jeudi 11 avril 2019

Le Su-57, sérieux concurrent du "monstrueux" F-35

Le F-35, construit par un consortium conduit par Lockheed Martin, ne parvient toujours pas à réaliser les performances multirôles pour lesquelles il a été pré-vendu. En outre les tensions entre l’Otan et la Turquie devraient conduire à retirer ce pays des fabricants partenaires. Un malheur n’arrivant jamais seul, la Russie devrait mettre sur le marché son Su-57, bien meilleur et plus de deux fois moins cher.

Le directeur adjoint de Rostec, Viktor Kladov, a annoncé que le président Poutine approuverait prochainement l’exportation de l’avion « invisible » Su-57. Le prix d’un Su-57 est de 45 millions de dollars, alors que le F-35 coûte 100 millions de dollars.
JPEG - 25.9 ko
Le premier groupe d’acheteurs approuvés comprend la Turquie avec 60 avions, l’Égypte et l’Algérie avec 29, le Vietnam 12. L’Inde avait été intéressé par cet avion dans un premier temps, mais a abandonné son programme de développement, retardant le lancement de la production de 4 ans. C’est pourquoi l’Inde n’a toujours pas approuvé l’achat de Su-57.
L’avion est supérieur au F-22 et au F-35 dans le combat rapproché, et dans la manœuvrabilité. Le Su-57 possède 16 points d’accrochage dont 8 ont été montés dans les compartiments internes. Le Su-57 dispose de 4 compartiments entièrement carénés avec une capacité interne supérieure de 150% au F-22A et de 250% au F-35.
Pour devenir compétitif, la Russie a créé 14 nouveaux types d’armes nouvelles pour le Su-57. L’arsenal du Su-57 comprend des missiles antiradar Kh-58UShK, des missiles de croisière 35UE, X-74M2, des missiles air-sol Kh-38M, des bombes « intelligentes » KAB-250, KAB-500. Le Su-57 est équipé de missiles BVR (beyond-visual-range) de type K-77M d’un rayon d’action maximal de 200 km. Pour les combats aériens rapprochés, le Su-57 utilise des missiles K-74M2 d’une portée de 40 km.
La Russie pourrait également vendre les missiles hypersoniques Kinzhal X-47M2 (portée 2 000 km) et 3 M-22 zircon (portée 1 000 km) adaptés pour le su-57.
Une sérieuse alternative pour la Turquie
Les déclarations du ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, ouvrant la voie à une acquisition par la Turquie d’avions de chasse auprès d’un pays tiers si les États-Unis refusent de lui livrer ses F-35, ont tourné les projecteurs sur le modèle russe Su-57.
Depuis quelques semaines, des responsables américains évoquent la menace d’annuler la vente et donc la livraison à la Turquie des chasseurs F-35 si Ankara n’annule pas l’achat du système de défense anti-aérienne russe S-400.
Dans des déclarations sur le sujet, le Chef de la diplomatie turque a évoqué, mercredi, la possibilité d’acquérir "ailleurs" les avions nécessaires pour la défense de son pays.
Cette affirmation, qui coïncide au lendemain du voyage du Président turc Recep Tayyip Erdogan en Russie, a porté au-devant de la scène l’alternative russe.
F-35 : L'avion de combat le plus controversé de l'histoire de l'aviation militaire

L'avion de combat multinational F-35, doté de 300 milliards de dollars, est le plus vaste programme militaire de l'histoire de l'aviation militaire. Il s’agit de l’avion de combat le plus cher jamais construit, même si sa conception n’est ni belle, ni futuriste, à la différence des avions F-15 et F-14 qui l’étaient au moment de leur lancement. Sans parler des conceptions pointues des avions de combat russes, en particulier de la famille Flanker, qui est vraiment en avance sur tout ce qui vole avec un moteur à réaction dans le ciel. Le problème est que le F-35 n’est pas une conception de chasseur éprouvée, avec des performances de base démontrées en service. Il était une fois des ingénieurs américains chargés de construire des avions de combat et le résultat fut fantastique. Avec le F-35, lobbyistes avides et parasites s'immiscèrent dans la corruption à l'intérieur ou à proximité du complexe militaro-industriel, non seulement ils ont ruiné ce projet, mais l'ont rendu plus onéreux que la construction d'une colonie habitée sur Mars!

Comment les États-Unis ont fait de la Russie le leader mondial de la défense aérienne

Face à un adversaire doté d'une vaste flotte aérienne et enclin à niveler les villes, les Soviétiques n'avaient d'autre choix que de consacrer des énergies énormes à des contre-mesures
Avec la plupart des armes sur le marché, l’achat de matériel russe signifie que vous obtenez quelque chose d’aussi sophistiqué que le modèle occidental, mais à un meilleur prix. Si vous avez besoin de détruire quelque chose dans le ciel, les Russes disposent des missiles les plus puissants. Ironiquement, les États-Unis ont beaucoup fait pour que cela se produise.
En 1945, l'Union soviétique est sortie victorieuse de la Seconde Guerre mondiale mais a été complètement dévastée. Elle avait perdu 27 millions de personnes dans un conflit qui a rasé plus du tiers de son territoire. Pourtant, ici et maintenant, la Russie fait face à un adversaire encore plus puissant que l’Allemagne nazie.
Les Soviétiques déployaient de loin la plus grande armée de terre en Europe, mais les Américains possédaient la plus grande flotte aérienne que le monde ait jamais vue. Une flotte aérienne qui venait de passer des années à pratiquer et perfectionner la science des bombardements terroristes sur les villes et qui avait prouvé ses capacités et son expertise sur Tokyo et sur Dresde [1]. Pire encore, les États-Unis avaient des bombes atomiques alors que l’URSS  mettrait des années à développer et à  déployer en nombres comparables.
Les planificateurs militaires moscovites avaient toujours accordé une grande attention à la défense aérienne, mais leurs efforts ont été vains.
Devenues une branche indépendante de l'armée en 1949, les forces de défense aérienne étaient reconnues dès 1954 comme équivalentes aux branches terrestre, navale et aérienne de l'armée soviétique.
Selon la compréhension américaine, «défense aérienne» est synonyme d’artillerie de défense aérienne, mais l’armée de défense aérienne soviétique a également déployé des milliers de jets intercepteurs spécialement conçus pour la vitesse pure et la vitesse de montée. Les Soviétiques n’ont pas simplement accru l’importance des forces de défense aérienne, ils ont également investi massivement dans ses technologies.
Ils avaient toutes les raisons de. Constamment, les États-Unis violaient l’espace aérien soviétique en envoyant parfois leurs avions parcourir toute la largeur du pays.
Non seulement les Soviétiques ne faisaient rien de comparable sur le continent américain, mais c’étaient des vols de reconnaissance menés par une puissance ayant la plus grosse facture de boucheries humaines du monde. Les bombardiers américains avaient tué peut-être 2 millions de personnes en Corée du Nord et des centaines de milliers de personnes au Vietnam, sans utiliser de bombes nucléaires qui seraient sûrement utilisées contre l'URSS.
Le SR-71…
Les Soviétiques comprenaient parfaitement les survols américains destinés à tester leurs réponses et à collecter des données de ciblage pour une éventuelle guerre future. Les US étaient tellement dévoués à ces vols qu’il a conçu et construit des avions d’espionnage spéciaux, les U-2 et le SR-71.
Le U-2 construit à cet effet constituait un défi pour les défenses antiaériennes soviétiques, mais il fut finalement surmonté. Le SR-71 était un os encore plus dur, mais c’était un avion coûteux et peu pratique, rarement exposé de la même manière que son prédécesseur moins cher.
C’était une course technologique au rythme rapide, mais celle où les Rouges rattrapaient définitivement leur retard. Si en Corée l'artillerie de défense aérienne fournie par l'Union soviétique était pratiquement incapable d'empêcher les B-29 de transformer le nord en cendres, pendant  la guerre du Vietnam, il en fut autrement  la technologie soviétique a fait payer une taxe très pénible aux bombardiers américains. Les États-Unis ont perdu 3.500 aéronefs à voilure fixe au Vietnam, principalement à cause d'armes au sol.
… ET finalement vint le S-400
Aujourd'hui, la surveillance aérienne a depuis longtemps cédé la place à l'espionnage par satellite dans l'espace, et si des munitions nucléaires sont envoyées, elles seront livrées via des missiles balistiques intercontinentaux contre lesquels il n'y a même pas de défense théorique.
Malgré tout, l’héritage de la course entre les vastes capacités aériennes des États-Unis et les contre-mesures soviétiques persiste. Cela se traduit par l'attention extraordinaire et les ressources consacrées par les Russes aux armes anti-aériennes à ce jour et par le savoir-faire qu'ils ont pu acquérir.   

La civilisation-JSF
http://www.dedefensa.org/article/la-civilisation-jsf
Je trouve que nous faisons des progrès, notamment avec le constat que nos entreprises les plus vaines, les plus stupides, les plus coûteuses et les plus catastrophiques, commencent à laisser derrière elles des traces particulièrement choquantes. Il faut que je m’explique minutieusement, à la lumière de la perte d’un F-35 (version F-35A) japonais, perdu corps et biens en mer sans qu’on sache ni pourquoi, ni comment. On sait simplement qu’à un moment, le F-35 a disparu des écrans-radar (« a disparu du suivi-radar », selon les sources officielles), donc on en a déduit qu’il lui était arrivé quelque chose et un peu plus tard l’affreuse nouvelle fut confirmée.
Il y en a certains qui ont tout de même remarqué l’étrangeté du fait qu’un avion qui intègre les technologies furtives pour échapper au repérage des radars puisse être l’objet d’un “suivi-radar”, jusqu’à provoquer une alerte qui s’avère fondée lorsqu’il disparaît des écrans. Le F-35, qui est également JSF, n’est jamais avare de nous produire des surprises : quand il devient ce qu’il devrait être (invisible), c’est qu’il est en perdition comme un vulgaire 737 Max. [Voir : USA. Boeing terne la réputation technologique des États-Unis].
Cela pour observer aussitôt que l’accident a fait grand bruit. C’est le troisième JSF détruit par accident de vol, et le premier dans le cours de ce qui semble être un vol soi-disant en “service opérationnel”. Voici deux exemples de réactions à la suite de cet accident.
 
[1] Le "Manifeste anti-juif" de Dresde de 1882 expliquait déjà le Nouvel Ordre Mondial

Le vrai Winston Churchill (II): un infâme salopard, un raciste et un criminel de guerre

Hannibal GENSERIC



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires hors sujet, ou comportant des attaques personnelles ou des insultes seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Leur publication n'engage pas la responsabilité de ce blog ou de Hannibal Genséric.