samedi 4 juillet 2020

Les riches juifs dominaient la traite des esclaves américaine - Pourquoi personne ne proteste contre ce fait ?


La colère actuelle dirigée contre tout et n’importe quoi a quelque chose à voir avec l'esclavage ou même la discrimination raciale. Cette colère entraîne  la destruction de mémoriaux et de monuments historiques ainsi que le changement de noms qui existent depuis plus d'un siècle. Une grande partie de cela s'est concentrée sur des hommes blancs nominalement chrétiens, pour la plupart d'origine anglo-saxonne, ce qui est compréhensible car les États-Unis étaient un enfant de la Grande-Bretagne et une majorité des dirigeants du pays pendant près de deux siècles provenaient de familles descendant des îles britanniques. Cependant, il est bien établi, bien qu'il n'ait jamais été enseigné dans les écoles, que les Juifs de Grande-Bretagne et de Hollande étaient impliqués dans la traite négrière africaine qui a prévalu après la découverte européenne des Amériques.

L'esclavage dans la version américaine est, bien sûr, vu en termes de noir et blanc, mais l'esclavage dans un contexte historique plus large est beaucoup plus compliqué que cela. Il y a eu des esclaves depuis l'Antiquité jusqu'au XVIIIe siècle dans de nombreux pays et la plupart sont blancs. Parfois, on les appelait quelque chose de différent [1]. Les serviteurs sous contrat étaient de facto des esclaves, tout comme les serfs de Russie, qui étaient liés à la terre et qui ne furent libérés qu'en 1861.
Le mot même esclave vient de Slave, car beaucoup d'esclaves au Moyen Âge étaient originaires des régions slaves des Balkans bordant l'Adriatique, où la plupart des pillards de mer attaquaient les villages côtiers et emportaient les habitants [2]. L'Italie est également touchée et les nombreux petits châteaux et forts improvisés le long des côtes italiennes et croates sont destinés à fournir un refuge aux villageois contre les corsaires esclavagistes.
Aux États-Unis, des progressistes de tous les types et de toutes les couleurs affluent actuellement vers la bannière révolutionnaire hissée par Black Lives Matter (BLM) et d'autres groupes associés. Sans surprise, étant donné les tendances libérales des Juifs américains ainsi que leurs liens historiques, les groupes juifs ont été activement engagés dans le mouvement en cours pour la justice raciale. Historiquement, les Juifs américains ont joué un rôle majeur dans la fondation et le soutien financier de certaines des plus importantes organisations de défense des droits civiques, dont la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), the Southern Christian Leadership Conference (SCLC) et the Student Nonviolent Coordinating Committee (SNCC). En 1909, Henry Moscowitz était co-fondateur du NAACP. Les photos des conseils d'administration des diverses organisations jusque dans les années 1970 révèlent souvent une majorité de Juifs blancs assis avec des Noirs minoritaires. Kivie Kaplan a, par exemple, été présidente nationale de la NAACP entre 1966 et 1975.
Mais cette caractérisation des Juifs en tant que bienfaiteurs du mouvement des droits civiques a également produit quelques curieuses omissions dans le récit historique standardisé et imposé de qui a fait quoi à qui dans le commerce de l'esclavage. Il est bien établi, bien qu'il n'ait jamais été enseigné dans les écoles, que les Juifs de Grande-Bretagne et de Hollande étaient impliqués dans la traite négrière africaine qui a prévalu après la découverte européenne des Amériques. 
Aux États-Unis, les concentrations de Juifs dans le sud des États-Unis se trouvaient dans des centres de traite des esclaves, notamment à Charleston en Caroline du Sud, à Savannah en Géorgie, à Richmond en Virginie et à la Nouvelle-Orléans en Louisiane. Beaucoup de Juifs eux-mêmes possédaient des esclaves.[3]
Le débat sur la participation juive à la fois du côté des affaires de la traite des esclaves et de la possession effective d'esclaves se résume à la «proportionnalité». Comme le dossier historique montre clairement que les Juifs du sud se livraient à la fois à l'importation et à la vente d'esclaves ainsi qu'à l'exploitation de la main-d'œuvre esclave, la question devient de savoir s'ils étaient au cœur du processus ou s'il s'agissait simplement d'un des nombreux groupes identifiables qui étaient impliqués de manière périphérique dans ce était un segment majeur de l'économie du Sud. 
La question est devenue extrêmement brûlante dans les années 1990 lorsque la plupart des universitaires noirs ont fait valoir que le rôle juif était essentiel tandis que la plupart des professeurs juifs ont répondu qu'il était insignifiant. 
En mars 1995, l'American Historical Association (AHA) s'est impliquée en publiant sa toute première «résolution politique», rejetant fortement l'argument des juifs de ce qui ne devrait surprendre personne. L'AHA a fait valoir qu'il était faux d'utiliser l'analyse historique pour diffamer un groupe avant de citer une note de deux professeurs juifs qui affirmaient que le rôle de leurs coreligionnaires avait été marginal.
Pour ceux qui sont intéressés à en savoir plus sur la discussion, l'article suivant pourrait être utile, bien qu'il soit sur un site juif, ne cite que des sources juives pour démystifier l'idée que les Juifs auraient pu être fortement engagés dans la traite des esclaves, et aussi apporte les sources les plus douteuses qui disent le contraire. Il admet néanmoins que les Juifs étaient impliqués dans la traite des esclaves et possédaient également des esclaves, bien qu'il cherche à minimiser la mesure dans laquelle cela était vrai. 
Beaucoup plus intéressant est le petit livre d'un éminent professeur d'histoire de Wellesley, Tony Martin, “The Jewish Onslaught: Despatches from the Wellesley Battlefront.” («L'assaut juif: dépêches du front de bataille de Wellesley»). Martin décrit en détail comment il a été soumis à une "campagne hystérique" de la part des organisations juives et de ses collègues universitaires pour le discréditer et le licencier après avoir attribué à sa classe sur l'histoire afro-américaine une courte lecture sur le rôle des Juifs dans l'esclavage antebellum.
Quoi qu'il en soit, tout le monde devrait être conscient que se plonger dans le passé peut être une entreprise compliquée sans réponses faciles et peu de lignes tracées entre le bien et le mal. Mais dans ce cas, les troubles actuels en amènent un à un type nommé Judah Benjamin.. 
Judah est né aux Antilles dans une famille juive britannique avant de se retrouver à Charleston et finalement à la Nouvelle-Orléans, où il est devenu avocat et a fait fortune. Il a été élu au Sénat américain de la Louisiane. Entre autres investissements, il possédait une plantation de canne à sucre qui comprenait 140 esclaves.
En mars 1861, Benjamin est nommé procureur général de la Confédération par le président Jefferson Davis, que Benjamin connaît du Sénat. Davis disait parfois que Benjamin était «le cerveau de la Confédération». Cette même année, Benjamin a également été nommé secrétaire confédéré de la Guerre, un poste dont il a ensuite démissionné pour devenir secrétaire d'État, poste qu'il a occupé pendant le reste du conflit. C'était la deuxième position la plus puissante de la bureaucratie confédérée de Richmond.
Lorsque la Confédération est tombée, Benjamin s'est enfui à Londres et finalement à Paris, où il a reconstruit sa fortune en pratiquant à nouveau le droit. Benjamin est décédé à Paris en 1884 à l'âge de 72 ans. Il a été enterré au cimetière du Père Lachaise à Paris avec une simple pierre tombale portant l'inscription «Philippe Benjamin». En 1936, les Filles Unies de la Confédération ont payé pour qu'un monument soit placé sur sa tombe.
Ainsi, la question devient, avec BLM et d'autres naufrageurs essayant de détruire les monuments historiques de l'Amérique, d'inclure ceux qui commémorent les pères fondateurs, le commandant de l'Union Ulysses S.Grant, Abraham Lincoln, Christopher Columbus, le saint catholique Junipero Serra et même l'abolitionniste Hans Christian Heg, pourquoi est-ce que Judah Benjamin a en quelque sorte été manqué? Il était propriétaire d'esclaves et travaillait comme avocat à la Nouvelle-Orléans où il y avait un marché des esclaves prospère ainsi qu'une économie fondée sur les exportations de coton, qui étaient basées sur le travail des esclaves. Il est finalement devenu le numéro deux de la Confédération du Sud, qui est régulièrement dénoncée comme combattant pour maintenir l'esclavage.
Eh bien, bien sûr, la réponse est assez simple. Aucun politicien ou journaliste qui souhaite conserver un emploi n'oserait lier publiquement les Juifs et l'esclavage. BLM est également financé de manière extravagante par diverses fondations culpabilisées et d'autres personnes qui sont sans aucun doute sensibles au fait qu'il y a certaines questions qui ne peuvent pas être soulevées, et les gens avec leurs mains tendues et qui savent parfaitement ce qu'ils peuvent et ne peuvent pas faire ou dire pour garder l'argent juif qui coule.
Pour ce que ça vaut, il y a quelques monuments dédiés à Judah Benjamin assis juste là, en attendant d'être jetés à terre. En 1948, Charlotte, les deux congrégations juives de Caroline du Nord, Temple Israel et Temple Bethel, ont érigé un marqueur sur South Tyron Street à l'emplacement de la maison démolie du marchand Abraham Weil où Judah Benjamin et Jefferson Davis ont trouvé refuge en avril 1865 alors qu'ils fuyaient l’armée du nord. À leur crédit, les congrégations cherchent maintenant à faire retirer le mémorial.
Il convient également de noter la colonne de marbre rose de 5 pieds de haut surmontée d'un cadran solaire situé à Sarasota, en Floride, au point où Benjamin s'est échappé des États-Unis. Le monument est inscrit «Près de cet endroit le 23 juin 1865, Judah P. Benjamin, secrétaire d'État de la Confédération unie, a mis le cap vers une rive étrangère
Un autre marqueur en pierre est situé au 9 West Main Street à Richmond, en Virginie, identifiant l'emplacement de la résidence de Benjamin pendant la guerre civile. Un autre marqueur en pierre se trouve à Fayetteville, en Caroline du Nord. Il rappelle comment Benjamin «a assisté à la Fayetteville Academy sur ce site». Il y a encore un autre monument en pierre à Bradenton en Floride érigé par la section Judah P. Benjamin des Daughters of the Confederacy et en Caroline du Nord, il y a une plaque du Highway Historical Marker Program qui marque l'emplacement de la maison d'enfance de Benjamin qui n'existe plus.
Mais le site historique le plus impressionnant commémorant l'héritage de Benjamin est le Judah P. Benjamin Confederate Memorial à Gamble Plantation dans la ville d'Ellenton, en Floride, au sud de Saint-Pétersbourg. Le site historique est maintenu un parc d'État géré par le Florida Department of Natural Resources et également par le Judah P. Benjamin Chapter No. 1545 des United Daughters of the Confederacy. C’est la seule plantation d’avant-guerre qui ait survécu dans le centre et le sud de la Floride et comprend le manoir et les jardins ainsi qu’un centre pour les visiteurs. Une grande plaque commémorative en bronze commémore Benjamin. Néanmoins, la connexion avec Benjamin est certes ténue car il n'y a cherché refuge que brièvement en 1865 lors de sa fuite en Angleterre.
Philip M. Giraldi, Ph.D., est directeur exécutif du Council for the National Interest, une fondation éducative déductible d'impôt  qui cherche une politique étrangère américaine plus axée sur les intérêts au Moyen-Orient. Le site Web est is https://councilforthenationalinterest.org,
------------------------------------------------------------

NOTES de H. Genséric

[1] White Cargo. Les esclaves blancs

[2] L’esclavage est l’un des plus anciens commerces connu de l’homme. Nous pouvons trouver les premières mentions connues du commerce d’esclaves dans le Code d’Hammourabi à Babylone au XVIIIe siècle av. J.-C. Les peuples de pratiquement toutes les civilisations et cultures majeures ont eu des esclaves entre elles et ont mis en esclavage d’autres peuples.
Beaucoup de condamnations ont été portées sur la tragédie du commerce d’esclaves africains, qui a eu lieu entre le XVIe et le XIXe siècle. Toutefois, un autre commerce d’êtres humains, tout aussi méprisable, avait lieu à la même époque en Méditerranée. Il est estimé que 1,25 million d’Européens ont été réduits en esclavage par les prétendus corsaires barbaresques.
Au XIIIe et XIVe siècles, les mers étaient dominées par des pirates chrétiens venant principalement de Catalogne et de Sicile, posant une menace constante aux marchands musulmans de Barbarie (le Maghreb). Ce n’est qu’avec l’expansion de l’empire Ottoman au XVe siècle que les corsaires barbaresques (principalement Turcs) ont pris le dessus sur les corsaires européens et  à devenir une menace pour les navires chrétiens.

[3] Le livre «Les Juifs vendent des Noirs» suscite un mouvement de demandes de réparations

-   Les Juifs et la traite des Noirs

-   Le martyr et l'holocauste des Noirs par les Juifs trafiquants esclavagistes


VOIR AUSSI :

-   USA. Assaut juif contre les intellectuels noirs

-   La domination juive de la traite négrière africaine

-   Pour un rabbin israélien, les non-juifs doivent servir les juifs

-   Les communautés juives opulentes, ségrégationnistes, hypocrites et fermées d'Afrique du Sud

-   USA. L'opération " Cyber bouclier d’Israël " contre les Noirs américains

-   Ministre de l’intérieur israélien : « Israël est le pays de l’Homme Blanc »

-   New York. Les indics sionistes fichent leurs voisins Noirs pour le compte de la police

-   New York. Les indics sionistes fichent leurs voisins Noirs pour le compte de la police

-   La malhonnêteté, l'hypocrisie, la haine des autres et le subterfuge dans la religion juive par Ron UNZ

Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. DEUX DATA IMPORTANTES
    https://www.dedefensa.org/article/crepuscule-dune-influence-irresistible
    https://www.youtube.com/watch?v=m_5lPjUs3s8

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.