lundi 2 mars 2020

Front syrien 2/3/20


Cauchemar pour les Turcs: la Russie lance d'urgence des systèmes de lance-flammes propulsés par fusé.
Les terroristes et les militaires turcs de Syrie seront fumés par les systèmes de lance-flammes à réaction russes. Selon un certain nombre de sources d'information russes, ces derniers jours, la Russie a transféré plusieurs systèmes de lance-flammes lourds en Syrie qui peuvent gérer la destruction à grande échelle de soldats, de véhicules blindés et de fortifications sur de vastes zones. Compte tenu des informations selon lesquelles jusqu'à 10 systèmes TOS-1 a ont été transférés en Syrie .
Lance-flammes TOS-1
«…. Après la poursuite des opérations, Erdogan a déclaré que les avions volant dans les régions ne seraient pas sûrs, faisant allusion à l'aviation de la Fédération de Russie. Ces menaces ont été entendues par le commandement russe, de sorte qu'il est déjà connu que des systèmes modernes, appelés Sunshine, ont été amenés en Syrie. Il est rapporté que ce système, surnommé la "machine à grésiller" militaire, devrait sérieusement surprendre les troupes turques. Les experts disent que la Russie augmente rapidement sa présence dans la RAS en raison des menaces turques. Heureusement, l'affaire n'a pas encore dépassé les menaces, mais Moscou est prête à donner une réponse à Ankara avec confiance, et la livraison de Solntsepekov (ou TOS-1) en sera la confirmation »- rapporte la source.
Aucune description de photo disponible.
Il convient de préciser que ces derniers jours, un assez grand nombre d'avions de transport militaire ont atterri en Syrie, ce qui pourrait bien indiquer que la Russie est prête non seulement à fournir des systèmes TOS-1a à l'armée syrienne, mais aussi à les utiliser contre l'armée turque et les terroristes, si nécessaire, indépendamment.
Le TOS-1 appelé aussi Buratino, en russe (тяжёлая огнемётная система pour système de lance-flammes lourd) est un lance-roquette multiple (d'appellation usuelle « Katioucha ») à 24 tubes de 220 mm. Il est basé sur un châssis de char T-72, et a été utilisé pour la première fois en Afghanistan en 1988–1989. Il a été présenté au public pour la première fois à Omsk en 1999.
Le TOS-1 n'est pas utilisé par l'artillerie russe, mais par les unités NBC (en russe войскa радиационной, химической и биологической защиты [РХБЗ]), du fait que les roquettes lancées sont thermobariques.
Le TOS-1 a été conçu pour frapper les soldats, l'équipement, les bâtiments, les bunkers et fortifications, ainsi que les véhicules légers. Comme la portée des roquettes (3 500 m) demande un véhicule suffisamment blindé, et comme le dispositif est lourd, un châssis de char T-72 a été choisi. La portée des roquettes est de 5 à 6 km selon les versions.
Sa puissance de destruction est estimée à 1 km2 par salve pour roquettes incendiaires et 2 km2 pour les missiles thermobariques. Il a une vitesse de 65 km/h, un poids de 46 tonnes et est conduit par un équipage de trois personnes. 

Un convoi turc a été touché par  missile balistique
Un convoi militaire massif envoyé par l'armée turque dans la ville de Serakib, dans le contexte de la libération de cette dernière par l'armée syrienne, a été détruit par un missile balistique Tochka OTRK. Nous parlons de nombreuses pertes parmi les Turcs et les militants qu'ils contrôlent, comme en témoignent les séquences vidéo correspondantes de l'évacuation des blessés et des tués dans des hélicoptères.
Selon diverses sources, un convoi de 30 à 40 véhicules a été détruit par un coup puissant, tandis que, selon des sources, le lancement du missile balistique Tochka a en fait été effectué par l'armée syrienne.
Sur les images vidéo présentées, vous pouvez voir comment les hélicoptères turcs évacuent les morts et les blessés, et bien que le nombre exact de ces derniers reste inconnu, il existe des informations sur 25 blessés et 18 morts (à la fois parmi les militaires turcs et parmi les militants - environ Ed.).
Il convient de noter que des sources turques signalent qu'il s'agit en fait d'une frappe aérienne et que la Russie serait à l'origine de l'attaque du convoi militaire turc, qui n'a toutefois reçu aucune confirmation.
Compte tenu de la vidéo présentée, l'armée syrienne n'a pas voulu abattre les hélicoptères militaires turcs, qui ont procédé à l'évacuation des blessés et des morts, malgré la fermeture de l'espace aérien dans ce secteur.

La défense aérienne syrienne abat six drones turcs

En quelques heures, l'armée turque a perdu 60% des drones au-dessus de la Syrie.
L’utilisation active par la Turquie de véhicules aériens sans pilote d’attaque et de reconnaissance contre l’armée syrienne a provoqué l’opposition de Damas. En seulement quelques heures, les systèmes de défense aérienne syriens ont détruit six drones turcs sur dix utilisés par l'armée turque dans le ciel au-dessus d'Idlib, Hama et Alep. Vidéo
À la disposition de la ressource Avia.pro était un enregistrement vidéo qui a capturé le moment de la destruction du véhicule aérien sans pilote turc Anka-S. Vidéo
Après cela, pendant seulement 3-4 heures, tous les drones de l'armée de l'air turque, s'approchant de 5 kilomètres dans le territoire syrien, ont commencé à être touchés soit par des installations antiaériennes, soit à l'aide de systèmes de défense aérienne.
Les données à ce sujet ont été confirmées non seulement par des représentants du ministère syrien de la Défense, mais également par les médias turcs, bien que le département militaire turc préfère jusqu'à présent ne pas faire de déclarations officielles.
Entre autres choses, des sources rapportent que les systèmes de défense aérienne syriens ont également tenté de faire tomber deux avions de combat turcs F-16, mais en raison de leur longue portée, ils n'ont pas pu être touchés (l'avion est rapidement entré dans l'espace aérien turc ).
Il convient de préciser qu'il s'agit aujourd'hui de la première perte majeure de l'armée de l'air turque en Syrie

Ce fut à l'israélienne : deux F-16C des forces aériennes turques ont abattu à quelques heurs d'intervalle et à partir du ciel du sud de la Turquie deux Su-24 MK2 de l'armée de l'air syrienne au -dessus de la zone libérée du sud d'Idlib, confirmant l'hypothèse de ceux des analystes qui soupçonnent Erdogan d'avoir à Idlib pour seule mission celle de retarder la libération de Deir ez-Zor sur la rive est de l'Euphrate, encore occupé par les USA et Israël.
Des sources militaires affirment d'ailleurs qu'un brouillage électromagnétique très intense est à signaler entre la Turquie et la Syrie, signe qu'au contraire du récit médiatique en cours, ni Israël ni non plus l'armada otano-américaine en pleine activité dans l'est de la Méditerranée ne sont resté les bras croisés et qu'ils apportent à Erdogan de l'assistance mais seulement du mieux qu'ils peuvent. Quelques heures avant cette deuxième folie, Erdogan en avait commise une première : s'en prendre directement au QG du commandement militaire iranien au sud d'Idlib, y provoquant la mort, selon un dernier bilan du Hezbollah, de 9 combattants de la Résistance.
Dans son ultimatum la Force Qods du CGRI a très clairement mis en garde le "Sultan" de revenir sur terre et de ne pas mettre à l'épreuve les puissances balistiques iraniennes puisqu'après tout, vouloir servir Israël sur le sol syrien, quitte à  s'obstiner dans une insane erreur qui est celle d'occuper les terres des autres à coup de baïonnette, est un dangereux tournant que ni l'Iran ni la Russie en dépit de leur partenariat économique avec Ankara ne toléreront guère.
Dimanche dans la soirée, le ministère russe de la Défense a emboîté le pas au CGRI. Il a déclaré qu’après l’annonce de la fermeture de l’espace aérien d’Idlib par le gouvernement syrien, Moscou "ne pourrait plus garantir la sécurité des avions turcs dans le ciel du nord de la Syrie". Cela veut dire que désormais en plus des drones d'attaque Anka S turcs dont 6 ont été intercepté et abattus dimanche soir au dessus de Saraqib et ce, sous le feu particulièrement intense de la DCA syrienne, les hélicoptères et les avions de combat de la Turquie y passeront aussi, puisque les amis US/OTAN d'Erdogan l'ont poussé vers le précipice sans lui fournir ni des Patriot ni des missiles de longue portée. Cela veut dire aussi que les appareils turcs seront visés dans le ciel turc! C'est largement préventif, quand on sait que dans son extrême folie, Erdogan pourrait même être tentée d'envoyer ses F-16 kamikaze s'abattre sur les positions syriennes, russes et de la Résistance.
Erdogan fera la peau de l'armée turque?!
Le site militaire Avia.pro commente ce tournant: "les chasseurs F-16 turcs n'ont pas de missiles à longue portée et que par conséquent, ils peuvent être facilement détruits par les systèmes de défense aérienne syriens. Jusqu'ici, la DCA syrienne a évité de s'en prendre à l'aviation turque au-dessus du territoire turc, ce qui n'est de vigueur puis le ciel du nord est "zone militaire fermée" et que l'espace aérien turc est parfaitement à la porté des S-200 syriens". Ainsi l'idée d'un Pearl Harbor à la Turque pour briser la puissante DCA syrienne qui couvre le sud turc et le nord irakien est tuée dans l'oeuf.
Pour le reste, SANA rapporte l'arrivée d'un méga convoi militaire syrien dans la nuit de dimanche à lundi à l'est et au sud d'Idlib, convoi visiblement chargé de ce qu'ont déchargé récemment deux navires de guerre russe à Tartous : de nouvelles pièces de la DCA. SANA dit : "ce sont des armements modernes et en conformité avec les évolutions en cours sur le front d'Idlib. L'armée syrienne cherche à changer rapidement et de façon irréversible la donne en sa faveur et ce, après que sa DCA soit entrée pleinement en fonction. C'est une phase destinée à contrer la chasse turque (otano-américaine aussi, NDLR)


Source : PressTv

2 commentaires:

  1. http://video.haber7.com/video-galeri/156688-savunma-sanayii-baskanligi-paylasti-gokyuzundeki-ordumuz

    RépondreSupprimer
  2. Dans ce vidéo vous verrez que l'armée Turc et autonome et automatique. Vous ne verrez pas les soldats vous verrez de poussière après l'explosion...ou bien des flamme après une flamme de Lazer...

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.