dimanche 29 mars 2020

Sur les Juifs et les fléaux: les aventures de l'historiographie juive


"La diffamation que les Juifs complotaient continuellement pour empoisonner le monde a eu des résultats particulièrement tragiques lors de la Peste noire de 1348–1349."  Dennis Prager & Joseph Telushkin Pourquoi les Juifs? La raison de l'antisémitisme [1]
«Il n'y a pas de lien direct entre les massacres et la peste
Iris Ritzmann, «La peste noire comme cause des massacres de juifs: un mythe de l'histoire médicale?» [2]
J’ai été fasciné ces derniers jours par les commentaires juifs sur COVID-19, qui vont des théories du complot paranoïaque sur les nationalistes blancs aux francs aveux d’un ethnocentrisme juif intense.
 
Dans le premier cas, la surveillance apparemment permanente et sans ironie du FBI des sites de discussion pour adolescents a donné lieu à un avertissement sévère mais ridicule que «des groupes d'extrême droite aux États-Unis disent à leurs membres de répandre délibérément le nouveau coronavirus mortel aux policiers et aux juifs." En plus de conjurer des images mentales de Juifs ultra-orthodoxes pourchassés par des skinheads qui toussent, l'ADL a pris la décision de secouer son bol de mendicité en ce qui concerne les rumeurs selon lesquelles les Juifs auraient créé le nouveau coronavirus afin de vendre des vaccins et de «profiter de l'effondrement des marchés par des initiés commerce." Cette boîte de Pétri de paranoïa coexiste avec des discussions juives maladroites sur le fait que les communautés juives sont des incubateurs idéaux de la maladie parce que, selon The Forward, “la densité des réseaux sociaux juifs dans toutes les dénominations est deux fois plus importante que celle de la moyenne Américaine". Moins d'un an après que les communautés juives orthodoxes de New York sont devenues les épicentres d'une résurgence de la rougeole, les inquiétudes grandissent déjà quant au fait que ces mêmes communautés deviendront le terrain de jeu du diable pour COVID-19, qui a déjà coûté la vie à deux juifs ultra-orthodoxes. à Londres.
A la fois inspiré et dégoûté par ce mélange de maladie contemporaine et de paranoïa, je pensais revoir un matériau historiographique que j'avais préparé il y a plusieurs années et qui concernait les mêmes thèmes. L'essai suivant concerne l'allégation présumée selon laquelle les Juifs ont causé la peste noire, les récits apologétiques juifs dans l'historiographie et le rôle plus large du mythe dans la compréhension de soi par les Juifs.
Accusations d'accusations
Quiconque est confronté pour la première fois à l'historiographie juive traditionnelle est submergé par le paradigme de la victime inhérent à la plupart des études, dont un élément clé est l'idée que les Juifs ont été un bouc émissaire irrationnel d'innombrables fois au cours de plusieurs siècles. J'ai déjà décrit le paradigme de la victime:
L'historiographie juive est saturée d'allusions au statut «unique» des Juifs, qui ont subi une haine «unique» de la part de générations successives d'Européens. En substance, c'est l'idée que les Juifs sont les seuls au monde à être la «victime sans reproche» par excellence. Permettre à tout sens de l’agence juive - tout argument selon lequel les Juifs pourraient avoir contribué d’une manière ou d’une autre au sentiment anti-juif - est de nuire à la perpétuation de ce paradigme. En ce sens, le «paradigme de la victime» contribue également fortement à la revendication de l'unicité juive et, comme l'a souligné Norman Finkelstein, on peut clairement voir dans de nombreux exemples de l'historiographie juive la tendance à se concentrer moins sur la «souffrance des juifs» mais plutôt sur le simple fait que« les Juifs ont souffert ». [3]  En conséquence, le paradigme n'offre aucune place à la souffrance non juive. … L'omission de la contribution juive au développement de l'antisémitisme (que ce soit en milieu villageois ou en milieu national), laisse les projecteurs brûler d'autant plus férocement «l'agresseur». Dans ce contexte, la victime irréprochable est libre de porter les accusations les plus effroyables, en prenant l'assurance que son propre rôle, et par extension son propre caractère, sont irréprochables. La parole de cette victime intacte, unique et irréprochable est considérée comme un fait - douter de son récit, c'est être de connivence avec «l'agresseur».
L'historiographie juive peut être interprétée à certains égards comme à peine plus qu'un catalogue d '«accusations d'accusations», dans la mesure où de telles œuvres expliquent invariablement le comportement historique européen, souvent exagéré, en accusant les Européens d'agir selon un certain nombre de croyances irrationnelles et fanatiques à propos des Juifs. Cela est vrai des récits historiographiques de presque toutes les flambées historiques de violence contre les Juifs, dans lesquelles les Européens sont présentés comme se livrant à des pogroms en raison du fanatisme religieux pendant les croisades ou des paniques putatives concernant le présumé meurtre rituel juif. Certains éléments marginaux du folklore européen sur les Juifs, tels que l'idée que les hommes juifs menstruent ou que les juifs enterrent leurs morts avec des pierres pour qu'ils puissent les jeter sur le Christ dans l'au-delà, sont mis au premier plan dans l'historiographie traditionnelle et utilisés pour expliquer des situations complexes qui nécessitent certainement une compréhension plus nuancée.
On peut soutenir que des résultats similaires sont obtenus dans une histoire plus contemporaine grâce à une bourse d'études traditionnelle qui soutient que les victimes juives de masse pendant la Seconde Guerre mondiale étaient le résultat d'un autre fantasme européen présumé - celui de la science des races. Le rôle réel des Juifs dans la société européenne avant la guerre devait être écarté, et a en fait été largement écarté, en faveur d'une approche qui attribue la mort des Juifs à une autre manifestation de l'irrationalité et du fanatisme européens. Comme indiqué ci-dessus, cependant, faire valoir que la science de la race n'était peut-être pas irrationnelle ou fantaisiste équivaut à admettre être de connivence avec «l'agresseur» - quelque chose que peu ou pas d'universitaires traditionnels sont prêts à faire.
Le résultat est un corpus d'historiographie qui, implicitement et parfois explicitement, fonde son argumentation sur l'idée que les Européens historiques étaient profondément ignorants et superstitieux. De telles perceptions, bien sûr, vivent dans l'esprit juif, et on ne peut interpréter que des aspects du Borat de Sacha Baron Cohen (2006), en particulier ses représentations des Européens de l'Est qui croient que les Juifs éclosent des œufs et peuvent changer de forme en cafards (et peut être persuadé de partir en leur jetant de l’argent), comme un renforcement des conceptions juives de leur histoire. Une scène représentant Cohen couché dans son lit, terrorisé de se retrouver dans la maison de deux vieux Juifs, et tenant une croix et une poignée d'argent, est destinée à être la parodie ultime du chrétien historique et de ses prétendus fantasmes sur les Juifs - tous deux religieux et économique. Nous sommes encouragés à rire aux côtés des Juifs de la stupidité apparente de nos ancêtres.
La peste noire dans l'historiographie juive
L'un des plus anciens «ragots» européens dignes d'une parodie et le plus souvent répété que les Juifs ont en quelque sorte provoqué la peste noire (grande peste bubonique), une catastrophe épidémiologique qui a coûté la vie à quelque part entre 30% et 60 % de la population européenne au milieu du XIVe siècle. Dans l'historiographie juive traditionnelle, l'aspect le plus utile sur le plan politique, et donc le plus important, de ce «ragaud» particulier est la notion que les Juifs ont causé la peste en empoisonnant les puits des Européens. Ainsi, nous sommes encouragés à voir une telle croyance comme une variante du «diffamation du sang» selon laquelle les Juifs pratiquent le meurtre rituel des chrétiens. A ce cadre de base s'ajoutent de multiples allusions aux soupçons des chrétiens selon lesquels les juifs ont bien empoisonnés les puits chrétiens par désir de détruire ou d'assujettir les chrétiens et d'ouvrir la voie à la domination juive dans le monde. Le message sous-jacent de l'accent mis sur de telles croyances est donc l'idée que les Européens historiques étaient ignorants (scientifiquement et moralement) et paranoïaques au sujet des Juifs au point d'irrationalité. Parce qu'un nombre important de Juifs ont été attaqués et tués au cours des années où la peste noire était active, de tels récits sur les Européens contiennent le message supplémentaire que les Européens ont de dangereux fantasmes et que les Juifs sont leurs malheureuses victimes irréprochables.
Le problème avec une historiographie comme celle-ci est qu'il s'agit d'un autre exemple où il s’agit de prendre ce qui n'était vraiment que des croyances marginales et de les placer comme motivation principale d'une hostilité interethnique complexe et profondément enracinée. Le résultat est une condamnation totale de la société européenne. Par exemple, Robert Wistrich, aujourd'hui décédé, était un éminent producteur d'histoires anti-européennes de l'antisémitisme et a affirmé dans l'une de ses œuvres les plus célèbres que «La peste noire qui a fait rage en Europe entre 1347 et 1360 a ajouté une autre accusation mortelle contre les Juifs - celui d'empoisonner des puits pour anéantir les chrétiens et asseoir leur domination sur le monde. Il ne fait aucun doute que les masses ont cru à cette accusation. » [4]  
L'historien israélien Mordechai Breuer (1918-2007) a écrit dans un de ses essais fondateurs sur« La peste noire et l'antisémitisme » que « la destruction des Juifs au temps de la peste étaient associés à la diffamation qu’ils empoisonnaient les puits… Il ne fait aucun doute que les masses croyaient toutes les histoires des atrocités attribuées aux Juifs. » [5]
 La similitude entre ces phrases, réunies avec certaines autres «coïncidences» textuelles m'ont toujours suggéré que Wistrich s'est essentiellement engagé dans un quasi-plagiat du volume dans lequel l'essai de Breuer est apparu (Antisemitism Through the Ages, 1988) pour son propre Antisemitism: The Longest Hatred, qui est apparu quelques années plus tard (1991). Indépendamment de ces points plus fins, les modèles de confiance mutuelle, souvent dépourvus de référence à du matériel primaire contemporain vérifiable, sont endémiques dans l'écriture juive des histoires de l'antisémitisme. Breuer devait simplement affirmer qu'il était hors de doute que «les masses» étaient redevables de mythes irrationnels, et cela suffisait en soi pour que Wistrich le répète.
Le référencement mutuel au fil du temps a conduit à une situation dans laquelle l'idée que les Européens imputaient irrationnellement aux Juifs la peste noire est désormais omniprésente. Frédéric Cople Jaher écrit que «Déjà considérés comme des ennemis mortels du christianisme, les Juifs étaient accusés d'avoir causé la peste en empoisonnant des puits. […] Une autre illusion sur les Juifs qui s'est intensifiée au moment de la peste noire était l'accusation d'une conspiration juive mondiale contre le christianisme[6]. (2001) est consacré à une tentative de déconstruction des affirmations de «The Jewish Conspiracy», Cantor soutenant que les chrétiens «ont fait des boucs émissaires des Juifs, les ont accusés de propager la peste en empoisonnant des puits et ont déchaîné d'horribles pogroms sur eux». [7]  
Mark Cohen a écrit que la Peste noire "a été témoin de pogroms massifs contre les Juifs, qui auraient empoisonné des puits pour tenter de détruire la civilisation chrétienne"[8].  L'assassinat le plus sauvage du caractère des peuples européens , cependant, était réalisée par l'historien non juif fortement incité Gavin Langmuir, qui était pour des raisons évidentes un favori dans l'establishment juif.
Dans son histoire,  religion et  antisémitisme (1990), louangé de façon extravagante, Langmuir a déclaré à propos de la Peste noire que:
Il serait difficile de trouver un exemple plus clair de bouc émissaire irrationnel. […] À la fin du Moyen Âge, afin de dissiper les doutes sur leur religion et sur eux-mêmes, de nombreux chrétiens supprimaient leur capacité de pensée empirique rationnelle et attribuaient irrationnellement aux réalités qu'ils appelaient «juifs» des caractéristiques inobservables [9] .
Mais est-ce vrai?
Le mythe des pogroms européens irrationnels
Une partie de l'historiographie la plus récente et de pointe d'universitaires non juifs continue de miner le consensus mené par les Juifs qui s'est formé entre les années 1960 et le début des années 2000 [10]. Par exemple, comme l'érudit Cordelia Hess l'a évoqué dans son ouvrage publié à Berghahn The The Absent Jews (2017), au moins certains des récits historiographiques des massacres anti-juifs qui auraient eu lieu pendant la Peste noire sont désormais reconnus comme étant basés sur du ouï-dire, des sources non fiables, des erreurs de lecture de sources vérifiables et, pour reprendre les mots de Hess, "aucune preuve réelle de pogroms anti-juifs"[11].  En fait, il a maintenant été découvert que certains pogroms présumés ont été attribués à des villes allemandes où il n'y avait jamais eu de colonies juives. [12]
Bien sûr, des violences contre les Juifs se sont produites, et elles se sont produites dans toute l'Europe. Mais étaient-elles motivées par des idées «irrationnelles» sur l'empoisonnement des puits fondées sur un peu plus que la bigoterie et le fanatisme religieux ? Contrairement aux affirmations des universitaires juifs mentionnés ci-dessus, en raison de la rareté des sources primaires contemporaines, il n'y a en fait aucune méthodologie définitive pour déterminer dans quelle mesure certaines croyances étaient répandues parmi les «masses» dans ce cas, et certainement rien qui justifierait de telles affirmations comme «Il ne fait aucun doute que les masses ont cru à cette accusation.» Ce que nous avons, c'est un nombre relativement faible de comptes rendus d'attaques contre des Juifs par des chroniqueurs contemporains qui brossent un tableau assez nuancé de ce qui s'est réellement passé. Prenons, par exemple, l'extrait suivant des archives du chroniqueur Conrad von Megenburg:
Dans de nombreux puits, des sacs remplis de poison ont été trouvés et un nombre incalculable de Juifs ont été massacrés en Rhénanie, en Franconie et dans tous les pays allemands. En vérité, je ne sais pas si certains Juifs l'ont fait. S'il en avait été ainsi, le mal aurait assurément été pire. Mais je sais, d'autre part, qu'aucune ville allemande n'a eu autant de Juifs que Vienne, et que beaucoup d'entre eux y ont succombé à la peste et qu'ils ont été obligés d'agrandir considérablement leur cimetière et d'acheter deux autres terrains. Ils auraient été très stupides de s'auto empoisonner. … Mais je ne veux pas blanchir la méchanceté des Juifs.
Ce qui ressort ici, c'est le scepticisme de von Megenburg. Ma propre interprétation de la troisième phrase, en supposant que «le mal» ce sont les massacres et non pas l'acte d'empoisonnement, et que si des preuves définitives avaient été trouvées contre certains Juifs en ce qui concerne les sacs de poison qui avaient en fait été trouvés dans « de nombreux puits », alors la violence aurait« été bien pire », et cela indiquerait que la violence elle-même n'était au moins pas uniquement enracinée dans l'accusation d'empoisonnement de puits, car certains doutes étaient manifestement présents parmi ceux qui ont commis les meurtres. Alternativement, si «le mal» auquel il est fait référence était l'acte d'empoisonnement, ce récit suggérerait que l'auteur croyait qu'il y avait une possibilité de deux événements différents - à la fois un fléau de cause indéterminée et une campagne d'empoisonnement de masse orchestrée par des Juifs[13] Que les Juifs aient ou non mis des sacs de poison dans les puits européens me semble tout à fait inutile. S'ils ne l'ont pas fait, la question demeure de savoir pourquoi quelqu'un pourrait les accuser pour cela, et l'ignorance et l'hostilité religieuse à la Borat sont tout simplement insuffisantes pour contextualiser et expliquer ce comportement. Si certains Juifs se sont livrés à l'empoisonnement de puits, et nous savons certainement qu'il n'était pas rare que les communautés juives médiévales possèdent leurs propres puits privés et approvisionnement en eau dans leurs quartiers clos, cela ne porte pas atteinte à nos connaissances actuelles sur les origines , la nature et la propagation de la peste bubonique, et il nous resterait certaines autres questions sur la nature de cette hostilité interethnique.
Reste à savoir pourquoi certains Juifs ont été attaqués et tués pendant la peste noire. Ici, encore une fois, l'érudition moderne renverse certaines des idées reçues de l'historiographie juive plus ancienne et jette le doute sur certaines hypothèses de longue date. Le savant allemand Iris Ritzmann, par exemple, a fait valoir qu '«il n'y a pas de lien direct entre les massacres et la peste», et a suggéré qu'un courant sous-jacent beaucoup plus profond de frictions socio-économiques entre juifs et chrétiens ne faisait que s'exprimer pendant une période d’anxiété sociale accrue. Ritzmann est allé jusqu'à affirmer que les relations étaient si mauvaises que des massacres auraient pu se produire même sans la peste comme événement déclencheur[14].  Mordechai Breuer concède qu '«aucun des motifs traditionnels» de l'antisémitisme religieux ne figure dans les minutes des interrogatoires des Juifs accusés pendant la Peste noire, ajoutant «tout au plus, ils sont venus en relation avec des rumeurs lointaines sur la question» [15].  Il n'y a eu pratiquement aucune tentative de convertir les Juifs, et Breuer ajoute en outre, tout à fait contrairement à certaines de ses autres affirmations, que «les assaillants n'avaient aucune intention de forcer les Juifs à changer de foi et ce n'était pas l'objet de que se passait-il."
Que se passait-il alors?
Encore une fois, contrairement à sa conclusion générale et à ses accusations générales contre les masses historiques européennes, Breuer est contraint de concéder au milieu de sa propre étude qu '«une analyse de ce qui s'est produit pendant les jours de la peste indique que les problèmes sociaux, économiques et politiques les facteurs ont été beaucoup plus importants pour attiser la flamme de l'antisémitisme qu'on ne le pense généralement. » La plupart des agresseurs de la peste noire étaient des artisans et des artisans auxquels les Juifs avaient prêté de l'argent «à des taux d'intérêt usuraires» [16]. Ces artisans, essentiellement la classe moyenne de leur époque, n'aimaient pas la formation d'une alliance marchande entre les l'aristocratie et la classe marchande qui exploitaient leur travail et réprimaient les prix de leurs biens. De plus, cette alliance reposait sur un système de prêts juifs qui bouleversait l'ordre naturel auquel ils étaient habitués. De manière assez prévisible, la violence anti-juive a été impitoyablement réprimée par les élites urbaines partout parce que ces élites étaient étroitement liées à la finance juive. Des documents survivent toujours de Cologne, Fribourg, Bâle, Heilbronn, Strasbourg et Erfurt montrant que les conseils municipaux ont interprété toutes les actions anti-juives comme une attaque plus générale contre le statu quo des élites. Breuer commente qu '«au début de 1349, il était clair qu'un certain nombre de conseils municipaux souhaitaient réprimer le soulèvement populaire de peur que les foules ne les évincent». Les «masses» européennes décrites dans l'historiographie juive étaient en fait divisées en factions, chacune ayant ses propres intérêts particuliers, et une véritable adhésion aux notions «irrationnelles» d'empoisonnement des puits était de peu d'importance. L'essentiel était que les Juifs étaient considérés comme ayant un effet négatif sur le tissu social, économique et politique de la nation, et non sans cause.
Conclusion
On se demande si, dans des décennies ou des siècles, les historiens juifs déploreront la persistance de l'antisémitisme en expliquant que les Européens ont autrefois "irrationnellement" accusé les Juifs pour le COVID-19. Pour preuve, ils pointeront peut-être des extraits de 8chan et soutiendront que c'était la croyance des «masses». Ici, j'emploie une sorte de caricature, mais pas totalement détachée du précédent. De nombreuses décennies d'efforts juifs ont poussé à l'idée que nos ancêtres étaient des brutes du genre Borat non sophistiquées qui soumettaient les Juifs à d'innombrables massacres irrationnels. Et, bien que l'érudition moderne déchire les bords de cet édifice, de nouvelles découvertes et arguments restent loin du courant dominant. On persiste à chercher l'immunité contre les stratagèmes des Juifs et des fléaux.
Source :
28/03/2020
es.

[1] Prager, D. & Telushkin, J, Why the Jews? The Reason for Antisemitism (New York: Simon & Schuster, 2003), 85.
[2] Ritzmann I. [The Black Death as a cause of the massacres of Jews: A Myth of Medical History?] Medizin, Gesellschaft, und Geschichte : Jahrbuch des Instituts fur Geschichte der Medizin der Robert Bosch Stiftung. 1998 ;17:101-130.
[3] Finkelstein, N. ‘The Holocaust Industry,’ Index on Censorship, 29:2, 120-130, p.124
[4] Wistrich, R. Antisemitism: The Longest Hatred (London: Thames Methuen, 1991), 32
[5] Breuer, M. “The Black Death and antisemitism,” in Almog, S. 1988. Antisemitism through the ages. Oxford, England: Published for the Vidal Sassoon International Center for the Study of Antisemitism, the Hebrew University of Jerusalem, by Pergamon Press, 140-1.
[6] Jaher, F. A Scapegoat in the New Wilderness: The Origins and Rise of Antisemitism in America (Harvard: Harvard University Press, 1994), 68.
[7] Cantor, N. In the Wake of the Plague: The Black Death and the World It Made (New York: Simon & Schuster, 2015), 152.
[8] Cohen, M. R. Under Crescent and Cross: The Jews in the Middle Ages (Princeton: Princeton University Press, 1994), 169.
[9] Langmuir, G. I. (1990). History, Religion, and Antisemitism. Berkeley: University of California Press, 301-2.
[10] The work of the late John Doyle Klier on the mythic elements of the Russian pogroms is almost certainly without peer in this regard.
[11] Hess, C. The Absent Jews: Kurt Forstreuter and the Historiography of Medieval Prussia (New York: Berghahn, 2007, 204.
[12] Ibid.
[13] For a more contemporary parallel one might point to the post-war plot by Israelis to poison the German water supply that was only abandoned when it was disrupted by British authorities.
[14] Ritzmann I. [The Black Death as a cause of the massacres of Jews: A Myth of Medical History?] Medizin, Gesellschaft, und Geschichte : Jahrbuch des Instituts fur Geschichte der Medizin der Robert Bosch Stiftung. 1998 ;17:101-130.
[15] Breuer, “The Black Death and antisemitism,” 144.
[16] Ibid., 145.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.