jeudi 5 mars 2020

Les empires des steppes alimentent les rêves d'Erdogan Khan


Le dernier épisode de l’interminable tragédie syrienne pourrait être interprété comme la Grèce bloquant à peine une « invasion » européenne par des réfugiés syriens. La menace d’invasion a été brandie par le Président Erdogan alors même qu’il refusait la maigre « offre que vous pouvez refuser » de l’UE, un pot-de-vin de seulement un milliard d’euros.
C’est plus compliqué que cela. Ce qu’Erdogan est en fait en train d’armer, ce sont surtout des migrants économiques – de l’Afghanistan au Sahel – et non des réfugiés syriens.

Des observateurs avertis à Bruxelles savent que des mafias [mafias islamistes. Actuellement, le capo di capi des Frères Musulmans (dont Al-Qaïda) est Erdogan] étroitement liées – irakienne, afghane, égyptienne, tunisienne, marocaine – sont actives depuis longtemps pour faire passer clandestinement tout le monde et son voisin du Sahel via la Turquie, car la route grecque vers le Saint Graal de l’UE est beaucoup plus sûre que la Méditerranée centrale.
L’envoi par l’UE d’un émissaire de dernière minute à Ankara ne donnera aucun fait nouveau sur le terrain – même si certains à Bruxelles, de mauvaise foi, continuent de critiquer le fait que le million de « réfugiés » qui tentent de quitter Idlib pourrait doubler et que, si la Turquie n’ouvre pas ses frontières avec la Syrie, il y aura un « massacre ».
Ceux qui, à Bruxelles, tournent le scénario de la « Turquie victime » énumèrent trois conditions pour une solution possible. La première est un cessez-le-feu – qui existe en fait déjà, via l’accord de Sotchi, et qui n’a pas été respecté par Ankara. La deuxième est un « processus politique » – qui, une fois de plus, existe : le processus d’Astana impliquant la Russie, la Turquie et l’Iran. Et le troisième est une « aide humanitaire » – un euphémisme qui signifie, en fait, une intervention de l’OTAN du type « impérialisme humanitaire » comme celle qui a eu lieu en Libye.
En l’état actuel des choses, deux faits sont incontournables. Premièrement : les militaires grecs n’ont pas ce qu’il faut pour résister, dans la pratique, à l’armement par Ankara des soi-disant « réfugiés ».
Deuxièmement, c’est le genre de choses qui font reculer les fanatiques de l’OTAN dans l’horreur : Depuis le siège ottoman de Vienne, c’est la première fois en quatre siècles qu’une « invasion musulmane » de l’Europe est empêchée par, qui d’autre, la Russie.
Marre du sultan
Dimanche dernier, Ankara a lancé une nouvelle aventure militaire de style Pentagone, baptisée « Bouclier du Printemps ». Toutes les décisions sont centralisées par un triumvirat : Erdogan, le Ministre de la Défense Hulusi Akar et le chef du MIT (service de renseignement turc) Hakan Fidan. John Helmer les a appelés de façon mémorable les SUV (Sultan and the Ugly Viziers ; le Sultan et les Vilains Vizirs).).
Behlul Ozkan, de l’Université de Marmara, un érudit kémaliste respecté, considère que toute la tragédie a été jouée depuis les années 1980, et qu’elle est maintenant revenue sur scène à une échelle beaucoup plus grande depuis le début du chapitre syrien du Printemps Arabe en 2011.
Ozkan accuse Erdogan de créer « des troupes de conquête à partir de cinq groupes fondamentalistes improbables » et de « nommer les groupes armés d’après des sultans ottomans », en prétendant qu’ils sont une sorte d’armée du salut national. Mais cette fois, selon Ozkan, les résultats sont bien pires – des millions de réfugiés aux terribles destructions en Syrie, en passant par « l’émergence de nos structures politiques et militaires affectant la sécurité nationale de manière dangereuse ».
Dire que l’État-major russe en a absolument marre des manigances des SUV est le moins qu’on puisse dire. C’est dans ce contexte qu’a lieu la rencontre de jeudi à Moscou entre Poutine et Erdogan. Méthodiquement, les Russes perturbent les opérations turques à un niveau insoutenable – allant d’une nouvelle couverture aérienne à l’Armée Arabe Syrienne à des contre-mesures électroniques détruisant totalement tous les drones turcs.
Des sources diplomatiques russes confirment que plus personne à Moscou ne croit aux paroles, promesses ou cajoleries venant d’Erdogan. Il est donc inutile de lui demander de respecter l’accord de Sotchi. Imaginez une rencontre à la Sun Tzu avec la partie russe montrant l’image même de la retenue tout en examinant Erdogan pour savoir combien il est prêt à souffrir avant de renoncer à son aventure à Idlib.
Ces proto-mongols insensés
Quels fantômes du passé évoluent dans l’inconscient d’Erdogan ? Laissons l’histoire nous guider – et faisons un tour dans les empires des steppes.[1]
Au Ve siècle, les Ruanruan, proto-mongols autant que leurs cousins les Huns Blancs (qui vivaient dans l’Afghanistan actuel), ont été les premiers à donner à leurs princes le titre de Khan – utilisé ensuite par les Turcs aussi bien que par les Mongols.
Un vaste spectre linguistique eurasien turco-mongol – étudié en détail par des experts français de premier plan comme J.P. Roux – a évolué au fil des migrations conquérantes, des États impériaux plus ou moins éphémères et de l’agrégation de divers groupes ethniques autour de dynasties turques ou mongoles rivales. On peut parler d’un espace turc eurasien de l’Asie Centrale à la Méditerranée depuis pas moins d’un millénaire et demi – mais seulement, et c’est crucial, depuis 900 ans en Asie Mineure (l’actuelle Anatolie).
Il s’agissait de sociétés hautement hiérarchisées et militarisées, instables, mais toujours capables, si les conditions étaient réunies, comme l’émergence d’une personnalité charismatique, de s’engager dans un projet collectif fort de construction politique. L’état d’esprit charismatique d’Erdogan Khan n’est donc pas très différent de ce qui s’est passé il y a des siècles.
La première forme de cette tradition socioculturelle est apparue avant même la conversion à l’Islam – qui a eu lieu après la bataille de Talas en 751, gagnée par les Arabes contre les Chinois. Mais surtout, elle s’est cristallisée autour de l’Asie Centrale à partir des Xe et XIe siècles.
Contrairement à la Grèce dans la Mer Égée, à l’Inde ou à la Chine des Han, il n’y a jamais eu de point central en termes de berceau culturel ou d’identité suprême organisant ce processus. Aujourd’hui, ce rôle en Turquie est joué par l’Anatolie – mais c’est un phénomène du XXe siècle.
Ce que l’histoire a montré, c’est un axe eurasien est-ouest à travers les steppes, de l’Asie Centrale à l’Anatolie, à travers lequel les tribus nomades, turques et turkmènes, puis les Turcs ottomans, ont migré et progressé, en tant que conquérants, entre le 7e et le 17e siècle : tout un millénaire à construire une série de sultanats, d’émirats et d’empires. Pas étonnant que le Président turc se représente comme Erdogan Khan ou Sultan Erdogan.
« Idlib m’appartient »
Il existe donc un lien entre les tribus turcophones d’Asie Centrale des Ve et VIe siècles et la nation turque actuelle. Du VIe au XIe siècle, elles ont été constituées en une confédération de grandes tribus. Puis, en allant vers le sud-ouest, elles ont fondé des États. Des sources chinoises documentent les premiers Turkuts (empires turcs) comme étant des Turcs orientaux en Mongolie et des Turcs occidentaux au Turkestan.
Ils ont été suivis par des empires des steppes plus ou moins éphémères comme les Ouïgours au VIIIe siècle (qui, soit dit en passant, étaient à l’origine bouddhistes). Il est intéressant de noter que ce passé original des Turcs en Asie Centrale, avant l’Islam, a été quelque peu élevé au rang de mythe par les Kémalistes.
Cet univers a toujours été enrichi par des éléments extérieurs – tels que l’Islam arabo-persan et ses institutions héritées des Sassanides, ainsi que l’Empire Byzantin, dont les éléments structurels ont été adaptés par les Ottomans. La fin de l’Empire Ottoman et les multiples convulsions (les guerres des Balkans, la Première Guerre Mondiale, la Guerre Gréco-Turque) ont abouti à un État-nation turc dont le sanctuaire est l’Asie Mineure (ou Anatolie) et la Thrace Orientale, conformé en un territoire national exclusivement turc et refusant toute présence minoritaire non sunnite et non turcophone.
Il est évident que cela ne suffit pas pour Erdogan Khan.
Même la province de Hatay, qui a rejoint la Turquie en 1939 ne suffit pas. Abritant l’historique Antioche et Alexandrette, Hatay a ensuite été rebaptisée Antakya et Iskenderun.
En vertu du traité de Lausanne, Hatay a été incluse dans le mandat français de la Syrie et du Liban. La version turque est que Hatay a déclaré son indépendance en 1938 – alors qu’Atatürk était encore en vie – et a ensuite décidé de rejoindre la Turquie. La version syrienne est que Hatay a été acquis par un référendum truqué ordonné par la France pour contourner le traité de Lausanne.
Erdogan Khan a proclamé : « Idlib m’appartient ». La Syrie et la Russie répondent : « Non, ce n’est pas le cas ». C’était à l’époque où les empires turcophones des steppes pouvaient simplement avancer et capturer leurs proies.

traduit par Réseau International
---------------------------------------------------------
Les annotations dans cette couleur sont d'H. Genséric
--------------------------------------------------
[1]  Erdogan se prend-il  aussi pour Gengis Khan ?

Les Mongols de Gengis Khan brûlent et rasent Boukhara (16 février), Otrar (17 mars), Samarkand (mars) et Harat
Description de cette image, également commentée ci-après
Empire mongol
En Irak et en Iran, Gengis Khan est vu comme un seigneur de guerre sanguinaire et génocidaire qui causa d'immenses destructions. Un descendant de Gengis, Hulagu Khan, détruira une grande partie du nord de l'Iran. Il est l'un des conquérants les plus haïs des Iraniens, avec Alexandre le Grand et Tamerlan.
Il en est de même en Afghanistan, au Pakistan ainsi que dans d'autres pays non turcs à majorité musulmane. Les sacs de Bagdad et de Samarcande causèrent des massacres et le sud du Khuzestan fut complètement détruit. En Russie, Ukraine, Pologne et Hongrie, Gengis Khan, ses descendants et les Mongols et/ou Tatars sont généralement décrits comme de grands destructeurs. 
L’invasion turco-mongole de l'Europe au XIIIe siècle provoque la destruction des principautés slaves et des grandes villes, comme Kiev et Vladimir. Les invasions mongoles touchent également l'Europe centrale, notamment la Bohême-Moravie, la Pologne (bataille de Legnica, 1241), la Moldavie, la Valachie, la Transylvanie, la Hongrie (bataille de Mohi, 1241) et la Bulgarie.
Au moins 20 à 40 % de la population des pays conquis par les Mongols meurt, massacrée ou à la suite des épidémies. 
Aujourd'hui, Gengis, ses descendants, ses généraux et les Turco-Mongols en général restent connus pour leurs forces militaires féroces, leur endurance, leur cruauté et leurs conquêtes destructives dans les livres d'histoire du monde entier. 
Hannibal GENSERIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.