samedi 11 juillet 2020

USA. Loi du Kremlin (II) : tout ce qui ne va pas en Amérique est causé par la Russie





Selon Wikipédia, la loi de Godwin est une règle empirique énoncée en 1990 par Mike Godwin, d'abord relative au réseau Usenet, puis étendue à l'Internet :  
 « Plus une discussion en ligne dure, plus la probabilité d'y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s’approche de 1. »
La loi de Godwin  peut se généraliser de la manière suivante à la presse mainstream et aux politiciens britanniques et américains :
 « Pour tous les grands médias et les responsables politiques américains et britanniques, il existe un unique thème «le Kremlin», tel que, plus une discussion dure, plus la probabilité que ce thème soit abordé tend vers 1. ». 
Dans cette loi,  que nous baptisons, Loi du Kremlin, le terme Kremlin inclut Vladimir Poutine, la Russie, les robots Internet, les babouchka, les hackers , le Mossad, la CIA, la NSA, le GRU, les poupées russes et d'autres entités plus ou moins connues.

La marine russe a protégé l'Amérique durant la guerre civile
Des choses étranges se produisent dans les guerres civiles: pendant la guerre civile russe en 1919, 13000 soldats américains ont été envoyés par le président Woodrow Wilson pour attaquer la Russie et occuper les villes d'Archangelsk dans l'Arctique et de Vladivostok dans le Pacifique.
Or, un demi-siècle plus tôt, des milliers de marins de la marine impériale russe et leurs officiers ont inondé les villes de San Francisco et de New York. Mais les circonstances étaient très différentes. Ils étaient là pour défendre les États-Unis contre une invasion étrangère, et non pas pour la menacer, et ils ont brillamment réussi dans leur tâche.
Cette histoire incroyable est bien racontée dans « Friends in Peace and War: The Russian Navy’s Landmark Visit to Civil War San Francisco » de C. Douglas Kroll publié en 2007.
Comme le montre Kroll, le minuscule escadron du Pacifique de la marine américaine était faible à l'époque et les pirates (pilleurs du commerce) confédérés étaient encouragés par la Grande-Bretagne et parcouraient à leur guise l'Atlantique. Donc, le débarquement russe envoyait un message clair et indubitable: toute attaque navale britannique ou française contre New York ou San Francisco, le deux grands centres de commerce et de puissance financière des États-Unis à l'Est et sur la nouvelle côte Ouest constitueraient également une attaque contre la Russie.
Les rues de San Francisco et de New York regorgeaient d'officiers et de marins russes dans leurs uniformes brillants en 1863 et elles avaient entraîné des succès sociaux. D'innombrables défilés, bals et dîners dansants ont été organisés, souvent par les visiteurs Russes eux-mêmes.
Les deux escadrons ont été dépêchés par le tsar Alexandre II, qui, durant  toute sa vie, a été un grand et véritable ami des États-Unis, afin de protéger les côtes atlantiques et pacifiques d'Amérique contre les attaques des deux nations les plus puissantes du monde - les empires britannique et français. Ces deux empires ont choisi d'intervenir dans la guerre civile aux côtés de la Confédération, et ils se sont ouvertement orientés en 1862.
Les efforts de l'Empire britannique pour démanteler les États-Unis pendant la guerre civile ont été documentés dans les articles de Matthew Ehret.
Le gouvernement britannique était dominé dans les années 1860 par le grand champion de la démocratie, de l'ouverture des frontières et du libre-échange William Ewart Gladstone, dont le père avait fait fortune en étant le plus grand marchand d'esclaves au monde. Gladstone à l'apogée de son pouvoir et de son influence en tant que chancelier de l'Échiquier britannique ou ministre des Finances, a ouvertement insisté pour que soit reconnue la Confédération des esclavagistes.
La même politique a été poussée par le sinistre et brillant Robert Gascoigne-Cecil, plus tard pour régner en tant que secrétaire aux Affaires étrangères et Premier ministre en tant que Lord Salisbury après Gladstone de 1886, et la plupart du temps jusqu'en 1902. Il a dominé l'élaboration des politiques étrangères britanniques pendant 40 ans et jusqu’à sa mort, il a ouvertement regretté que l'Empire n'ait pas saisi l'occasion pendant la guerre civile de détruire les États-Unis.
C’est l’intervention du tsar Alexandre qui a empêché cela. Il pouvait voir, avec l'incendie et le pillage de Pékin en 1860, que Saint-Pétersbourg pourrait bien être le prochain objectif des vautours colonialistes anglais et français. Dans toute l'Eurasie, il a fait cause commune avec Otto Von Bismarck, nouveau chancelier de Prusse, pour unir l'Allemagne et repousser l'influence britannique et française du cœur de l'Europe.
Puis Alexandre a développé une amitié extraordinaire avec le président américain Abraham Lincoln. Ignoré pendant près d'un siècle et demi. «Le tsar et le président: Alexandre II et Abraham Lincoln, libérateur et émancipateur» par Marilyn Pfeifer Swezey (University of Wisconsin Press, 2009) a documenté cette étonnante amitié, menée par lettre entre les deux grands libérateurs de l'Est et de l'Ouest, qui sont tous deux assassinés et martyrisés par des assassins répugnants.
La protection de l’Union dans sa volonté d’abolir l’esclavage contre l’Empire britannique est au cœur de la passion morale du grand tsar et de sa vision stratégique de défendre son pays.
La grande stratégie d'Alexandre II n'est jamais enseignée dans les écoles et universités du monde occidental à ce jour, mais ce fut un brillant succès.
En 1870, la protection et le soutien russes avaient assuré la survie et la réunification des États-Unis en Amérique du Nord et l'unification de l'Allemagne en Europe.
L'alliance des empires britannique et français qui avait fait des ravages dans le monde entier depuis la Russie et l'Autriche-Hongrie jusqu’en Inde, en Chine, au Mexique et aux États-Unis pendant 20 ans a été brisée lorsque Napoléon III a été renversé en France après que les forces prussiennes l'ont capturé dans le Guerre de 1870.
Alexandre a placé la Grande-Bretagne sur la défensive stratégique mondiale pour la première fois depuis sa défaite lors de la guerre d'Indépendance américaine 90 ans plus tôt. En 1870, les États-Unis et l'Allemagne avaient déjà devancé la Grande-Bretagne dans la construction de chemins de fer et la production d'acier. Tous deux pratiquaient des politiques tarifaires protectionnistes pour protéger les emplois et le bien-être, les profits et les capacités industrielles de leurs propres peuples - un modèle qui était également adopté par le Japon. Entre les États-Unis à l'ouest et l'Allemagne à l'est, la Grande-Bretagne était confinée et ne pouvait plus constituer une menace directe pour la Russie.
Jusqu'à la Révolution russe et la folie arrogante de Woodrow Wilson (diagnostiqué comme un fou chronique par   Sigmund Freud lui-même, qui a écrit un livre à ce sujet), les États-Unis et la Russie impériale sont restés de bons amis.
Le tsar Alexandre a vendu l'Alaska aux États-Unis. Le secrétaire d'État de Lincoln, William Seward, a négocié l'accord. Alexandre a même invité Lincoln et sa première dame Mary Todd Lincoln comme invités d'honneur à Saint-Pétersbourg après son retrait de la présidence et Lincoln a accepté l'offre.
En l'occurrence, le véritable héritier de Lincoln, le général Ulysses S. Grant a accepté l'offre et a été chaleureusement diverti en tant qu'invité de l'empereur en août 1878, trois ans seulement avant son assassinat en 1881. (Grant, le plus astucieux des observateurs, a discrètement noté que le grand tsar semblait nerveux et épuisé après tant de tentatives contre sa vie par les révolutionnaires.)
Cette histoire vraie cruciale du contexte stratégique réel de la guerre civile américaine n'est jamais enseignée dans les écoles et universités américaines. Tous les politiciens, décideurs et experts américains (P3) l'ignorent totalement. Une fois de plus, l'ignorance totale et pathétique des leçons les plus profondes de leur propre histoire a fatalement aveuglé les Américains modernes.
--------------------------------------------
Le poète américain Oliver Wendell Holmes a d’ailleurs commémoré le soutien de la Russie à l'Union dans l’un de ses poèmes, dont les deux vers finaux sont les suivants :
« Que Dieu bénisse l’Empire qui aime la Grande Union ;
Force à son peuple ! Longue vie au Tsar ! »
La Russie a vendu l'Alaska aux États-Unis
La capitale de la Compagnie russe d'Amérique à Novo-Arkhangelsk ("La Nouvelle Arkhangelsk", du nom d'une ville du Nord russe), en Alaska, 1837. Cette cité est aujourd'hui appelée Sitka.
Archives d'État de la marine russe, Saint-Pétersbourg
En 1867, la Russie a vendu le territoire de l'Alaska aux États-Unis pour 7,2 millions de dollars. Vingt ans plus tard, les Américains y ont découvert de vastes réserves d'or. La ruée ultérieure vers ce métal précieux a rapporté aux Américains des centaines de millions de dollars en échange de son modeste investissement initial.
En vendant aux Américains ces terres trop éloignées de Moscou, et donc trop difficiles à contrôler, la Russie a par conséquent accordé aux États-Unis leur 49e État, qui s'est révélé inestimable au cours de l'histoire.
La Russie a mené l'effort de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale
Les États-Unis et l'Union soviétique étaient alliés pendant la Seconde Guerre mondiale. Les deux nations se sont unies contre un ennemi commun – les puissances de l'Axe – et leurs efforts de guerre ont largement contribué à la victoire commune dans le conflit.
En même temps, il est communément admis que l'Union soviétique a porté le fardeau de la guerre sur ses épaules et a sacrifié beaucoup plus de vies humaines et d'autres ressources pour la victoire. L'URSS a en effet alors perdu 26,6 millions de citoyens, tandis que les pertes américaines se sont élevées à 405.000.
VOIR AUSSI :
Hannibal GENSERIC

1 commentaire:

  1. Pauvre Russie victime aujourd'hui de l'Amérique, comme hier de la part de la Suisse. Dans ce petit pays neutre Lénine et ses complices y étaient en sécurité pour préparer la révolution communiste. La Suisse est responsable de 70 ans de malheurs dans le monde. Calamité qui continue encore en ce moment, la Chine sauf Taiwan est communiste et contamine la planète.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.