vendredi 10 janvier 2020

Moloch - l'ancien dieu d'Israël


MOLOCH était un dieu puissant et gourmand. Il a accordé sa générosité à l'humanité, mais il a souhaité avoir un avant-goût de tout ce qu'il donne. Moloch n'a donné que pour être récompensé en retour. Il n'y avait pas d'hypocrisie altruiste dans son petit cercle divin. Il ne sauvait pas le monde; il ne servait pas l'humanité. Il ne se souciait ni de la louange ni de la gloire que les autres pouvaient lui donner.

Moloch était un dieu masculin féroce, satisfait de lui-même. Il a défié le sexe faible même en amour. Il n'avait pas de femmes lui-même et il ne souhaitait pas que ses fidèles viennent à son temple pour suivre leurs femmes. Il ne voulait rien de leur faiblesse, de leur douceur, de leur délicatesse ou de leur romantisme. Il était le dieu du muscle et du ventre. Si les cannibales cherchaient un dieu, aucun ne pourrait leur plaire autant que Moloch, et Moloch ne pourrait se souhaiter une meilleure classe d'adorateurs.
Son temple était en plein air, loin de la ville ou du village avec leurs modes de vie raffinés. C'était une immense structure basse avec une énorme figure de Moloch à son extrémité. Comme l'usine industrielle moderne avec sa cheminée imposante s'élevant jusqu'aux nuages. le dieu lui-même est apparu devant ses adorateurs - un géant colossal d'un homme avec une tête de taureau et un pouvoir viril énorme. Ses bras qu'il tenait tendus comme s'il réclamait à tout jamais des sacrifices. Il y avait sept bouches énormes dans son ventre, tous les réceptacles appropriés pour les offrandes qui pourraient lui être apportées.
La figure de Moloch a été coulée en bronze et fusionnée avec un grand four qui lui servait de piédestal. Tout ce qui a été donné au dieu a immédiatement atterri dans le four de feu. Moloch le glouton ne prendrait aucun risque avec ses prêtres qui pourraient se réserver un sacrifice ou partager avec lui la graisse du pays.
Alors que le soleil se couchait, les fidèles quittèrent leurs maisons et leurs femmes et, chargés de sacrifices, ils se rendirent dans la chaleureuse demeure de leur dieu. Alors qu'ils étaient en route, un énorme feu se préparait dans la fosse du four, et alors qu'ils entraient dans le temple, des flammes se reflétaient à travers la figure de bronze de la divinité. Le Moloch froid, cruel et métallique était devenu incandescent, enflammé par le feu de la vie. Moloch était le feu qui brûle la brousse et tout le reste; il était le feu qui dévore.
Alors que les langues de flammes traversaient la silhouette monstrueuse, les fidèles crièrent de joie. Ils en ont dansé, émettant de terribles cris et, frénétiquement, ont jeté tout ce qu'ils avaient dans la bouche du dieu ardent. Il peut y avoir eu des produits du terroir, des fruits de la ferme, un veau ou un mouton, même un chat ou un chien. On peut avoir jeté sa propre cape dans la bouche béante quand on n'avait rien d'autre à donner.
Lorsque le signal a été donné, les prêtres eunuques de Moloch sont entrés dans le temple et autour de la silhouette rayonnante. Ils sont venus pour servir ce dieu cruel et implacable, alors que les prêtresses rendaient hommage à une déesse plus aimante et généreuse.
Si le beau sexe était exclu, la passion sexuelle persistait et semblait d'autant plus licenciée en raison de l'absence de femmes; et de beaux jeunes hommes imberbes, le corps mou et parfumé par l'usage des huiles et des parfums, se vendaient aux adorateurs de leur dieu, déposant sur l'autel de l'idole l'argent ainsi gagné. Dans le temple également, il y avait des chiens dressés dans le même but et les pièces de monnaie provenant de la location ou de la vente de ces animaux, appelées «prix d'un chien», allaient aux prêtres de Moloch.
Les prêtres eunuques constituaient une caste ou une secte avec leurs propres rites d'initiation. Ceux-ci ont eu lieu la nuit dans les profondeurs de la forêt. Là, dans la chaleur de la frénésie et agités par la musique sauvage, ils ont entaillé leur propre corps et ont couru avec le sang coulant de leurs blessures, tombant les uns sur les autres en même temps.
Les femmes étaient exclues de ce monde masculin de Moloch et de sa tribu. Mais les femmes des Molochites réclamaient un dieu et Moloch. Les maris n'en auraient rien, mais le grand prêtre de Moloch le savait mieux. Il a vu des revenus supplémentaires pour le temple avec une secte de femmes faisant pour elles-mêmes ce que les hommes faisaient seuls.
Ainsi, les femmes sont également venues servir Moloch. Elles avaient leurs prêtresses, qui se prostituaient avec les femmes adoratrices comme les prêtres eunuques le faisaient avec les hommes. Les prêtresses habitaient dans des tentes de couleur gaies autour du temple de Moloch, brûlant de l'encens, jouant de la musique apaisante et préparant des charmes et des potions d'amour.
Les hommes et les femmes ont dansé autour du Moloch flamboyant, deux races humaines sans contact émotionnel direct, mais non sans influence l'une sur l'autre. Car le désir frénétique des femmes pour leurs prêtresses éveillait réflexivement les passions des hommes pour les objets de leur amour.
Quand les femmes sont venues offrir leurs sacrifices, elles ont jeté dans le ventre dévorant de Moloch tout ce qu'il y avait sur elles ou dans leurs bras. Plus le sacrifice est grand, plus le dévot tire d'exaltation. Dans la chaleur de sa passion toujours croissante, elle a apporté le plus grand sacrifice qu'une mère pouvait offrir. C'est alors que Moloch goûta pour la première fois la chair et le sang des enfants jetés en lui par des mères devenues folles de désir.
Moloch était le dieu contraire. il était contraire à tous les raffinements que la société humaine avait développés dans sa marche de civilisation. Il était contraire à la nature humaine en amour et en sexe. En Moloch, l'homme s'est révolté contre ce qu’il y avait de meilleur en lui-même. En Moloch, il a tourné son visage contre sa propre humanité. Il descendit rapidement l'échelle qu'il avait eu tant de mal à gravir.
Par B.Z. Goldberg
Du feu sacré [1930]
Commentaire :
Je pense que Yahweh est en fait Moloch déguisé.
Le nom exact de cette divinité, à laquelle les Israélites ont occasionnellement rendu un culte barbare, est Mélek (signifiant : le roi, ce mot étant toujours précédé de l’article). Mélek, dans le texte hébreu, est écrit Molek, dont la traduction grecque des LXX a fait Moloch.
Il est question de Mélek à plusieurs reprises dans l’Ancien Testament et de façon certaine (Lévitique 18.21 ; Lévitique 20.2-5 ; 2 Rois 23.10 ; Jérémie 32.35) . Dans le Nouveau Testament le nom de Moloch est rappelé Actes 7.43.
L’adoration de Mélek se manifestait en particulier par des sacrifices d’enfants qui lui étaient offerts dans la vallée de Ben-Hinnom, au lieu appelé Topheth, à proximité immédiate de Jérusalem. Selon l’expression consacrée, ces enfants étaient « passés par le feu », c’est-à-dire probablement immolés puis brûlés (cf. Ézéchiel 16.21). Il est difficile de dire à quel moment ce culte, bien connu chez les Phéniciens, s’implanta en Israël ; Achaz en tout cas fit passer son fils par le feu (2 Rois 16.3, cf. 2 Rois 17.17-31), et cette coutume prit un essor particulier sous Manassé, au VIIe siècle (2 Rois 21.6) ; Josias la supprima (2 Rois 23.10), mais elle réapparut plus tard. Les prophètes protestèrent avec énergie contre cette abomination (Jérémie 7.30 ; Jérémie 19.5 ; Jérémie 32.35 ; Ézéchiel 16.20 ; Ézéchiel 23.39 ; Ésaïe 57.5) et la législation l’interdit (Deutéronome 12.31 ; Deutéronome 18.10 ; Lévitique 18.20.2-5).

VOIR AUSSI :*

 
Hannibal GENSÉRIC

2 commentaires:

  1. Malik = Roi
    Mélek = Ange
    Satan était un "Mélek" avant qu'Allah ne le fait déchoir de son statut et du paradis ,après son refus de se prosterner devant Adam ,d'où l'expression d' "Ange-Déchu"

    RépondreSupprimer
  2. C EST COMME LE MINAUTORE GREC =C EST MOLOCHEMENT MOCHE ..AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.