jeudi 11 avril 2019

Libye. Haftar se prépare à attaquer Tripoli.


En mars 2011, le Royaume-Uni, la France et les États-Unis ont entrepris de détruire le gouvernement libyen. La milice des Frères musulmans et les forces alignées avec Al-Qaïda, équipées par le Qatar et soutenues par la Grande-Bretagne, ont pris la ville de Benghazi, dans l’Est du pays. L’armée de l’air américaine a détruit les troupes gouvernementales sur le terrain et a aidé les terroristes islamistes à capturer, violer et supplicier Mouammar Kadhafi. Le chaos s’en est suivi alors que diverses forces tribales, milices locales et islamistes se disputaient le contrôle des villes et du butin, y compris les femmes et les esclaves. L’ancien général Khalifa Haftar a tenté de s’immiscer dans le chaos en tant que nouveau chef de la Libye. Le coup a échoué et depuis 1990, Haftar vivait en Virginie, à 10 minutes du siège de la CIA, et il est également devenu citoyen américain.

La situation a changé en 2014 après que l’armée égyptienne a chassé du pouvoir le président Morsi, chef des Frères musulmans. Avec l’argent des EAU, le soutien aérien égyptien, les fournitures russes, les services de renseignement français et les forces spéciales, Haftar a peu à peu défait les divers gangs islamistes et pris le contrôle de Benghazi.
Haftar enverra du pétrole en Europe et stoppera les migrants
Vous pouvez bien imaginer la tension lorsque le Premier ministre libyen assiégé, Fayez al Serraj, a rencontré l’émissaire de l’ONU Ghassan Salamé dans son bureau à Tripoli lundi matin. Non loin de là, dans le sud de la capitale libyenne, les troupes de l’armée nationale libyenne dirigées par le général Khalifa Haftar avaient fait des progrès rapides. Ils avaient pris la coquille de l'aéroport international de Tripoli et s'étaient dirigés vers la route qui relie la Libye à la Tunisie. Les troupes de Haftar, bien armées et bien disciplinées, s'étaient déplacées vers le nord en direction du quartier Ain-Zara. Lundi, l’aviation de Haftar a bombardé le seul aéroport en activité à Tripoli - à Mitiga.
Les USA ont estimé que leur homme - Haftar - serait capable de prendre les rênes et de s'emparer de la Libye pour le compte des États-Unis. Mais quand Haftar est arrivé à Benghazi, il a découvert que les Arabes du Golfe - notamment les Qataris - avaient déjà choisi le prochain dirigeant de la Libye, leur banquier Mahmoud Jibril. Les États-Unis et la France ont bombardé la Libye à mort et le Qatar a remporté le premier round, avec Jibril à la tête du gouvernement.
La Libye est tombée dans la pire des rivalités des Arabes du Golfe. L'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis - avec leur ami proche l'Égypte - se disputent contre l’autre clan des Frères Musulmans avec le Qatar  et la Turquie. En 2014. L'Égypte et les Émirats arabes unis, ainsi que l'Arabie saoudite, avaient déjà décidé que Haftar serait leur homme contre le Jibril du Qatar. Les bombardiers égyptiens et émiriens ont apporté un soutien aérien à Haftar lorsqu’il poursuivait sa guerre à Benghazi puis tentait un coup d'État manqué en Libye en 2014. Haftar est apparu aux saoudiens et aux émiratis en tant que version libyenne du président égyptien Abdel Fattah el-Sissi. Gouvernement des Nations Unies
Il y a quelques jours, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est rendu en Libye. Il avait espéré négocier une paix. Rien ne semblait possible. "Je quitte la Libye avec le cœur lourd et profondément inquiet", a déclaré Guterres. Guterres avait été accompagné dans ses voyages pour voir al-Serraj (le Premier ministre soutenu par l'ONU) et Haftar.
Al-Serraj, issu d’une famille riche et bien connectée, a toujours été le premier ministre de l’ONU. On dit depuis longtemps en Libye que le gouvernement d’Al-Serraj est plus intéressé par le soutien «international» (c'est-à-dire occidental) que par le soutien libyen. Les besoins essentiels de la population n'ont pas été satisfaits, l'électricité et l'eau constituant un défi et la sécurité inexistante dans certaines parties du pays. Le gouvernement d’Al-Serraj a été renforcé par certaines milices devenues puissantes grâce à la guerre de l’OTAN. Des désaccords sur le rôle de l’islam politique ont déchiré les institutions libyennes, une chambre des représentants de la ville de Tobrouk, dans l’est du pays, refusant de reconnaître le gouvernement de Tripoli.
Haftar et al-Serraj ont eu plusieurs réunions. Les États-Unis, les Arabes du Golfe, la France, l'Égypte et la Russie ont hâte de voir des progrès entre les deux parties. Le Premier ministre et le général se sont rencontrés au Caire (février 2017), à Abou Dhabi (avril-mai 2017) et à Paris (mai 2018). À chaque réunion, ils se sont largement accordés sur les principes de base - une solution pacifique, par exemple - mais ne se sont pas mis d’accord sur les détails. Les responsables du gouvernement al-Serraj ont déclaré qu’ils espéraient faire venir Haftar à la tête de l’armée du gouvernement d’accord national. Mais Haftar avait d'autres rêves. Il a constaté qu'il y avait des troubles à Tripoli à propos de l'inefficacité et de la négligence du gouvernement. Il y avait même une protestation contre Salamé. Haftar est le genre d'homme qui a une grande ambition mais pas de véritable agenda. Il prendra toute la Libye, mais il n'a pas dit ce qu'il en ferait.
Le pétrole et l'Ouest
L'Europe veut du pétrole libyen. Ses sources d’énergie ont été perdues une par une par des guerres  occidentales. Il a d'abord perdu l'accès à l'énergie iranienne à cause du régime de sanctions imposé par les États-Unis et Israël (de 2006 à aujourd'hui). La guerre de l’OTAN contre la Libye a empêché le pétrole libyen - le plus facile à raffiner - de traverser la mer Méditerranée (2011). Elle a ensuite perdu l'accès à l'énergie russe, notamment au gazoduc crucial Nord Stream (Russie-Allemagne), après le conflit en Ukraine (2014). Il ne fait aucun doute que l’Europe est avide de pétrole libyen. Cela a été dit assez directement.
La Libye – 6 avril 2019
Situation au 6 avril 2019
Les troupes de Haftar ont saisi les gisements de pétrole du sud de la Libye (y compris le plus grand, Sharara, au sud de Tripoli) et contrôlent la plupart des installations pétrolières situées sur le littoral. Il est déjà - substantiellement - responsable du pétrole. Si Haftar est en mesure de prendre les terminaux pétroliers de Zawiya, il contrôle tout le pétrole et ses sorties.
Il y a une bonne raison pour laquelle les États-Unis ont retiré leurs forces de la Libye alors que Haftar s'approchait de Tripoli. Ils ne veulent pas être obligés de défendre le gouvernement des Nations Unies contre un homme qui sera prochainement désigné comme dirigeant du pays. La France entretient des liens très étroits avec Haftar. Son ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, est un invité régulier en Libye, rencontrant al-Serraj et Haftar. Des sources proches de Haftar disent que Le Drian et le général sont très à l'aise l'un avec l'autre.
Si Haftar prend la Libye, les Saoudiens et les Émiratis auraient leurs tentacules dans la majeure partie de l’Afrique du Nord (Égypte et Libye). L'année dernière, le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman a effectué une tournée dans le reste de l'Afrique du Nord, y compris en Algérie. Il a reçu un accueil  froid du peuple et des dirigeants libyens à Tripoli. Les choses changeront pour lui si ses proches mandataires sont en charge de la moitié nord.
L’Occident et les pays du Golfe ont laissé la Libye à l’homme fort.
L'Europe a une autre préoccupation: les réfugiés. Il y a un sentiment que Haftar apportera la stabilité au pays et arrêtera le mouvement des personnes vers le nord. Les valeurs européennes sont assez claires: ils veulent que le pétrole aille vers le nord, pas les gens. Haftar, aux frais des Libyens eux-mêmes, y parviendra.
Un homme fort gouvernant toute la Libye depuis Tripoli est certainement meilleur pour le pays et son peuple que le long chaos qui a suivi la guerre menée par les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France. Avec le temps, Haftar pourrait bien atteindre cet objectif.
Hannibal GENSERIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet seront supprimés.