dimanche 19 juillet 2020

Les Khazars débarquent dans l'histoire


Le mystérieux royaume khazar a influencé notre monde moderne d'une manière dont nous n'avons pas toujours conscience.
Les Khazars n'avaient longtemps intéressé que des spécialistes de l'histoire de l'Asie centrale, comme le révèle la bibliographie d'Alan Brook. Les innombrables "chercheurs" qui pullulent aujourd'hui dans les universités américaines ont trouvé là une mine d'autant plus inépuisable qu'il s'agit d'une matière à controverses, souvent violentes, toujours passionnées: pour les uns, l'ensemble des Khazars a été converti au judaïsme et représente la quasi totalité des juifs dits "Ashkenazes" contemporains, pour les autres, seule une toute petite partie de l'aristocratie de l'empire khazar a rejoint la nouvelle religion et les juifs de la région sont de purs descendants de leurs co-religionnaires judéens. Les positions mixtes ont également d'innombrables adeptes.

Toujours est-il que la "question khazare" a opéré un débarquement tonitruant dans l'histoire contemporaine avec la polémique liée à la colonisation de la Palestine à partir de la fin du XIXe siècle.
En effet, à partir de cette période, qui correspond à l'apogée de tous les mouvements colonisateurs européens, d'immenses cohortes de juifs dits "Ashkenazim", originaires des régions autrefois occupées par les tribus de l'empire khazar tardivement converties au judaïsme, ont déferlé sur une Palestine miraculeusement métamorphosée en "terre de leurs ancêtres". Ils en revendiquaient la propriété au nom de la connaissance qu'ils possédaient par ouï-dire de l'existence d'un acte notarié dressé entre un extra-terrestre et d'hypothétiques ancêtres qui auraient été méchamment privés de leur héritage par de cruels centurions romains.
Dans un précédent texte, j'avais déjà montré que TOUS les premiers ministres du nouvel État surgi en terre palestinienne en 1948 étaient originaires d'Europe orientale et des régions qui correspondent à l'ex-empire khazar. Les démographes de l'actuel État hébreu n'ont trouvé qu'une seule famille, les Zinati de Pek'in, qui aurait résidé en Palestine sans aucune interruption depuis l'antiquité.

Rappel
1 - David Ben Gourion (né David Grün) 16 octobre 1886-1er décembre 1973) est né à Plonsk en Pologne dans une famille sioniste (son père, professeur d'hébreu, était un membre des Amants de Sion). Il émigre en Palestine britannique en 1906.
2 - Moshé Sharett (né Moshé Shertok) , (15 octobre 1894 - 7 juillet 1965) est né à Kherson, dans l'Empire russe (aujourd'hui en Ukraine). Il émigra en Palestine britannique en 1908.
3 - Levi Eshkol ( 25 octobre 1895- 26 février 1969) est né dans un village à proximité de la ville de Kiev , dans l'empire russe, aujourd'hui Ukraine. Il émigre en Palestine ottomane en 1914.
4 - Ygal Allon (né Ygal Païcovitch) (10 octobre 1918- 29 février 1980) est né Kfar Tabor, au pied du Mont Tavor dans l'est de la Basse Galilée d'une famille originaire de Roumanie qui émigre en Palestine en 1901.
5 - Golda Meir ( Golda Meirson, née Golda Mabovitz (3 mai 1898 -8 décembre 1978) est née à Kiev , au cœur de l'empire russe, aujourd'hui capitale de l'Ukraine. Sa famille émigre aux Etats-Unis en 1903, le couple Meirson arrive en Palestine en 1921.
6 - Yitzhak Rabin (Yitzhak Rubitzov , 1er mars 1922 - assassiné à Tel Aviv le 4 novembre 1995) est né à Jérusalem. Ses parents, Nehemiah et Rosa Rubitzov originaires d'Ukraine émigrèrent d'abord vers les Etats-Unis
7 - Menahem Volfovitz Begin (Mieczyslaw Biegun , 16 août 1913 -9 mars 1992) . Il est né à Brest-Litovsk, alors ville polonaise à majorité juive, aujourd'hui Biélorussie. Il n'arrive en Palestine qu'en 1942.
8 - Yitzhak Shamir (Yitzhak Jazernicki (15 octobre 1915…) , est né à Ruzhany, en Pologne, actuelle Biélorussie. Il émigre en Palestine en 1935.
9 - Shimon Peres (Szymon Perski ) Il est né le 2 août 1923 à Wisniew (Pologne, actuelle Biélorussie). Il émigre en Palestine en 1934.
10 - Benyamin Netanyahou (né le 21 octobre 1949 à Tel Aviv) Petit-fils d'un rabbin émigré de Lituanie en Palestine en 1920
11 - Ehud Barak (Ehud Brog, né le 12 février 1942 au kibboutz Mishmar Hasharon) Fils d'Israel Brog et d'Esther Godin, immigrés respectivement de Lituanie et de Pologne.
12 - Ariel Sharon (Ariel Scheinermann (né le 26 février 1928 à Kfar Malal en Palestine) . Son père Shmouel Scheinerman est originaire de Brest-Litovsk alors en Pologne, actuellement Biélorussie. Sa mère Véra est un médecin originaire de Mohilev en Biélorussie.
13 - Ehud Olmert ( né le 30 septembre 1945 à Binyamina en Palestine. Son père Mordechaï - né à Buguruslan en Russie, émigre en Chine en 1919, à Harbin, et arrive en Palestine en 1933.


Comment faire entrer le rêve dans la politique?
Cette variété de colons s'est révélée mue par un messianisme biologico-religieux jamais vu sous la voûte céleste. Telles des fourmis processionnaires, leurs colonnes porteuses d'une narration mythologique vieille de deux millénaires et demi et d'un simplisme exemplairement grossier, s'étaient mises en mouvement à la fin du XIXe siècle et l'invasion n'a plus cessé.
Une terre "vide" dont ils étaient les héritiers les attendait, claironnaient-ils sur tous les tons, mais il faut croire qu'un magicien supra, extra ou méta terrestre avait miraculeusement conservé dans la plus parfaite prospérité villes, villages, jardins, vergers, après que des ancêtres eurent consciencieusement obéi à leur dieu et massacré tout ce qui respire dans les territoires conquis in illo tempore: "Des villes de ces peuples que Jahvé, ton Dieu, te donne en héritage, tu ne laisseras rien vivre de ce qui a souffle de vie. Détruisez-les jusqu'au dernier… comme Jahvé, ton Dieu, vous l'a ordonné… " (Dt, 20,16). Par bonheur, le tout avait été parfaitement entretenu, en bonne logique théologique, probablement par des légions de séraphins, si bien que les colons nouvellement débarqués avaient pu, dès leur arrivée, se loger commodément et se nourrir à bon compte.
Comment s'équiper à bon compte avec la bénédiction de Jahvé
Et si, ici et là, l'épaisseur des vapeurs sionistes n'avait pas réussi à masquer la présence de quelques irréductibles Indigènes accrochés à leurs lopins telles des moules à leurs bouchots, les nouveaux colons s'étaient efficacement employés à "vider" autant que faire se pouvait leur "terre promise" de ces empêcheurs de mythologiser en rond!
"Démocratie", "droit international", "concessions territoriales aux autochtones", "négociations", autant de billevesées que les nouveaux venus agitent depuis lors comme les lépreux leur clochette, afin de maintenir l'illusion qu'ils partagent les "valeurs démocratiques" de "l'Occident" et son respect de la "dignité humaine" alors que l'objectif réel, secrètement et tenacement poursuivi, avec une obstination jamais prise en défaut, est l'instauration d'un Etat théocratique - un "Etat juif" - débarrassé de la présence polluante des Indigènes, des "natives", pour reprendre le vocabulaire utilisé par leurs grands soutiens d'outre-Atlantique à propos de leurs propres Indigènes impitoyablement massacrés.

Or, les immigrants récents en terre palestinienne qui se réclament de la religion de leur divinité personnelle prétendent que leur livre sacré est en même temps leur cadastre et qu'ils sont donc rentrés chez eux.
A ce stade du développement, il m'a semblé important de retourner une fois encore aux textes car, comme l'écrivait si justement Edward Mandell HOUSE , l'éminence grise qui a longtemps dirigé la cervelle du Président Wilson, " La chose la plus difficile au monde est de suivre à la trace n'importe quelle idée jusqu'à sa source".

Dans un texte antérieur, j'avais rappelé quand et dans quelles circonstances était né le mythe fondateur de la "terre promise" et le rêve du "Grand Israël". En l'espèce, le récit rapporte un rêve miraculeux dont un grand ancêtre aurait été l'heureux bénéficiaire - comme le sera le roi khazar un millénaire plus tard.
Rappel
Lorsque les scribes judéens exilés au bord de l'Euphrate, après la conquête de la Judée par le roi Nabuchodonosor, imaginèrent l'épisode de leur fiction dans lequel un personnage mythique - Abraham - était le héros principal, ils lui prêtèrent un rêve fabuleux dans la narration intitulée Genèse.
C'est ainsi qu'au cours d'un "profond sommeil" (Gn 15,12), le héros eut "une vision" (Gn 15,1). De plus, il entendit une voix, qu'il attribua à son dieu, laquelle lui proposait une "alliance" (Gn 15,18).
"Quand le soleil fut couché, il y eut une obscurité profonde; et voici, ce fut une fournaise fumante, et des flammes passèrent entre les animaux partagés. En ce jour-là, l'Eternel fit alliance avec Abraham." (Gn 15, 17-18)
Le dieu choisit donc de se manifester pendant le sommeil du rêveur et alors que ce dernier, avant de s'endormir, avait procédé au classique sacrifice d'animaux rituellement coupés en deux par le milieu - "partagés", dit le texte. Il prend la précaution de décrire minutieusement son cadeau afin d'en faire saisir toute l'importance au bénéficiaire, le tout soigneusement enveloppé dans le scintillant papier-cadeau, si je puis dire, du halo impressionnant d'une "fournaise fumante" et de "flammes", mise en scène aussi éblouissante que terrifiante, digne de tout dieu qui se respecte et soucieux de manifester sa puissance par des phénomènes impressionnants.
C'est au milieu de ce chaos météorologique rêvé que le dormeur apprend qu'il est désormais l'heureux propriétaire d'une terre qui appartenait jusqu'alors à d'autres peuples.
"Je donne ce pays à ta postérité, depuis le fleuve d'Égypte jusqu'au grand fleuve, au fleuve d'Euphrate, le pays des Kéniens, des Keniziens, des Kadmoniens, des Héthiens, des Phéréziens, des Rephaïm, des Amoréens, des Cananéens, des Guirgasiens et des Jébusiens." (Gn 15,18).
Pour comprendre le sens de la scène décrite ci-dessus, il faut s'arracher à l'avant-scène du grandiose théâtre de l'épopée et à la fascination qu'exerce sur les esprits le contenu du récit brillamment collationné et mis en forme à partir de bribes de légendes et de récits empruntés aux mythologies égyptienne et mésopotamienne et tenter de pénétrer dans les coulisses des motivations des scripteurs. Réécrits, recomposés et globalement unifiés en dépit d'un certain nombre de contradictions résiduelles, les récits mythiques ont été adaptés à la mentalité et au type d'éloquence que permettait la langue sémitique, ainsi qu'au mode de fonctionnement psychologique de la population à laquelle il était destiné.
Il n'est donc pas étonnant que les rédacteurs de la Genèse aient utilisé le stratagème d'un rêve comme véhicule de l'action de leur "dieu", ce procédé, banal à l'époque, permettait de délivrer un message d'une manière jugée convaincante par tout le monde.
L'immoralité du cadeau saute aux yeux de tout esprit normalement constitué, puisque le "dieu" transforme les Hébreux en receleurs d'un bien volé aux peuples énumérés ci-dessus. De plus, il leur permet de justifier leur vol et se fait leur complice. Le scripteur du scénario a usé de ce moyen habile de légitimer une conquête territoriale opérée par la violence et le meurtre tout en donnant bonne conscience aux conquérants et à leurs descendants.
Le mythe est bien un théâtre et il faut savoir lire son scénario.
Douglas Reid dans sa Controverse de Sion cite cette phrase de l'écrivain sioniste Julius Katzenstein - ou Joseph Kastein - (1986-1946) "Ce n'est pas Dieu qui voulait ce peuple et ce qu'il signifiait. C'était ce peuple qui voulait ce Dieu et cette signification."

C'est donc à partir de la description des circonstances imaginées dans le fragment du texte de la Genèse cité ci-dessus, qu'a été rédigé par les habiles scripteurs des textes bibliques le scénario du fameux mythe de la "terre promise". Interprété de la manière la plus matérielle et la plus grossièrement utilitaire, il allait connaître des développements géopolitiques si fabuleux que les répliques du tremblement de terre initial continuent de secouer la machine ronde.
.....
La population regroupée dans la partie de la Palestine réservée au "peuple élu" est donc, comme celle de la quasi totalité des États de la planète - et même plus que d'autres en raison tantôt de l'errance imposée, tantôt de l'émigration choisie par les communautés de convertis - cette population est donc la résultante d'un brassage génétique de pratiquement tous les peuples de la planète.

Juifs algériens
Juifs de Chine du Sud
Juifs iraniens
Juifs ukrainiens
Juifs de Salonique

En revanche, il existe bien, dans cette population, une unité psychique dont l'historien Bernard Lazare a parfaitement analysé à la fois l'histoire, les causes et les conséquences dans son essai L'antisémitisme, son histoire, ses causes. L'ouvrage de Soljenitsyne, quant à lui, retrace pas à pas les étapes de la concrétion de la mentalité de ghetto et du refus de l'assimilation imposée dans la grande Russie par les rabbins talmudiques.
La notion de "peuple" juif, est bien une création récente, comme l'a parfaitement démontré Shomo Sand dans son ouvrage L'invention du peuple juif. Mais le mot "juif" n'est lui-même apparu que tardivement dans le vocabulaire français - mais également dans le vocabulaire anglais, comme le montre Benjamin Freedman.

Rappel
Petite généalogie du mot "juif"
Depuis quand parle-t-on, en France, de "Juifs", et qui plus est, couronnés d'une majuscule?
L'antiquité ne connaissait pas le mot "juif". On parlait d'Israélites à propos des tribus d'Hébreux sémites ayant pour ancêtre éponyme Israël, nouveau nom du personnage mythique Jacob. Un fils tout aussi mythique, Juda, dont le nom hébreu est Yehuda, a donné naissance aux Yehudim, mot traduit en français par Judaïtes. L'hébreu Yehudim fut traduit en grec par Ioudaiôn et en latin par Iudaean.
Du temps de la courte indépendance du territoire qui correspond à l'actuelle Palestine, les populations étaient désignées par leur origine géographique. Les Judéens habitaient la Judée, les Samaritains la Samarie, les Galiléens la Galilée et les Iduméens l'Idumée. Mais après leur conquête, les Romains ne s'étaient pas embarrassés de subtilités régionales et désignaient globalement ces confettis de leur immense empire sous le nom général de Iudaea.
Ainsi, lors de la crucifixion de Jésus, Ponce Pilate a fait inscrire sur la croix : Iesus Nazarenus rex Iudaeorum, c'est-à-dire, c'est-à-dire, Jésus de Nazareth roi ou plutôt chef des Judéens, bien qu'il fût Galiléen. En effet, Iudaeorum est le génitif pluriel de Iudaeus, c'est-à-dire Judéen. Quant au mot rex, il n'a été traduit par roi qu'ultérieurement. Ainsi Vercingéto-rix (rex) n'était pas le roi des Gaulois, mais un chef de tribu.
Il n'existait pas non plus d'universalisme du culte du Dieu Jahvé. Les Pharisiens, les Sadducéens, les Zélotes ou les Esséniens se combattaient et se haïssaient cordialement. Ces mouvements, ou plutôt ces sectes, possédaient chacun leur manière particulière de participer au culte de Jahvé, mais, par rapport aux "païens" hellénisés, ils étaient désignés sous la terminologie générale de Yehudim, c'est-à-dire, comme il est dit plus haut, de fidèles d'un culte qui avait son origine dans le royaume de Juda.
Le fondateur du christianisme était un Galiléen appartenant probablement à la secte des Esséniens - mais les avis divergent sur ce dernier point. Il n'était donc ni un Yehudim - puisque seuls les Pharisiens judéens pouvaient se réclamer de ce terme - ni, à plus forte raison, un Juif, puisque ni le mot, ni la notion que recouvre ce mot n'existaient en ce temps-là.
L'ouvrage le plus connu de l'historien hiérosolémite de l'époque, Flavius Josèphe (env.37 à env. 100) est traduit en français sous le titre La guerre des Juifs. Or, ce récit rédigé dans la langue de la région depuis le retour de Babylone, à savoir l'araméen, a été traduit en grec à destination de l'élite cultivée romaine sous le titre littéral : Historia Ioudaikou polemou pros Rômaious, c'est-à-dire Histoire de la guerre judéenne ( ou des Judéens) contre les Romains.

Source : http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/mariali/chaos/yiddisland/yiddish.html 
-------------------------------------------------------
VOIR AUSSI :
Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. comment est il possible d'accepter une telle supercherie ? il est temps de sortir du cauchemar mondialiste !

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.