jeudi 25 avril 2019

Les sanctions contre le pétrole iranien vont faire du mal aux électeurs de Trump


    Les États-Unis ont annoncé le 22 avril qu'ils n'accorderaient plus d'exemptions de sanctions à huit pays, dont la Turquie.  "Cette décision vise à ramener les exportations pétrolières de l'Iran à zéro, privant le régime de sa principale source de revenus ", a déclaré la Maison-Blanche dans un communiqué.

"L'administration Trump et nos alliés sont déterminés à maintenir et à étendre la campagne de pression économique maximale contre l'Iran pour mettre fin à l'activité déstabilisatrice du régime qui menace les États-Unis, nos partenaires et alliés et la sécurité au Proche-Orient, a-t-il dit.
Huit gouvernements ont d'abord bénéficié d'un sursis de six mois à l'égard des sanctions unilatérales imposées par les États-Unis à l'Iran. Il s'agit de la Chine, de l'Inde, du Japon, de la Corée du Sud, de Taiwan, de la Turquie, de l'Italie et de la Grèce.
L'Iran exporte actuellement environ 1 million de barils de pétrole par jour. Les exemptions actuelles aux sanctions unilatérales étatsuniennes prennent fin le 30 avril. Le Japon, la Corée du Sud et Taiwan sont des protectorats étatsuniens. Ils feront ce qu'on leur dira. L'Italie et la Grèce sont moins dépendantes et peuvent montrer des signes de résistance. La réaction de l'Inde dépend du résultat des élections en cours. La Chine n'adhérera probablement pas au commandement étatsunien. La Turquie a besoin de pétrole et de gaz iraniens. Elel ne peut s'en passer dans un délai raisonnable. L'Irak est le pays qui dépend le plus du pétrole et du gaz iraniens dont il a besoin pour produire de l'électricité. L'absence d'électricité pendant l'été chaud risque de provoquer des émeutes.
Le secrétaire d'État US, "nous mentons, nous trichons, nous volons" alias Mike Pompeo (vidéo), a présenté 12 demandes à l'Iran, qui se résument à exiger une capitulation totale. Bien sûr, l'Iran ne remplira aucune d'entre elles. Ce sont les États-Unis qui, sans raison, ont encore une fois suscité l'hostilité contre le pays. Compte tenu de sa géographie et de ses capacités, l'Iran n'a aucune raison de craindre une agression étasunienne.
Le dirigeant iranien Ali Khamenei n'a pas été impressionné par la question des sanctions :
    S'exprimant lors d'une réunion avec un grand groupe de travailleurs iraniens mercredi,  le chef a minimisé la récente décision de Washington de mettre fin aux exemptions de sanctions pour les pays achetant du pétrole à Téhéran.
    "En premier lieu, de telles tentatives ne mèneront nulle part, et nous sommes capables d'exporter autant de pétrole que nous en avons besoin et que nous le voulons ", a déclaré l'ayatollah Khamenei.
    Le dirigeant a averti que "cet acte d'hostilité ne restera pas sans réponse", soulignant que la nation iranienne "ne restera pas sans rien faire" face à ses ennemis.
Après s'être retirée de l'accord nucléaire international avec l'Iran, l'administration Trump a présenté huit demandes pour entamer de nouvelles négociations. Toutes ces demandes ont été rejetées. Comme le dit le gouvernement russe, les États-Unis ne sont pas en mesure de conclure des accords. Le président iranien est du même avis :
    Le président Hassan Rouhani dit que les prétentions de Washington à chercher des négociations avec l'Iran ne sont que de "simples mensonges" et que les États-Unis, en fait, ont l'intention de mettre la nation iranienne à genoux.
    Contrairement à ce que certains tentent de promouvoir, " les États-Unis ne sont pas du tout disposés à négocier ", a déclaré le président lors d'une session du cabinet à Téhéran mercredi.
  Rouhani a déclaré que les mesures subversives des États-Unis contre l'Iran ont toutes échoué sur la scène internationale, régionale et politique, et que leurs tentatives de propagande contre la République islamique ont toutes été rejetées.
    Washington a été et sera également frustré par sa campagne anti-iranienne contre l'économie iranienne, a-t-il ajouté.
Certains craignent que les États-Unis se préparent à faire la guerre à l'Iran :
    L'administration Trump assiège l'Iran. S'inspirant du livre de jeu de la guerre en Irak, de hauts responsables brossent le portrait d'un régime terroriste, hors-la-loi et voyou, déterminé à acquérir des armes nucléaires et dont les "activités malveillantes" sont à l'origine de tout le chaos qui règne au Moyen-Orient. Ils savent ce qu'ils font. Ils l'ont déjà fait auparavant. Ils sont en train de monter un dossier en faveur de la guerre.
Les néoconservateurs de l'administration Trump voudront peut-être le faire. Mais il n'est pas possible de faire la guerre à l'Iran sans provoquer une dépression mondiale.
La fin des dérogations aux sanctions pour le pétrole iranien va faire du mal aux électeurs de Trump (Moon of Alabama)
Comme le souligne à juste titre le commandant de la marine des Gardiens de la révolution iraniens, le détroit d'Ormuz, par lequel transitent la plupart des exportations énergétiques du Moyen-Orient, est sous contrôle iranien :
    "Selon le droit international, le détroit d'Ormuz est une voie navigable [iranienne] et nous le fermerons [à d'autres pays] au cas où il nous serait interdit de l'utiliser ", a déclaré le commandant militaire iranien.
    "En cas de menace, nous n'hésiterons pas à soutenir et à défendre les eaux iraniennes. Nous défendrons notre honneur et prendrons des mesures réciproques lorsqu'il s'agira de protéger les droits de l'Iran", a-t-il ajouté.
Bien que l'Iran continuera de vendre du pétrole, la menace de sanctions étatsuniennes réduira certainement sa clientèle. L'économie de l'Iran en souffrira, mais le pays s'en sortira, comme toujours. Il maintiendra également ses relations avec les autres membres de son "axe de résistance". Le Hezbollah, la Syrie (et l'Irak) continueront de recevoir le soutien de l'Iran.
L'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont censés combler le déficit de pétrole sur les marchés internationaux. Les Saoudiens s'y sont préparés lorsque, il y a un an, l'administration Trump a réintroduit des sanctions pétrolières contre l'Iran. Lorsqu'elle a alors annoncé que plusieurs pays bénéficieraient de dérogations, les Saoudiens ont soudainement produit plus que le marché nécessaire et le prix du pétrole a chuté. Ils ont été prévenus à l'époque de ne pas répéter cette erreur. Les Saoudiens doivent également tenir compte des quotas de l'OPEP qu'ils ont convenus avec la Russie. Vont-ils briser leur quota ou laisser le prix augmenter ? Trump parie sur la première solution. Je pense qu'il va perdre ce pari.
La fin des dérogations aux sanctions pour le pétrole iranien va faire du mal aux électeurs de Trump (Moon of Alabama)
Le prix de l'essence en Californie est déjà à 4,70 $ le gallon. Il atteindra probablement 6 $ lorsque les sanctions complètes contre l'Iran auront été mises en place, tandis que les Saoudiens se croiseront les bras et apprécieront l'augmentation de leurs revenus.
    Le ministre saoudien de l'énergie a déclaré que le premier exportateur mondial de pétrole ne voit pas la nécessité de prendre des mesures immédiates sur le marché du brut, ce qui indique une réaction prudente à la décision des États-Unis de renforcer les sanctions contre l'Iran.
Tout événement imprévu, en Libye ou ailleurs, qui limiterait davantage la production mondiale de pétrole, rendrait les coûts insupportables pour le consommateur étatsunien. L'économie étatsunienne ne se porte pas bien sous les prix élevés du pétrole.
Que va faire Trump quand il découvrira que la hausse des prix, causée par la demande israélienne de soumettre l'Iran, met en danger sa réélection ?
par Moon of Alabama 25 Avril 2019, 06:59 
Traduction SLT avec DeepL.com
Les articles de notre blog subissent les fourches caudines de la censure sioniste Facebook et autres. Si vous appréciez notre blog, soutenez-le, faites le connaître sans passer par Facebook! Merci.

3 commentaires:

  1. Les articles de notre blog subissent les fourches caudines de la censure sioniste Facebook et autres. Si vous appréciez notre blog, soutenez-le, faites le connaître sans passer par Facebook! Merci.

    c'est une plaisanterie j'espère ton message, tu censure tout le temps les messages qui ne vont pas dans ton sens et tu laisse ceux qui chier sur les Arabes, et maintenant tu joues les vierge effarouchée contre Facebook mais j'espère bien qu'ils vont continuer de censurer tant que tu pratiquera la censure tu n'as pas le droit de te plaindre de la censure.

    Tu ne pense qu'au berbère et bien les sionistes ne pense qu'au sionistes tu devrais les comprendre, il ne vont pas favoriser quelqu'un qui chie sur eux et fait passer les siens pour des saints.

    Allez censure moi c'est tout ce que tu sais faire avec moi.

    RépondreSupprimer
  2. @ Anonyme: " Afin d'éviter les trolls, les commentaires signés "Anonymes" (ou "Unknown") seront supprimés ".

    Arrete ton cinema!

    RépondreSupprimer
  3. oui il faur les censurer car ces remarques sont mauvaises et une perte de temps a lire, en plus d etre betement désagréables. le site causedupeuple publie des enquetes avec des révélations inédites en faveur de la paix,

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés.