jeudi 9 juillet 2020

"Loi du Kremlin" (I) : tout ce qui ne va pas en Amérique (et ailleurs) est causé par la Russie


Selon Wikipédia, la loi de Godwin est une règle empirique énoncée en 1990 par Mike Godwin, d'abord relative au réseau Usenet, puis étendue à l'Internet :  
 « Plus une discussion en ligne dure, plus la probabilité d'y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s’approche de 1. »
La loi de Godwin  peut se généraliser de la manière suivante à la presse mainstream et aux politiciens britanniques et américains :
 « Pour tous les grands médias et les responsables politiques américains et britanniques, il existe un unique thème «le Kremlin», tel que, plus une discussion dure, plus la probabilité que ce thème soit abordé tend vers 1. ». 
Dans cette loi,  que nous baptisons, Loi du Kremlin, le terme Kremlin inclut Vladimir Poutine, la Russie, les robots Internet, les babouchka, les hackers , le Mossad, la CIA, la NSA, le GRU, les poupées russes et d'autres entités plus ou moins connues.

EXEMPLES
   RussiaGate
Il est inutile de revenir ici sur le flop du RussiaGate relatif aux "fake news" des médias sur l'intervention russe dans les élections américaines et tout le cinéma qui a duré des années et coûté des millions de dollars pour finir en un non-lieu. 
   Le point Godwin de l’histoire franco-russe ;
11 Mai, 2015 l’Humanité
   Poutine et l'Ukraine: prolifération des points Godwin 06/03/2014 L’Express

On se rappelle que l'abominable Poutine des neiges avait déjà été accusé, entre autres choses, de militariser des pieuvres géantes, d'attaquer la démocratie américaine à coups de Pokémon (CNN !) et de manipuler les campagnes de vaccination.
Chers amis, l'ogre a passé un cap supérieur et va, tenez-vous bien, désormais utiliser... le coronavirus pour semer la discorde parmi les Américains !
Eh oui, c'est l'héroïque New York Times qui nous l'apprend. Les "arguments" sont certes quelque peu poussifs (et jetés en toute fin d'article) : l'épidémie coïncide avec la campagne électorale, elle est déjà l'objet de théories du complot et Trump l'a mal gérée. On ne voit pas trop le rapport avec Moscou mais notre bonne presse libre et démocratique ne s'arrête pas à ces futiles détails. Tremble, bon peuple américain, l'ours est là qui rôde, s'apprêtant à s'engouffrer dans la brèche virale. Heureusement, nos glorieux journalistes veillent... Source : Chroniques du Grand Jeu
-    Au 27 février 2015, le nom de Hitler a été mentionné près de 1.800 fois au Congrès depuis vingt ans
Le Congrès américain «adore parler d’Hitler», selon le site Daily Dot, qui a comptabilisé, grâce au projet Capitol Words, que le nom du dirigeant nazi avait été cité 1.771 fois depuis 1996 par les représentants et sénateurs américains, soit «7,7 fois par mois» en moyenne.
En comparaison, nous avons cherché quel était le chiffre pour la France, et si nos députés et sénateurs étaient aussi prompts au point Godwin que leurs homologues d'outre-Atlantique.
À partir des archives de l’Assemblée nationale, nous avons relevé, depuis juin 1997, 40 occurrences du nom Hitler dans les comptes-rendus de séance dans l'hémicycle. Une recherche dans les archives du Sénat français renvoie elle seulement 17 occurrences en séance publique depuis 1996. Beaucoup moins donc qu’aux États-Unis –en comparaison, une recherche sur «Hitler» renvoie 91 résultats rien que pour les années 2013-2014 du Congrès.
Un manifestant à Kiev tient une photo du président russe Vladimir Poutine grimé en Adolf Hitler, le 2 mars 2014.
Le président russe Vladimir Poutine a été comparé
à Adolf Hitler plusieurs fois 
Accuser le Kremlin est le seul jeu disponible
Ces derniers jours, le New York Times, qui a inventé l'histoire selon laquelle le Kremlin avait payé des primes aux talibans afghans pour tuer des soldats américains, a été particulièrement assidu en promouvant l'histoire d’une Russie perfide. La couverture initiale du Times, qui affirmait que l'activité avait été confirmée à la fois par des sources de renseignement et par le suivi du circuit de l'argent, a été complétée par des absurdités délirantes de l'ancienne conseillère à la sécurité nationale d'Obama, Susan Rice, qui demande "Pourquoi Trump place-t-il  la Russie d’abord? [au lieu de « L’Amérique d’abord. NdT] " puis elle a appelé à une «réponse américaine rapide et significative». Rice, qui est mentionnée comme un choix possible de Biden pour la vice-présidence,   a été l'une des architectes de la destruction de la Libye et de l'escalade des opérations militaires et de renseignement américains dirigés contre une Syrie non menaçante.
Le Times relate également l'histoire d'un homme d'affaires pachtoune, contrebandier de drogue, qui semblait avoir beaucoup d'argent en dollars, ignorant le fait que l'Afghanistan est inondé de dollars et cela depuis des années [1]. Une grande partie de l'argent provient des transactions sur les drogues, car l'Afghanistan est, depuis l’occupation américaine, le premier producteur mondial d'opium et de ses sous-produits.
Pour le NYT, l'argent doit provenir forcément de Russie, , car deux minables talibans, qui ont probablement été torturés par la police afghane, ont dit que c'était le cas. Le Times cite également des sources anonymes qui allèguent qu'il y a eu des transferts d'argent d'un compte géré par les renseignements militaires du GRU du Kremlin vers un compte ouvert par les talibans. Notez les «présumés» et considérez pendant une minute qu'il serait stupide pour toute agence de renseignement d'effectuer des virements de banque à banque, qui pourraient être identifiés et suivis par les gars intelligents du Trésor américain et de la NSA. Essayez également de vous rappeler comment, il n'y a pas si longtemps, nous avons entendu des histoires fabriquées à propos de menaces d'ADM pour justifier la guerre contre l’Irak, puis contre l’Iran.
D'autres organes d'information du Parti démocrate, notamment CNN, MSNBC et The Washington Post, ont tous sauté sur l'histoire de cette prime, ajoutant des détails sur leur source présumée inépuisable de sources anonymes !!
Ainsi donc, les médias "sérieux" rapportent un «fait» à partir d’une simple rumeur.
Inévitablement, la direction du Parti démocrate a sauté immédiatement sur son cheval préféré, qui doit affirmer haut et fort à l'unisson qu'en cas de doute, c’est la Russie qui l'a fait. Joe Biden en particulier est «dégoûté» par la «trahison» de Trump laissant massacrer les troupes américaines car afin de  maintenir «une posture d'avilissement devant Poutine».
Qu’en est-il au juste ?
Le Pentagone enquêterait sur les circonstances entourant la mort de trois soldats américains par une bombe au bord de la route le 8 avril 2019 afin de déterminer un lien possible avec le rapport du NYT. Il y a également des inquiétudes concernant plusieurs décès à l'entraînement où des recrues de l'armée afghane ont dénoncé leurs instructeurs. Étant donné que les talibans n'auraient guère besoin d'une incitation à tuer des Américains et que seulement dix-sept soldats américains sont morts en Afghanistan en 2019 à la suite d'une action hostile, l'année à laquelle les renseignements se rapporteraient, on pourrait bien décrire toute initiative conjointe talibans-russes comme un échec cinglant, puisque presque tous ces décès ont été attribués à l'activité cinétique initiée par les forces américaines.
Le super terroriste SOROS s’y met aussi
Loin d’être un spectateur passif donnant des conseils utiles aux groupes de militants pour la démocratie, Soros a été fortement impliqué dans la restructuration des anciens régimes communistes en Europe de l’Est et a participé à la révolution dite des roses en Géorgie en 2003 et à la révolution de Maidan en Ukraine en 2014, toutes deux soutenues par le gouvernement américain et destinées à menacer la sécurité régionale de la Russie.
Soros déteste particulièrement le président Vladimir Poutine et la Russie. Il a révélé qu’il est loin d’être une figure bienveillante qui se bat pour la justice dans son article d’opinion du Financial Times de mars (payant) intitulé « L’Europe doit soutenir la Turquie pour dénoncer les crimes de guerre de Poutine en Syrie ».
L’éditorial est plein d’erreurs factuelles et est essentiellement un appel à l’agression contre une Russie qu’il décrit comme étant engagée dans le bombardement d’écoles et d’hôpitaux. Il commence par : « Depuis le début de son intervention en Syrie en septembre 2015, la Russie n’a pas seulement cherché à maintenir en place son plus fidèle allié arabe, le président syrien Bachar al-Assad. Elle a également voulu retrouver l’influence régionale et mondiale qu’elle a perdue depuis la chute de l’Union soviétique ». Tout d’abord, la Russie n’est pas « intervenue » en Syrie. Elle y a été invitée par le gouvernement légitime du pays pour apporter son aide contre divers groupes, dont certains étaient liés à Al-Qaïda et à l’État Islamique, qui cherchaient à renverser le président al-Assad.
Et à part Soros, peu d’experts réels sur la Russie prétendent qu’elle cherche à recréer l’« influence » de l’Union soviétique. Moscou n’a pas les ressources nécessaires pour le faire et n’a manifesté aucun désir de poursuivre l’ex-programme mondial qui était caractéristique au temps de l’État soviétique.
Suit alors un vol complet en hyperbole avec : « Vladimir Poutine a cherché à utiliser la tourmente au Moyen-Orient pour détruire les normes internationales et les progrès du droit humanitaire international réalisés depuis la seconde guerre mondiale. En fait, la création du désastre humanitaire qui a transformé près de 6 millions de Syriens en réfugiés n’a pas été une conséquence de la stratégie du président russe en Syrie. C’était l’un de ses principaux objectifs ». Notez qu’aucune des affirmations de Soros n’est étayée par des faits.
L’éditorial de Soros contient également quelques souvenirs, décrivant comment « en 2014, j’ai exhorté l’Europe à se réveiller face à la menace que la Russie faisait peser sur ses intérêts stratégiques ». L’article révèle que Soros n’est ni conciliant ni « diplomatique », ce qui montre clairement qu’il choisit ses ennemis sur la base de considérations idéologiques qui déterminent également ses choix quant à la manière d’encadrer ses entreprises. Compte tenu de tout cela, pourquoi est-il inimaginable que George Soros soit engagé dans une conspiration, qu’il soit clandestinement derrière au moins une partie du chaos créé par les antifas et les Black Lives Matter, ainsi que du flot d’immigration illégale qui, ensemble, ont peut-être déstabilisé fatalement les États-Unis ?
---------------------------------------------------

Mais le matraquage médiatique et le lavage de cerveau marchent à merveille en Amérique :

Les données démographiques sur les Américains qui croient aux conneries des «primes russes» sont déprimantes. Honte à vous, Américains ! Source
----------------------------------------------------
Voici ce que titrait  Moon of Alabama du 7/7/2020:

La dernière infox de la série Russiagate n’a pas tenu plus d’une semaine
La récente tentative de relancer le « Russiagate » a échoué en à peine une semaine. C’est un échec embarrassant pour les médias qui l’ont mis en avant. Leurs « journalistes » sont tombés dans un piège d’une absurdité évidente. Ils ont laissé leurs sources les abuser à des fins politiques.
NOTES
Hannibal GENSÉRIC



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés.