Guide de voyage pour l'Europe juive, p. 497)
Shahak affirme que «par le passé, lorsque le danger d'hostilité antisémite était réel, les pieux Juifs se voyaient ordonner par leurs rabbins de cracher de façon à ce que la raison en soit inconnue, ou de cracher sur leur poitrine, pas réellement sur une croix ou ouvertement devant une église. "
Mais la colère envers l'église s'étend bien au-delà du royaume rabbinique. On en trouve quelques traces dans la plupart des cercles dits «progressistes» juifs laïcisés. Dans une lettre à sa mère datée du 25 novembre 1937, Chaim Katz, un combattant de la brigade internationale espagnole parlant yiddish, écrit: «J'ai pris les armes contre les persécuteurs de mon peuple - les Juifs - et de ma classe - les Opprimés. Je me bats contre ceux qui fondent une inquisition comme celle de leurs ancêtres idéologiques il y a plusieurs siècles, en Espagne. »
Comme on peut le constater, Katz se définit lui-même dans la lettre « en tant que Juif et progressiste » et voit la guerre civile meurtrière en Espagne comme une plate-forme possible pour la punition juive contre l'Église catholique. Ce n'est un secret pour personne que la guerre civile  en Espagne s'est rapidement transformée en une orgie d'églises en feu. *
Il y a une semaine, nous avons appris que le monde juif était scandalisé par la suggestion du président brésilien Jair Bolsonaro selon laquelle les crimes de l’Holocauste peuvent être pardonnés, mais pas oubliés. Alors que Bolsonaro exprimait la croyance chrétienne la plus élémentaire, Yad Vashem et le président israélien ont rapidement précisé que le pardon juif n'était pas une option. Le président Rivlin a annoncé que "personne ne recommandera le pardon du peuple juif et qu'aucun intérêt ne l'achètera." La porte-parole de Yad Vashem, Dana Weiler-Polak, a déclaré que personne ne pouvait décider "s'il est possible de pardonner les crimes de l'Holocauste".
Si le christianisme est une question de pardon, la judéité peut être considérée comme un projet accumulé de personnages ‘Amalek’. Si le christianisme est une question de compassion, de capacité à défier la gravité au moyen de l'harmonie et de la réconciliation, le judaïsme et la judéité peuvent être décrits métaphoriquement comme des forces gravitationnelles. Elles sont là pour unir la tribu autour de la peur constante d'un ennemi émergent. Je suppose que ceux qui tiennent à promouvoir la notion fantasmatique de «valeurs judéo-chrétiennes» devraient garder à l’esprit le net contraste idéologique, spirituel et métaphysique entre les deux préceptes religieux distincts qui ont en réalité très peu en commun.
* Plutôt que de prendre le parti de Franco, je traite ici des moyens juifs d’identification.

Ma bataille pour la vérité et la liberté implique des services juridiques coûteux. J'espère que vous envisagerez de vous engager à faire un don mensuel, quel que soit le montant que vous puissiez donner. Des contributions régulières me permettront d’éviter de me heurter contre un mur et de rester au-dessus du harcèlement sans fin des opérateurs sionistes qui tentent de me faire taire.


Pour aider Gilad dans son travail, allez à la source et faites défiler jusqu'au bas de la page pour faire un don.
Gilad Atzmon, ancien soldat israélien, écrivain et musicien de jazz primé résidant à Londres, où il vit virtuellement en exil
Traduction : Hannibal Genséric 
VOIR AUSSI

----------------------------------------------
Les rabbins ne regrettent nullement le désastre parisien. "C'est le châtiment divin pour avoir brûlé le Talmud", vaticine un rabbin très en vue, celui de Bethel, Schlomo Aviner, au sujet de Notre-Dame en feu [1]. En 1242, les Français avaient fait des recherches dans le Talmud, établi que le codex contient des volumes entiers d'appels à la haine, [2]  et ils ont fini par envoyer au bûcher 1200 échantillons du codex dans le square de la cathédrale Notre-Dame fraîchement édifiée. "Le temps du châtiment est venu", entonne dramatiquement ce rabbin.
--------------------------------------------------------------------
Shlomo Aviner, un rabbin radical, a suggéré que l'incendie de la cathédrale pouvait être la réponse divine aux textes juifs qui avaient été brûlés sur la place de Grève en 1242.

Si Victor Hugo est le plus grand romancier qui fut, on n’oubliera pas que Rabelais, le plus grand écrivain français de tous les temps, a lui aussi animé Notre-Dame. Gravure de Gustave Doré pour Gargantua.
 




1 commentaire:

  1. Et le ravage de la Syrie et l'Irak était aussi une vengeance talmudique. Il est vrai que les assyriens de l'époque n'étaient pas commodes avec les maîtres de la loi.

    N'oublions pas que le Dieu juif est très impotent, incapables de protéger son Talmud des méchants chrétien, et très rancunier, qui mange le plat de la vengeance très froid.

    C'est triste à dire mais entre Daech et les ultras orthodoxes pro Bibi, il n'y a pas de différence. Des arrieres mentaux qui refuseront toujours de lire le testament de Jésus, le juif de nazareth...

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.