mercredi 10 avril 2019

Le Hamas a encore gagné, par Gilad Atzmon


Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a remporté une victoire décisive hier. Il est susceptible de poursuivre son cinquième mandat. À compter de ce matin, le bloc de droite dispose d'un avantage certain de 65 sièges (sur 120) sur les partis de centre / gauche et semble plus susceptible de former une coalition.
La signification des résultats des élections d’hier est évidente et indéniable. La gauche israélienne est maintenant marginale, à la limite inexistante. Le parti travailliste israélien a été réduit à une caricature miniature, à peu près de la taille de Meretz, une parodie de la pensée de gauche.
Inutile de mentionner que ces deux partis sont fondamentalement sionistes. Ils nient le droit de retour des Palestiniens et croient en la ségrégation entre Juifs et Arabes au moyen d'une solution à deux États.
 Netanyahu est sans aucun doute l'acteur le plus sophistiqué du théâtre politique israélien. Au cours du week-end, il a promis d'annexer les colonies de Cisjordanie. En exécutant ce stratagème électoral, il a réussi à anéantir complètement ses rivaux durs comme le New Right de Bennett-Shaked et même Zehut, qui promettait d'être une "force politique montante". Quant à ce matin, ni Zehut ni Bennett, qui a promis à ses électeurs qu'il serait le prochain ministre de la Défense, s'est rendu à la Knesset. Netanyahu a également réussi à réduire les États-Unis à une colonie soumise. Nous avons vu le président Trump travailler dur pour son ami à Jérusalem, reconnaître la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan et dénigrer le corps des gardes de la révolution islamique d’Iran en tant qu ’« organisation terroriste ». Mais surtout, Netanyahu est aussi le Premier ministre préféré du Hamas.
Le Hamas sait très bien que le gouvernement centriste israélien adopte une approche génocidaire vis-à-vis des Arabes et des Palestiniens en particulier. Le Hamas se souvient d'Ehud Olmert, de Tzipi Livni et d'Ehud Barak. Ils préfèrent clairement Bibi. Ils savent très bien que Bibi a hâte d'opérer à Gaza. Le Hamas sait très bien qu'Israël s'épuise en options militaires et politiques, sans parler de solutions au conflit. Le Hamas a voté Bibi. Il est entré en négociations de cessez-le-feu avec Israël à peine quelques jours avant les élections. Il y a de bonnes raisons de croire que le Hamas préférerait traiter avec Netanyahu plutôt qu'avec un parti "centriste" dirigé par trois criminels de guerre. Le Hamas a encore gagné, cela a poussé Israël dans un état de paralysie supplémentaire. Israël n'a aucune perspective d'avenir dans la région. Israël peut ne pas être vaincu par les roquettes Quasam mais par sa propre mentalité de ghetto.
Sur la sale campagne internationale sioniste en cours
  "La criminalisation du discours politique et de l'activisme contre Israël est devenue l'une des menaces les plus graves à la liberté de parole dans l'Ouest." Glenn Greenwald 19.7.2017
« Comme pour notre Blog, La Cause du Peuple, Gilad Atzmon est soumis à des attaques perfides et malhonnêtes de la part des organisations sinosites, dont, en particulier, Facebook. Pourquoi ? Pour cause d’antisionisme assumé. » Hannibal Genséric
Avec la célèbre star des Pink Floyd, Roger Waters, et de nombreux autres artistes et penseurs du monde entier, je suis soumis à une campagne internationale de diffamation, orchestrée et promue par diverses institutions sionistes qui tentent de faire taire toute forme de dissidence légitime du sionisme et de la politique israélienne.
Les conseils locaux, les clubs et les festivals qui font la promotion de ma musique ou de mes pensées partout dans le monde sont soumis à un déluge de courriels envoyés dans une tentative claire et malveillante de me calomnier. Dans ces courriels, je suis taxé «antisémite», «bigot», «raciste», «négationniste de l’Holocauste», etc.
De toute évidence, il n'y a aucune vérité dans tout cela. En tant qu’écrivain, j’ai en effet critiqué Israël et d’autres manifestations de l’exceptionnalisme politique juif, j’ai analysé de manière critique le sionisme, la politique juive, l’idéologie et la politique identitaire en général. Je crois que tous les États, idéologies et politiques doivent faire l’objet de critiques, mais je n’ai jamais critiqué les Juifs (ni qui que ce soit d’ailleurs) en tant que personnes, en tant que race ou en tant qu’entité biologique. En fait, mon travail est profondément antiraciste et se concentre uniquement sur le politique et le culturel.
Malheureusement, il y en a qui sont engagés dans une censure sans relâche et dans l'incendie de livres et nous ne devons jamais leur permettre de réussir. La liberté intellectuelle et la tolérance sont des valeurs occidentales précieuses que nous devons défendre à tout prix. Donc, si vous ressentez le besoin de vous adresser à certains de ces agents haineux, voici quelques points à prendre en compte.
1. Depuis ses débuts, mon propre groupe de musique, l'Orient House Ensemble (OHE), a été un creuset pour des artistes d'origines et d'origines différentes, y compris des musiciens juifs, noirs, arabes et roms - un cadre qui n'a rien de fanatique.
2. Malgré les lois de plus en plus strictes en matière de «discours de haine» au Royaume-Uni, en Europe et aux États-Unis, aucune autorité chargée de l’application de la loi ne m’a jamais interrogé au sujet de mes écrits ou de mes apparitions publiques. Mes opinions et réflexions vont bien dans le strict cadre de la loi britannique, européenne et de tous les autres pays occidentaux.
3. J'ai été accusé d'être un «négationniste de l'Holocauste». Ce n'est clairement pas le cas. Je ne nie pas l'holocauste, mais j'insiste pour que ce chapitre de notre passé ne soit pas traité comme une religion ou un dogme, mais qu'il doive, comme tous les autres événements du passé, faire l'objet d'un examen minutieux et d'un débat ouvert. Malgré les lois rigoureuses de l'Allemagne et de l'Autriche relatives à la négation de l'holocauste, mes livres et mes écrits sont traduits et publiés dans les deux pays. J'y travaille et y enseigne régulièrement, sans jamais être soumis à des problèmes juridiques.
4. Mon travail a été approuvé par des humanistes et des érudits parmi les plus respectés. Voici quelques exemples:
"Une histoire transformatrice racontée avec une intégrité sans faille, à savoir que tous (en particulier les Juifs) soucieux de la paix réelle et de leur identité doivent non seulement lire, mais aussi réfléchir et débattre largement". Professor Richard Falk
 Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'homme en Palestine
Professor of Political Science, John J. Mearsheimer, , professeur de science politique "fascinant et provocateur"
 "Atzmon a le courage – qui est tellement absent et profondément insuffisant chez les intellectuels occidentaux", professeur de sociologie, James Petras
«Le livre de Gilad constitue une excellente critique de la politique d’identité en général et de la politique d’identité juive en particulier d’un point de vue humanisteFrancis A. Boyle, professeur de droit international
Au lieu de roi des juifs. Peut-être Atzmon devrait-il être reconnu comme le prophète du passé? Au moins, dans sa description de soi et son rayonnement, c'est ainsi qu'il apparaît », professeur de théologie juive, Marc Ellis
"Un livre superbe et nécessaire qui démystifie des" vérités indéniables "sur l'identité juive -
Gauden Sarasola, El Pais
  "La contribution essentielle d’Atzmon à la solidarité avec la Palestine est d’aider les non-juifs à comprendre qu’ils ne se trompent pas toujours lorsque des conflits avec des organisations juives surgissent." Professeur de sciences Jean Bricmont
"Le livre de Gilad Atzmon, The Wandering Who? Est aussi spirituel et stimulant que le titre. Mais c’est aussi un livre important qui présente des conclusions sur les juifs, et le judaïsme que certains trouveront choquantes mais qui sont essentielles à la compréhension de l’identité juive. la politique et le rôle qu'ils jouent sur la scène mondiale ". Karl Sabbagh, éditeur et producteur de film
 "L'évasion de Gilad de la claustrophobie spirituelle vers un humanisme libre et ouvert est sans peur", a déclaré le musicien légendaire Robert Wyatt
"Il est excellent du début à la fin. Des arguments très bien organisés et bien articulés." David Rovics, auteur-compositeur révolutionnaire
«Dans son style impassible, Atzmon identifie l'abcès dans la dent de sagesse juive - le tribalisme exilique - et le retire. Ouch! ”Eric Walberg,  Al Aharam Weekly 
 Une réalisation fascinanteOren Ben Dor, professeur de droit,
«Gilad Atzmon est une personne qui comprend ce que signifie être un intellectuelKim Petersen, voix dissidente
Par Gilad Atzmon,
ancien soldat israélien, écrivain et musicien de jazz primé résidant à Londres, où il vit virtuellement en exil. 
Source :https://www.gilad.co.uk/
Traduction : Hannibal GENSERIC

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés.