mardi 24 mars 2020

USA. Refuser des médicaments à l'Iran et au Venezuela est un crime contre l'humanité


L'un des aspects les plus ignobles du coronavirus est la manière dont il est exploité par Washington pour punir des pays comme l'Iran et le Venezuela, actuellement les ennemis désignés par les néocons et les sionistes qui contrôlent la Maison Blanche. Il serait possible de décrire la politique de l'administration Trump envers ces deux nations comme sadique, même si le comportement du président Trump et du secrétaire d'État Mike Pompeo pourrait réellement choquer le marquis de Sade.


Il reste beaucoup à apprendre sur le coronavirus, bien qu'il soit tout à fait possible qu'il ne soit pas possible de déterminer comment il s'est développé si les divers gouvernements qui pourraient être impliqués s'avèrent peu coopératifs [1]. Les Chinois ont soigneusement contrôlé les informations sur le virus à ses débuts, bien qu'ils aient finalement adopté un verrouillage complet de la population pour empêcher sa propagation qui semble avoir réussi et pourrait servir de modèle à d'autres pays s'ils peuvent surmonter les préoccupations concernant les menaces des libertés civiles qui découlent du fait de mettre trop de pouvoir entre les mains de responsables gouvernementaux corrompus et ignorants.
Il y a plus de deux semaines, j'ai suggéré que la forme actuelle de corona aurait pu s'échapper du laboratoire de quelqu'un où un virus armé était en cours de développement, (comme des pays comme les États-Unis et Israël) qui auraient des capacités importantes dans la guerre biologique ainsi qu'un motif géopolitique [2]. Je pense toujours que l'évaluation doit être considérée comme viable, d'autant plus que le processus de politisation impliquant le virus est désormais pleinement engagé.
La Chine prétend maintenant que les soldats américains impliqués dans les Jeux militaires mondiaux qui se sont déroulés à Wuhan en octobre pourraient avoir délibérément planté le virus, tandis que le président Donald Trump et d'autres républicains aux États-Unis appellent la maladie le virus de Wuhan ou de la Chine, impliquant implicite ou imprudent comportement des Chinois et un effort clair pour diaboliser le gouvernement de Pékin en exploitant l'apparence du virus comme un problème de coin. Et l'on peut noter que le virus a particulièrement frappé la Chine et l'Iran, pays qui figurent sur la liste des ennemis de Washington, ce qui génère des théories du complot supplémentaires.
Donald Trump n'est pas exactement une personne débordante de compassion. Lorsque le virus corona a commencé à émerger aux États-Unis, il l'a qualifié de «canular» et a exhorté tout le monde à continuer à travailler même s'il était malade, exactement le contraire de ce qui était recommandé par les autorités médicales les plus responsables. Il prévoit maintenant dinecter 1.200 dollars à chaque résident américain, qu'il en ait besoin ou non pour réparer les dommages politiques, une proposition qui coûtera jusqu'à 500 milliards de dollars que les États-Unis n'ont pas et qu'ils devront soit imprimer ou emprunter. L'argent devrait aller à ceux qui sont maintenant au chômage à cause du virus, un point qui, de façon surprenante, est soulevé par plusieurs sénateurs républicains.
Des centaines de milliards supplémentaires iront aux «victimes» habituelles, les banques et les grandes sociétés qui utiliseront l'argent pour rembourser les prêts à long terme, mais aussi pour racheter leurs propres actions et augmenter la valeur de leurs actions pour les investisseurs [3]. C'est précisément ce qui s'est passé en 2008, avec peu de choses à montrer pour l'Américain moyen.
L'un des aspects les plus ignobles du coronavirus est la manière dont il est exploité par Washington pour punir des pays comme l'Iran et le Venezuela, actuellement les ennemis désignés de l'intérieur de la populace de Beltway. Il serait possible de décrire la politique de l'administration Trump envers les deux nations comme sadique, même si le comportement du président Trump et du secrétaire d'État Mike Pompeo pourrait réellement choquer le marquis de Sade.
 
Le Venezuela s'est vu refuser un prêt de 5 milliards de dollars du Fonds monétaire international pour lutter contre le virus en raison de l'argument apparemment non pertinent et à motivation politique selon lequel il n'est pas clair qui représente le gouvernement légitime du pays, que ce soit Nicola Maduro, le président, ou Juan Guaido , l'aspirant au poste de chef de l'Etat promu par Washington. La Maison Blanche a également déclaré un «Mars de pression maximale » dirigé contre l'économie vénézuélienne, le secteur des soins de santé étant particulièrement visé. Ainsi, les Vénézuéliens mourront et Maduro continuera sans aucun doute à diriger le gouvernement, rendant la position de l'administration Trump exigeant un changement de régime à la fois toxique et inutile.
L'Iran sollicite également un prêt d'urgence de 5 milliards de dollars du FMI pour faire face à la crise, une demande qui sera presque certainement également torpillée par l'administration Trump. Jeudi dernier, Pompeo a doublé son action contre l'Iran, initiant de nouvelles sanctions sur la base de l'allégation sans preuves que Téhéran est à l'origine des récentes attaques contre des bases militaires américaines en Irak. Il a également confirmé que, dans le cadre de la politique de «pression maximale», toutes les sanctions existantes resteront en place, affirmant que «nos sanctions priveront le régime de revenus critiques de son industrie pétrochimique et favoriseront l'isolement économique et diplomatique de l'Iran. Les États-Unis continueront d'appliquer pleinement nos sanctions. »
Le fait que le gouvernement et le parlement irakiens ont demandé aux Américains de fermer leurs bases dans le pays alors que les États-Unis sont très impopulaires en raison de l'assassinat de miliciens et de soldats irakiens semble avoir échappé à Pompeo comme causes possibles de la série de frappes de missiles. Pompeo semble également ignorer le fait que des restes d'ISIS sont actifs dans les zones où se trouvent les bases américaines et se sont révélés tout à fait capables de tirer des missiles à partir de lanceurs improvisés de camionnettes.
La semaine dernière, l'Iran a confirmé qu'il avait enregistré 988 décès dus au coronavirus et le nombre infecté par dizaines de milliers, mais beaucoup pensent que les tests ont été inadéquats et le gouvernement pourrait sous-estimer le nombre de cas pour des raisons politiques. Pompeo a insisté à plusieurs reprises sur le fait que l'Iran serait autorisé à acheter les médicaments nécessaires à l'étranger, mais les restrictions de change imposées par les États-Unis sur l'activité de la banque nationale ainsi que sur les autres banques commerciales du pays signifient qu'il n'y a pas de mécanisme pour payer les médicaments et fournitures médicales afin que le pays lutte contre l'épidémie sans beaucoup de produits pharmaceutiques indispensables.
Même certains membres du Congrès ont remarqué qu'il y a quelque chose de fondamentalement mauvais dans la politique américaine. La sénatrice du Massachusetts Elizabeth Warren a envoyé une lettre à Pompeo et au secrétaire au Trésor, Steve Mnuchin, dans laquelle: «Je suis préoccupé par la vulnérabilité du peuple iranien au coronavirus et par la possibilité que les cas de coronavirus iraniens aggravent la propagation de la maladie dans les pays voisins, y compris les alliés régionaux et le reste du monde. Par conséquent, je demande l’assurance que tous les efforts raisonnables sont déployés par les États-Unis pour assurer la disponibilité de médicaments et d’autres articles humanitaires non sanctionnables pour le peuple iranien afin d’empêcher la propagation du coronavirus. »
Le sénateur Bernie Sanders a tweeté: «L'Iran fait face à un bilan catastrophique de la pandémie de coronavirus. Les sanctions américaines ne devraient pas contribuer à cette catastrophe humanitaire. En tant que nation bienveillante, nous devons lever toutes les sanctions qui entravent la capacité de l’Iran à faire face à cette crise, y compris les sanctions financières. »
Le gouvernement iranien est certes impopulaire en raison de la mauvaise gestion de l’abattage de l’avion de ligne ukrainien et de l’incapacité à faire face à une crise économique qui s’aggrave en grande partie à cause des sanctions imposées par les États-Unis. Compte tenu des signes actuels de faiblesse et d'instabilité à Téhéran, il y a eu récemment une réunion à la Maison Blanche pour discuter de l'opportunité pour les États-Unis d'attaquer l'Iran. Elle a heureusement été rejetée par une marge étroite lorsque le secrétaire à la Défense et les chefs d'état-major interarmées se sont fermement opposés à la proposition.
Pendant ce temps, les Iranophobes habituels à Washington à la Fondation liée à Israël pour la défense des démocraties (FDD) ont vu une occasion de resserrer un peu plus les vis et, espérons-le, de renverser les dirigeants iraniens par la guerre économique et biologique. Leur soutien à l'augmentation des sanctions contre l'Iran est une politique conçue pour infliger le maximum de douleur au peuple iranien afin qu'il se lève et essaie de détruire son gouvernement. Si cela devait se produire, cela signifierait une guerre civile, mais les gens de FDD auraient du mal à reconnaître le sang sur leurs mains.
Ironiquement, si les États-Unis faisaient un effort sérieux pour réellement aider le peuple iranien en suspendant les sanctions et en aidant à accélérer l'assistance médicale, cela pourrait en fait produire un véritable dégel dans une relation qui a été inutilement verrouillée en 1979 et la crise des otages de l'ambassade. Faire la guerre à des innocents ne doit en aucun cas être la raison d'être des États-Unis d'Amérique. Un changement de politique qui démontre en fait que Washington pourrait être intéressé à sauver des vies plutôt qu'à les détruire serait bien accueilli par la plupart du monde et aussi par de nombreux Américains.
Par Philip M. Giraldi son e-mail est inform@cnionline.org.
--------------------------------------

L'administration US mise au pas 
L'administration Trump a de nouveau échoué ce lundi 23 mars, à se mettre d'accord avec les élus démocrates et républicains du Sénat sur un très attendu plan de soutien massif à l'économie américaine, fortement touchée par l'épidémie de coronavirus qui a des effets sur de nombreux secteurs dans le pays.
Les élus démocrates ont, comme dimanche 22 mars, rejeté les mesures proposées par les républicains, et la motion, qui aurait permis un vote rapide sur le texte, n'a recueilli que 49 voix sur les 60 nécessaires. Ce projet de loi vise à mobiliser près de 2 000 milliards de dollars.
Les démocrates ont déclaré qu'il contenait trop peu d'argent pour les hôpitaux et pas assez de restrictions sur un fonds destiné à aider les grandes entreprises. Les républicains ont alors accusé les démocrates d'obstruction dans une période d'urgence nationale.
L’épidémie de coronavirus se répand avec ses effets économiques dans tout le pays. Sur le plan de l’emploi et de l’activité commerciale et industrielle, les premiers chiffres sont attendus dans la semaine. Mais déjà, les premières tendances sont là.
Alors que les États-Unis s’étaient habitués depuis plus de dix ans à une croissance ininterrompue, la crise du coronavirus va mettre un coup d’arrêt à cette belle histoire. Les entreprises étant paralysées, le PIB va connaître une chute brutale : 1.500 milliards de dollars de production vont être perdus, selon le Wall Street Journal.
De nombreux secteurs, comme le textile ou le commerce, craignent de ne pouvoir se relever. Selon l’économiste Thomas Philippon de l'université de New York, le phénomène le plus préoccupant reste le chômage. À ses yeux, les autorités américaines n’ont pas pris les mesures nécessaires à temps. Le chômage partiel par exemple n’a pas été organisé. Des millions de travailleurs précaires vont se retrouver sur le carreau. Le chiffre de 5 millions de chômeurs supplémentaires circule.
Pour les analystes de l’assureur Allianz, le taux de chômage américain devrait presque doubler et dépasser les 6%. On le saura très vite dans la mesure où rompre un contrat de travail aux États-Unis est très facile.
Le président américain, inquiet des répercussions économiques de la pandémie, s’interroge sur la pertinence des mesures de confinement. Donald Trump envisagerait la réouverture des entreprises, d’ici la fin de la semaine prochaine, et ce, malgré les avis des experts qui estiment qu’un retour à la normale risquerait d’entraîner une explosion des cas dans un pays déjà lourdement affecté par la pandémie.
« Nous ne pouvons pas laisser le remède être pire que le problème lui-même. Après une période de quinze jours, nous prendrons une décision », a tweeté Donald Trump, avant de relayer une série de messages qui plaident en faveur d’un retour au travail des Américains.
Source: RFI
Iran/coronavirus : la Tunisie condamne les sanctions US
Il y a quelque chose de particulièrement significatif dans cet appel téléphonique qui a eu lieu entre les deux présidents iranien et tunisien que plus d'un motif rapproche. Depuis que la Tunisie s'est choisie l'un des présidents les plus anti-israéliens de son histoire et partant les plus proches de la Résistance, l'Iran porte un regard tout différent sur l'État tunisien. Or la Tunisie siège désormais au sein du Conseil de sécurité à titre de membre non permanent et il est parfaitement capable d'user de son poids à titre de pays stratégique du nord de l'Afrique pour contrer les États-Unis d'Amérique et leurs alliés, comme il l'a fait dans le dossier libyen ou encore pour le Deal du siècle. 
Lors de sa conversation téléphonique lundi soir avec son homologue tunisien, Kaïs Saïed (alias Robocop), le président iranien, Hassan Rohani, lui a présenté ses félicitations à l’occasion du 20 mars, la fête nationale tunisienne, tout en le félicitant pour son élection. Le président Rohani a émis l'espoir « que Téhéran et Tunis renforceront les relations et la coopération sous le mandat du président Saïed et favoriseront l’interaction et les consultations sur diverses questions régionales et internationales ». C'est presque un appel au ralliement à l'axe de la Résistance qui est lancé là à l'adresse du Président Saïed: « La République islamique d'Iran ne voit aucune limite à la promotion des liens et de la coopération avec la République tunisienne, et nous devons mettre à profit les capacités des deux pays à cet égard », a réaffirmé Rohani avant d'évoquer « la pandémie de coronavirus devenue un défi mondial : «Aujourd'hui, la protection de la vie des gens et la lutte contre cette maladie nécessitent une action et une coopération concertées et collectives sur l’échiquier mondial.»
La partie la plus importante de cet entretien téléphonique aura été là où le président iranien a dénoncé les pulsions génocidaires de Washington qui continue à imposer à l'Iran des sanctions alors que le pays est pleinement touché par la pandémie de coronavirus: « Bloquer la livraison de médicaments et d'aides humanitaires à l'Iran et empêcher les relations bancaires de l'Iran qui sont nécessaires pour répondre aux besoins des gens vont à l’encontre des normes humanitaires et des règlements des Nations unies. Les pays du monde doivent condamner les mesures inhumaines du gouvernement américain et forcer Washington à obéir aux lois de l'ONU et aux principes humanitaires. La Tunisie, en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité, pourra prendre des mesures conformes à l'opposition de la communauté internationale aux sanctions arbitraires et inhumaines imposées par les États-Unis. »
Le mot est tombé: la Tunisie de pro-Résistance de Saïed ira-t-elle s'opposer à la machine de guerre biologique des USA, faisant marquer son alignement sur la Résistance? Il y a peu, l'Algérie a décidé de se rapprocher de la Syrie pour faire face à l'invasion USA/Turquie/OTAN en Libye. Certains sont allés même jusqu'à y voir un début de l'engagement militaire algérien dans la bataille d'Idlib. Alger a ainsi tranché. La Tunisie va-t-elle en faire autant? Les propos du président tunisien laissent l'espérer. Le président tunisien a salué les positions fermes de la République islamique d'Iran sur les questions régionales, internationales et du monde musulman, soulignant que la Tunisie attache une grande importance à la promotion des liens et de la coopération avec l'Iran et au renforcement des relations avec Téhéran. Et M. Saïed de critiquer les sanctions inhumaines que les États-Unis ont imposées à l'Iran, ajoutant:
«Nous pensons que tous les pays sont aujourd'hui confrontés à l'épidémie du coronavirus. Dans de telles circonstances, les Nations unies devraient faire preuve d'appartenance à toutes les nations; et l'Iran et la Tunisie sont sûrement solidaires dans la confrontation et la lutte contre divers défis mondiaux, tels que le coronavirus. »
Source : Presstv


---------------------------------

NOTES de H. Genséric
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.