mardi 31 mars 2020

USA. Comment la Virginie est devenue sioniste


Le pouvoir juif se manifeste dans l'Ancien Dominion.
Les politiciens, les bureaucrates et les chefs de file des médias ont depuis longtemps fermé les yeux sur les lois et les politiques qui profitent à l'État d'Israël au détriment des intérêts des États-Unis. Le Trésor américain peut être décrit comme un cadeau éternel qui ne cesse de donner au peuple et aux gouvernements de l'État juif.
Map of Virginia in the USA
Depuis la fondation d'Israël en 1948, le gouvernement fédéral de Washington a fourni quelque 142,3 milliards de dollars en aides directes de toutes sortes. Actuellement, Israël reçoit 3,8 milliards de dollars par an garantis pendant dix ans, une somme qui est complétée par divers cadeaux, avantages fiscaux et accords de coproduction du gouvernement. Les dons privés «caritatifs» de particuliers, d'entreprises et de fondations, dont certains sont frauduleux, augmentent considérablement ces chiffres, ce qui fait que le total qu'Israël reçoit des États-Unis dépasse largement les 10 milliards de dollars par an. Une proportion considérable de cet argent est techniquement illégale, car elle sert à soutenir les colonies israéliennes sur les terres volées aux Arabes. Aucun autre pays n'a reçu quoi que ce soit approchant ce qu'Israël obtient du contribuable américain sous une forme ou une autre et le flux monétaire à sens unique est également remarquable en ce sens qu'il a été garanti pour un futur quasi illimité.
D'autres avantages obtenus par Israël aux États-Unis sont moins faciles à quantifier, y compris le vol de technologie militaire américaine, qui est ensuite copiée et vendue par l'industrie israélienne de l'armement, éliminant directement les emplois américains dans l'un des rares secteurs manufacturiers qui est relativement parler en plein essor. Il y a aussi le transfert observable d'emplois de haute technologie des États-Unis vers Israël, conçus par des milliardaires juifs comme Paul Singer qui sont capables d'influencer de telles décisions dans le monde des affaires.
Israël bénéficie également énormément de l'accord de libre-échange États-Unis-Israël de 1985, qui est, par sa conception, destiné à donner à l'État juif un accès gratuit à l'immense marché américain sans aucune réelle réciprocité pour les entreprises américaines à pénétrer le minuscule marché israélien. Israël est également en mesure de soumissionner pour des contrats du gouvernement américain, y compris des contrats de défense classifiés, une pratique qui a conduit à plusieurs poursuites lorsque la société israélienne obtient un contrat en minimisant l'offre mais échoue ensuite. Dans certains cas, les entreprises israéliennes ont soumis de faibles offres pour obtenir des contrats au niveau des États et au niveau fédéral même lorsqu'elles n'avaient aucune expérience pertinente et aucune installation pouvant réellement effectuer les travaux. Ils empochent les subventions et les avances qu'ils reçoivent des gouvernements locaux et des États, puis disparaissent effectivement.
Le désir de certains Juifs américains qui occupent des positions puissantes d'aider Israël aux dépens des États-Unis est méprisable, soutenu par le mensonge qu'Israël est un allié et que les deux pays bénéficient en fin de compte du processus. La capacité d'Israël à imposer ses propres priorités aux niveaux du Congrès et de la Maison Blanche est depuis longtemps observée, mais sa manipulation politique et sa capacité à corrompre la démocratie américaine au nom d'une puissance étrangère ont récemment été étendues aux niveaux étatique et local. Ce changement est dû en partie à la volonté des promoteurs israéliens de mettre fin au mouvement croissant de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS). Il s'est avéré difficile de passer une interdiction inconstitutionnelle au niveau national de la critique non violente d'Israël passant par le Congrès, de sorte que les premiers Israéliens se sont plutôt concentrés sur les États. Vingt-huit États ont maintenant une forme de législation qui refuse les services ou les emplois de l'État à quiconque ne signe pas d'accord pour ne pas boycotter Israël. Un projet de loi particulièrement draconien envisagé en Floride assimile toute critique d'Israël à l'antisémitisme, permettant à tout critique d'être poursuivi en justice pour discours de haine.
Le Virginia Israel Advisory Board (VIAB) est un exemple particulièrement flagrant et aussi unique de politiques économiques d’un État manipulées par une cinquième colonne israélienne. Grant Smith, longtemps critique du VIAB, dirige l'Institut de recherche: politique du Moyen-Orient (IRMEP). Il a écrit un nouveau livre intitulé The Israel Lobby Enters State Government: Rise of the Virginia Israel Advisory Board, qui documente en détail comment le complot de puissants Juifs en Virginie au profit d'Israël a réellement fonctionné, en grande partie secrètement grâce à des arrangements spéciaux et d’offres inavouables. Il a également eu une longue interview avec Scott Horton d'Antiwar.com au sujet du livre qui mérite d'être écoutée.
Le VIAB est unique car il fait partie du gouvernement de l'État de Virginie. Il est financé par le gouvernement de Virginie et peut accéder à des fonds d'autres agences gouvernementales pour soutenir les entreprises israéliennes. Il est composé d'Israéliens et de Juifs américains issus de ce qui a été décrit comme «l'écosystème de plaidoyer pour Israël» et est auto-administré, nommant ses propres membres et officiers. Bien qu'il existe de nombreuses entités de promotion des entreprises israéliennes actives aux États-Unis, seule la Virginie a un tel groupe siégeant réellement au sein du gouvernement lui-même, prêt à conclure des accords préférentiels secrets, à accorder des concessions spéciales sur les taxes et à établir des subventions de démarrage pour les entreprises israéliennes.. En conséquence, les projets commerciaux israéliens ont été régulièrement financés à l'aide des ressources de l'État de Virginie avec peu de responsabilité (sans rendre de comptes à quiconque). Gardez à l'esprit que cette agence existe non pas pour promouvoir les entreprises de Virginie, mais plutôt pour donner un avantage aux entreprises israéliennes, dont certaines pourraient même concurrencer les entreprises de Virginie existantes et mettre les populations locales au chômage.
La Virginie a déjà un déficit commercial estimé à 500 millions de dollars avec Israël en raison de l'accord de libre-échange fédéral et de la promotion des entreprises israéliennes dans l'État, qui rapatrient leurs bénéfices en Israël, ajoute considérablement à cette somme. Smith rapporte que le VIAB n'est pas seulement un mécanisme économique. Sa charte déclare qu’elle a été «créée pour favoriser une intégration économique plus étroite entre les États-Unis et Israël tout en soutenant le programme politique du gouvernement israélien». Smith a également observé que «VIAB est une agence de renseignement et un lobby  pour savoir comment Israël peut discrètement obtenir un financement des contribuables et un statut officiel pour les entités en réseau qui font avancer Israël au sein des principaux gouvernements des États».
Des fédérations et des groupes juifs actifs au nom d'Israël étaient présents en Virginie avant la fondation de VIAB en 1996. Leur parrain était Eric Cantor, un législateur d'État qui est ensuite entré au Congrès en tant que seul républicain juif, où il a été un ardent défenseur d'Israël. Le conseil d’administration s’est considérablement développé sous l’administration du gouverneur Terry McAuliffe (2014-2018). McAuliffe, considéré par beaucoup comme «un collecteur de fonds» des Clinton, a reçu ce qui était considéré comme de généreux contributeurs à la campagne hors de l'État par les milliardaires pro-israéliens Haim Saban and J.B. Pritzker, tous deux affiliés au Parti démocrate. McAuliffe s'est réuni régulièrement lors de séances officieuses en interdisant la présence de la presse, avec des groupes de défense d'Israël et a parlé du «Virginia Advisory Board et de ses succès». C'était, bien sûr, un mensonge égoïste de l'un des criminels des Clintons, non accusés pour ses innombrables crimes.
Et où qu'Israël aille, il y aura inévitablement une entourloupette. De nombreuses entreprises israéliennes qui se désagrègent du sac de nourriture de Virginie sont situées sur des terres volées aux Arabes de Cisjordanie. Elles sont illégales en vertu du droit international, même si Donald Trump & Co. ont déclaré le contraire. Et puis il y a les conflits d'intérêts. Aviva Frye, membre du conseil d'administration de VIAB, dont la famille réside principalement en Israël et qui a travaillé pour obtenir les approbations du gouvernement pour une société israélienne d'énergie solaire et éolienne appelée Energix, située en Cisjordanie, a par la suite été récompensée par un mandat d'administrateur. Et une main lave inévitablement l'autre. La membre du conseil d'administration, Eileen Filler-Corn, l'une des principales avocates d'Israël, est récemment devenue la première femme à devenir présidente de la Virginia House of Delegates. Grant Smith rapporte comment elle a grandement bénéficié de sa campagne grâce aux dons importants d'autres membres du conseil d'administration ainsi que de groupes juifs et d'entreprises israéliennes.
Le VIAB n'est rien de plus qu'un mécanisme mis en place pour mener à bien un vol sous licence de ressources de l'État de Virginie dirigé par une cabale de juifs américains et israéliens locaux au profit de leurs coreligionnaires en Israël. Grant Smith observe comment certains reculs sont finalement mis en évidence, en raison de la fraude dans les procédures comptables qui ont été exposées ainsi que de la dévastation environnementale pour divers projets qui n'ont jamais été achevés. Certains groupes de défense des droits de l'homme ont également commencé à contester l'illégalité des sociétés israéliennes implantées en Cisjordanie. Mais cela ne suffit pas et il est probablement trop tard car Israël n'est jamais tenu responsable de quoi que ce soit par l'establishment américain. Pour ma part, en tant que résident de Virginie, j’ai écrit et appelé le bureau du gouverneur et les bureaux de mon sénateur et délégué d’État. Personne n'a pris en compte mes appels ni répondu à mes lettres. À qui appartient l'Amérique? on pourrait bien se le demander.
Par Philip M. Giraldi, Ph.D.,
directeur exécutif du Council for the National Interest.
 Son e-mail est inform@cnionline.org.
Philip Giraldi  March 31, 2020, The Unz Review
------------------------------------------------
VOIR AUSSI :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.