dimanche 1 mars 2020

Front syrien 1/3/20. Ultimatum iranien aux Turcs


Dans la nuit de samedi à dimanche le 28 février, l'état-major de l'armée turque et donc de l'OTAN a cru bon de s'en prendre au QG de la Résistance au sud d'Idlib. Outre les officiers syriens qui s'y trouvaient, plusieurs combattants du Hezbollah libanais ont été pris pour cible.

Aucune description de photo disponible. 
Citée par Al-Manar, la Résistance confirme la mort de 8 de ses combattants dans le raid turc. Tout au long de la journée de samedi, l'armée d'occupation turque a continué à pilonner les QG de l'armée syrienne et les positions du Hezbollah en parfaite coordination avec Israël qui depuis sa plus récente déculottée à Damas, où ses missiles de croisière ont été interceptés à 99% par la DCA syrienne, a pris les commandes de l'armée turque pour viser la Résistance. Seulement, la dérive turque commence à bien faire. 
L'Iran vient de lancer un ultimatum à l'Etat turc pour mettre immédiatement fin au jeu dangereux qu'il a commencé: le Commandement des conseillers militaires iraniens en poste en Syrie a ainsi dénoncé « la poursuite des tirs d’artillerie de l’armée turque contre les positions des forces iraniennes et pro-iraniennes », appelant la Turquie à « opter pour une attitude rationnelle » à Idlib.
Cité par la chaîne Al-Mayadeen, le Centre de Commandement iranien à Damas, qui depuis le début de la guerre ne s'est jamais exprimé de façon si directe, a publié, aujourd'hui dimanche à l’aube, un communiqué qui dénonce la poursuite du « bombardement » de ses positions.
« Depuis samedi matin, nous avons ordonné à nos forces de ne pas viser les soldats turcs à Idlib afin de préserver leur vie, bien qu'ils se trouvent à notre portée. Nos troupes se gardent bien donc de viser les soldats turcs, mais l'armée turque continue de mener des tirs d’artillerie sur nos positions et nos bases », affirme d'un ton bien intrigué, le communiqué.
Le Centre de Commandement iranien en Syrie appelle ainsi la Turquie à « agir rationnellement » et « dans le sens des intérêts des nations syrienne et turque ».
« Encore une fois, nous insistons sur le fait que les fils de la nation turque qui servent l’armée de ce pays sont à portée de nos forces à Idlib. Nos troupes sont parfaitement en mesure de riposter aux bombardements de leurs positions par la Turquie, mais elles se sont retenues en obéissant aux ordres de la hiérarchie », ajoute le texte qui s'adresse ensuite au peuple turc : « Nous  invitons les Turcs à faire pression sur leurs commandants de leur armée et leurs dirigeants politiques pour qu'ils se retiennent et évitent une effusion de sang dans les rangs des soldats turcs et ce, sur le sol syrien », souligne le communiqué.
« En dépit du difficile concours de circonstances, nous nous tiendrons aux côtés du gouvernement, du peuple et de l'armée syriens pour en finir avec le terrorisme et ce, jusqu'à la libération totale et le nettoyage complet du territoire syrien. Nous appelons donc toutes les parties à réfléchir et à comprendre le grand danger que créera la poursuite de l'hostilité et des attaques contre la Syrie », indique le Commandement. 
Samedi, le président turc avait lancé un appel à la Russie, « pour qu'elle se dégage de la Syrie » et laisse, « les troupes turcs en finir avec le régime Assad ».
Les observateurs politiques voient à travers le communiqué de la Force Qods du CGRI, un ultimatum sans précédent à la Turquie qui fait en ce moment le jeu des États-Unis et d'Israël.
« La situation est évidemment difficile puisque l'Iran a pour principe de ne pas verser le sang des soldats musulmans, surtout des soldats turcs, pays voisin et partenaire. Mais Ankara s'est engagé sur une voie parfaitement irrationnelle qui pourrait conduire au pire. En effet la Force Qods a des centaines de missiles braqués sur les troupes turques et leurs mercenaires, capables à faire un Aïn al-Asad bis pour l'armée turque et ses alliés de l'OTAN. Erdogan a tout intérêt à ne pas aller trop loin », estime un expert joint par PressTv. 
Au moins 34 soldats turcs ont été tués et une trentaine blessés, à Idlib, en Syrie, lors d’une frappe aérienne menée par les avions de combat syriens. Le ministère russe de la Défense a indiqué que « les forces syriennes ont bombardé dans la région d'Idlib près de la ville de Bihon, les forces turques présentes à côté des terroristes qui n’auraient tout simplement pas dû se trouver là ».
Source : PressTv


"Une zone d'exclusion aérienne" US/OTAN est-elle possible sur IDLIB ?
200 soldats turcs tués en moins de dix jours, et un président Erdogan qui plaisante avec les membres de son parti en pleine Assemblée, provoquant un véritable tollé au sein de la population et son conseiller qui évoque les 16 guerres ayant opposé la Russie tsariste à l'Empire ottoman en affirmant que les Turcs n'ont pas peur d'une 17ème confrontation...
En Turquie, on est en plein cirque : dans la nuit de samedi à dimanche, un premier pays de l'OTAN s'est désolidarisé d'Ankara, la Grèce, en affirmant qu'il ne porterait pas son assistance à l'armée turque face à la Russie. Dans la soirée, la France de Macronavirus dont l'armada rode toujours non loin des côtes syriennes, a appelé Poutine pour mettre l'accent sur la nécessité d'une désescalade, et tout ceci n'a pas suffi à réveiller le Sultan qui agit comme envoûté par les fausses promesses US, quitte à faire de son armée "le bouclier humain" des projets expansionnistes américano-otaniens.
C'est ainsi qu'une attaque au drone simultanée a été lancée dans la nuit de samedi à dimanche contre les positions de l'armée syrienne et de ses alliés de la Résistance, et ce, à l'appui des unités d'artillerie. Les observateurs militaires ont évoqué même un grotesque remake de l'attaque du septembre 2019 d'Ansarallah contre Aramco, en plus faible, en moins coordonnée, même si les officiers britanniques, français, israéliens et américains pilotaient l'opération depuis le QG turc à Ankara où le ministre turc de la Défense singe grossièrement les généraux US du CentCom. 
Evidemment l'attaque visait la base aérienne russe, Hmeimim avec sa DCA ultra-performante que l'Amérique cherche à briser depuis trois ans, navires, drones, avions de connaissance Poesidon et autres gadgets à l'appui, mais qui ne parvient pas, l'objectif étant d'installer une zone d'exclusion aérienne au-dessus du nord de la Syrie. Des explosions ont donc été entendues à Hmeimim, explosions dues visiblement à des systèmes de DCA sur place qui ont tonné au maximum pour contrer une attaque en règle du camps d'en face. Selon le site militaire russe Avia.pro, la DCA syro-russe a intercepté et abattu 12 drones turcs en moins de 4 minutes. 
« La défense aérienne syrienne a été activée pour couvrir la totalité d'Idlib jusqu'à la frontière turque », affirme le site qui rapporte les témoignages apparus massivement sur les réseaux sociaux indiquant que les systèmes de défense aérienne syriens avaient commencé  « l'élimination » des drones ennemis et qu'ils avaient fait un tabac.
Il y a deux jours, le ministère turc de la Défense publiait une vidéo mettant en scène la destruction du système de missiles de défense aérienne Pantsir-S en Syrie, clamant que ce système avait été « neutralisé ».  Avia.pro affirme, preuve à l'appui, qu'il s'agit d'une « fake », les images ayant été tournées en Libye, il y a de cela plusieurs semaines ! On est en pleine guerre des images comme aux premières heures de la guerre où Al-Jazeera reproduisait dans ses propres studios la « chute de Damas ». Seulement depuis cette date, plus de 8 ans sont écoulées. Si Erdogan croit pouvoir briser la DCA syrienne, il se trompe lourdement. 
L'opposition turque l'a compris après un lourd bilan de 200 morts en dix jours de guerre, mais pas le pseudo Sultan! À moins de vouloir sacrifier au sol comme dans l'air les forces militaires turques, Erdogan devra cesser de jouer aux sultans, dit un analyste consulté par Avia, lequel analyste commente ainsi la fakenews liée au Pantsir-S: « Selon des sources, la vidéo sur laquelle le système de défense aérienne Pantsir-S a été détruit n'appartenait pas à l'armée syrienne. La vidéo a été réalisée lors de l'attaque turque sur l'une des bases militaires de l'armée nationale libyenne, ce qui, soit dit en passant, est indirectement confirmé par certaines caractéristiques de conception de la version d'exportation de la coque Shell »

Source : PressTv


3 commentaires:

  1. Combien de fois je vous ai écrit que la Turquie est plus que la Turquie réel. En partageant des faux nouvelles par la vous esquivez la réalité Turc dans le domaine sociologique, milliaire et politique. Tout d'abord obéissez a votre promesse au bout de ce site. Pourquoi vous soutenissez Hizbullah.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que font les soldats turcs en territoire Syrien ?? C 'est une invasion illégale, criminelle, commanditée par l OTAN. Erdogan a intérêt à revoir sa politique envers un pays voisin, qui plus est, musulman.

      Supprimer
  2. Les groupies d'Erdogan, ici c'est pas un site ou on parle de rock'n'roll et ou on adule des rockstars, que je sache, le hezbollah ne soutient pas les islamistes en Syrie, contrairement à ce tellement fantastique président turc. D'où la ligne éditoriale de ce site, c'est très simple.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.