dimanche 19 janvier 2020

La marionnette israélienne Trump montre ses vraies couleurs


Le général à la retraite quatre étoiles du Marine Corps et ancien secrétaire à la Défense, James Mattis, a été gentil quand il a écrit que le président Donald Trump avait des «capacités cognitives limitées».
Un observateur moins diplomatique, aussi proche du président que le général Mattis, aurait pu dire que Donald était d'une intelligence limitée (bien qu'il possède l'intelligence et la ruse de la rue).

Nous avons vu la petit ampoule de M. Trump émettre sa faible puissance alors qu'il se tenait avec des officiers militaires américains jaillissant des mêmes points de discussion monotones et risqués qui émanent de la bouche du ventriloque du président, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu.
Appeler Trump un agent israélien, c'est lui faire une injustice. Il est plus que ça. Comme d'autres membres de son cabinet (Pompeo et Pence), il est un golem israélien. Dans la légende, le golem était un Frankenstein non judaïque créé à la Renaissance à Prague par le rabbin kabbalistique Judah Loew. Ce Golem  a été créé pour tuer les ennemis de la théocratie talmudique qui se fait passer pour un credo de l'Ancien Testament [1]. Le golem est insensé et n'est pas soumis à la raison ou à la logique, tout comme Trump et sa bande de faucons dans un poulailler néocon, des sanctionneurs et d'idolateurs israéliens.
Observez la pathétique régurgitation par M. Trump des points de discussion de la propagande israélienne le matin du 8 janvier dans son discours à la nation, dans lequel il a qualifié les Iraniens de terroristes numéros un dans le monde.
Vraiment? Il a vite oublié ISIS/Etat Islamique, l'armée terroriste inspirée d'un plan établi par la théologie wahhabite saoudienne 100% toxique, responsable   du terrorisme massif au Moyen-Orient, y compris le massacre massif des goyim chrétiens de Syrie et d'Irak, tout en lançant des dizaines de terroristes   en Europe et ailleurs [2]. Il n'y a aucune main iranienne dans tout cela.
L'EI, formé des restes d'Al-Qaïda, obtient un laissez-passer de Trump parce que l'EI ne menace pas le contrôle israélien de la Palestine, tandis que le gouvernement iranien demande constamment justice pour la Palestine. Notre politique étrangère est dictée par les besoins et les exigences d'Israël, et non par les intérêts du peuple américain.
Nous avons un prétendu média qui, avec Trump, prétend que les milices chiites soutenues par l'Iran ont fait le plus de mal aux troupes américaines en Irak. En vérité, les principaux tueurs d'Américains en Irak sont les restes sunnites soutenus par l'Arabie saoudite de l'armée de Saddam Hussein, qui est devenue plus tard ISIS/EI. Qui, dans les médias traditionnels - de gauche ou de droite - rapporte ce fait comme un défi à la répétition de la désinformation israélienne reprise telle quelle par le perroquet  Trump?
Le secrétaire d'État Mike Pompeo aurait exhorté Trump à assassiner Qasem Soleimani, le général iranien qui a vaincu et chassé les terroristes islamistes de l'Etat islamique d'Irak et les terroristes islamistes d'Al-Qaïda de Syrie. Soleimani a sauvé des vies chrétiennes au Moyen-Orient, mais ce sont principalement des vies grecques orthodoxes et catholiques, dont les fondamentalistes protestants aux États-Unis ne se soucient presque pas, préférant les talmudistes à eux [3].
M. Pompeo est un golem de guerre de la théologie fondamentaliste «Rapture» adoratrice d'Israël de l'Église chrétienne américaine [NdT The Rapture est une expression anglaise signifiant « le ravissement » ou l'enlèvement de l'église, il s'agit du " transport des croyants vers le paradis avant la grande tribulation".
«Nous continuerons de mener ces batailles. C'est une lutte sans fin… jusqu'à la Rapture, faites-en partie, soyez dans le combat. »—Mike Pompeo, « God and Country Rally», Summit Church, Wichita, Kansas, 28 juin 2015.
La doctrine de l'Enlèvement (Rapture) lunatique a été inventée dans les années 1800 dans le cadre de la doctrine protestante «dispensationaliste» favorisée par les partisans fondamentalistes de la contrefaçon «Israël». L'Église n'en avait aucune connaissance avant le XIXe siècle.
Le fait que la théologie dominante dans l'État israélien que les passionnés de Rapture adorent est essentiellement l'Antichrist talmudique, n'est pas un problème pour   Pence, Pompeo et leurs millions de camarades, prétendus «évangéliques».
Les Américains doivent avoir les outils pour déconstruire le faux christianisme de puissants «évangéliques» talmudiques tels que Mike Pence et Mike Pompeo. Un de ces outils est Judaism’s Strange Gods: Revised and Expanded  [les dieux étranges du Judaïsme: Révisé et Développé] - interdit presque partout où des livres sont vendus.
Si nous ne démasquons pas les fondements de la théologie de l'Antéchrist israélien, tôt ou tard le commandant en chef «America First» qui a promis de nous sortir de conflits et d'enchevêtrements sans fin à l'étranger, nous mènera en guerre pour «Israël» contre les 80 millions de   Persans [4], dont le pays est quatre fois plus grand que la France,  et qui sont très différentes des Arabes que nous avons affamés et massacrés en toute impunité en Irak, le tout au nom de la démocratie et de la «lutte contre le terrorisme» bien sûr.

Par Michael Hoffman – Revisionist History.org Jan 9, 2020

L'architecte clé de la guerre en Irak en 2003 est désormais un architecte clé de la politique Trump en Iran
David Wurmser était un défenseur de longue date de la guerre contre l'Irak dans l'administration Bush. Finalement, il a obtenu ce qu'il voulait, et ce fut un désastre total. Maintenant, Wurmser a de nouveau l'oreille d'un président - cette fois, Donald Trump - et son objectif est fermement fixé sur l'Iran.
Juif ultra sioniste (tendance mafieuse et fascisante Netanyahou) ce néoconservateur influent à la Maison Blanche du temps du président George W. Bush,  est devenu une force importante derrière la poussée pour la guerre avec l'Irak en 2003 [5], Wurmser a récemment été conseiller informel de l'administration Trump, selon un nouveau rapport de Bloomberg News. À ce titre, Wurmser a contribué à plaider la cause de la récente frappe de drones qui a assassiné le général iranien Qassim Suleimani.
Wurmser a écrit plusieurs notes de service au conseiller à la sécurité nationale de l'époque, John Bolton, en mai et juin 2019. Dans les documents, selon Bloomberg, Wurmser a soutenu qu'une action agressive des États-Unis - comme le meurtre de Suleimani - pourrait, selon les mots de Wurmser,  " secouer le fragile équilibre interne des forces et le contrôle sur eux dont le régime [iranien] dépend pour sa stabilité et sa survie. »
La signification de ceci est double. Premièrement, alors qu'il était déjà clair que le lobby juif néoconservateur a puissamment influencé l'administration Trump, le rôle de Wurmser sur l'Iran est une autre preuve de l'emprise que le néoconservatisme juif continue d'exercer sur la droite américaine - malgré l'invasion catastrophique de l'Irak et le désaveu de Trump de la guerre.[6]
 Deuxièmement, cela démontre que les néoconservateurs tels que Wurmser chérissent toujours une théorie particulière sur la société iranienne.
Les perspectives de Wurmser ne semblent pas avoir changé du tout. Dans ses notes à Bolton, il a écrit que les États-Unis n'auront pas besoin de «bottes sur le terrain» parce que «les Iraniens seraient à la fois impressionnés et potentiellement encouragés par une attaque ciblée contre les symboles de la répression».
Cette théorie, si populaire parmi les néoconservateurs, a toujours été bizarre: les nations deviennent généralement plus à droite lorsqu'elles sont attaquées.
Nous devrions certainement envisager la possibilité que les néoconservateurs ne savent pas de quoi ils parlent. Et pourtant, nous y voilà, ces mêmes néoconservateurs –surtout les juifs- cherchent à nouveau à façonner notre politique étrangère de manière délirante et dangereuse.
La confiance en soi continue des néoconservateurs comme Wurmser est particulièrement étrange étant donné la façon dont toutes leurs croyances se sont avérées désastreusement erronées en Irak.
En tout cas, rien au cours des 17 dernières années ne semble avoir fait grande impression sur Wurmser; il continue de croire en sa propre compétence en matière de stratégie globale précisément calibrée. Cette dernière décennie et demie calamiteuse ne l’a pas non plus empêché d’avoir l’oreille des gens qui exploitent les drones tueurs américains.

Jon Schwarz – The Intercept Jan 16, 2020

NOTES de H. Genséric

[5] Les préparatifs de la guerre en Irak ont dévoilé l’alliance au sommet entre des personnalités des lobbies pétrolier et militaire (Bush, Cheney, Rumsfeld, Rice, John Bolton, Robert Bartley, William Bennett, Jeane Kirkpatrick, Lewis Libby, William Burns,etc.), et des néo-conservateurs juifs sionistes (Paul Wolfowitz, Richard Perle, Douglas Feith, Elliot Abrams, David Wurmser,etc.) Ces derniers avaient auparavant travaillé pour des boîtes à idées (thinkthanks) faisant la promotion du Grand-Israël. Ils présentent la juiverie mondiale uniquement sous un angle occidental, en encensant la civilisation judéo-chrétienne, et en occultant la civilisation judéo-musulmane qui a toujours existé au Moyen-Orient. De ces deux groupes, on ne sait plus qui manipule qui, ni qui fait quoi. Mais cette alliance monstrueuse a déjà produit deux guerres (Afghanistan et Irak), une répression de plus en plus meurtrière en Palestine, des menaces réelles contre la Syrie et l’Iran, un endoctrinement contre le monde arabo-musulman synonyme de terroriste…. Leur arrogance a atteint un tel degré que Richard Perle a confié à un journaliste : « Un message de deux mots pourrait être envoyé aux autres régimes hostiles du Moyen-Orient : Vous êtes le prochain. »
[6] On connait l’influence du lobby israélien sur la politique moyen-orientale des USA. Ce que l’on sait moins, c’est à quel point son influence a été renforcée par celle du lobby des chrétiens sionistes. Le spécialiste Henri Tincq précise : « Le sionisme chrétien est un mot qui a fait, dès 1992, la une du célèbre Christianity Today, magazine évangélique distribué à des millions d’exemplaires. Il représente un lobby pro-israélien très puissant. Les lobbies sionistes chrétiens sont cinq fois plus nombreux que la communauté juive. Dès 1977, quand le Likoud de Begin arrive au pouvoir, des liens se nouent entre les juifs ultra-orthodoxes et les évangéliques américains. ». En réalité, le sionisme chrétien est antérieur au sionisme juif défini par Théodore Herzl (1860-1904). Il a été formalisé par la théorie « dispensationnaliste » du fameux prédicateur John Darby (1800-1882). Il fait partie des mythes fondateurs de l’Amérique, lorsque fuyant l’Angleterre des Stuart, les «puritains», nourris des récits de la Genèse et des psaumes, persécutés par la monarchie, comme, selon les mêmes mythes, le peuple hébreu l’avait été par Pharaon ,  émigrent en Amérique comme en « Terre promise ». Ils se considèrent comme  le nouveau peuple élu. Ils avaient le droit divin de génocider les Amérindiens, comme les sionistes ont le droit divin de génocider les Arabes : « un bon Arabe est un Arabe mort », qu’il soit musulman ou chrétien.
Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.