mardi 17 mars 2020

Coronavirus aux USA ? la faute aux Russes !


Chaque fois, l'on se dit que l'inepte propagande de la presstituée impériale américaine a atteint le fond du ridicule et chaque fois l'on est surpris par son regain d'énergie pour tomber toujours plus bas.

On se rappelle que l'abominable Poutine des neiges avait déjà été accusé, entre autres choses, de militariser des pieuvres géantes, d'attaquer la démocratie américaine à coups de Pokémon (CNN !) et de manipuler les campagnes de vaccination.
Sans compter, ne riez pas, la subversion de nos enfants par les dessins animés, l'instrumentalisation de la persuasion Jedi ou encore l'empoisonnement d'Hillary Clinton herself. Chers amis, l'ogre a passé un cap supérieur et va, tenez-vous bien, désormais utiliser... le coronavirus pour semer la discorde parmi les Américains ! [1]
Eh oui, c'est l'héroïque New York Times qui nous l'apprend. Les "arguments" sont certes quelque peu poussifs (et jetés en toute fin d'article) : l'épidémie coïncide avec la campagne électorale, elle est déjà l'objet de théories du complot et Trump l'a mal gérée. On ne voit pas trop le rapport avec Moscou mais notre bonne presse libre et démocratique ne s'arrête pas à ces futiles détails. Tremble, bon peuple américain, l'ours est là qui rôde, s'apprêtant à s'engouffrer dans la brèche virale. Heureusement, nos glorieux journalistes veillent...


NOTE d’H. Genséric

[1] La loi de Godwin est une règle empirique énoncée en 1990 par Mike Godwin, d'abord relative au réseau Usenet, puis étendue à l'Internet :  « Plus une discussion en ligne dure, plus la probabilité d'y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s’approche de 1. »

Vladimir Poutine aimante les points Godwin -classiquement le fait, dans un débat, de faire des références à Adolf Hitler et au IIIe Reich, dans le but de décrédibiliser son adversaire.
La loi de Godwin, dont le champ d'application de l’énoncé original est restreint aux discussions sur Usenet, peut se généraliser de la manière suivante à la presse mainstream américaine:


« Pour toute la presse mainstream américaine, il existe un unique thème « c’est la faute à  Poutine » tel que pour toute discussion au sein de cette presse, la probabilité que ce thème soit abordé tend vers 1. »


Il est inutile de revenir ici sur le flop du RussiaGate relatif aux "fake news" des médias sur l'intervention russe dans les élections américaines et tout le cinéma qui a duré des années et coûté des millions de dollars pour finir en un non-lieu. 
Voici d'autres exemples:
-  Après l'empoisonnement en Angleterre de l'ex-espion russe Sergueï Skripal, l’Angleterre a franchi une nouvelle limite : celle du point Godwin. Mercredi 21 mars, le chef de la diplomatie britannique, Boris Johnson, a trouvé "juste" de comparer la Coupe du monde de football en Russie avec les jeux Olympiques de Berlin en 1936 sous Hitler.
"Franchement, c'est à vomir de penser à Poutine en train de se glorifier lors de cet événement sportif", a-t-il ajouté, en réponse à un parlementaire qui estimait que le président russe Vladimir Poutine allait utiliser la Coupe du monde "comme Hitler a utilisé les jeux Olympiques de 1936".
-  Le point Godwin de l’histoire franco-russe Lundi, 11 Mai, 2015 l’Humanité
-  Poutine et l'Ukraine: prolifération des points Godwin
Par LEXPRESS.fr du 06/03/2014
Le président russe Vladimir Poutine a été comparé à Adolf Hitler plusieurs fois ces derniers jours. Une analogie est établie notamment par Hillary Clinton entre l'intervention en Crimée et l'annexion de l'Autriche en 1938.
L'intervention russe en Crimée a poussé plusieurs observateurs à créer un parallèle avec l'Anschluss, l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne nazi en 1938.  

Hannibal GENSÉRIC
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.