samedi 13 avril 2019

Soudan. Algérie, Libye. Nouveau Printemps Arabe ?

Moins de 24 heures après sa nomination à la tête du Conseil militaire de transition au Soudan, le général Ibn Auf a démissionné à la surprise générale vendredi soir 12 avril. Il a été remplacé par l'ancien chef d'état-major Abdel Fattah Abdelrahman Burhan.
Les médias "mainstream" en sont désormais à voir à travers lui un "personnage plus consensuel" surtout qu'il n'est pas connu du grand  public et qu'on ne lui connait aucune appartenance politique, souligne l'AFP qui affirme qu'il n'est pas issu du parti au pouvoir. Certains commentateurs n'ont cessé de souligner le rôle joué par l'axe Riyad-Le Caire-Abou Dhabi dans le renversement du général El-Béchir, hypothèse qui, vu les événements en cours en Libye, pourrait ne pas être totalement dénuée de sens. Al-Binna retient cette piste.  
Selon al-Binna, journal libanais, les récentes évolutions au Soudan semblent avoir été au moins en partie orchestré par Riyad qui souhaite exploiter l’armée régulière soudanaise dans le sens de leurs propres intérêts. Sous l'intitulé, « D'Hormuz à Gibraltar et en Corne de l'Afrique… l'Amérique est derrière la porte », le journal écrit : 
« Après le cuisant échec subi par les États-Unis dont les plans impérialistes sont tous tombés à l’eau dans le monde musulman, les Américains ont allumé la mèche d’une série d’actes de déstabilisation en Afrique du Nord et en Corne d’Afrique. Voilà le nouveau plan de Washington : confisquer les armées régulières arabes notamment celle de l'Algérie, de la Libye (s'il est vrai qu'il n'existe pas une armée régulière en Libye, mais les forces de Haftar constituent le corps armé le plus efficient, NDLR) du Soudan, les impliquer dans un processus politique trop complexe et aux multiples facettes, au risque de discréditer ces mêmes forces armées aux yeux de leur propre population, et ce, pour s'en servir par la suite dans le sens de leurs propres intérêts. Que l'armée des pays précités réussisse ou pas à calmer la situation, cela revient au même, elles seront fragiles et ouvertes aux propositions voire aux diktats occidentaux », indique al-Binaa.  
Le quotidien libanais évoque ensuite le rôle joué par le prince saoudien Mohammed ben Salmane dans les récentes évolutions au Soudan et écrit : « Le coup d’État au Soudan a eu lieu très probablement suite à une série de coordinations entre le prince saoudien Mohammed ben Salmane et le ministre soudanais de la Défense Aouad Ibn Aouf qui s’était rendu, quelques jours auparavant avant le coup de force, à Riyad pour prendre part à une réunion de “l’OTAN arabe”. En effet, le coup d’État au Soudan constitue en effet un pas préventif destiné à étouffer tout autre mouvement de protestation de nature populaire dont le succès pourrait entraîner la fin de l’implication des mercenaires soudanais largement impliqués dans les conflits au Yémen et ce, au profit de l’Arabie saoudite ».    
Soudan: le contre-scénario Xi-Poutine?
L’Arabie saoudite, disposant d’une armée désintégrée aux faibles capacités militaires, vise effectivement à bénéficier de l’absence d’Omar el-Béchir, qui s’opposait à l’engagement militaire "trop vaste" de son pays dans les conflits au Yémen bien que les mercenaires soudanais se battent depuis longtemps contre les forces yéménites. Riyad croit pouvoir désormais compter sur l’armée régulière soudanaise, l'une des plus puissantes de toute l'Afrique et la déployer plus efficacement contre les forces yéménites qui continuent à avancer sur tous les fronts et progressent même dans le sud de l'Arabie saoudite. Ce plan B intéresserait Riyad qui commence à perdre le soutien de ses alliés occidentaux à sa guerre génocidaire. Mais avec l'appui soudanais, l'Arabie saoudite pourrait-elle changer la donne? 
Al-Binna écrit : « la tâche est loin d'être facile. Même avec la totalité des soldats soudanais engagés dans la guerre aux côtés de Riyad et Abou Dhabi, il serait difficile de gagner la guerre contre Ansarallah et d'imposer une emprise US/monarchie arabe sur Bab el-Mandeb ou encore sur Gibraltar. Depuis 5 ans,  les mercenaires soudanais n'ont pas pu offrir à Riyad une quelconque victoire et rien ne dit qu'a partir d'aujourd'hui les choses changeront, surtout que la force armée soudanaise, comme d'ailleurs celle de l'Algérie, est engagée malgré elle sur un terrain bien accidenté. Même l'Égypte d'Al-Sissi qu'on qualifie d'un des soutien du coup d'État au Soudan ne voit d'un bon œil les évolutions au Soudan. Le risque d'instabilité est trop grand », a conclu le quotidien libanais.
Soudan : qui veut la tête d’el-Bechir?
Réaction d'Ansarallah
Le président du Comité révolutionnaire du Yémen a réagi, de son côté, à la destitution du président soudanais; El-Béchir et aux récentes évolutions dans ce pays africain.
Mohammed Ali al-Houthi a déclaré, vendredi 12 avril, dans un communiqué, que la "révolution" au Soudan ne priverait pas le peuple soudanais de son droit de reprendre l'initiative et de mettre un terme au régime despotique d’Omar el-Béchir. Et puis, l’état d’urgence, décrété par l’armée soudanaise, montre que celle-ci traite le peuple comme son ennemi. Une vraie révolution n’a pas peur de la nation et ne fait pas appel à l’instauration de l’état d’urgence », fait remarquer Mohammed Ali al-Houthi. 
Le ministre soudanais de la Défense Aouad Ibn Aouf a annoncé, dans un communiqué, la destitution d’Omar el-Béchir, ajoutant que celui-ci avait été arrêté et qu'il était détenu dans un lieu sûr. Aouad Ibn Aouf a également décrété l’état d’urgence pour une durée de trois mois avant de renoncer à la direction du conseil de transition vendredi. À Sanaa, les évolutions en cours au Soudan sont suivis à la lettre près. Un pouvoir civil à la tête du Soudan pourrait se solder par un changement de donne dans le camp saoudien puisque géo-stratégiquement parlant, le Soudan n'a aucun intérêt à participer à la guerre contre le Yémen.
Algérie, Libye, Soudan : à qui le tour maintenant ? 
Les analystes politiques de tout bord le prévoyaient : les événements qui ont secoué ces deux derniers mois l'Algérie n'iraient pas sans faire la tache d'huile sur les pays voisins : à commencer par la Libye où le général Haftar mène la vie dure à son rival Serraj, bénéficiant d'un soutien militaire bien structuré que d'aucuns attribuent à l'axe Riyad-Abou Dhabi (avec la bénédiction de USA-France) mais qui pourrait ne pas être totalement étranger à Moscou.
Le coup d'État qui vient d'avoir lieu au Soudan fait de ce pays ultra stratégique de la corne d'Afrique, la scène d'un scénario plutôt proche du cas algérien. Depuis que, comme pour l'Algériela foule largement manipulée par les médias occidentaux s'est dirigée vers le QG d'état-major, l'armée a compris qu'en continuant à rester "neutre", elle risque de voir le pays plonger pour de bon dans la guerre civile, projets sur lesquels travaillent depuis bien fort longtemps les occidentaux, c'est à dire depuis que le fameux "Darfour case" est devenu le choux gras des médias "mainstream" avec en toile de fond, les risques d'introduction de Béchir devant la CPI, estime Reza Kheyri, l'analyste iranien de l’Afrique, selon lequel, il a fallu que l'ex homme fort de Khartoum fasse d'humiliantes concessions genre, amputer le Soudan du sud pétrolifère, couper ses liens avec la Résistance, participer à la terrible guerre génocidaire contre le Yémen pour qu'"on" le laisse provisoirement tranquille. Provisoirement, puisque Béchir a mené sournoisement son travail de sape dans un sens qui n'a pas toujours répondu aux intérêts de l'Occident: avec les Sud-soudanais, il a tissé des liens propres à contrer les projets pétrogaziers des Occidentaux et surtout il fait le choix de jouer sur le terrain russe. Le stratégique Soudan a ainsi ouvert ses portes aux pétroliers de Poutine, à ses centrales et est allé jusqu'à vouloir doter la Russie de sa première base dans la corne de l’Afrique où les Américains travaillent d'arrache-pied à l'émergence d'un bloc anti sino-russe.



Dans le même temps on ne peut commenter la situation indépendamment de ce qui se passe en Libye: suivant les plans américains, les parties liées aux Frères musulmans devraient perdre du terrain dans la corne d'Afrique et en Afrique du nord ( Serraj et Béchir en font partie) mais je suis loin de penser que les USA veuillent voir l'armée les remplacer. Les Américains et leurs alliés saoudien et émirati sont plutôt pour des pions comme le Premier ministre éthiopien. Avec l'intervention de l'armée, Il y a au Soudan, à mon avis un contre-scénario, qui vicie un peu les plans américains, un contre-scénario sino-russe? il est encore tôt pour le savoir", affirme Reza Kheyri, l'analyste iranien de l’Afrique au micro de PressTV.
En Algérie et au Soudan, des mouvements de protestation populaire sont potentiellement aptes à être détourné par les États-Unis, estime le Hezbollah, qui y voit des manipulations destinées à préparer le terrain dans le sens des objectifs expansionnistes d’Israël
« Les États-Unis cherchent à exploiter les mouvements populaires au Soudan et en Algérie en vue de semer la sédition dans ces pays, tout comme l’ont déjà fait dans d’autres pays », a affirmé le vice-président du conseil exécutif du Hezbollah.
« Les États-Unis et son président, Donald Trump, poursuivent leurs agressions contre les peuples et les pays de la région », a déploré le cheikh Ali Damouche, vice-président du conseil exécutif du Hezbollah.

Source : Press.tv

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.