lundi 20 janvier 2020

Moscou. Les chefs syriens et turcs du Renseignement décongèlent les relations syro-turques


Damas   réchauffe les relations avec Ankara, tout en jetant un regard sur Idlib et en faisant cause commune contre l'autonomie kurde
Les pourparlers négociés par la Russie entre les factions belligérantes en Libye, qui ont culminé avec le retrait orageux de Khalifa Haftar, ont peut-être fait la une des journaux de Moscou cette semaine, mais ce fut une réunion discrète entre les chefs des services de renseignements syriens et turcs qui s'est répercutée le plus sur le Moyen-Orient.

Syrian, Turkish intel chiefs thaw ties in Moscow
Le chef turc de l'Agence nationale turque de renseignement (MIT) Hakan Fidan (à Droite) assiste à une réunion sur la Libye à la maison d'hôtes du ministère russe des Affaires étrangères à Moscou le 13 janvier 2020, le même jour où il a rencontré le chef du renseignement syrien Ali Mamlouk. Photo: Agence Cem Ozdel / Anadolu
Le chef du renseignement syrien, Ali Mamlouk, a rencontré lundi son homologue turc, Hakan Fidan, dans la capitale russe, leur première réunion annoncée depuis près d'une décennie, prenant tous les observateurs au dépourvu. Aucune fuite ne l'a précédée, mais un synopsis rédigé de manière laconique de l'agence de presse de l'État syrien et des détails des médias progouvernementaux turcs indiquent comment les deux États pourraient orienter leurs relations dans les mois à venir.
Cette rencontre, a rapporté le quotidien turc Daily Sabah, est survenue en marge d'une réunion soutenue par Moscou entre les factions belligérantes en Libye. Alors que le sommet de la Libye n'a pas réussi à produire le traité de paix souhaité, les pourparlers syro-turcs ont marqué une nouvelle étape d'engagement pour les rivaux du temps de guerre.
"Malgré le soutien des parties adverses dans le conflit syrien, Ankara et Moscou se sont rapprochées, leurs liens renforcés par des projets énergétiques conjoints et l'achat par la Turquie de défenses aériennes russes", a rapporté Daily Sabah, ajoutant que la relation avait également été renforcée par deux ans de coopération mutuelle avec l'Iran.
"Les deux parties ont déclaré qu'il y avait eu des contacts avec les services de renseignements [en temps de guerre], mais il s'agit de la première reconnaissance explicite d'une réunion de haut niveau", indique le journal.
La question clé sur la table pour la partie turque semblait être de négocier une réponse militaire mutuelle aux ambitions d'autonomie kurdes le long de la frontière, avec Daily Sabah soulignant que Hakan et Mamlouk avaient discuté de «la possibilité de coopérer contre la ramification syrienne du PKK, le groupe terroriste YPG dans le nord-est de la Syrie. "
Le PKK, ou Parti des travailleurs du Kurdistan, est inscrit sur la liste noire en tant que groupe terroriste en Turquie, mais sa milice sœur syrienne, les YPG, a reçu un soutien américain et russe pendant la guerre contre l'Etat islamique.
Mamlouk, pour sa part, a fait pression sur Fidan pour l'évacuation des militants alliés de la Turquie et des armes lourdes de la province nord-ouest d'Idlib, et pour la réouverture des autoroutes stratégiques M4 et M5, qui relient la côte et le centre de la Syrie à la frontière nord avec la Turquie. .
«Mamlouk a souligné que l’État syrien est déterminé à poursuivre sa guerre contre le terrorisme, à libérer toute la région d’Idlib et le retour de l’autorité de l’État», a indiqué SANA.
Des terroristes   soutenus par la Turquie, dominés par un ancien affilié d'Al-Qaïda, dominent actuellement la vaste province d'Idlib, menaçant les bastions côtiers du gouvernement et coupant les principales routes commerciales.
Message aux Kurdes
Les points de discussion publiés par le chef de la sécurité syrienne ont notamment omis toute mention spécifique des terres frontalières occupées par la Turquie après des offensives successives contre les YPG.
La Turquie et ses mandataires contrôlent actuellement plusieurs villes syriennes dans la province septentrionale d'Alep, y compris Afrin, où une majorité kurde a été remplacée par des ex militants arabes et leurs familles.
La Turquie et ses mandataires ont également jalonné une zone tampon à la frontière à l'est de l'Euphrate, saisie des Unités de protection du peuple kurde (YPG) et des Forces démocratiques syriennes (SDF) l'année dernière.
Lors de l'invasion turque d'octobre, les Kurdes syriens avaient demandé l'aide de Damas via Moscou, promettant apparemment à leur allié mutuel de dissoudre les YPG et les SDF vers la fin de 2019.
Les deux milices devaient être incorporées dans les forces armées syriennes en échange d'une protection contre les attaques turques. Les Kurdes ont également promis de rendre les grandes villes comme Raqqa et Manbij.
Plus tard, cependant, les forces kurdes ont vu des promesses dans la décision de Donald Trump de garder des troupes en Syrie, prétendument pour protéger les champs de pétrole d'un retour de l'Etat islamique, mais en réalité pour voler ce pétrole.
De l'avis de Damas, les Kurdes essaient maintenant de sortir de leur accord, espérant conserver certains éléments d'autonomie - ce que ni la Syrie, ni la Turquie, ni la Russie, n'accepteront.
La réunion de sécurité à Moscou visait donc à envoyer aux Kurdes un message fort que ces joueurs s'uniront contre eux, militairement si nécessaire, pour mettre fin à leur projet d'autonomie, indépendamment de la présence ou non de troupes américaines dans la région.
Mettre fin au PKK
En servant de courtier puissant régional, la Russie n'essaie pas de chasser les États-Unis du Moyen-Orient, explique Sean Yom, chercheur sur le Moyen-Orient et professeur à l'Université Temple.
"Moscou n'a tout simplement pas la richesse économique et les moyens militaires nécessaires pour créer l'infrastructure régionale que les États-Unis ont construite au cours du dernier demi-siècle", a déclaré Yom à Asia Times.
Au lieu de cela, la Russie travaille «pour gagner du prestige dans des théâtres spécifiques».
Au Moyen-Orient, Poutine espère relancer un accord de 1998 entre Damas et Ankara, connu sous le nom d’accord d’Adana.
Cet accord était censé mettre fin au PKK en Syrie, mais s'est effondré avec le début du conflit syrien en 2011, lorsque Ankara a soutenu le renversement du gouvernement du président Bachar al-Assad et les relations bilatérales ont été suspendues. Damas et Ankara ont depuis exprimé leur volonté de respecter Adana.
La Russie envisage un accord d'Adana révisé, qui ajouterait une couche supplémentaire de garanties de sécurité à la frontière syro-turque, composée de policiers militaires russes. Cela donnerait à la Turquie des assurances supplémentaires que ses frontières sont exemptes à la fois d’ISIS et des Kurdes.
L'amendement proposé reflète ce que Poutine a négocié avec les Israéliens en 2018, après que l'opposition armée syrienne a été expulsée du sud de la Syrie. À l'époque, Israël s'était plaint qu'un retour de l'armée syrienne signifiait un retour en force du Hezbollah à la frontière israélo-syrienne. Pour leur assurer qu'aucun combattant du Hezbollah n'entrerait dans la région, Poutine a déployé la police militaire russe dans tout le sud de la Syrie, qui, aux côtés des forces de l'ONU, a fourni à Israël toutes les garanties de sécurité dont il avait besoin.
De l'avis de Poutine, la même chose peut être faite avec la Turquie.
S'il était revu, l'accord signifierait une normalisation des relations entre Ankara et Damas, ce que Moscou envisage depuis des années.
Des comités de sécurité conjoints seraient mis en place, ainsi qu'une ligne d'assistance téléphonique, pour surveiller la frontière syro-turque pour toute présence militante kurde. Les Turcs pourraient entrer sur le territoire syrien à la poursuite des séparatistes kurdes, mais seulement après en avoir informé leurs homologues syriens. Le gouvernement syrien serait responsable de son côté de la frontière, s'assurant qu'aucun militant kurde n'était présent près du territoire turc.
Les troupes syriennes soutenues par la Russie ont repris ces derniers jours leurs opérations à Idlib, après avoir repris la ville stratégique de Khan Sheikhoun fin 2019. Elles espèrent désormais marcher sur les villes stratégiques de Jisr al-Shughour et Maaret al-Nouman, dans le but de reprendre toute la province.
Si Erdogan était disposé à retirer ses mandataires d'Idlib et à permettre la saisie, son prix de Moscou serait de garder les territoires frontaliers confisqués aux militants kurdes.
Source : Asia Times
Traduction : Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. D ici 3 voir 5 ans le problème syrien sera résolu,,,,

    Quand les türk rentre en scène la politique mondiale change,,,

    Que vous le voulez ou non.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.