dimanche 29 mars 2020

Les fléaux au cours des siècles ont provoqué des changements politiques radicaux - exemples des 2500 dernières années



"Ceux qui nous avaient dit que (nos) attachements devaient être mondiaux, et que (nos) terres et quartiers appartiennent au monde entier, sont maintenant consignés dans les poubelles de l'histoire." Srdja Trifkovic
Des épidémies graves peuvent avoir des conséquences sociales, culturelles et géopolitiques d'une grande portée. Ainsi en sera-t-il du Covid-19.
La peste qui a dévasté Athènes en 430 avant JC - au cours de la deuxième année de la guerre du Péloponnèse, alors qu'une victoire athénienne semblait encore à portée de main - a tué un quart de la population, quelque 75.000 personnes, dont Périclès. Des doutes subsistent encore sur la véritable nature de cette épidémie qui sévit de -430 à -426. L'hypothèse la plus probable est que la ville fut frappée par le typhus ou fièvre typhoïde et qu'elle perdit le tiers de sa population.
À propos de la grande peste d'Athènes, la formule de La Fontaine « Ils n'en mouraient pas tous, mais tous étaient frappés » convient parfaitement pour résumer les effets délétères de la peste : elle ne tue pas toute la population, mais affecte, très gravement, toute une communauté, lorsqu'elle s'abat sur elle.
Périclès fut une de ses victimes. Les successeurs de Périclès étaient faibles et incompétents, et Athènes a subi un déclin précipité dans le respect de "toutes les règles de religion ou de loi", selon Thucydide. Ce n’est qu’après 415 av.JC  qu’Athènes a récupéré suffisamment pour monter une offensive majeure, mais en raison de la mauvaise qualité des successeurs de Périclès, l'expédition sicilienne a fini dans une déroute totale.
La peste antonine (165-180 après J.-C.) était en fait causée par la variole plutôt que par Yersinia pestis. Elle a coûté la vie à cinq millions de personnes, soit environ 25% des personnes touchées. Environ un dixième de la population de l'Empire est décédé, plus d'un tiers dans certaines régions (Gaule, Lombardie, vallée du Rhin). L'armée romaine a été dévastée, laissant les frontières vulnérables aux pénétrations barbares. Le premier historien allemand de la Rome antique, Barthold Georg Niebuhr, a conclu en 1827 que «le monde antique ne s'est jamais remis du coup que lui avait infligé la peste qui l'avait visité sous le règne de Marc-Aurèle». C’était le précurseur de la crise du troisième siècle et du déclin à long terme qui a suivi du pouvoir et de l’autorité de Rome.
541 : Peste de Justinien - Elle sera suivie de près de quinze épidémies jusqu'en 767. Les pertes humaines sont estimées de 25 à 50 millions d'individus. Lorsque les armées arabes, peu nombreuses, se lancent à la conquêtes des Empires romain d’Orient et perse, elles rentrent comme un couteau dans du beurre.
Dans  Pourquoi l’an 536 après JC était la pire année de l'Histoire humaine ? nous avions vu que lL’Europe, le Moyen-Orient et certaines parties de l’Asie ont été plongés dans une obscurité totale par un brouillard mystérieux.
Elle a provoqué des chutes de neige en Chine, des mauvaises récoltes à l’échelle continentale, une sécheresse extrême, la famine et des maladies dans la majeure partie de l’hémisphère Nord.
Cette année noire a été déclenchée par une éruption cataclysmique islandaise, affirment les scientifiques, et était de mauvais augure pour un triste siècle de souffrances et de mort.
La dévastation internationale déclenchée par le brouillard non identifié a donné lieu à l’appellation “L’âge des ténèbres” qui a été utilisée pour désigner cette période inquiétante. Puis, c’est en 541, que la peste de Justinien est apparue, et tout a encore empiré. À savoir que la peste de Justinien est la toute première pandémie de peste au monde (les pestes précédentes restent incertaines quant à leur nature exacte).
Et la situation de l’humanité aurait ensuite empiré suite à deux nouvelles éruptions massives en 540 et en 547. Alors qu’une épidémie de peste bubonique frappait la Méditerranée entre 541 et 543, tuant quelque 100 millions de personnes, soit la moitié de la population mondiale. Une conjonction d’événement malheureux qui est probablement à l’origine de l’effondrement de l’Empire romain oriental.
Pendant les trois siècles suivant les travaux de Boèce, juste antérieurs à ce changement, on ne constate plus d'activité notable de traduction des auteurs grecs vers le latin en Europe.
Un ouvrage de David Keys mentionne parallèlement l'épidémie de peste sous Justinien, le déclin des Avars, la migration vers l'Ouest de tribus mongoles, l'effondrement de l’Empire Gupta, et l'affaiblissement des civilisations sédentaires sassanide et byzantine qui va ouvrir une opportunité d'expansion aux nomades arabes fédérés par l'islam.
La peste noire (1347-1351) a tué 30 à 60% des Européens et a provoqué des perturbations religieuses, sociales et économiques massives.
Au 17ème siècle, elle a de nouveau frappé, avec une férocité mortelle mais pas la même portée géographique. Son effet sur la ville de Milan a été présenté avec une précision impressionnante dans Alessandro Manzoni Promessi sposi (Le fiancé), l'équivalent italien de "guerre et paix" de Tolstoï.
Conclusion
L'épidémie de COVID-19 a initialement semblé à la plupart des Occidentaux une épidémie périodique à la manière des grippes porcine et aviaire, du SRAS ou du virus du Nil occidental: un problème temporaire qui affecte d'autres personnes, généralement loin. [1]
L’évolution et le coût futurs de la pandémie (réelle ou imaginaire, fabriquée en laboratoire ou non) ne sont pas prévisibles. Il semble cependant certain que le monde connaît des changements qui sont probablement irréversibles.
Dans la plupart des pays, les gens du peuple (contrairement aux élites) rejettent massivement la mondialisation, et tous les mécanismes multilatéraux tels que l'Organisation Mondiale de la Santé ou la Banque Mondiale, et des institutions transnationales - notamment l'Union européenne - en faveur du sens revitalisé de la cohésion nationale et des stratégies nationales de survie fondées sur les intérêts qui sont développées et poursuivies par l'État-nation souverain nouvellement dynamisé.
NOTES
VOIR AUSSI :
Hannibal GENSÉRIC

2 commentaires:

  1. AH ! ... La, Subtilité des MOtifs et couleurs des Tabriz et Tapis d Isfahan.! ! !

    RépondreSupprimer
  2. L'Europe de Bruxelles risque la mort politique avec le Coronavirus mais la marche forcée de la planche à billets va engendrer une catastrophe économique très grave.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.