jeudi 23 juillet 2020

USA. Une nation qui tombe en ruine, pièce par pièce


D'abord, ils sont venus chercher le papier toilette et les essuie-tout, puis ils sont venus chercher de la farine et maintenant ils prennent vos pièces de monnaies. Oui, le public américain en face du virus COVID-19 doit maintenant faire face à ce que l'on appelle une  «petite pénurie de changement» causée apparemment par les panneaux publicitaires. Les cafés et autres points de vente au détail qui traitent en cash ont été durement touchés par la pénurie, se trouvant dans l'incapacité d'apporter la monnaie. Apparemment, les gens ont décidé spontanément et en grand nombre que les nickels, dimes et quarts, qui ont de la valeur en tant que métal, conserveront d'une manière ou d'une autre leur valeur mieux que les morceaux de papier imprimés par Washington.
Pendant ce temps, les armes à feu, l'alcool et même les pièces de monnaie sont en pénurie tandis que les citoyens effrayés construisent de solides abris de défenses dans leur maison.
Il y a beaucoup d'indices que le stratocruiser américain est sur le point de s'écraser.

Le gouvernement a agi de manière décisive pour faire face à la menace en demandant à la Réserve fédérale de convoquer  un groupe de travail de 22 personnes   pour les pièces de monnaie afin d’«atténuer les effets des faibles stocks de pièces causés par la pandémie COVID-19». Ironiquement, bien sûr, la Fed est la source de la longue souffrance de la devise américaine qui n’est soutenue par rien. Comme plusieurs des grandes banques privées, y compris JP Morgan et Bank of America, sont représentées dans le groupe de travail ainsi qu'un essaim de bureaucrates du gouvernement, on peut supposer que rien ne se passera, sauf peut-être une décision de changer la conception des pièces pour en éliminer Washington, Jefferson et Lincoln. Sacagawea (Le dollar Sacagawea est    pièce de monnaie d'un dollar aux États-Unis) peut rester sur la drôle de pièce d'un dollar, que personne n'a réellement vue depuis des années car elle représente une minorité ethnique approuvée.
Il y a beaucoup d'indices que le stratocruiser américain est sur le point de s'écraser. Ma femme et moi sommes allés dans un champ de tir local la semaine dernière pour un cours de recyclage. Je savais tirer de mon temps dans l'armée et dans la CIA mais je n'ai pas réellement tiré à l'arme depuis 1978 et ma femme a appris à utiliser une arme de poing il y a une quinzaine d'années lorsque nous avons pris la décision d'en avoir une disponible dans la maison "au cas où". Pour être sûr, la situation actuelle avec des groupes radicaux dérangés non retenus par des politiciens irréfléchis et avec des médias complices, notre décision de nous réarmer   était basée sur l'hypothèse que nous ne pouvons  plus compter sur  une force de police démoralisée et passive pour nous protéger ou protéger notre propriété, en particulier s'il y a des connotations raciales dans les "qui fait quoi à qui". Donc, nous devrons être prêts à nous défendre.
La première chose que nous avons apprise, c'est qu'il était difficile d'obtenir un rendez-vous avec un entraîneur d’armes licencié. Il nous a fallu des semaines pour prendre rendez-vous et nous n'en avons eu que parce qu’il y eu une annulation. Il semble qu'un grand nombre d'Américains ordinaires cherchent à se défendre parce qu'ils sont, comme nous, choqués de voir des politiciens ignorer les pillages, les coups et les incendies criminels alors qu'ils s'agenouillent devant des voyous. Pendant ce temps, les médias approuvent le processus, jetant également une condamnation générale sur la race blanche, ce qui suggère qu'il n'y a rien de bon à attendre  au bout de ce qui se passe en ce moment.
Nous avons fait notre entraînement au tir, mais le prochain obstacle consiste à améliorer nos armes. Nous avions un vénérable automatique de 9 mm et un revolver encore plus ancien de calibre 38. Les armes de poing modernes ont de meilleures caractéristiques de sécurité et leurs mécanismes fonctionnent plus facilement pour les mains vieillissantes.
Nous recherchions un nouveau fusil automatique 9 mm et un fusil d'assaut AR-15 pour une plus grande portée si cela devenait nécessaire, mais l'homme du bureau des ventes a secoué la tête et a dit: «Non, tout cela est en rupture de stock pour six mois ou plus. . Tout le monde achète de nouvelles armes. Donnez-moi un acompte et je vous appellerai lorsque quelque chose sera disponible.
Donc, «tout le monde» s'entraîne pour tirer et acheter de nouvelles armes, et il est même  rapporté que les cambriolages  pour voler des armes dans les magasins d'articles de sport augmentent considérablement. Les armes sont un produit très recherché, ce qui signifie que la confiance que les gens accordent à l'État pour les protéger est sur le point de disparaître. Même les médias grand public ont remarqué la flambée des ventes d'armes à feu, mais ils utilisent ce fait, de manière prévisible, pour expliquer la flambée des homicides par arme à feu à travers le pays au cours des derniers mois. Plus d'armes,  selon  le Washington Post , signifie que plus de Blancs racistes armés dans les rues pour semer l'enfer, mais cela ne tient pas compte du fait que les morts par armes à feu ont été massivement commis par des noirs contre des noirs, comme cela  a toujours été le cas .
Je suggérerais également qu'au moins une partie de l'explication se trouve ailleurs,  dans le moins de maintien  de l'ordre, car les flics ont compris qu'ils n'avaient personne de leur côté et qu'ils étaient mieux perçus en faisant  le moins possible  lorsque la fusillade commence. Les policiers ont, en fait,  été la cible  d'une grande partie des violences récentes. Au lieu de demander l'aide d'un flic, les victimes de crimes violents devraient appeler le 911 et demander à l'opérateur de demander au maire Bill de Blasio d'envoyer un travailleur social chaque fois qu'elles sont attaquées par des gangs en colère. Les flics du NYPD sont apparemment trop occupés de toute façon car  ils gardent la peinture des Black Lives Matter couvrant la Cinquième Avenue en face la Trump Tower.
Une autre chose que l'on a maintenant des difficultés à acheter :  l'alcool. Les gens sont déprimés et boivent beaucoup plus que la normale, ce qui peut, bien sûr, entraîner un comportement impulsif. Je vis en Virginie et notre magasin d'État est constamment vide et à court de tout. Un caissier m'a dit qu'ils vendaient 300% plus d'alcool que la normale pour cette période de l'année. La semaine dernière, je suis allé dans un grand magasin d'alcools bien connu à Washington DC et j'ai acheté les dernières bouteilles de notre scotch préféré  The Famous Grouse . Ils étaient épuisés et ne savaient pas quand ils en auraient davantage. Ma femme et moi prévoyons une   crise de Famous Grouse et nous avons discuté de l'installation d'un alambic dans notre sous-sol.
Enfin, un membre de la famille possède une entreprise de construction. Il a récemment déclaré que les affaires étaient en plein essor de manière inattendue, en partie parce que les gens construisent des abriss de panique, des refuges et même des abris anti-retombées atomiques du style années 1960 dans et derrière leurs maisons. Mais contrairement à la menace d'une guerre nucléaire comme des années 60, la crainte actuelle est que les démolisseurs étant laissés libres par les autorités, les invasions organisées de maisons   dans les quartiers prospères ne sont si loin. La plupart des travaux de construction sont effectués de manière aussi discrète que possible, car les clients ne veulent pas que leurs voisins sachent à quel point ils ont peur.
Alors, nous y voilà. Les États-Unis sont troublés par une pandémie à laquelle le gouvernement semble incapable de répondre et qui a entraîné un chômage et des faillites records. Pendant ce temps, les armes à feu, l'alcool et même les pièces de monnaie sont en pénurie tandis que les citoyens effrayés construisent des abris de défenses dans leur maison. Et une grande partie du gouvernement à tous les niveaux agit comme s'il était du côté des destructeurs ou comme s’il en avait peur. L'Amérique a certes toujours eu des défauts, mais c'était autrefois une terre d'opportunités où les gens pouvaient prospérer et jouir de plus de liberté que presque partout ailleurs. Ces jours sont révolus, alors détendez-vous et branchez-vous sur les nouvelles du soir. Regardez un pays autrefois fier avec un peuple résilient et travailleur se désagréger sous vos yeux.
Source : A Nation Falling Apart , Piece by piece
By PHILIP GIRALDI
Philip M. Giraldi, Ph.D.,  est un chroniqueur, commentateur et consultant en sécurité américain. Il est directeur exécutif du Council for the National Interest. www.councilforthenationalinterest.org
Traduction : Hannibal GENSERIC

3 commentaires:

  1. Oui mais la bourse remonte ENCORE ET TOUJOURS.
    https://www.zerohedge.com/markets/futures-rise-february-high-earnings-optimism-eclipses-us-china-row

    RépondreSupprimer
  2. Comme l'empire Romain croula sous sa débauche l'Amérique et l'Europe prennent le même chemin. En Suisse 20 des travailleurs sont en chômage partiel. En Israël le gouvernement vient de rallonger la durée du chômage d'un an. Vu la politique de la planche à billet l'argent va dans la bourse et le coût de la vie augmente vu que la monnaie perd de sa valeur. Faire tourner l'imprimerie pour fabriquer de l'argent faux amène à la catastrophe. En France après la révolution Napoléon est venu en Allemagne après la crise de 1929 Hitler. Qui sera le troisième?

    RépondreSupprimer
  3. que ces amerloques tombent et je serai le premier a rire de joie .

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.