mercredi 4 mars 2020

SYRIE. L'EAQ (Erdogan Al-Qaïda) a fusionné avec les «postes d'observation» turcs qui deviennent donc des cibles légitimes pour les forces aérospatiales russes


La Turquie a autorisé ses postes d'observation, créés dans le cadre d'un accord avec Moscou en 2018, à fusionner virtuellement avec des bases terroristes à Idlib, a déclaré le ministère russe de la Défense, au cours d'une attaque turque contre l'avancée des forces syriennes.
"Les zones fortifiées des terroristes ont fusionné avec les postes d'observation turcs déployés dans le cadre de l'accord de Sotchi en 2018", a déclaré mercredi le porte-parole du ministère russe de la Défense, le général de division Igor Konashenkov.
Les attaques et les tirs d'artillerie de masse contre les colonies civiles voisines et la base aérienne russe de Khmeimim sont passés de sporadiques à quotidiens.


L'Europe et les États-Unis ont toujours ignoré le non-respect par la Turquie de l'accord de 2018, a poursuivi le porte-parole, affirmant que ni l'un ni l'autre ne sont "intéressés par la situation humanitaire réelle à l'intérieur et autour d'Idlib".
#Syrie Je pense que depuis que la Turquie a donné son équipement blindé aux terroristes de Hayat Tahrir al-Sham, toutes les armures turques devraient être une cible légitime. Il en va de même pour les postes d'observation turcs qui tirent même un seul coup de feu sur les forces gouvernementales syriennes
Toutes les demandes officielles de la Russie à l’ONU et aux pays occidentaux (qui ont acheminé de l’aide humanitaire à travers la frontière turque et la totalité de cette aide n’est pas allée aux réfugiés, mais aux terroristes ) sont restées sans réponse. Tout ce que nous avons entendu, ce sont les lamentations sur la nécessité de «préserver à tout prix les accords de Sotchi».
Malgré des attaques répétées contre des civils et des liens clairs avec des groupes terroristes connus, les médias occidentaux ont transformé les factions armées d’Idlib en soi-disant terroristes «modérés», a déclaré le porte-parole.
Où se trouvait [Abu Mohammad] al-Joulani - le chef de Jabhat al-Nosra, un groupe terroriste officiellement reconnu par l'ONU - avec ses près de 20.000 coupeurs de têtes, parmi ces combattants prétendument «d'opposition» dans la zone contrôlée par la Turquie? » a-t-il demandé.
En un clic de doigt, tous les terroristes d'Idlib sont devenus les soi-disant «représentants de l'opposition modérée» dans les médias occidentaux. Cependant, on ne sait pas comment le chef de l'Etat islamique al-Baghdadi a récemment été «localisé» et tué, selon les États-Unis, au milieu de tous ces «modérés».
Les masques tombent
RT: "Les zones fortifiées des terroristes ont fusionné avec les postes d'observation # turcs déployés dans le cadre de l'accord de Sotchi en 2018", a déclaré mercredi matin le porte-parole du ministère russe de la Défense, le général de division Igor Konashenko. #Syrie
Les attaques en cours d'Ankara contre l'armée syrienne alors qu'elle progresse contre les groupes terroristes équivaut à une «violation du droit international», et pourtant elle est totalement «passée totalement inaperçue en Occident», a déclaré Konashenkov, malgré l’engagement déclaré de ce dernier en faveur d’un «ordre fondé sur des règles».

Source : Russian Defense Ministry: EAQ (Erdogan Al Qaeda) merged with Turkish ‘Observation Posts’-Now Legitimate Targets for Russian Aerospace Forces
La deuxième armée la plus forte de l’OTAN subit des leçons douloureuses à Idlib
Des unités de la police militaire russe sont entrées dans la ville de Saraqib, dans l'Est d'Idlib, après la deuxième libération de la ville de son occupation par les terroristes d’Al-Qaïda et leurs alliés des forces turques. Selon l'armée russe, le déploiement a eu lieu à 17 h 00, heure locale, le 2 mars et visait à assurer la sécurité et à autoriser le trafic par les autoroutes M4 et M5. En fait, les Russes sont venus mettre fin aux tentatives turques de capturer la ville et de couper l'autoroute M5 dans cette zone.
Dans le même temps, l'armée syrienne a repoussé les tentatives d’Al-Qaïda et des forces turques de capturer la ville de Kafr Nubl dans le sud d'Idlib et a repris plusieurs villages voisins, dont Hazarin et Dar al-Kabirah. Selon des sources progouvernementales, au moins 15 unités d'équipement militaire appartenant à des mandataires turcs ont été détruites lors des récentes opérations. La partie turque a réagi à l'évolution de la situation sur le terrain par un nouveau lot de déclarations victorieuses.
Selon les remarques du 2 mars du ministre de la Défense Hulusi Akar, le nombre de troupes syriennes «neutralisées» depuis le début de l'opération Spring Shield a atteint 2.557. C'est environ 350 soldats syriens de plus que ce qui avait été annoncé le 1er mars. La question principale est: "Le ministre turc de la Défense croit-il vraiment aux chiffres qu'il fournit?" Il serait probablement utile de ne pas faire de telles déclarations. Ainsi, il pourrait éviter de rougir de honte. Si l'armée syrienne subit vraiment de telles pertes en seulement quelques jours, les forces dirigées par la Turquie auraient atteint facilement leur objectif déclaré d'expulser les troupes syriennes du sud et de l'Est d'Idlib. C’est exactement le contraire qui se passe sur le terrain.
En réalité, le président turc Recep Tayyip Erdogan se rendra à Moscou le 5 mars pour négocier un cessez-le-feu. «Mon seul souhait est de mettre fin à cette lutte par la victoire et d'empêcher de nouvelles effusions de sang, avec un cessez-le-feu permanent. Pour cela, nous utilisons tous nos canaux diplomatiques, ainsi que notre lutte sur le terrain », a déclaré Erdogan lors d'un rassemblement de responsables du Parti de la justice et du développement.
Il y a quelques jours à peine, les partisans de l'opération turque affirmaient que les puissantes forces turques avaient déjà vaincu le régime d'Assad et qu'elles entreraient bientôt dans les villes de Damas et d'Alep. Maintenant, les mêmes sources admirent l'intelligence tournée vers l'avenir politique du dirigeant turc de ne pas aggraver la situation.
Il semblerait que les choses ne se passent pas à la manière turque à Idlib. Lorsqu’Erdogan et Poutine parviendront à un autre cessez-le-feu, ce qui mettra officiellement fin à l'objectif d'Ankara de chasser l'armée syrienne des zones récemment nettoyées, les mêmes sources déclareront probablement que c'est une victoire turque. La 2e armée la plus puissante de l'OTAN ne semblait pas capable de vaincre les forces syriennes, bien qu’épuisées par un conflit de près de 10 ans, sans subir de pertes inacceptables.
L'équilibre des forces dans le Grand Idlib a de nouveau changé. Si l'armée turque ne parvient pas à une percée inattendue, par exemple la capture de Maarat al-Nôoman, immédiatement, les principaux efforts de la diplomatie turque seront probablement axés sur la conclusion d'un accord qui empêcherait une avancée syrienne sur Idlib. Cette ville est le principal bastion d'Al-Qaïda et le dernier très grand centre urbain aux mains des groupes islamo-terroristes sunnites de la région. La chute d'Idlib entre les mains de l'armée syrienne détruirait tous les espoirs turcs de solidifier sa propre influence dans cette partie de la Syrie.
Cependant, même un accord russo-turc sur la ville d'Idlib ne mettra probablement pas fin aux efforts antiterroristes de l'armée syrienne et de ses alliés. La ville de Jisr al-Shoughour, située près de l'autoroute M4, est parmi les cibles possibles des opérations à venir. La ville est actuellement contrôlée par le Parti islamique du Turkistan, un groupe lié à al-Qaïda composé d'étrangers. Ainsi, les médias grand public peuvent commencer à se préparer à défendre un autre groupe de «rebelles modérés» qui seraient opprimés par le régime brutal d'Assad.
Chantage d’Erdogan sur l’Europe pour obtenir son soutien en Syrie
Le président Recep Tayyip Erdogan continue de mettre la pression sur l’Europe pour obtenir son soutien en Syrie, où plus de 50 soldats turcs ont été tués en février dans la région d’Idleb. Ainsi, depuis la fin de la semaine dernière, Ankara a décidé de ne plus empêcher les migrants présents sur son territoire de se rendre à la frontière avec la Grèce. Mais qu'en est-il exactement ? 
Le chef de l’État turc a dernièrement affirmé que des « centaines de milliers » de migrants s’étaient déjà dirigés vers l’Europe et qu’ils seraient bientôt « des millions ». Mais lundi, aux abords de la frontière gréco-turque, on ne constatait pas un tel afflux. Les chiffres avancés par la Turquie sont, à l’évidence, fantaisistes.
Ce week-end, les Nations unies avaient compté environ 15.000 migrants présents le long de la frontière terrestre. On peut effectivement parler de milliers de personnes qui attendent sur place, et le gouvernement grec affirme lui aussi avoir empêché des milliers de personnes d'entrer sur son territoire. Une chose est sûre, ils ne passent pas par la route. Les postes-frontières côté grec sont fermés.
Hannibal GENSERIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.