vendredi 17 juillet 2020

Trump a autorisé la CIA à mener une cyber-guerre contre l’Iran et d’autres pays


Récemment, il y a eu un certain nombre d’incidents en Iran où des incendies ou des explosions inexpliqués ont détruit certaines infrastructures :
Depuis juin, des incendies ou des explosions ont éclaté dans six usines et autres installations, dont deux de nature militaire: l'usine de production de missiles Parchin et le site nucléaire de Natanz.
Il y a eu l’explosion d’un réservoir de gaz près d’une installation d’assemblage de missiles à Khojir, des problèmes dans une station de transformation près de Téhéran et d’autres incidents. Le plus remarquable a été une explosion et un incendie dans l’installation d’assemblage de centrifugeuses du complexe nucléaire iranien de Natanz.

Alors que l’incident de Natanz sent certainement le sabotage actif, les autres incidents, comme une récente explosion de bouteilles de gaz dans un hôpital, ressemblent davantage à de bons vieux accidents.
Quelqu’un amplifie un certain nombre d’accidents, plutôt normaux, qui se produisent dans n’importe quel grand pays industrialisé dans le but de semer la peur et l’incertitude en Iran.
Aujourd’hui, un incendie s’est déclaré sur un chantier naval à Bushehr. Certains tweeteurs ont immédiatement émis l’hypothèse qu’il faisait partie de la chaîne des incidents et l’a lié au réacteur nucléaire iranien près de cette ville.
Une telle spéculation est absurde. Des incendies sur les chantiers navals éclatent tout le temps. Demandez simplement à l’US Navy où en est l’USS Bonhomme Richard qui brûle depuis trois jours après qu’un incendie s’est déclaré lors de l’entretien du chantier. Cet incendie a transformé un navire d’un milliard de dollars en 40.000 tonnes de matière première pour haut fourneau. L’incendie d’aujourd’hui dans le port iranien a légèrement endommagé sept bâtiments désarmés (vidéo), de petits navires de fret civils construits en bois et utilisés pour le trafic côtier dans le golfe Persique.
Israël a indirectement revendiqué la responsabilité de l’incident de Natanz :
[Un] responsable du renseignement du Moyen-Orient ayant connaissance de l'épisode a déclaré qu'Israël était responsable de l'attaque du complexe nucléaire de Natanz, à l'aide d'une bombe puissante. Un membre du Corps des gardiens de la révolution islamique qui a été informé de la question a également déclaré qu'un explosif avait été utilisé.
J’ai des doutes sur ces revendications israéliennes opportunistes. Il est plus probable que la CIA ait mis sa patte dans ces affaires.
Il y a un programme assez intense de la CIA contre l’Iran. Trump a non seulement nommé l’agressif Michael D’Andrea, le « prince des ténèbres », à la tête du centre de la mission de la CIA en Iran, mais il a donné à celle-ci de nouveaux pouvoirs étendus pour mener des cyberattaques contre le pays :
La Central Intelligence Agency a mené une série d'opérations cybernétiques secrètes contre l'Iran et d'autres cibles depuis qu'elle a remporté une victoire dissimulée en 2018 lorsque le président Trump a signé ce qui équivaut à une autorisation générale pour de telles activités, selon d'anciens responsables américains ayant une connaissance directe de la question.

L'autorisation secrète, connue sous le nom de dispositif présidentielle, donne à l'agence d'espionnage plus de liberté dans les types d'opérations qu'elle mène et le choix des cibles, annulant ainsi de nombreuses restrictions qui avaient été mises en place sous les administrations précédentes. Cette autorisation permet à la CIA de réaliser plus facilement ses propres opérations cybernétiques secrètes, plutôt que d'exiger que l'agence obtienne l'approbation de la Maison Blanche. ...

Cette décision, «très agressive, a donné à l'agence une autorité spécifique pour vraiment mener la lutte offensivement contre une poignée de pays adverses», a déclaré un ancien responsable du gouvernement américain. Ces pays incluent la Russie, la Chine, l'Iran et la Corée du Nord - qui sont mentionnés directement dans le document - mais le résultat peut également s'appliquer ailleurs, selon un autre ancien responsable. "La Maison Blanche voulait un moyen pour riposter", a expliqué le second ancien responsable. "Et c'était la façon de le faire."
Ce fut une autre mesure stupide prise par l’administration actuelle. Laisser la CIA mener une guerre sans surveillance contre l’infrastructure de base d’autres pays reviendra probablement la hanter :
Ce dispositif a permis à la CIA d'endommager plus facilement les infrastructures critiques des adversaires, telles que les usines pétrochimiques, et de s'engager dans le type d'opérations de piratage que les hackers russes et WikiLeaks ont popularisées, dans lesquelles des masses de documents, ou de données volées, sont stockées, puis divulguées à des journalistes ou affichées sur Internet. Il a également autorisé l'agence à mener des opérations perturbatrices, qui étaient auparavant largement interdites, contre des organisations comme les banques et autres institutions financières.

Un autre changement clé de ce dispositif est qu'il a réduit les exigences en matière de preuve, qui limitaient la capacité de la CIA à mener des cyber-opérations secrètes contre des entités telles que les médias, les organismes de bienfaisance, les institutions religieuses ou les entreprises censées travailler pour le compte des services de renseignement étrangers des adversaires, ainsi que des personnes affiliées à ces organisations, selon d'anciens responsables. ...

La CIA n'a pas perdu de temps pour exercer ses nouvelles libertés acquises sous Trump. Depuis que l'autorisation a été signée il y a deux ans, l'agence a effectué au moins une dizaine d'opérations qui figuraient sur sa liste de souhaits, selon cet ancien responsable. «Cela a été une combinaison d'opérations destructrices - incendies et explosions - et aussi la diffusion publique de données : des fuites ou des actions qui ressemblent à des fuites.»
Une telle latitude, dans la définition des objectifs autorisés, entraînera inévitablement des opérations qui devraient être hors des limites du terrain de jeu.
Le grand danger ici est que toutes les parties peuvent jouer à de tels jeux. Les États-Unis n’ont pas le monopole, ni même un grand avantage, dans la conduite de cyber-guerres. Ils sont en fait plus vulnérables que les autres. Edward Snowden a fourni la preuve que la NSA n’est pas en mesure de protéger ses propres secrets. Wikileaks a publié, dans sa livraison Vault 7, la collection d’outils secrets de cyberattaque de la CIA. Si même la NSA et la CIA ne peuvent pas protéger leurs systèmes, on ne peut qu’imaginer à quel point la situation en matière de sécurité est mauvaise dans les institutions privées comme les banques américaines, les médias, les organisations caritatives, les institutions religieuses ou les entreprises.
Si la CIA cible de telles institutions dans d’autres pays, les contre-attaques similaires deviennent légitimes.
Les opérations de la CIA comme l’explosion de Natanz ne font qu’augmenter l’instabilité. L’Iran dispose d’autres installations où il peut assembler ses centrifugeuses. L’attaque n’entravera pas sa progression dans les technologies d’enrichissement. Mais l’explosion a levé le soupçon, en Iran, que les inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique, qui visitent ces installations, sont des espions dirigés par les États-Unis. En conséquence, l’Iran pourrait limiter son accès à ses sites nucléaires. Cela diminuerait à nouveau la connaissance de ce que l’Iran fait ou ne fait pas dans ses installations nucléaires.
Cela ne devrait être dans l’intérêt de personne.
Par Moon of Alabama − Le 15 juillet 2020
Trump fait incendier les champs de blé syriens pour affamer la population
Les États-Unis utilisent le blé comme arme de guerre en Syrie.
Des hélicoptères Apache des forces d'occupation américaines volaient bas dimanche matin, selon des habitants du village d'Adla, dans la campagne de Shaddadi, au sud de la ville syrienne de Hassaké, alors qu'ils lâchaient des « ballons thermiques », une arme incendiaire qui a détruit les champs de blé dans des explosions de flammes, tandis que les vents chauds et secs attisaient le feu qui faisait rage.
Après avoir largué leur charge enflammée, les hélicoptères ont volé près des maisons d'une manière agressive, si bien que les habitants et surtout les jeunes enfants craignaient pour leur vie. La manœuvre militaire délivrait un message clair : ne vendez pas votre blé au gouvernement syrien. Le chef de la direction agricole de Hassaké, Rajab Salameh, a déclaré dans un communiqué à l'agence de presse nationale SANA que plusieurs incendies se sont également déclarés dans les champs agricoles de la campagne de Tal Tamer.
Les bases illégales américaines en Syrie utilisent régulièrement des hélicoptères Apache. Le Président américain Trump se présente comme un champion des chrétiens américains, et il a des millions de partisans fidèles parmi les églises chrétiennes à travers les États-Unis. Cependant, la Bible chrétienne déclare dans Deutéronome 20:19 que c'est un péché contre Dieu de détruire la nourriture ou les cultures vivrières, même en temps de guerre.
Source :  Le Cri des Peuples
Nasrallah : Trump veut affamer le Liban et la Syrie, le Hezbollah brisera le siège...
Les États-Unis veulent étouffer l'Axe de la Résistance, mais le Hezbollah est prêt à contre-attaquer, et le Liban doit se tourner vers l'Iran & la Chine
Dans un discours télévisé du 16 juin 2020, le Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, a attribué la détérioration de la situation économique au Liban au rôle des États-Unis dans la tentative d’étrangler le pays arabe et de servir les intérêts israéliens. Nasrallah a déclaré que le Hezbollah ne permettrait pas aux États-Unis d'affamer le Liban et son peuple, et que son groupe avait sa propre « équation massive » qu'il pourra activer en réponse à cette guerre économique américaine. Le Secrétaire Général du Hezbollah a également présenté des alternatives très réelles pour le Liban, sous la forme de relations économiques avec des « États orientaux amis », comme l'Iran et la Chine, afin de réduire la dépendance à l'égard du dollar américain et d'extraire le Liban de l'emprise de Washington.
Traduction : lecridespeuples.fr

Le théoricien en chef du complot, Donald Trump, est un «bouffon dangereux»

2 commentaires:

  1. Affamer des civils constitue un crime de guerre et contre l'humanité il y a déjà la crise sanitaire du corona et maintenant celle de l'économie inutile de charger d'avantage les problèmes de l'humanité sinon nous finirons tous comme des bêtes sauvages.

    RépondreSupprimer
  2. je le repeterai toujours ..trump est un salopard fini un criminel comme obama ,bush clinton tous ces chefs de guerre usa le sont de naissance . Il faut raser les usa de la cartes du monde pour retablir la paix .

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.