lundi 11 mars 2019

Le discours de haine talmudique à la base du génocide des non-juifs


Il est interdit d'explorer ce sujet. Ceux qui le font risquent la censure et le déclassement de la part des tyrans de la technologie [1] qui s’opposent à toute forme de racisme à l’exception du racisme institutionnalisé le plus virulent de la planète: celui des juifs vis à vis des Gentils. Ce racisme talmudo-rabbinique est si virulent que l'écriture ou le discours sur un criminel juif expose l'auteur à une perte de carrière, à la prison et même à la perte de la vie.

Si une discussion sur le Talmud de Babylone (le livre de haine du judaïsme orthodoxe) devait se dérouler comme un débat normal à la télévision ou ailleurs, on verrait immédiatement un cimetière juif vandalisé ou une synagogue taguée de croix gammée, (comme cela s’est passé en France au lendemain de "l’insulte" de « sale sioniste » adressée à Filkencrotte). En conséquence, le débat se terminerait et des centaines de milliers de personnes sortiraient dans des défilés orchestrés, dénonçant «la montée de l’antisémitisme et de la haine».
Une affiche célèbre de la guerre civile russe
qui montrait comment était perçu Trotsky
le plus sanguinaire des bolcheviques juifs
Vingt millions de goys russes furent exterminés par les bolcheviques juifs
Personne ne parle de cet holocauste

Par cette ruse grotesque mais efficace, démasquer la haine devient un acte de haine et les révélations sont stoppées net.
Comme Adolf Hitler, qui a subi l'influence de l'occultisme kabbalistique à partir de 1919 (voir A Supernatural History of the Third Reich” in Revisionist History newsletter no. 100, January 2019 «Une histoire surnaturelle du Troisième Reich» dans la lettre d'information sur l'histoire révisionniste n°100, janvier 2019), les groupes néo-nazis et d’extrême droite sont les idiots utiles dans les opérations "sous faux drapeau" sionistes et talmudistes, telles que le vandalisme des cimetières juifs et des synagogues, et des attaques semblables.
Nous avons le Congrès, la Maison Blanche et les médias institutionnels obsédés par la haine dirigée contre le peuple judaïque. Aucune personne sensée de la croyance chrétienne ne préconise de haïr un pécheur. Nous ne haïssons que le péché, pas le pécheur - car nous sommes tous coupables d'être pécheurs sous une forme ou une autre. Jésus est mort pour chaque pécheur, juif ou non, qui croit en lui. Quand vous voyez le vandalisme contre les lieux sacrés judaïques, comprenez que dans beaucoup, sinon dans la plupart des cas, il s'agit d'une opération sous fausse bannière destinée à profiter au Talmudisme et au gouvernement israélien, tout en réduisant au silence et en discréditant un reportage réfléchi sur la théologie de la haine professée par le talmud rabbinique.
Le judaïsme orthodoxe inclut le dogme selon lequel les non-juifs sont des êtres mineurs, plus hominiens qu’humains. On prétend souvent que seuls les «extrémistes» judaïques ont de telles croyances racistes. En fait, le judaïsme orthodoxe (talmudique) est intrinsèquement raciste et génocidaire envers les Gentils (ou Goyim). Cela a joué un rôle important dans les assassinats massifs de Palestiniens et de Libanais par Israël. Le discours de haine talmudique  en est le facteur clé.
Si l'Occident comprenait la nature de ce discours de haine, une grande partie de l'oppression subie par les peuples arabes pourrait être réduite. Au lieu de cela, le concept même de "discours de haine" a été approprié par les médias occidentaux et est devenu synonyme de toute recherche documentant la vérité sur le discours de haine rabbinique.
Parfois, une démonstration particulièrement franche de la véritable nature du credo talmudique fait surface au-dessus de la mer de propagande. Cela s'est produit en 2009 avec la publication d'un livre représentatif du Judaïsme Orthodoxe, écrit par deux rabbins israéliens.
Discours de haine documenté. Plaidoyer et justification du génocide des non-juifs
Torat Hamelech: Dinei Nefashot Bein Yisrael Le'Amim ("La Torah du roi: lois de vie et de mort entre juifs et nations") - ce livre de haine de deux rabbins israéliens, Yitzhak Shapira et Yosef Elitzur, a reçu l'aval de Dov Lior rabbin en chef de Kiryat Arba à Hebron, le rabbin Yaacov Yosef, et du rabbin Ya’acov Yosef , ainsi que du rabbin Yitzhak Ginzberg (Chabad-Loubavitch) et de bien d'autres.
Ce traité halakhique de 230 pages publié en 2009 cite des sources du Talmud de Babylone pour affirmer que la vie des non-juifs vaut beaucoup moins que celle des juifs.
En outre, les auteurs rabbiniques plaident en faveur du meurtre d’enfants d’origine non judaïque s’il est présumé que ces enfants deviendront des ennemis des Juifs.
Quiconque, hommes, femmes et enfants, appartenant à la nation de "l'ennemi" est également considéré comme un ennemi. Torat Hamelech est un manifeste en faveur du génocide. Les rabbins Shapira et Elitzur déclarent que, selon  halakha (la loi judaïque), les Juifs peuvent, de leur propre initiative, prendre la décision de tuer des gentils).
Le chapitre cinq de Torat Hamelech, "Le meurtre des Gentils à la guerre", déclare: "Il y a une raison de tuer des bébés ennemis même s'ils n'ont pas transgressé les sept Lois Noahide, en raison du danger futur qu'ils pourraient présenter, car il est présumé qu'ils deviendront diaboliques comme leurs parents. "
Yitzhak Shapira,
co-auteur de
Torat Hamelech
Dans une interview accordée en 2011 à Radio Kol Hai, une station de radio judaïque orthodoxe, le rabbin Shapira a déclaré: "Lorsque vous lisez la loi juive dans de nombreux endroits, vous pourriez comprendre que vous pouvez tuer librement sans problèmes les Gentils."
Shapira est le directeur de la Yeshiva Od Yosef Chai dans l'État israélien. Il a appris le Talmud et la Kabbale du rabbin Yitzhak Ginsberg. Le rabbin Ginsberg a déclaré au journal juif de la semaine juive de New York (26 avril 1996, p. 12-13): «Si un Juif a besoin d'un foie, pouvez-vous prendre le foie d'un non-juif innocent qui passe pour le sauver? La Torah le permettrait probablement. La vie juive a une valeur infinie », a-t-il expliqué. "Il y a quelque chose d'infiniment plus saint et unique dans la vie juive que dans la vie non-juive."
L’organisation Chabad-Lubavitch, dont Ginzburg est membre éminent, exerce une influence politique forte et influente parmi les politiciens américains, les membres du Congrès et les présidents actuels et passés de Jimmy Carter à Donald Trump. Des portraits flatteurs de Chabad-Loubavitch en tant qu’émissaires de leur foi pleine d’amour apparaissent souvent dans les médias américains et ils bénéficient d’un généreux soutien financier de la part des «évangéliques» américains.
Si le «discours de haine» est réellement une préoccupation, pourquoi le discours de haine talmudique est-il totalement exclu de notre débat national? Pourquoi Amazon.com interdit-il les documents les plus pertinents sur ce discours de haine?
 Pourquoi le meurtre de Palestiniens ou de Syriens, qui est souvent motivé par le discours de haine talmudique, ne provoque-t-il que des bâillements désintéressés dans les médias américains? Un assassinat aussi systématique de personnes juives ne susciterait pas cette apathie. Nous voyons encore ici une fonction de la praxis talmudique.
Lors du Super Bowl 2019, le Washington Post, propriété du fondateur d'Amazon, Jeff Bezos, a diffusé une publicité mettant en vedette des journalistes qui ont été agressés et assassinés. La fusillade par Israël contre 39 journalistes en 2018 et la mort de deux de ces journalistes qui ont été abattus par l'armée israélienne ont été exclus de la publicité auto-promotionnelle du Washington Post.
Quelqu'un imagine-t-il que, si ces chiffres relatifs aux victimes concernaient des Juifs, ils ne seraient qu'une simple info vite timidement passée sur l'écran des médias, comme ils le sont maintenant? En fait, on assisterait à un déchaînement des médias et ils seraient sans cesse signalés comme «le début d'un autre holocauste!»[2] Et «une vague d'atrocités antisémites!». Nous en entendrions parler, le visualiserions et l'étudierions chaque semaine pendant des années.
 

Pourtant, quand ce sont les Gentils palestiniens qui sont victimes, la documentation sur les crimes de guerre perpétrés par les Israéliens à la frontière de Gaza en 2018 est rapportée comme le New York Times les a rapportés - dans les dernières pages de son numéro du 28 février - et ensuite le NYT les a, sans ménagement, abandonné, sans suivi; aucune enquête soutenue sur la manière dont «la seule démocratie au Moyen-Orient» pourrait perpétrer un tel bain de sang.
Images de Gaza
Il ne peut pas y avoir d’enquête approfondie sur la théologie qui motive ce meurtre de masse israélien méprisant, car cela conduirait inévitablement à un discours de haine inscrit dans le judaïsme orthodoxe; le discours de haine étant protégé à tout prix, y compris par le coût de vies palestiniennes et arabes non-juifs.
Par Michael Hoffman

Source : Talmudic Hate Speech as the basis of the Genocide of Non-Jews


[1] Fakebook, Amazon, Tweeter, etc. sont aux mains des juifs  sionistes :
VOIR AUSSI : 


 Hannibal GENSERIC



1 commentaire:

  1. Il en est ainsi depuis la nuit des temps, car la main de l'homme ne sait écrire la vérité. L'étude profonde de nos écritures nous apprend que l'instinct de domination et l'appropriation des biens d’autrui fut et sera pour le reste des temps l'occupation la plus vil de l'humanité.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.