jeudi 5 mars 2020

Une victime: "Trump a éjaculé sur ma robe lors d'un viol". Elle demande au tribunal l’examen de l'ADN du pervers


Les avocats du président Donald Trump ont exhorté mercredi un juge à mettre fin au procès d'une femme cherchant l'ADN de Trump pour aider à prouver ce qu'elle affirme, à savoir qu'il l'avait violée dans les années 1990.
L'ancienne chroniqueuse   E. Jean Carroll poursuit Trump pour l'avoir traitée de menteuse lorsqu'elle a rendu public son allégation de viol l'année dernière.
Les avocats de Trump soutiennent que son affaire - y compris la demande d'ADN - doit attendre que le plus haut tribunal de New York statue dans une affaire distincte contre lui. Cette décision pourrait prendre plusieurs mois ou plus.
Résultat de recherche d'images pour "E. Jean Carroll"
Elizabeth Jean Carroll est une journaliste américaine et chroniqueuse de conseils. Sa chronique "Ask E. Jean" est parue dans le magazine Elle depuis 1993 et ​​a été classée parmi les cinq meilleures chroniques de magazine par le Chicago Tribune en 2003
La juge Verna Saunders n'a pas indiqué mercredi comment ou quand elle pourrait décider de suspendre le cas de Carroll.
Carroll, qui a regardé le public dans la salle d'audience, a déclaré par la suite qu'elle poursuivait le procès «non seulement pour moi mais pour toutes les femmes en Amérique qui ont été tripotées, harcelées, agressées sexuellement, et qui se sont exprimées et ont toujours été déshonorées, honteuses ou licenciées. »
Carroll dit que Trump l'a agressée dans un vestiaire de grand magasin de luxe au milieu des années 1990, après s'être croisés et qu’elle essayait un body.
Trump a déclaré que Carroll mentait "totalement" pour vendre un mémoire publié l'année dernière, ajoutant dans une interview "elle n'est pas mon genre".
Il a dit qu'il n'avait jamais rencontré Carroll, ignorant une photo de 1987 d'eux et de leurs conjoints lors d'un événement social.
Carroll cherche un échantillon d'ADN de Trump pour voir s'il correspond au matériel génétique masculin non encore identifié trouvé sur une robe qu'elle dit qu'elle portait pendant l'attaque de viol présumée. Carroll dit qu'elle n'a pas lavé la robe et ne l'a mise qu'une seule fois depuis cette date, pour une séance photo l'année dernière.
Les avocats de Trump ont demandé à un tribunal de suspendre son affaire jusqu'à ce que le plus haut tribunal de New York statue ( dans le cas d'une diffamation contre une autre femme contre lui ) si un président sortant peut être poursuivi devant les tribunaux d'État pour conduite présumée en dehors de ses fonctions officielles.
«Les tribunaux sont tenus de faire preuve de déférence envers le président» en raison de ses responsabilités nationales, a déclaré l'un de ses avocats, Christine Monténégro.
L'avocate de Carroll, Roberta Kaplan, a proposé mercredi de reporter la demande d'ADN et l'interrogatoire sous serment de Trump jusqu'à ce que la Haute Cour d'État statue dans l'autre cas. Mais elle a demandé au tribunal de laisser la collecte d'autres preuves se poursuivre.
Les avocats de Trump ont rejeté la proposition.
Carroll demande des dommages-intérêts et une rétractation des déclarations de Trump, qui, selon elle, ont nui à sa réputation et à sa carrière. Le magazine Elle a mis fin à son contrat en décembre, après 26 ans d’activité. Elle a dit qu'elle avait été licenciée pour son affaire contre Trump; l'éditeur du magazine a déclaré au New York Times que la décision ne concernait pas la politique.
L'Associated Press n'identifie pas les personnes qui disent avoir été agressées sexuellement à moins qu'elles ne se manifestent publiquement, comme l'a fait Carroll.
Deux amies de l'accusatrice de Trump corroborent son histoire, Carol Martin et Lisa Birnbach, amies et collègues de E. Jean Carroll, ont raconté qu’elles avaient été mises au courant  peu de temps après l'agression sexuelle présumée.
VOIR AUSSI:

Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. Déposer plainte 30 ans après les faits n'a pas de sens, sinon celui de la nuisance. Assange en sait quelque chose d'un viol imaginaire en Suède, il est maintenant en prison à Londres pour une victime qui l'héberge une semaine et va au resto avec lui.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.