mardi 23 avril 2019

Opération Timber Sycamore, ou comment la CIA a armé les djihadistes en Syrie

Les États-Unis et l’Europe n’ont pas toujours considéré Daesh comme un ennemi. Ils l’ont, au contraire, largement financé et armé, raconte le journaliste indépendant Maxime Chaix dans La guerre de l’ombre en Syrie, fruit de cinq années de recherches. 
Maxime Chaix, n’est pas un paranoïaque du grand complot , son travail se fonde sur des sources ouvertes et sa méthode est suffisamment rigoureuse pour mettre son travail à l’abri des biais cognitifs de confirmation d’hypothèse.
Pour faire simple : les pays du Golfe, les États-Unis et Israël veulent bloquer la continuité territoriale naissante entre l’Iran et le Hezbollah libanais. L’Irak a basculé du côté chiite et Damas est étroitement liée à Téhéran. Pour couper en deux le « croissant chiite », Washington, Riyad et Tel Aviv n’hésitent pas à favoriser un nouveau « Frankenstein ». Dès octobre 2011, Barack Obama autorise David Petraeus, le directeur de la CIA, à lancer une guerre secrète en Syrie, baptisée Timber Sycamore, impliquant une quinzaine d’autres services spéciaux, notamment des services européens, en particulier britanniques et français.
« Au fil des ans, cette campagne devint gigantesque au point que le Washington Post la décrivit en juin 2015 comme l’une des plus vastes opérations clandestines“ de l’histoire de la CIA, dont le financement avoisinait alors le milliard de dollars annuels », écrit Maxime Chaix, dont toutes les informations sont corroborées par une multitude notes de bas de pages. Un gigantesque réseau d’approvisionnement en armes destinées à la rébellion est ainsi mis en place par la CIA en coordination avec leurs alliés turcs, pétromonarchiques, européens et israéliens. La majeure partie du soutien américain fut dirigée vers des factions de l’“Armée syrienne libre” (ASL), qui ont en fait servi d’auxiliaires et de sources d’armements à de plus puissantes factions islamistes et djihadistes. En d’autres termes, les responsables de la CIA et leurs alliés ont eu pleinement conscience que les milliers de tonnes d’armements qu’ils ont introduits au Moyen-Orient – notamment par l’entremise de rebelles décrits comme « modérés » –, ont massivement équipé Daech et la branche syrienne d’al-Qaïda. Vidéo
--------------------------------------------


Une interview exclusive d'Emmanuel Razavi (fondateur et éditeur de GlobalGeoNews.com):
Emmanuel Razavi: Tout d'abord, veuillez rafraîchir notre mémoire sur l'opération Timber Sycamore.
Maxime Chaix: Timber Sycamore est le nom de code d'une opération secrète officiellement autorisée par Obama en juin 2013 à former et équiper la rébellion anti-Assad, mais qui a en fait commencé en octobre 2011, lorsque la CIA opérait via le MI6 britannique pour ne pas avoir à informer le Congrès US qu’elle  armait les rebelles en Syrie. À l'origine, la CIA et le MI6 (service de renseignement britannique) avaient mis en place un réseau d'approvisionnement en armements des rebelles en Syrie depuis la Libye - un plan impliquant les services de renseignement saoudiens, qatariens et turcs.
En 2012, probablement au printemps, Obama a signé à contrecœur un décret très secret, dont on sait peu de choses, sauf qu'il a autorisé la CIA à fournir un «soutien non létal» aux rebelles en Syrie. Concrètement, la CIA a donc lié ses alliés qatari et saoudien à un certain nombre de fabricants d’armes dans les Balkans (Bulgarie, Roumanie, Serbie, Croatie, etc.). Avec le soutien de l'OTAN, qui contrôle les exportations d'armes des Balkans via EUFOR, les services secrets qataris et saoudiens ont commencé à acheter des armes et des munitions à ces pays pour équiper illégalement des rebelles anti-Assad.
Quelques mois plus tard, en octobre 2012, le New York Times révélait que ce vaste trafic d'armes parrainé par la CIA allait principalement soutenir les groupes djihadistes (i.e. terroristes islamistes sinnites) en Syrie, alors que les exportations d'armes par voie aérienne augmentaient, des armes étant injectées sur le territoire syrien par «salles d’opération» en Turquie et en Jordanie, par le biais de la FSA (« Free Syria Army ») et de trafiquants d’armes locaux.
Finalement, il s’est avéré que ces «salles d’opérations» avaient été assemblées par quinze services de renseignement occidentaux et moyen-orientaux, dont la DGSE et le MI6, sans que nous sachions encore quel rôle ces agences avaient joué dans cette guerre secrète. Ce qui est clair - et ce que je démontre dans mon livre avec des preuves irréfutables - est que des dizaines de milliers de tonnes d’armes et des millions de cartouches de munitions ont été introduites sur le théâtre de guerre syrien par cette opération. Il est également prouvé que ces armements ont principalement servi à équiper des groupes djihadistes, y compris la milice terroriste qui s'est proclamée «État islamique» en juin 2014.
En fin de compte, Donald Trump a décidé de mettre fin à cette opération au début de l'été 2017. Ce fut un revers majeur pour la CIA, le président américain concédant ainsi la défaite des États-Unis et de ses partenaires dans la guerre contre la Syrie et ses alliés russe, iranien et libanais.
* * *
ER: Quelles preuves concrètes avez-vous pour montrer que les services de renseignement américains ont fourni un soutien aux milices djihadistes en Syrie?
MC: Le rôle de coordination que l'Agence a approuvé à l'automne 2011 est désormais un fait avéré, sachant qu'il a été confirmé tardivement en juin 2018 par Ben Rhodes, conseiller principal d'Obama de 2009 à 2017. Au cours de l'entretien en question, Rhodes a fait valoir que le fait que la liste noire incluait  le Front al-Nosra des organisations terroristes du Département d'Etat en décembre 2012 était un geste «schizophrénique», car il était évident que la milice djihadiste était un «gros morceau» de l'opposition anti-Assad, comme il le dit dans ses propres mots. Au cours de cet entretien, le journaliste Mehdi Hasan a non seulement expliqué à la société que la CIA avait joué un rôle de coordination dans ce vaste commerce d'armes, mais que l'implication des États-Unis dans cette guerre de l’ombre avait été beaucoup plus grande que nous le pensions.
Selon le Washington Post, il s’agit de l’une des «plus grandes opérations clandestines» de l’histoire de la CIA. En janvier 2016, le New York Times l’a confirmé, soulignant que les manœuvres de la CIA visant à renverser Assad faisaient partie d’une campagne multinationale impliquant des milliards de pétrodollars originaires des États du Golfe, principalement de l’Arabie saoudite.
Il faut comprendre que cette guerre secrète a entraîné, entre 2011 et 2017, une coopération étroite entre les services secrets occidentaux et leurs homologues turcs et du Moyen-Orient. Ainsi, de nombreux experts et journalistes ont commis une erreur en analysant les opérations des différentes puissances du Moyen-Orient isolément de celles des gouvernements occidentaux. Au contraire, comme l'a admis l'ancien Premier ministre qatari en 2017, il s'agissait d'une opération conjointe et coordonnée associant tous ces services de renseignement.
En raison du nombre record de bailleurs de fonds publics et privés soutenant cette campagne et des dizaines de milliers d’islamo-terroristes, aidés directement ou indirectement par la CIA et ses alliés, je pense que cette opération pourrait être la plus massive des opérations clandestines de l'histoire. de l'Agence. Cependant, je n'ai pas été en mesure de le déterminer avec certitude en raison du secret de cette guerre sombre qui empêche l'accès aux archives et limite considérablement le nombre de fuites d'informations diffusées à la presse.
Il n'en reste pas moins que j'ai pu rassembler dans mon livre des centaines de sources non contestées qui corroborent mes écrits. Dans ce livre, des chercheurs de renommée internationale tels que Joshua Landis et Christopher Davids soutiennent mes arguments, que j'ai développés après une longue enquête que j'ai lancée en 2014. Une fois encore, j'invite vos lecteurs à consulter les preuves citées dans mon livre, car elles sont accablantes. . Je voudrais saisir cette occasion pour souligner que Bachar al-Assad et ses alliés ont commis de graves exactions contre des civils syriens et que mon livre n’a pas pour but d’excuser leur responsabilité.
Néanmoins, et à ce jour, les médias occidentaux se sont principalement concentrés sur les crimes d’Assad et de ses partisans, tout en réprimant ou en minimisant l’immense guerre d’ombre déclenchée par la CIA et ses partenaires dès l’automne 2011.
ER: Quel rôle la France a-t-elle joué dans ces milices djihadistes en Syrie? A-t-il appuyé sans ambiguïté les membres des Frères musulmans et d'Al-Qaïda?
MC: L'opération Timber Sycamore est une opération clandestine et de telles campagnes n'appartiennent pas à ceux qui les parrainent - du moins, pas en général. Dans ce cas, toutefois, l'opération est devenue d'une telle ampleur avec le temps que les puissances occidentales ont dû communiquer quelque chose à son sujet, même si elles étaient trompeuses. C’est-à-dire que les porte-parole du gouvernement occidental ont longtemps décrit le fait de secourir des groupes djihadistes comme un "soutien non meurtrier" pour les soi-disant rebelles "modérés". Pourtant, la réalité sur le terrain est que la "force des rebelles modérés" Free Syria Army (FSA) a servi de réserve de combattants, d'armes et de munitions pour la nébuleuse djihadiste anti-Assad, dont les tacticiens et les miliciens étaient bien plus efficaces que l'ASL elle-même.
Comme je l'explique dans mon livre, la FSA dépend de groupes djihadistes, avant tout du Front al-Nosra, et vice-versa. Les djihadistes ont complètement mis hors de combat d'autres factions de la FSA, leurs arsenaux ayant été pillés par les milices islamistes, y compris le Front islamique, en décembre 2013. Il est à tout le moins clair que la FSA est un faisceau complexe et désuni Les groupes armés anti-Assad ont été soutenus par les puissances occidentales qui ont combattu côte à côte avec des groupes djihadistes, y compris avec ce qui est devenu plus tard Daesh, jusqu'à l'hiver 2013-2014.
En janvier 2014, les premiers combats importants ont éclaté entre Daesh et d'autres groupes rebelles, notamment le Front al-Nusra. Il convient de souligner que, jusqu'à leur scission en avril 2013, le Front al-Nusra et le futur «État islamique» formaient une seule et même entité. Plus précisément, le fondateur d’Al-Nusra a été envoyé en Syrie en août 2011 par le chef du futur Daesh, Abou Bakr al-Baghdadi, pour combattre les troupes d’Assad.
Cependant, entre 2012 et 2014, il ne fait aucun doute qu'Al-Nusra était la force motrice de la rébellion en Syrie, ses tacticiens développant des opérations majeures permettant la conquête de divers territoires par «l'État islamique», tels que Camp Yarmouk au sud de Damas, Raqqa ou Deir ez-Zor. En résumé, les opérations combinées de la FSA et d’Al-Nusra ont permis à la Daech naissante de s’implanter dans de nombreuses villes syriennes à la suite de la scission entre Al-Nusra et «l’État islamique».
Il convient de noter que, par le biais de la FSA, al-Nusra bénéficie du soutien de la CIA et du MI6 depuis le début de 2012, mais il est difficile de savoir quand la DGSE française a commencé à s'impliquer dans cette opération. Selon François Hollande, les "rebelles modérés" de la FSA avaient bénéficié d'un soutien meurtrier de la part de la France à partir de fin 2012, en violation de l'embargo sur les armes imposé à la Syrie par l'Union européenne, qui n'a été levé qu'en mai 2013. La même année, le colonel Oqaidi , le commandant de la FSA, a déclaré devant la caméra que ses relations avec Daesh étaient "bonnes, et même fraternelles"… Et, comme cela a été révélé au cours de mon enquête, l'ambassadeur d'Obama en Syrie, Robert S. Ford, a téléphoné au colonel Oqaidi pour condamner la FSA. collaboration persistante avec al-Nusra.
À l'époque, et au moins depuis l'automne 2012, les services de renseignement français avaient alerté leur gouvernement sur le fait que les groupes des Frères musulmans et djihadistes tels qu'Al-Nusra étaient les forces motrices de la rébellion anti-Assad. En dépit de ces avancées alarmantes sur le théâtre des opérations, Paris, Londres et Washington résolurent de maintenir leur soutien à la rébellion anti-Assad, en sachant que leurs alliés du Golfe leur donneraient l'assurance qu'Assad serait renversé rapidement et que ces groupes ne le seraient pas. être un problème après la chute du gouvernement syrien. Ces deux prédictions se sont avérées fausses et le groupe djihadiste le plus brutal du Levant a frappé la France directement le 13 novembre 2015.
ER: Pour être clair: à votre avis, la France a encouragé une opération clandestine en soutenant des entités qui ont ensuite organisé des attaques en France?
MC: Comme je l'explique dans mon livre, l'État français et ses principaux alliés occidentaux ne soutenaient pas directement Daesh, mais ils surveillaient un système qui alimentait massivement ce que j'appelle la nébuleuse djihadiste anti-Assad, dont le dénommé «État islamique ”Sur le territoire syrien était une excroissance et une force motrice. Je ne pense pas que l'État français ou ses alliés, lors de cette opération, aient jamais imaginé que Daesh finirait par attaquer Paris le 13 novembre 2015.
D'autre part, il est clair que notre gouvernement et ses alliés britanniques, américains et israéliens ont sciemment armé des groupes djihadistes. En France, certains parlementaires des partis PS, LR et LS m'ont confirmé que la DGSE était impliquée dans des groupes de soutien qui n'étaient pas aussi «modérés» que ceux qui nous ont été présentés dans les médias. J'irais même plus loin, et c'est l'un des principaux arguments que je développe dans mon livre: en armant et en soutenant l'ASL de différentes manières, les puissances occidentales ont encouragé la montée de ce qui est ensuite devenu «l'État islamique», qui s'est battu « main dans le gant »avec la FSA du début de l'année 2012 à l'hiver 2013-2014. À partir de la pause entre l'ASL et l'État islamique à partir de janvier 2014, l'ASA et al-Nusra ont maintenu une relation fusionnelle, à la fois contre les forces d'Assad et contre Daesh.
Pourtant, en août 2014, François Hollande a reconnu que le soutien français à la FSA se poursuivait. Était-il au courant des liens étroits entre la FSA et al-Nusra? Si tel est le cas, un tel niveau de désinformation au sommet du gouvernement serait alarmant. Néanmoins, au vu des éléments de preuve disponibles, il est plus probable que les dirigeants français sous la présidence de Hollande étaient pleinement conscients du fait qu'Al-Nusra était inextricablement liée à la FSA.
En outre, dans un livre qui n'a jamais été contesté par le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, les journalistes Georges Malbrunot et Christian Chesnot ont affirmé que le responsable de notre diplomatie savait pertinemment que l'Arabie saoudite et le Qatar infiltraient les réseaux de financement privés d'al-Nusra. «Agents rémunérés, formateurs professionnels, connus des agents de la DGSE». Malgré cela, selon Chesnot et Malbrunot, Fabius se plaignait du fait que l’État syrien et ses forces armées n’étaient pas «frappés suffisamment [et] pas assez fort».
ER: En parlant de Laurent Fabius, pourquoi son nom figure-t-il dans l'affaire Lafarge? Existe-t-il des preuves qu'il aurait souscrit à un accord financier entre cette société française et Daesh?
MC: Compte tenu de sa position active sur le dossier syrien, il est inévitable que son nom apparaisse dans l'affaire Lafarge. De plus, il contient même des sigles familiers en français: DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure), DRM (Direction du renseignement militaire français), DGSE, etc.
Soyons clairs: la cimenterie de Jalabiya, construite par Lafarge en 2010, a été transformée pendant la guerre en une "tête de pont" pour les services de renseignement français: c'est-à-dire pour l'Élysée, le Quai d'Orsay [ Ministère français des affaires étrangères] et tous les autres ministères concernés. En effet, comme le journaliste Guillaume Dasquié l’a prouvé, «les documents de l’affaire, les témoignages des quelques initiés et les documents auxquels le JDD [Journal du dimanche du dimanche] a eu accès reconstruisent un récit différent [de celui présenté par le JDD]. Autorités françaises.] […] Cela concerne directement le commandement chargé de la lutte contre le terrorisme, la DGSI, le Quai d'Orsay et les services de renseignement extérieurs de la DGSE. Cela nous décrit un jeu d'échecs improbable entre industriels, espions et diplomates en zone de guerre, chacun profitant de la présence des autres pour faire avancer ses pions, à une époque où l'État islamique n'avait pas encore attaqué les Français. sol."
Laurent Fabius a déclaré devant les magistrats enquêteurs qu'il ne savait pas que Lafarge avait versé de l'argent à divers groupes djihadistes locaux, y compris à «l'Etat islamique», dont le nom est trompeur - une explication qui n'a pas convaincu certains experts, dont Georges Malbrunot. C’est d’autant plus sourcillé qu’il est devenu évident que la Direction du renseignement militaire français surveillait les transactions entre Lafarge et les différents groupes armés sur le terrain.
Je reviens donc à mon explication précédente: une opération clandestine est organisée de manière à ce que ses sponsors aient la possibilité de tout savoir, ainsi que de leur rôle dans toute manœuvre de ce type. Il est maintenant clair que la DGSE est impliquée depuis au moins 2012 dans le soutien à la nébuleuse des groupes armés opposant Bashar al-Assad.
Comme nous le savons également, Laurent Fabius était le plus actif des ministres de Hollande sur le dossier de la Syrie, agissant dans l’intérêt d’une «diplomatie sunnite» instable qui fait de nos relations commerciales avec l’Arabie saoudite une priorité, le principal bailleur de fonds de Timber Sycamore. Par conséquent, il est impossible que le Quai d’Orsay ait ignoré les actions de Lafarge en Syrie, qui faisaient partie de plusieurs opérations de renseignement ou de déstabilisation menées par les services secrets français dans ce pays. Le célèbre chercheur Fabrice Balanche est du même avis que Guillaume Dasquié ou Georges Malbrunot.
ER: En raison de quels intérêts Laurent Fabius aurait-il pu permettre à la DGSE de soutenir les islamistes? Agissait-il au nom des Saoudiens, comme le suggèrent Georges Malbrunot et son co-auteur Christian Chesnot dans leur livre, Nos très chers émirs?
MC: Tout d'abord, il convient de souligner que le président français est censé être celui qui parraine, en dernier ressort, une opération clandestine. Cependant, il jouit d'une impunité juridique dans l'exercice de son mandat, ce qui n'est le cas pour aucun de ses ministres.
Au cours de la présidence Hollande, nous avons été témoins d’une tendance flagrante de l’État français à soutenir et à protéger ses alliés du Golfe. Cette politique se concrétisait non seulement dans la ligne dure de Fabius contre l’Iran dans les négociations de l’accord nucléaire, mais aussi, et beaucoup plus grave, dans les manœuvres frileuses qui visaient à soutenir les interventions désastreuses des Saoudiens et de leurs partenaires au Yémen et en Syrie. Cette approche favorable à la monarchie saoudienne a été maintenue sous la présidence Macron, mais avec un instinct pro-Qatar devenu évident après la crise du Golfe qui oppose cet émirat à Riyad et à Abu Dhabi depuis 2017.
Mais jusque-là, l’Arabie saoudite était expressément soutenue par l’État français, en raison des interdépendances économiques et stratégiques qui sont en jeu entre Paris et Riyad. Par conséquent, et dans l’intérêt de cette «diplomatie sunnite» notoire, l’État français n’a pas seulement fermé les yeux sur les actes suspects de l’Arabie saoudite en Syrie et au Yémen; il a directement soutenu les campagnes saoudiennes, de la manière la plus discrète possible.
Ces manœuvres ont abouti à une position politique littéralement schizophrénique, selon laquelle l’État français trompe ses opérations contre le terrorisme chaque fois qu’il le peut, mais plus loin au niveau de la direction et des services de renseignement, stratégies qui ont pour effet spécifique de renforcer les groupes djihadistes. sont imposés illégalement à certains pays, tels que la Syrie, le Yémen ou la Libye.
Dans le cas de cette dernière opération libyenne, un officier de la DGSE anonyme a révélé à nos collègues de la chaîne Canal + TV qu'il avait reçu l'ordre, en février 2011, de déstabiliser Benghazi en coordination avec les services de renseignement qatariens, partisans notoires des Frères Musulmans. à cette époque dominaient la nébuleuse djihadiste libyenne.
Selon le journaliste François de Labarre, cette politique a ensuite été contestée par le ministère français de la Défense, dirigé par Jean-Yves Le Drian, qui a eu recours à la DGSE pour soutenir le général Haftar contre les groupes armés islamistes. Cependant, il est difficile d’expliquer pourquoi le Quai d’Orsay a continué de soutenir Abdelhakim Belhadj, l’un des fondateurs d’Al-Qaïda en Libye, qui a été nommé commandant militaire de Tripoli en août 2011.
Il convient de noter que Belhadj est l’homme du Qatar en Libye et qu’il est l’une des personnalités les plus influentes des Frères musulmans dans ce pays. Selon François de Labarre, le président Hollande n’a pas été en mesure de décider entre la ligne pro-Haftar du ministère de la Défense et la politique pro-Belhadj - c’est-à-dire pro-Qatar et pro-musulman - à laquelle le Quai d’Orsay adhérait. On peut donc se demander si François Hollande a été capable d’arbitrer la politique étrangère de la France. Dans tous les cas, on peut s'inquiéter de la schizophrénie que cela implique. En effet, cela peut conduire à des opérations contre des groupes djihadistes appuyés initialement par nos services de renseignement et leurs alliés - des opérations qui ont des effets mortels sur les civils.
En octobre 2018, Régis Le Sommier, co-éditeur du magazine Paris Match, s'est entretenu avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. A cette occasion, Lavrov a révélé une conversation choquante entre Laurent Fabius et lui-même: «Quelque temps après les attentats à la bombe contre la Libye, Laurent Fabius, [alors] ministre des Affaires étrangères, m'avait appelé. Selon Bamako (la capitale malienne), des moudjahiddines du nord du Mali s’approchaient des positions du contingent français. La France avait l'intention de les en empêcher en obtenant l'approbation du Conseil de sécurité, et j'étais pour. J'ai dit à Laurent Fabius: "Vous comprenez sûrement que vous allez maintenant affronter les mêmes types que vous avez armés en Libye." Il a gloussé et m'a dit: "C'est la vie". "Laurent Fabius n'a pas nié les propos de Lavrov. ce type de désinvolture face aux conséquences de la politique étrangère de la France à l'égard des groupes terroristes - et donc des populations qu'elles menacent - est alarmant.
Il en va de même pour le dossier syrien, qui a amené nos dirigeants à soutenir pendant près de cinq ans une armée syrienne libre dont ils ne pouvaient ignorer les liens étroits avec al-Nusra depuis 2012, y compris lorsque cette branche syrienne d'al-Qaïda et le «État islamique», qui porte un nom inepte, est une entité unique.
ER: La section anti-terroriste du parquet de Paris devrait-elle ouvrir une enquête à ce sujet?
MC: Au début, je m'intéressais aux actions clandestines de la France en Syrie au printemps 2014. À l'époque, Alain Marsaud, parlementaire et ancien juge antiterroriste, affirmait dans les médias que notre gouvernement avait auparavant soutenu et infiltré le Front al-Nusra. .
L'année suivante, il m'a révélé que la majorité favorable à la présidence de François Hollande avait refusé toute enquête parlementaire sur cette question afin de ne pas "révéler une telle collaboration avec un groupe terroriste", pour reprendre ses propos. Il convient de noter à nouveau que plusieurs parlementaires, notamment Claude Goasguen (parti de gauche), Jacques Myard (gauche) et Gérard Bapt (parti du PS), ont porté des accusations similaires auprès du gouvernement français. À la LCP, M. Goasguen a déclaré en juin 2015 que l'État français aidait «Al-Qaïda en Syrie», puis l'année suivante, Gérard Bapt m'a confirmé le «soutien clandestin des différents mouvements islamistes par l'État français». en Syrie, compte tenu de la porosité et de la proximité de ces groupes alliés sur le terrain ». Il a ajouté que "le soutien français aux rebelles en Syrie, et plus généralement occidental à leur égard, s'est poursuivi même après les attentats de Charlie Hebdo et du supermarché juif Hyper Cacher, bien que ceux-ci aient été revendiqués par Al-Qaïda".
Je dois dire que cette explication de Gérard Bapt me semble la plus précise: selon lui, l'État français aurait soutenu des milices évoluant au sein d'une nébuleuse de groupes armés en perpétuelle mutation, mais qui aurait incontestablement eu le Front al-Nusra parmi ses passants. forces - comme le conseiller proche Obama Obama lui-même reconnu.
N’oublions pas non plus que Claude Goasguen avait fréquemment mis en garde l’État français sur le LCP contre cette politique de soutien aux factions anti-Assad. En termes simples, il est fort à parier que notre gouvernement s'opposera par tous les moyens à l'ouverture d'enquêtes parlementaires et judiciaires sur les actions clandestines de l'État français en Syrie.
Mais nous examinons ici un cas évidemment beaucoup plus grave que celui de l’opération bâclée de la DGSE contre le Rainbow Warrior, lors du premier mandat de François Mitterrand. Soyons clairs: si plusieurs de nos parlementaires se sont publiquement levés pour déclamer le soutien de l'Etat français à la branche d'Al-Qaïda en Syrie, il est inconcevable qu'ils l'aient fait sans disposer d'informations précises à l'appui de leurs accusations - qui n'ont jamais été officiellement démenties par le gouvernement. .
En tant que contribuables et en tant que citoyens, nous devrions refuser d'accepter que nos autorités puissent mener des politiques aussi dangereuses et erronées en notre nom et avec notre argent des impôts, mais sans notre consentement - et sans même que nous en soyons au courant au départ.
Par conséquent, et comme je l'explique dans mon livre, plusieurs arguments juridiques et factuels pourraient justifier au moins la création d'une commission d'enquête parlementaire, bien qu'il me semble peu probable qu'un magistrat instructeur veuille ouvrir une enquête sur un sujet aussi sensible. . En effet, cette opération clandestine fait partie des privilèges de l’État et de la conduite de la politique étrangère de la France - un domaine dans lequel l’exécutif dispose de pouvoirs si exorbitants qu’il est capable de soutenir des groupes islamistes à l’étranger qui sont officiellement considérés comme des ennemis à l’intérieur de nos frontières.
Source : How CIA & Allies Helped Jihadists In Syria: French Covert Ops Expert Exposes New Details
Traduction Google
Hannibal Genséric

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet seront supprimés.